Archives de Tag: Parcoursup (ex APB)

ParcourSup. Commenter les données

ParcourSup. Communication sur l’évolution des propositions d’admission, des candidats en liste d’attente, des candidats qui ont quitté la plateforme.

Le Ministère joue à fond une communication du type : « Verre à moitié plein ». Trois quarts des candidats ont reçu au moins une première proposition d’admission (communiqué du 6 juin 2018)

Cliquer sur les images pour les agrandir

Exercice : rédiger un communiqué de presse de type « Verre à moitié vide », à partir de l’état des candidatures ParcourSup au 9 juin 2018 (tableau ci-dessous). Poster ce communiqué en commentaire de cette chronique !

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Cinq universités manquent !

Suite de la Tribune, parue dans Le Monde des Idées du 31 mai 2018. Nous lançons un appel à bâtir les nouvelles universités que l’État refuse de créer !

Liste des signataires.

La première pierre d’une autre université : penser, refonder, bâtir.

A celles et ceux qui se préoccupent de rendre de la conscience à leur vie, qui n’en peuvent plus depuis 30 ans des réformes mortifères, de la compétition à outrance comme idéologie, seule créatrice de richesse, de la destruction de la culture, du rabougrissement des savoirs, nous lançons un appel à bâtir les nouvelles universités que l’État refuse de créer ! C’est à Vincennes, ce samedi 2 juin 2018 à 17h (Lac Daumesnil), que nous poserons la première pierre de l’Université en refondation et appellerons à lancer autant de chantiers que nécessaire partout en France.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Dans le débat public sur l’Université, les questions les plus urgentes masquent des problèmes plus profonds. Ainsi, la comparaison entre l’algorithme APB et la mise en concurrence des étudiants et des universités par Parcoursup fait écran à des réformes plus souterraines : obsolescence programmée du baccalauréat, professionnalisation de la licence, réduction ou assujettissement des humanités, augmentation drastique des frais d’inscription, séparation de l’enseignement supérieur entre collèges universitaires paupérisés, dits « de proximité », et établissements « de recherche intensive visibles internationalement », dérégulation des formations diplômantes et transformations des statuts des universitaires.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France

De ParcourSup à Pôle emploi

ParcourSup : Pôle emploi anticipe des ratés, par Alain Morvan, Le Républicain Lorrain, 2 juin 2018 (signalement par Le Nancéen).

« Pôle emploi anticipe auprès de ses agents une augmentation importante d’inscriptions d’étudiants en septembre pour tenir compte des difficultés à proposer aux lycéens une inscription dans l’enseignement supérieur.

Pôle emploi prépare ses arrières et ses salariés à une arrivée massive dans ses agences de bacheliers en peine d’affectation pour une filière d’études supérieures.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

2018. Moins d’entrants en licence ?

Aurélie Delaporte et Diane Marlat, Les effectifs universitaires en 2017-2018, Note Flash du SIES, n°5, mai 2018, 2 pages.

Nombre de nouveaux bacheliers entrés à l’université en 1ère année de licence ou de DUT (cf. tableau ci-dessous)

  • 2016-2017. 287 400
  • 2017-2018. 290 800 (+ 3 400, soit +1,2%, +0,8% hors CPGE)
  • 2018-2019. Et si le nombre de néo-entrants, attendu à la hausse, s’avérait, au final, en baisse à cause des incertitudes – créées par ParcourSup – pour les candidats en attente encore à ce jour ou n’ayant que des réponses négatives ? Lire ou relire la chronique : Pourquoi des candidats quittent-ils la plateforme ParcourSup ?
  • situation des candidats au 2 juin 2018 : 244 898 candidats sur 812 054 ont accepté définitivement une proposition d’admission.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

ParcourSup. Délais de réponses

ParcourSup. Calendrier des délais de réponses aux propositions d’admission

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Loi ORE. Échec de la contestation

Patrice Brun, université de Bordeaux Montaigne, Les raisons d’un échec de la contestation de la loi ORE (contribution reçue le 29 mai 2018).

En cette fin du mois de mai, chacun est forcé d’admettre que la contestation contre la loi ORE a totalement échoué dans sa tentative de faire abroger « par la rue » la dite loi. Et l’on est en droit dès à présent de tenter de comprendre l’échec des mouvements de contestation.

