Archives de Tag: Masters

2019. Baisse des effectifs en ESPE

Véronique Guiberteau et Diane Marlat, Les effectifs en 2018-2019 des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE), Note flash du SIES, n°9, mai 2019.

Titres de la Note Flash. « Baisse des effectifs en ESPE »…

« Davantage de femmes et de bacheliers généraux…

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans F. 19ème et 20ème siècles

Écoles de commerce (2) : le boom

La part de l’enseignement supérieur privé dans l’ensemble du supérieur progresse chaque année. Mais nous sommes en France : le privé se développe sous la houlette et le contrôle de l’État. Ainsi, les écoles de commerce et de gestion du Groupe I (autorisées par le Ministre de tutelle à délivrer un diplôme visé et un grade de master) « participent effectivement au service public de l’enseignement supérieur ».

Des universités publiques ou certaines de leurs facultés pourraient donc être fermées et remplacées par des établissement privés dit d’intérêt général. Est-ce l’avenir ? D’ailleurs quel est le coût financier complet de cet État qui se mêle de piloter le privé ? Le public n’est-il pas plus important ?

Les écoles privées de commerce, gestion et vente connaissent un boom fort important. 95 835 inscrits en 2007-2008 (indicateur 6.9 des RERS 2018), 141 356 en 2025-2016, 152 080 en 2016-2017, 174 092 en 2017 2018.

Le nombre d’écoles a été relativement stable de 2007 à 2015 (191 établissements en 2015). A dispositif équivalent, il a augmenté fortement en 2016 (223) et en 2017 (232). A dispositif de collecte élargie, la progression est encore plus étonnante : 308 établissements en 2017-2018. Cette tendance est bizarre dans cette période qui pousse aux regroupements d’établissement, à leur association, voire à leur fusion.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Écoles de commerce (2) : le boom

Classé dans E. Economie Gestion

Écoles de commerce, de gestion (1)

Les écoles de commerce et de gestion du Groupe I (autorisées par le Ministre de tutelle à délivrer un diplôme visé) « participent effectivement au service public de l’enseignement supérieur ».

Les frontières entre enseignement supérieur public et enseignement supérieur privé sont donc poreuses. La privatisation du SUP est rampante mais certaine. Elle s’accélère, par le biais de la création de prépas intégrées, de bachelors. Au bénéfice de qui ? Chronique à suivre sur le boom des écoles de commerce.

Auparavant, il faut rappeler les définitions et la procédure du visa.

1.Définitions. RERS 2018, Indicateur 6.9, Les écoles de commerce et de gestion. Ce sont des établissements privés ou consulaires, classés en trois groupes :

  • les écoles du groupe I sont reconnues par l’État et au moins l’un de leurs diplômes est visé par le ministère chargé de l’enseignement supérieur ;
  • les écoles du groupe II sont également reconnues par l’État, mais aucun de leurs diplômes n’est visé par le Ministère ;
  • les écoles du groupe III ne sont pas reconnues par l’État et aucun de leurs diplômes n’est visé par le Ministère.

Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans E. Economie Gestion

Devenir enseignant : la réforme 2019

Devenir enseignant : une meilleure formation initiale et des parcours plus attractifs pour entrer dans le métier (communiqué de presse du MEN, 21/02/2019).

Après les Écoles normales primaires et supérieures, les IPES, les IUFM, les ESPE, des petits nouveaux sont annoncés pour la prochaine rentrée, les INSPE (Instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation).

Extraits du communiqué ministériel. « Un nouveau dispositif de pré-professionnalisation de trois ans sera proposé aux étudiants à partir de la licence dès la rentrée 2019. Il permettra une entrée progressive dans le métier de professeur.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Devenir enseignant : la réforme 2019

Classé dans Non classé

Mon ami Andrea Cammelli

Mon ami, Andrea Cammelli, est mort le 29 janvier 2019, à l’âge de 75 ans, trois ans après son départ en retraite (vidéo émouvante de ce départ).

Je n’ai appris sa mort qu’aujourd’hui, par une amie italienne. C’est une disparition très douloureuse pour moi. Andrea, un bel exemple d’Honnête homme, européen convaincu, ayant un sens extrême de l’intérêt collectif, combattant de toujours pour l’emploi des diplômés des universités italiennes. Merci pour l’exemple que tu as donné, mon très cher Andrea !

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Andrea, professeur de statistiques à l’université de Bologna et directeur du Consortium Interuniversitaire Almalaurea de 1994 à 2015. Je l’ai rencontré pour la première fois, le mercredi 16 décembre 1998 : il tenait une conférence pour présenter les résultats de la 4ème enquête interuniversitaire sur l’insertion professionnelle des diplômés des universités.

Extrait de mon Diario écrit à Bologne d’octobre 1998 à janvier 1999. Condizione occupazionale dei laureati di Bologna e altrove (16 décembre 1998).

  • Il professore. « Par chance, j’ai lu dans la Repubblica l’annonce d’une conférence sur les débouchés professionnels des étudiants »
  • La sua moglie : « tu n’avais pas reçu d’invitation ? »
  • Il professore : « tu sais très bien que, ce qui circule le plus mal dans les universités, c’est l’information »
  • La sua moglie : « tu exagères comme d’habitude. Ne te plains pas. A Bologne, tu n’es en fait qu’un étranger de passage »
  • Il professore : « tu as raison : un straniero, immigrato intra-communitaria. N’empêche. C’est une ville fascinante et attachante. Lieu de la conférence : le couvent de San Giovanni in Monte, contre la Chiesa du même nom. Encore un lieu historique récupéré récemment et restauré par l’université. Siège de la faculté d’architecture et de plusieurs départements de recherche du domaine. Extrêmement classe ». Je publierai bientôt d’autres extraits du diario du 16 décembre 1998.

Avec le soutien constant du Recteur Roversi Monaco (cf. ma chronique du 9 mai 2009), Andrea avait fondé AlmaLaurea en 1994 et en était devenu le premier directeur. J’ai été impressionné et me suis dit qu’il fallait créer un réseau d’universités et faire en France le même type d’enquêtes qu’en Italie. Échec de ce projet de réseau : André Legrand, président de Paris X Nanterre et président de la CPU, était pourtant venu à Bologne en 2000 pour signer, en présence de Romano Prodi, un accord entre Almalaurea et la CPU (chronique du blog de mai 2011 : le CEREQ et les Observatoires).

Andrea est le père spirituel de l’Observatoire des parcours étudiants et des insertions professionnelles (OFIPE) que j’ai créé et dirigé à Marne-la-Vallée de 1999 à 2003.

Octobre et novembre 2008. Je suis l’invité d’Almalaurea. Deux mois de travail auprès d’Andrea au siège de la Fondation : j’écris le manuscrit L’Université déchiffrée, livre à la base du blog Histoires d’universités (lancement en janvier 2009). Chronique du 12 janvier 2009 : Bologne, Almalaurea depuis 1994.

Hommages. Autres chroniques d’Histoires d’universités sur Andrea Cammelli et AlmaLaurea

In ricordo di Andrea Cammelli, padre di AlmaLaurea.

E’ morto Andrea Cammelli, il fondatore di AlmaLaurea. Il cordoglio dell’Università di Bologna

Commentaires fermés sur Mon ami Andrea Cammelli

Classé dans D. Italie, Non classé

Justice morte. Avocats en colère

16-17 novembre. Propositions de réforme de la formation initiale adoptée par l’assemblée générale du Conseil national des barreaux (3 pages).

  • Connaissance prise  des rapports de la commission de la formation professionnelle présentés à l’Assemblée générale les 10 juillet 2010 (réforme de l’examen du CAPA), 16 juin 2012 (réforme de l’accès aux écoles d’avocats), 11 octobre 2014 (réforme de la formation initiale dans les écoles d’avocats), 3 février 2017 (encadrement de la période de  collaboration en alternance) et 16 et 17 novembre 2018…

Cliquer sur les images pour l’agrandir

17 novembre. L’assemblée générale du Conseil national des barreaux vote à l’unanimité pour la publication d’une lettre ouverte à la garde des Sceaux, relative au projet de loi de programmation pour la justice.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Justice morte. Avocats en colère

Classé dans E. Droit et Sciences politiques

La main-d’œuvre surqualifiée

Mircea Vultur, La main-d’œuvre surqualifiée : qu’en pensent les employeurs ? CIRANO, Québec, 2018, 30 pages.

Lire la suite

Commentaires fermés sur La main-d’œuvre surqualifiée

Classé dans Non classé

Hausse constante du SUP privé

Établissements d’enseignement supérieur technique privés et consulaires, autorisés à délivrer un diplôme visé par le ministre chargé de l’enseignement supérieur et pouvant conférer le grade de master à leurs titulaires (arrêté du 2-7-2018).

Tableaux des établissements d’enseignement supérieur technique privés et consulaire autorisés à délivrer un diplôme visé par le ministre chargé de l’enseignement supérieur (19 pages).
Combien d’établissements concernés ? Une petite soixantaine. Un exemple : établissements de l’académie de Versailles.
Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Lire la suite

Commentaires fermés sur Hausse constante du SUP privé

Classé dans C. Ile-de-France

Licence Sciences et Humanités

Licence Sciences et Humanités, Aix-Marseille Université, site de Marseille. Une licence transdisciplinaire, originale et ambitieuse.

Courriel reçu début mars 2018. « Dans ta revue des licences possibles, tu devrais aller voir la Licence Sciences et Humanités de Marseille. Cette licence est non-sélective : ils prennent les 60 premiers qui décident de venir, après un entretien de présentation de la licence. Cela veut dire que les enseignants font plus de 60 entretiens d’une heure, à deux enseignants en face d’un étudiant.

Le taux de succès est fort : de mémoire, 45 licences données pour les 60 étudiants de la première promo. Cette licence ouvre aujourd’hui sur 10 masters différents (socio, philo, histoire, neurosciences, physique, maths, MEEF….).

Devant de tels résultats, l’université a très logiquement décidé de refuser son extension à 120 étudiants !!! Limitation à 60 étudiants en 2017-2018, pour 171 candidatures ».

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. PACA Corse, E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales, Non classé

JM Blanquer, réformateur insatiable

Le Ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, s’arrêtera-t-il un jour de vouloir réformer, encore réformer et réformer de plus belle ? Quitte à marcher sur les platebandes de la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal.

Après le projet de réforme du bac :

  • une réforme de la formation dans les écoles supérieures du professorat et de l’éducation (réseau des ÉSPÉ) ?
  • une réforme du recrutement et de l’affectation des enseignants du primaire et du secondaire ?

Formation des enseignants. Info CGT FERC SUP (9 février 2018) : Information importante à l’attention des personnels, des étudiants et des stagiaires des ÉSPÉs, et à l’attention des futurs étudiants des ÉSPÉ.

Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans Non classé