Archives de Tag: Fusions

Bordeaux Montaigne. La fusion? Non

Chroniques d’Histoires d’universités. Bordeaux 3 Michel de Montaigne : les débats de 2013-2016 sur la fusion.

10 novembre 2010. Présider et diriger Bordeaux 3

Le président de Bordeaux 3 Michel de Montaigne, Patrice Brun, m’a invité pour animer un débat sur la LRU, la gouvernance des universités, les responsabilités et compétences élargies : points forts, points faibles, opportunités, menaces. Suite à plusieurs chroniques critiques de ce blog sur la prime des présidents, leur pouvoir de veto, leur devenir après mandat, Patrice Brun avait pris le temps de réagir. J’ai publié le 22 août dernier son texte « Les présidents d’université entre réalités et fantasmes , sous le titre Défense des présidents. Pour le professeur d’histoire ancienne, le problème essentiel n’est pas le pouvoir du président. « Le vrai débat doit se situer ailleurs. Depuis trois ans, on demande toujours plus à l’université… Ce n’est pas un « toujours plus » que les présidents demandent, c’est un équilibre entre les charges et le potentiel. A mon sens, il a été rompu ».

Lire la suite

Commentaires fermés sur Bordeaux Montaigne. La fusion? Non

Classé dans C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales, Non classé

Fusion. Bordeaux sans Humanités

A. Histoire de l’université racontée sur le site de l’Université de Bordeaux « fusionnée ». Le point faible de la fusion bordelaise : une fusion partielle. Trois établissements l’ont refusée (Bordeaux 3 Michel de Montaigne, Sciences Politiques, Institut Polytechnique de Bordeaux)

« Créée par décret le 3 septembre 2013, quelque 573 ans après sa création originelle en 1441, l’université de Bordeaux retrouve son unité. De l’université de Bordeaux médiévale à celle du XXIème siècle, retour sur une longue histoire.

Cliquer sur les images pour les agrandir

1968. Les grands principes de la loi Faure sont l’autonomie, la participation et la pluridisciplinarité.L’université de Bordeaux se divise alors progressivement et  donne naissance dans un premier temps à trois nouveaux établissements : Bordeaux1 (droit, économie et sciences), Bordeaux 2(sciences de la vie, sciences de l’homme, sciences de la santé), et Bordeaux 3 Michel de Montaigne (lettres et sciences humaines).

Lire la suite

Commentaires fermés sur Fusion. Bordeaux sans Humanités

Classé dans AH. Histoire 19-20èmes siècles, C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), Non classé

G. Eiffel. Une fusion ad hominem

3ème chronique critique sur les fusions d’établissements. Les deux premières : Fusions : de la fête à l’enfer, Nantes Université. Fusion mort-née

Le 1 janvier 2020, l’Université Gustave Eiffel devrait être créée. Il reste un peu plus de deux mois à l’État pour ne pas signer le décret de création. Il devrait oser dire « non », tant cette fusion est abracadabrantesque, tant elle prendrait la forme d’une hyper-technostructure coupée des réalités vécues par les personnels et les étudiants, ceux-ci n’étant représentés au CA que par 15 administrateurs sur 35. Du jamais vu dans la gouvernance universitaire.

Cette fusion entraînerait la disparition de l’Université de Marne-la-Vallée, moins de 30 ans après sa création en 1991, dans le cadre du Plan Université 2000.

Cette fusion entraînerait un bien inutile combat des chefs pour la présidence, entre le président de Marne-la-Vallée et la directrice de l’IFSTAR. Le but de leur vie : être « chef à vie ». Gustave Eiffel : une fusion ad hominem !

Lire la suite

Commentaires fermés sur G. Eiffel. Une fusion ad hominem

Classé dans C. Ile-de-France

Nantes Université. Fusion mort-née

Suite de la chronique Fusions : de la fête à l’enfer, Nantes Université, une fusion mort-née

Fêter, les 10 et 11 octobre, le 10ème anniversaire de la fusion des trois universités de Strasbourg a-t-il été une heureuse initiative ? Au final, non ! Car, en attirant globalement l’attention sur les succès et les bienfaits de la fusion d’établissements, le colloque n’a pas laissé la place suffisante à un bilan critique, à l’observation d’échecs notoires et non seulement à la mention de difficultés.

