Archives de Tag: Orientation

2018. Moins d’entrants en licence ?

Aurélie Delaporte et Diane Marlat, Les effectifs universitaires en 2017-2018, Note Flash du SIES, n°5, mai 2018, 2 pages.

Nombre de nouveaux bacheliers entrés à l’université en 1ère année de licence ou de DUT (cf. tableau ci-dessous)

  • 2016-2017. 287 400
  • 2017-2018. 290 800 (+ 3 400, soit +1,2%, +0,8% hors CPGE)
  • 2018-2019. Et si le nombre de néo-entrants, attendu à la hausse, s’avérait, au final, en baisse à cause des incertitudes – créées par ParcourSup – pour les candidats en attente encore à ce jour ou n’ayant que des réponses négatives ? Lire ou relire la chronique : Pourquoi des candidats quittent-ils la plateforme ParcourSup ?
  • situation des candidats au 2 juin 2018 : 244 898 candidats sur 812 054 ont accepté définitivement une proposition d’admission.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Blanquer, pro du n’importe nawak

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, lance la réforme du lycée professionnel et du bac éponyme, Transformer le lycée professionnel : former les talents aux métiers de demain. Pourquoi ? Par addiction aux réformes à marche forcée ! par addiction au jeu numérique du Super Nawak !

Avant Nicolas Sarkozy, le baccalauréat professionnel était préparé en quatre ans. Sous Sarkozy, une année a été supprimée pour des rasions financières, cela induisant une progression des poursuites d’études des bacheliers professionnels.

Le ministre JMB souhaite pour sa part que la 1ère année du bac pro soit une étape avant la spécialisation en 2ème année. Conséquence : la préparation à un métier précis trouvant des débouchés sur le marché du travail passerait de 4 ans (avant Sarkozy) à deux ans. Ce sont les employeurs qui vont être contents ! Pauvres bacheliers professionnels qui seront poussés à obtenir un BTS – deux ans d’études de plus – pour pouvoir trouver un travail payé comme un bac pro, et financé par les contribuables. En France, on ne compte pas ?

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Orientation : un rapport de plus

Depuis 2009, 162 chroniques du blog sur l’orientation des jeunes.

Un rapport de plus. Conseil économique, social et environnemental, Laure Delair et Albert Ritzenthaler, L’orientation des jeunes, avril 2018, 92 pages. Neuf préconisations.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

ParcourSup va-t-il imploser ?

Idéologique, injuste, infaisable: Parcoursup, largement refusé, va-t-il imploser ? par Philippe Blanchet, Médiapart, Le blog de Philippe Blanchet, 7 avril 2018.

La plateforme Parcoursup d’admission à l’Université fait l’objet de fortes critiques. Au moment où les demandes sont transmises aux universités pour réponse sous 6 semaines, de nombreux universitaires, départements, UFR et même universités entières refusent de le mettre en œuvre, soutenus par la plupart des syndicats du secondaire et du supérieur. Pourquoi ? Et si Parcoursup implosait?

La mise en place de la plateforme Parcoursup et de ses critères d’orientation par le gouvernement est présentée comme soutenue par trois arguments principaux :

  • il y a trop de demandes d’inscription dans certaines filières, localement ou nationalement, qui n’ont pas les capacités d’accueil suffisantes et que le gouvernement nomme « en tension » ;
  • du coup la plateforme précédente de préinscriptions nommée Admission Post-Bac (APB) aboutissait à ce que des bacheliers et bachelières ne trouvent pas de places, d’autres étant tiré·e·s au sort, procédés injustes ;
  • le taux d’inscrit·e·s en première année à l’université qui ne terminent pas cette première année est très élevé (environ 50% en moyenne) et on pourrait éviter ces inscriptions « erronées » ou « inutiles », pour réduire la charge des universités et « améliorer » l’orientation initiale des étudiant·e·s.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Insertion et Capacités d’accueil

Faut-il prendre en compte l’insertion professionnelle des diplômés de l’université pour fixer les capacités d’accueil en 1ère année de licence ? Une première réponse à cette question a mis le feu au poudre avant qu’une seconde réponse soit produite par la commission mixte paritaire Assemblée-Sénat, juste avant le vote de la loi Orientation et Réussite des Étudiants, le 15 février 2018

  • nuit du 8 au 9 février 2018. Au cours de l’examen du projet de loi ORE, les Sénateurs ont voté l’amendement Grosperrin. « Les capacités d’accueil des formations du premier cycle de l’enseignement supérieur des établissements relevant des ministres chargés de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur sont arrêtées chaque année par l’autorité académique après dialogue avec chaque établissement. La modification des capacités d’accueil prend en compte les taux de réussite et d’insertion professionnelle observés pour chacune des formations ».
  • 13 février 2018. Compromis proposé par la commission mixte paritaire et qui figure dans le projet de loi définitif. « Les capacités d’accueil des formations du premier cycle de l’enseignement supérieur des établissements relevant des ministres chargés de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur sont arrêtées chaque année par l’autorité académique après dialogue avec chaque établissement. Pour déterminer ces capacités d’accueil, l’autorité académique tient compte des perspectives d’insertion professionnelle des formations, de l’évolution des projets de formation exprimés par les candidats ainsi que du projet de formation et de recherche de l’établissement ».

Avant de citer les arguments utilisés par les pourfendeurs de l’amendement Grosperrin (motion du CNESER et courriel du sénateur des Hauts-de-Seine, Pierre Ouzoulias), il n’est pas inutile de rappeler que la mission 3 du service public de l’enseignement supérieur, mission qui figure dans la loi LRU de 2007 et qui a été reprise dans la loi ESR de 2013, est l’orientation et l’insertion professionnelle.

Lire la suite

8 Commentaires

Classé dans Non classé

Bizarre ce Label pour la réussite

Plan Étudiants : labellisation des parcours de réussite, communiqué de Frédéric Vidal, 8 février 2018. Commentaires critiques en fin de chronique.

« Le Plan Étudiants, présenté en octobre 2017, repose sur trois objectifs : mettre fin à l’injustice du tirage au sort lors de l’admission post-bac, encourager la personnalisation des cursus pour endiguer le taux de 60% d’échec en licence, et investir massivement dans la vie étudiante pour créer les conditions d’une réussite juste socialement…

… Pour offrir à la jeunesse toutes les clefs pour construire son avenir, Frédérique Vidal a souhaité s’appuyer sur les nombreuses initiatives associatives qui ont été lancées ces dernières années au sein de la société civile. Un certain nombre d’entre elles qui accompagnent les étudiants et futurs étudiants vers des parcours de réussite, seront labellisées par le Ministère. Ce label leur permettra de se développer et de s’alimenter mutuellement.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Loi ORE votée par 49 députés

Communiqué de Frédérique Vidal (15 février 2018). « Le projet de loi Orientation et réussite des étudiants a été adopté définitivement par l’Assemblée nationale et le Sénat, qui ont voté en faveur des conclusions de la commission mixte paritaire ».

Décompte des voix : 49 députés pour et 13 contre, puis au Sénat, par 250 sénateurs pour et 93 contre. 49 députés pour, c’est davantage qu’en 2013 lors du vote final de la loi Enseignement supérieur et recherche, dite loi Fioraso ! Chronique à suivre : Loi ESR votée par 15 députés.

Rappelons que la loi ORE a été initiée pour supprimer la mise en œuvre en 2017 de tirages au sort dans certaines formations en tension. Fallait-il une loi pour cela ? Non ! Cette loi facilitera-t-elle l’orientation des étudiants ? Non ! L’offre de formation post-bac a encore progressé par rapport à l’an dernier (plus de 12 000) ; le nombre de vœux possible sur ParcoursSup a été réduit à 10, l’élève de terminale ne pouvant pas afficher sa priorité. Cette loi améliorera-t-elle la réussite des étudiants par des dispositifs d’accompagnement pédagogique ou des parcours de formation personnalisés ? Non ! Ces parcours et dispositifs, dévoreurs de moyens matériels et humains, ne seront pas en place à la rentrée.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Tout est simple pour les simples…

Tout est simple pour les simples… (texte en pdf). A propos du projet de loi Orientation et Réussite des Étudiants, libre opinion de Patrice Brun, professeur d’Histoire grecque, université Bordeaux Montaigne, président de cette université de 2009 à 2012.

« Sélection ! » affirment les uns. « Orientation ! » rétorquent les autres. Dialogue de sourds comme notre pays et notre système universitaire en ont l’habitude. Tant d’arguments aussi péremptoires les uns que les autres ont déjà été échangés à propos d’une réforme en cours que l’on hésite à les reprendre, même en y mettant toutes les nuances voulues.

Pourtant, on aurait pu penser qu’un certain consensus s’établirait autour d’un constat, qui n’est tout de même pas très brillant à certains égards. Même pas… On a vu sortir des chiffres, agrémentés de réflexions du style « toutes les études montrent » – ce qui dispense d’en citer une seule – ou sortis d’offices et officines fort discrètes jusque-là. Les uns parlent de moins de 40% d’étudiants réussissant leur première année à l’université – mais dans des filières pré-choisies ; les autres de 80 % obtenant un diplôme de l’enseignement supérieur – escroquerie intellectuelle notoire puisque ce diplôme-là est le baccalauréat… Évidemment, personne ne parle des mêmes étudiants, ni des mêmes cursus, chacun prenant ce qui l’intéresse et le sert. Quant à APB, il est voué aux gémonies par les uns qui mettent en avant les exemples de tirage au sort dans certaines disciplines, mais les autres lui trouvent à présent des qualités telles, qu’au révélé de tant de vertus jusqu’alors insoupçonnées, on se demande si tout le monde parle du même système. Dialogue de sourds porté à l’extrême entre les zélateurs du « toujours oui » à des réformes dès lors qu’elles nous font sortir d’un système qui ne marche pas et les sectateurs du « toujours non » à des réformes dès lors qu’elles nous font sortir d’un système qui ne marche pas – mais qui marcherait à coup sûr mieux avec quelques milliards en plus ; entre les « réformateurs » à tout crin qui taxent toute modification d’insuffisante et d’inutile et les « conservateurs » de profession qui y voient l’évidence d’une atteinte – toujours « sans précédent » – au service public, la lutte rhétorique, frisant souvent la logorrhée, fait rage.

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes)

Parcoursup. Histoire sans parole

J’imagine des bulles humoristiques pour cette affiche sur les Journées des universités. Et vous ?

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Que signifie un mur dans le contexte de Parcoursup ? Qu’y a-t-il derrière ?

Pourquoi avoir employé la couleur jaune ?

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Ne touchez pas au Bac ?

Je partage certaines des analyses de la pétition Ne touchez pas au baccalauréat. Je ne la signerai cependant pas car elle défend uniquement le statu quo, n’avançant aucune proposition de réforme.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Pour ma part, à la fin de la chronique Loi d’Orientation et Réussite des Étudiants: oui, il faut s’inquiéter, je défends deux orientations :

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé