Archives de Tag: IES

Ne touchez pas au Bac ?

Je partage certaines des analyses de la pétition Ne touchez pas au baccalauréat. Je ne la signerai cependant pas car elle défend uniquement le statu quo, n’avançant aucune proposition de réforme.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Pour ma part, à la fin de la chronique Loi d’Orientation et Réussite des Étudiants: oui, il faut s’inquiéter, je défends deux orientations :

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Accès à la L1 : la sélection est là

Le projet de loi Orientation et réussite des étudiants organise, sans le dire explicitement, la sélection à l’entrée de l’enseignement supérieur. On attendait le fin du tirage au sort (et de la procédure Admission post-bac) et, au final, on a une vraie procédure de sélection (et un frère jumeau d’APB encore plus « usine à gaz » : Parcoursup ; mon ami Yann Bisiou l’a tout de suite dénommé avec humour : PasSup, PasSûr. La sélection, c’est une surprise, une bonne surprise !

  • sélection existant déjà pour l’accès aux Sections de techniciens supérieurs, aux Instituts universitaires de technologie, aux classes préparatoires aux grandes écoles
  • sélection dans les licences à capacités d’accueil limitées (médecine, STAPS, Psychologie, Droit voire Économie…)
  • mais également sélection dans toutes les autres licences.

C’est le paradoxe de ce projet de loi : les mots « sélection et/ou prérequis » n’y figurent pas. Les termes utilisés sont désormais « caractéristiques de la formation », « attendus de la formation ». Chroniques précédentes sur cette réforme.

Avant de procéder à la démonstration de l’instauration de fait de la sélection par le projet de loi, je me dois de rappeler la position que je défends sur ce blog depuis 9 ans (le combat du blog : 20 propositions de réforme).

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans E. Médecine Pharmacie, Non classé

Paris Seine, Undergraduate College

Investissements d’avenir : tout réussit à l’université de Cergy Pontoise et à la COMUE Paris Seine à laquelle elle appartient.

Le projet de nouveau cursus décrit ci-dessous a une parenté certaine avec la création d’Instituts d’enseignement supérieur que je défends depuis janvier 2009, et ce d’autant plus qu’il est articulé avec la création d’une école universitaire de recherche. La parenté serait encore plus forte si, dans l’Undergraduate College, était prévue l’intégration des classes supérieures des lycées du Val d’Oise. A suivre donc !

Communiqué de presse du 13 octobre 2017. Nouveaux cursus à l’université : l’undergraduate college de l’université Paris Seine repense entièrement l’architecture de la licence et du DUT. « La ComUE université Paris Seine, l’université de Cergy-Pontoise, l’ESSEC, l’EISTI et l’ENSEA sont fières de leur sélection à l’appel à projet Nouveaux Cursus à l’Université (NCU).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France

Réformer « en même temps »…

Le combat du blog Histoires d’universités, depuis 2009, est celui de la création, en même temps, d’Instituts d’Enseignement Supérieur (IES) dédiés au 1er cycle et d’universités de recherche dédiées au master et au doctorat. La réforme Vidal-Blanquer n’a aucune stratégie globale, aucune ambition (Le « Plan Étudiants » en 20 mesures ; Accompagner chacun vers la réussite)

Republication de la chronique du 14 mars 2014 : le combat du blog, créer des IES. Pourquoi réformer l’ensemble du 1er cycle (Licence, DUT, BTS et CPGE) ? Quels défis ? Quels parcours de formation et quels programmes ? Quelle pédagogie ? Quel corps enseignant ? Quels coûts ? Quels financements ? Combien d’IES ? Quelle répartition sur le territoire (carte des formations) ?

1. Chronique du 19 février 2009. Créer 480 Instituts d’enseignement supérieur. Réformes bloquées : une chance pour la Réforme.

2. Chronique du 4 mars 2011 (séminaire Politiques des Sciences). Sortir le cycle Licence de l’université et créer des IES.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Sélection à l’entrée de la L1, du M1

Patrick Fauconnier, Universités : innover ou sombrer, 2017, Fauves Éditions. L’éditeur, à la demande de l’auteur de l’ouvrage, m’a donné l’autorisation d’en publier des Bonnes Feuilles. Un point fort du livre : il faut refonder l’ensemble du 1er cycle. Le blog Histoires d’universités défend depuis 2009 la création d’Instituts d’enseignement supérieur dédiés au 1er cycle.