Blogueur critique, j’insiste, depuis 10 ans, plus sur le verre à moitié vide que sur le verre à moitié plein. A venir : six chroniques critiques, une par université mise en valeur pour sa fusion et représentée au colloque par son président ou ex-président. Aix-Marseille Université, Bordeaux, Marne-la-Vallée Paris-Est, Nantes, Sorbonne Université, Strasbourg.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. Pays de Loire

Fusions : de la fête à l’enfer

Sur ce blog depuis 2009 : 334 chroniques sur les fusions d’universités.

Colloque organisé par l’université de Strasbourg (10 et 11 octobre). Fusions d’universités : bilans, retours d’expériences, perspectives

Six présidents ou ex-présidents étaient annoncés. Olivier Laboux, président de l’université de Nantes et VP de la CPU, s’est excusé de ne pouvoir venir (chronique à suivre dans la journée). La ministre Frédérique Vidal est arrivée jeudi 10 en fin d’après-midi.

Quatre présidents pour célébrer la fête à la fusion. De gauche à droite, Yvon Berland (Aix-Marseille Université), Manuel Tunon de Lara (Bordeaux), Michel Deneken (Strasboug), Jean Chambaz (Sorbonne Université). Débat présidé par Yves Lichtenberger (ex-président de l’université de Marne-la-Vallée).

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé

Regroupements. Exception française

Suite de ma chronique du 16 août 2019 (La Ministre Vidal et le classement de Shanghai 2019) et de mes six chroniques de 2013 intitulées : j’ai mal aux regroupements.

University Mergers in Europe (avril 2019, 10 pages). Le rapport de l’Association des Universités Européennes met en valeur l’exception française en matière de regroupements, politique menée continument depuis une dizaine d’années (création des Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur en 2006).

Ces regroupements (les COMUE en particulier) aboutissent à des mammouths en terme d’effectifs. 160 000 étudiants pour l’université Bretagne-Loire : heureusement, celle-ci va être dissoute en fin d’année (chronique : Bretagne Loire : 4 ans pour mourir).

Cliquer sur les images pour les agrandir

Dans le TOP 100 du classement de Shanghai, figurent 8 universités britanniques, 5 universités suisses, 4 universités allemandes. Dans la liste des mammouths (cf ci-dessus) ne figure aucun de ces trois pays.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Regroupements. Exception française

Classé dans D. Allemagne, D. Suisse, Non classé

La Ministre Vidal et Shanghai 2019

15 août 2019, communiqué de presse de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation : publication du Classement de Shanghai 2019 : réaction de Frédérique Vidal

Le rapport global (34 pages)

Rien de nouveau dans l’analyse ministérielle du classement de Shanghai. La ministre l’aime : Frédérique Vidal a pris connaissance de l’édition 2019 du classement de Shanghai. Elle tient à saluer la position de la France en 6ème place mondiale, dans un contexte de plus en plus compétitif qui a vu le nombre de pays représentés dans le Top 500 croître de 20% ces 15 dernières années.

Lire la suite

Commentaires fermés sur La Ministre Vidal et Shanghai 2019

Classé dans Non classé

Metz. En finir avec la fusion ?

La semaine de Nancy n° 473 et de Metz n° 733 du 4 juillet. Metz et Nancy, analyse et point de vue sur le paysage de l’université Lorraine

Eric Brangier, professeur d’université : On a fabriqué un mammouth !

Chapeau de l’article. « Professeur d’université depuis 1991, spécialisé en ergonomie et psychologie des organisations, responsable du Master Ergonomie à l’université de Lorraine, directeur de PErSEUs pour l’expérience utilisateurs, Eric Brangier nous semblait particulièrement bien placé pour proposer une analyse de la situation ergonomique et psychologique de l’université de Lorraine.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Une intervention que nous voulons considérer comme un point mais aussi le début d’une série d’expressions, à condition qu’elles soient argumentées, sur le présent et l’avenir de l’Université Lorraine.

Sans avis catégorique sur le dossier de l’école  d’ingénieur Mista qui a mis le feu aux poudres entre Nancy et Metz depuis quelques mois, Eric Brangier, ancien membre des instances de l’Université Paul Verlaine de Metz étaye ses arguments de façon à la fois technique et humaine sur les moyens et objectifs d’un tel regroupement et les opportunités à évoluer, ensemble ou séparément ».

Que faire ? Quelques pistes dégagées par Eric Brangier

Pour aller plus loin. Toutes les chroniques du Blog sur

Commentaires fermés sur Metz. En finir avec la fusion ?

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie, Architecture, E. Sciences humaines et sociales

Paris-Est, une COMUE moribonde

Université Paris Est (UPE) est une COMUE moribonde qu’il faudrait aider à mourir. Dans ce contexte, le rapport d’évaluation du Hcéres (mai 2019) n’est pas courageux. Pour les membres du comité d’évaluation, la COMUE n’est pas moribonde ; elle est à la croisée des chemins !

  • Critique du rapport d’évaluation dans la seconde partie de cette chronique : analyse de 4 extraits du rapport.

Il y a trop longtemps que l’Université Paris-Est est paralysée : quel chemin choisir ? La mort de la COMUE est une condition pour fonder un autre regroupement, fût-il une abomination : l’université Gustave Eiffel. Ce serait mieux de dire clairement quel est le projet prioritaire :

  • réussir l’université Gustave Eiffel, synonyme de la mort de Paris-Est Marne-la-Vallée ?
  • maintenir la croyance en une coopération possible entre les deux universités (Marne-la-vallée et Paris 12 Créteil) sur la thématique Ville / Santé ?
  • maintenir une Comue moribonde pour maintenir les emplois ou la fermer dans les meilleurs délais pour économiser l’argent public et dans le respect des droits des salariés ?

Lire la suite

Commentaires fermés sur Paris-Est, une COMUE moribonde

Classé dans C. Ile-de-France

SUP. Sept Cergy-Pontins Macroniens

Actualisation de la chronique du 30 octobre 2018 : Le cercle des 7 Macroniens de Cergy-Pontoise (le texte intégral est repris en note finale).

Depuis octobre 2018, deux de ces sept personnalités de l’enseignement supérieur et de la recherche ont changé de fonction, obtenant un poste plus important : Françoise Moulin Civil et Anne-Sophie Barthez.

Françoise Moulin Civil

  • 2008 à 2012, présidente de l’université de Cergy Pontoise (chronique du blog en 2009)
  • 2012 à 2018. Rectrice de l’académie de Lyon en septembre 2012, présidente de la Conférence des recteurs de février 2015 à février 2018, rectrice coordonnatrice pour les académies de Clermont-Ferrand, Grenoble et Lyon, et, de janvier 2016 à 2018, rectrice de la région académique Auvergne-Rhône-Alpes.
  • février 2018, nommée administratrice provisoire de l’Université Paris-Est Créteil jusqu’à l’élection d’un président ou d’une présidente. Jean-Luc Dubois-Randé est élu président de l’UPEC, le 7 septembre 2018.
  • fin 2018, l’ancienne présidente de Cergy est nommée conseillère pour la politique de site et les établissements auprès de Frédérique Vidal. En attendant mieux !
  • 22 mars 2019, nommée administratrice provisoire de l’université de Paris (pour accompagner la fusion de Paris 5 et Paris 7). Les élections aux conseils centraux et facultaires de la future université ont eu lieu les 21 et 22 mai (résultats pour les personnels). Élection par le conseil d’administration de la présidence de l’Université prévue le 21 juin 2019. « Si c’est Christine Clerici qui est élue, il est prévu qu’elle effectue les deux premières années avant de laisser sa place à Frédéric Dardel, président de l’Université Paris Descartes, qui, entre temps, devrait être nommé vice-président formation » (in News Tank Higher Education).
  • Commentaire 1. Je suis surpris et choqué par la liberté des deux présidents sortants de se partager la présidence de la nouvelle université : 2 ans pour Christine Clerici, puis 2 ans pour Frédéric Dardel. La durée d’un mandat présidentiel est de 4 ans ; il n’y a pas à tergiverser.
  • Commentaire 2. La priorité donnée à l’ex-présidente de Paris VII peut paraître élégante : les femmes d’abord. Elle ne l’est pas ! Dans 2 ans, Frédéric Dardel sera idéalement placé pour se succéder à lui-même. L’ère des petits arrangements entre amis gagne du terrain : un tel partage temporel déjà eu lieu à Grenoble (2 ans pour Lise Dumasy, puis 2 ans pour Patrick Lévy).
  • Commentaire 3. Françoise Moulin Civil est née en 1952. Elle peut déjà prendre sa retraite si elle en a l’envie. Elle devra obligatoirement la prendre en 2020. Si c’est le cas, comment le gouvernement va-t-il l’occuper durant une année ?

Lire la suite

Commentaires fermés sur SUP. Sept Cergy-Pontins Macroniens

Classé dans C. Ile-de-France