Que l’on soit bien clair : l’auteur de ces lignes persiste à considérer que, si cette loi n’est pas l’abomination de la désolation que certains de ses contempteurs ont bien voulu dessiner, elle n’a jamais eu son aval personnel. Je décris cette loi et les changements qu’elle opère comme bâclés, bien plus destinés à mettre, comme l’on dit, un coup de pied dans la fourmilière d’un système universitaire à bout de souffle, que de tenter de mettre fin à un prétendu principe de tirage au sort – qui n’a jamais concerné qu’un nombre très limité de candidats potentiels à une filière en tension – ou de régler, avec l’aide d’une baguette magique, la douloureuse question de l’échec en première année.

Pour espérer pareille conclusion, il eût fallu mettre à la disposition des universités des moyens supplémentaires en personnel et dotations de fonctionnement afin de permettre à tout le moins la création d’une véritable politique de mise à niveau des étudiants les plus fragiles. Mais l’État, préoccupé semble-t-il avant tout de permettre aux premiers de cordée de monter plus haut et plus vite, n’a jamais eu l’intention de les leur donner.

On ne peut pas non plus oblitérer les risques à terme de voir s’accentuer un fossé déjà existant entre universités, celles qui auront choisi d’établir de stricts classements de sélection – souvent celles qui sont déjà « prestigieuses » ou qui prétendent l’être – et d’autres qui, fidèles à leurs engagements, appliqueront a minima cette loi et accepteront la quasi-totalité de ceux que les premières auront refoulés.

Cela dit, comment peut-on expliquer l’acceptation résignée du système éducatif de l’enseignement supérieur dans sa très large majorité ? On n’éludera certes pas la détermination affichée du gouvernement et chacun aura probablement sa liste de raisons et la hiérarchie des raisons conduisant à cette acceptation – certains réfuteront même l’idée d’une défaite. Aussi vais-je tenter ici de dégager un nuage d’explications.

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes)

ParcourSup : 13 411 abandons

Retour sur ma chronique du 24 mai 2018 : ParcourSup, l’état des admissions

Commentaire de Véga. Mais que signifient donc les abandons ? Au 25 mai, ce nombre a gravement augmenté, ils sont à présent 4 832 à avoir abandonné la procédure Parcoursup. Avez-vous une idée, une explication, des détails sur ces abandons ? Merci par avance.

Situation au 28 mai. Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Esquisse de réponses. Oui, le nombre de candidat(e)s ayant abandonné la plate forme ParcourSup, alors qu’ils avaient eu au moins une proposition ou avant de recevoir une proposition, ne fait que croître depuis le 22 mai.

Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans Non classé

ParcourSup. Rassurer les familles

Tableau de bord en date du 26 mai 2018.

  • 486 023 candidats ont reçu au moins une proposition d’admission
  • 326 034 candidats en attente de place ou n’ayant reçu aucune proposition

Powerpoint de l’académie de Versailles (12 diapositives) : Répondre aux candidats et à leurs familles après le 22 mai

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France

ParcourSup à Strasbourg : débat

Débat sur Parcoursup à l’Université de Strasbourg, 23 mai 2018 de 18h à 20h, salle de conférence de la MISHA.

Quelle mise en œuvre ? Quels enjeux ? Quels risques et quelles opportunités ? Personnels, étudiants, lycéens et parents, nous sommes tous concernés par cette réforme historique de l’université.

La vidéo est en ligne

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

ParcourSup. Un décret loufoque

Lettre ouverte. Monsieur le Premier ministre, madame la Ministre, mesdames les Rectrices et messieurs les Recteurs, mesdames et messieurs les Députés et Sénateurs, mesdames et messieurs les Présidents(e)s d’université,

Je viens de lire et relire le Décret n° 2018-371 du 18 mai 2018 relatif au pourcentage des meilleurs bacheliers de chaque lycée bénéficiant d’un accès prioritaire dans les formations de l’enseignement supérieur public.

Je vous prie de lire, comme moi, ce décret et de nous dire comment vous comptez l’appliquer. Il me semble en effet inapplicable dans les faits et donc inutile. Pire, s’il était appliqué envers et contre tout, il pourrait mettre une pagaille historique dans l’accès à l’enseignement supérieur public, le privé en étant préservé.

1.Publics concernés : « les lycéens de terminale préparant le baccalauréat et sollicitant une première inscription en première année d’une formation de l’enseignement supérieur public« .

  • pas de problème à ce niveau. La priorité n’est valable qu’une année !

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Non classé