Quelques bonnes feuilles, tirées de la troisième partie, consacrée aux quatre mesures à prendre vite pour éviter que l’université ne sombre. Mesure 4 : pages 237 à 239.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Non classé

Enrichir le 1er cycle : du vent !

Lettre des ministres Vidal et Blanquer aux proviseurs des lycées, en vue de la rentrée 2018 dans l’enseignement supérieur (11 octobre 2017)

« Alors qu’une concertation est en cours sur un « contrat pédagogique de réussite étudiant« , nous tenons à vous apporter, dès aujourd’hui, des éclairages sur les évolutions de l’accès à l’enseignement supérieur. Nous savons que les futurs étudiants, les équipes pédagogiques et les parents ont d’ores et déjà commencé à vous interroger ».

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Ambition 2. « Réformer et enrichir le premier cycle ». Enrichir de combien de centaines de millions d’euros ?

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Occitanie (Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon)

Refonder l’ensemble du 1er cycle

Tweet du 7 juillet 2017, annonçant la publication du livre de Patrick Fauconnier, Universités : innover ou sombrer, Fauves Éditions. L’éditeur, à la demande de l’auteur de l’ouvrage, m’a donné l’autorisation d’en publier des Bonnes Feuilles. Un point fort du livre : il faut refonder l’ensemble du 1er cycle.

Quelques bonnes feuilles, tirées de la troisième partie, consacrée aux quatre mesures à prendre vite pour éviter que l’université ne sombre. Mesure 1 : pages 220 à 227.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Non classé

2018, l’échec certain de F. Vidal

Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, est bien obligée d’inscrire ses propos dans le programme de ses mentors : mettre en place à la rentrée 2018 le « contrat réussite étudiant ». Elle sait pourtant, et parce qu’elle était présidente d’université jusqu’au printemps dernier, qu’elle n’a aucune chance de réussir, ou – dit autrement – qu’elle est certaine d’échouer.

Elle était ce matin accueillie à France Inter : réécouter son intervention de 9’40

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

« L’objectif est que nous soyons en capacité d’accueillir tous les bacheliers dans l’enseignement supérieur et de leur proposer des places qui leur conviennent« . Ces bacheliers étaient 641 700 en 2017 ; ils devraient être encore plus nombreux en 2018. Accueillir tous les néo-bacheliers !

Lire la suite

7 Commentaires

Classé dans Non classé

Université. Macron dessine l’avenir

News Tank a publié hier un dossier de 28 pages, Les universités françaises dessinent leur avenir. Il se pourrait qu’Emmanuel Macron dessine cet avenir – et en particulier celui du regroupement des établissements – par ordonnance (lire en note finale le billet d’EducPros).

Il faut dire en effet que la politique de regroupements à marche forcée, instaurée par la loi ESR de juillet 2013 et aboutissant à des COMUE monstrueuses, a pitoyablement échoué (depuis 2009 : 303 chroniques du blog sur les regroupements).

Le combat du blog depuis 2009 : une quinzaine d’universités de recherche, dédiées aux seuls deuxième et troisième cycles et obtenues par fusion, et « en même temps » plusieurs centaines d’Instituts d’Enseignement Supérieur, dédiés aux seuls premiers cycles en 3 ans. Ces IES seraient des établissements juridiquement nouveaux, autonomes mais associés non aux lycées (les classes supérieures des lycées seraient intégrées dans les IES), mais aux universités de recherche.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

BTS, une attractivité en baisse ?

En marche ! Programme pour l’enseignement supérieure et la recherche.

Nous agirons pour promouvoir la mobilité sociale et professionnelle. Nous revaloriserons la formation professionnelle via la création de 100 000 places supplémentaires dans de nouvelles filières courtes professionnalisantes proposées par les lycées, les universités, les établissements consulaires en lien avec les branches professionnelles.

Cinq questions pour lever les imprécisions de ce programme. Filières courtes professionnalisantes en deux ou trois ans ? Le même diplôme préparé et délivré en classe supérieure des lycées et en université ? Le diplôme délivré par les établissements consulaires sera-t-il un diplôme national ? Et quid de la licence de technologie en 3 ans proposée par l’Assemblée des Directeurs d’IUT ? Et quid du Bachelor en 3 ans ?

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé