Archives de Tag: Pécresse

Campus : de Pécresse à Fioraso

Geneviève Fioraso est venue à Strasbourg, le 11 avril 2013. Le service de communication de l’université n’a pas daigné m’inviter alors que je suis blogueur (EducPros, Groupe L’express L’étudiant) et que l’ont été les journalistes de la presse régionale (article des Dernières Nouvelles d’Alsace, Campus : repartir sur des base solides). C’est en me rendant au Point presse de l’intersyndicale que j’ai croisé les personnalités présentes en nombre pour l’évènement. Grands sourires sur la photo des DNA. Je rage. L’ostracisme flagrant à l’égard d’un blogueur est insupportable !

P1100815

Je pourrais reprendre aujourd’hui ma chronique publiée le 20 septembre 2010, Beretz et Pécresse : agacements. Il me suffirait de remplacer Pécresse par Fioraso. Un déplacement des Ministres qui sont avant tout des coups de communication fort coûteux : vraisemblablement 50.000 euros si on inclut le coût complet des heures de travail des personnes présentes et qui ont été distraites de leurs occupations plus fondamentales.

Ce qui est énervant dans les déplacements des ministres dans les universités, c’est qu’ils doivent dire qu’ils font mieux que leurs prédécesseurs. Certes, ce n’est pas vraiment difficile car le passé est tellement vite oublié. Campus : repartir sur des bases solides. Parce qu’elles ne l’étaient pas ?

Lire la suite

Commentaires fermés sur Campus : de Pécresse à Fioraso

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Taux de succès en licence : 38,9%

Enfin, une information tant attendue. Lire absolument Parcours et réussite en licence et en master à l’université (note d’information, 13.02, avril 2013). Commencer la lecture de la Note par les annexes méthodologiques des pages 7 et 8 : mieux vaut les comprendre car le calcul des taux, divers, est complexe.

Cette chronique est centrée sur la licence. Les résultats sont désastreux. Ils sont même plus mauvais pour la cohorte des bacheliers 2008 que pour celles des bacheliers des années antérieures ! Le Plan Licence de Valérie Pécresse a échoué. L’argent public a été dépensé en vain. L’objectif de 50% de diplômés du supérieur dans les jeunes générations s’éloigne de plus en plus. Faute d’argent dans les caisses de l’État, aucune réforme sérieuse de la licence ne peut être envisagée. Geneviève Fioraso n’ose pas encore le dire !

1. La licence universitaire est peu attractive et l’est de moins en moins. 172.800 nouveaux bacheliers sont entrés en 1ère année de licence en 2004, 150.100 en 2008, 150.800 en 2010. Chute de plus 22.000 en 6 ans, alors que les poursuites d’études sont devenues plus nombreuses avec la réforme du baccalauréat professionnel (3 ans au lieu de 4). Les trois universités fusionnées (Strasbourg, Aix-Marseille, Lorraine) regroupent à elles seules près de 10% des bacheliers entrants en L1.

Lire la suite

20 Commentaires

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Ile-de-France, C. PACA Corse

Poissons d'avril : photos et quiz

Cinquième occasion pour le blogueur, depuis 2009, de s’adonner aux poissons d’avril. Quelques pistes  pour ce 1er avril 2013. 1. Geneviève Fioraso retire son projet de loi. 2. La Ministre congédie, pour conseils inadéquats, les membres de son cabinet, ex-présidents d’université. 3. Avant le débat au parlement sur son projet de loi, rendez-vous de la Ministre avec Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, Patrick Hetzel, députés UMP : « donnez-moi des arguments pour faire passer la LRU 2 ». 4. L’association des proviseurs de lycées à classes préparatoires organise un colloque sur la réforme d’ensemble du premier cycle de l’enseignement supérieur : « la création d’Instituts d’enseignement supérieur (IES) est-elle une alternative crédible ? ». 5. L’association des Régions de France conteste les contrats de site : « nous ne voulons pas être les payeurs, en lieu et place de l’État ».

Plutôt que des poissons d’avril sur l’enseignement supérieur et la recherche, quelques histoires et photos de poissons. Quiz (photos 1, 2, 3) : quels sont les verriers, sculpteurs de ces poissons ? dans quel musée peut-on admirer leurs créations ? Photos 4 et 5 : barbecue mémorable en août 2012, maquereaux à la moutarde. Le blogueur peut en fournir la recette simplissime.

SONY DSC

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans BF. Quiz, C. Bretagne Normandie, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

"Fioraso, retirez le projet de loi"

Madame le Ministre, il vous faut avoir le courage politique de retirer le projet de loi que vous avez présenté aujourd’hui en conseil des ministres. Ne le portez pas devant le Parlement ! Il ne correspond en effet en aucune manière aux attentes et aux propositions qui sont nées des Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche. Non seulement votre projet manque d’ambition mais il est mauvais pour les universités, leurs personnels, leurs étudiants, leurs partenaires économiques et sociaux, le pays.

Il est mauvais pour trois raisons essentielles. 1. Il ne marque aucune rupture par rapport à la loi LRU de Variée Pécresse : les responsabilités et compétences élargies (RCE) sont maintenues. Vous le savez : les RCE ont mis de nombreuses universités dans une situation financière dégradée. 2. L’État n’a pas les moyens financiers d’une politique ambitieuse pour l’enseignement supérieur et la recherche. Vous le reconnaissez : votre projet de loi est une loi d’orientation et non une loi d’orientation et de programmation. On ne fait pas de réforme quand on n’a pas d’argent et surtout quand on veut maintenir des droits d’inscription peu élevés. On se contente d’éteindre des incendies au coup par coup. 3. Votre projet de loi cumule des orientations contradictoires : il conforte l’orientation majeure des lois précédentes : autonomie des universités ; à l’inverse, il met en cause cette autonomie : intitulés nationaux des diplômes, quotas de places dans les IUT, imposition de conventions universités / classes supérieures des lycées, regroupements à marche forcée. Vous ne choisissez pas, Madame la Ministre : retirez votre projet de loi. Prenez votre temps : pensez désormais à des arrêtés, à des décrets et non plus à une loi aux articles hétéroclites.

« Universités, ce qui va changer ». Je vous suggère, Madame la Ministre, de lire l’article que le Nouvel Observateur consacre à votre réforme et ce qu’il en retient : sept changements. Lisez aussi le communiqué de PDE, celui de l’UNEF et le billet de Patrick Fauconnier à la fin de cette chronique.

Lire la suite

23 Commentaires

Classé dans Non classé

Fioraso : "va-que-je-t'embrouille"

Le réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche ressemble de plus en plus furieusement au « jeu nocturne du va-que-je-t’embrouille » qu’aurait inventé Pierre Rosensthiel en 1944 en Bourgogne : « par rotation des panneaux de carrefour, il fit faire zigzaguer les colonnes de la Wehrmacht en repli vers l’Est« . En 1992, le Pierre deviendra membre de l’Oulipo.

Une magistrale illustration d’un tel jeu de labyrinthe est l’affaire de l’IDEX et du PRES Sorbonne Paris Cité dont l’université Paris 7 Denis Diderot (président Vincent Berger, rapporteur général des Assises) et l’université Paris 13 Villetaneuse (président Jean-Loup Salzmann, élu hier président de la CPU) sont membres fondateurs. Avant d’exposer ce cas de labyrinthe presque parfait, j’en rappelle le contexte.

Printemps 2012. François Hollande, puis Geneviève Fioraso, annoncent la couleur. Les Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche seront un lieu exemplaire d’échanges, de consultations et de propositions aux différents niveaux, local, régional et national. Un projet de loi et une loi s’ensuivront. Cette loi se devant de reprendre toutes les propositions consensuelles. Que n’a-t-on vanté les qualités d’un processus bottom-up ! Bref, un truc à l’inverse de la politique top-down pratiquée par Valérie Pécresse au début de l’été 2007 et qui allait aboutir à la loi Libertés et Responsabilités des Universités (LRU).

Lire la suite

Commentaires fermés sur Fioraso : "va-que-je-t'embrouille"

Classé dans C. Ile-de-France

La dépense par étudiant diminue

L’état de l’École. 31 indicateurs sur le système éducatif français. Le 22ème état vient d’être publié par la DEPP (Ministère de l’Éducation nationale). Pour la deuxième année consécutive (de 2009 à 2010 et de 2010 à 2011), la dépense d’éducation par étudiant inscrit dans l’enseignement supérieur a baissé. Intéressant ! Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez ne disaient-ils pas le contraire ?

Indicateur 4. La dépense d’éducation pour l’enseignement supérieur, en euros constants, a été de 28 milliards en 2011 contre 27,8 en 2010, mais le nombre d’étudiants a progressé d’une année sur l’autre. En 2011, la dépense par étudiant a été de 11.630 euros (11.670 eu 2010).

Cette moyenne cache des disparités importantes et historiques entre la dépense pour les classes supérieures des lycées  et pour l’université (graphique 2). Les sections de techniciens supérieurs et les classes préparatoires aux grandes écoles sont plus dépensières (respectivement 13.740 et 15.080 euros par étudiant en 2011) que les universités. Mais ces formations sélectives sont de moins en moins à la fête.

Lire la suite

Commentaires fermés sur La dépense par étudiant diminue

Classé dans Non classé

Présidentes, du PRES au Rectorat

Sylvie Faucheux et Françoise Moulin-Civil (photo de 2009) ont été nommées Rectrices d’académie, respectivement à Dijon et à Lyon. Elles sont professeurs des universités, ont été présidentes d’université, de Versailles Saint-Quentin pour la première, de Cergy Pontoise pour la seconde (interview en juin 2009), présidente et vice-présidente d’un Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES). Je me félicite de leur accès à la fonction de recteur.

Comme bien de leurs collègues masculins, les deux Rectrices connaissent fort bien et ont une expérience de l’ESR, sont curieuses de découvrir et de piloter les autres niveaux de l’Éducation nationale, ont l’âge pour une carrière professionnelle qui peut encore monter, peuvent être créditées – a priori – d’une volonté de défendre, de faire progresser le service public de l’Éducation.

Les deux Rectrices ne pouvaient être réélues à la tête de leur université. Elles avaient toutefois préparé leur porte de sortie en obtenant, par décret du 6 février 2012, la création du PRES Université du grand ouest parisien. Le 2 juillet 2012, Sylvie Faucheux a été élue présidente du PRES UPGO, et Françoise Moulin-Civil vice-présidente.

Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans C. Bourgogne Franche-Comté, C. Ile-de-France, C. Rhône-Alpes Auvergne

Les personnalités, aimées de Fioraso

Je rebondis sur la chronique de Sophie Blitman sur EducPros du 2 octobre 2012. « Geneviève Fioraso à la CDEFI : un rendez-vous manqué ?« .

« Au passage, la Ministre aborde aussi la réforme de la LRU et dit son souhait de « responsabiliser » les membres des conseils d’administration en accordant le droit de vote aux personnalités extérieures [pour élire le président]. Une proposition qui est loin de faire l’unanimité dans la communauté universitaire »... Ce que confirme Pascal Maillard, leader du SNESUP à Strasbourg, dans sa chronique de Mediapart : « Pécresse en a rêvé, Fioraso va le faire« .

Sous le régime de la LRU, les personnalités extérieures – jusqu’à 8 dans un CA de 30 membres – , ne participent pas à l’élection du président. Sous le régime de la loi Savary, elles étaient « électeurs », mais le président était élu par un collège électoral beaucoup plus large (l’ensemble des 3 conseils et jusqu’à 140 électeurs). Sous le régime de la loi LRU, les personnalités extérieures du CA sont cooptées par les élus du CA, sur proposition du président élu : elles participent aux débats et aux délibérations du CA ; elles ont le droit de vote comme chacun des autres administrateurs.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Les personnalités, aimées de Fioraso

Classé dans Non classé

Assises. Les doctorants préconisent

Courriel envoyé par un doctorant le 4 Octobre 2012 avec, en pièce jointe, la contribution des doctorants pour les Assises territoriales de Midi-Pyrénées. En fin de chronique, Note sur le nouveau contrat doctoral créé en 2009.

« Pour les doctorants, le débat aux Assises a surtout tourné autour des contrats doctoraux et des problèmes d’avenants. En effet, les universités ont le plus grand mal en cette rentrée à financer les « avenants d’enseignement », anciens « monitorats ». Résultat, les doctorants sous contrat ne peuvent pas enseigner. Cette année dans mon école doctorale, 9 contrats ont été attribués, mais aucun n’a d’avenant d’enseignement. Le chantage de la direction de l’université a été : un contrat doctoral de plus ou des contrats avec avenant d’enseignement… Dans une autre université de la région, depuis l’année dernière, les doctorants n’ont plus droit qu’à une seule année d’enseignement sur les 3 années de contrat. Cette année, la situation est alarmante dans les Sciences humaines et sociales. Et chaque école doctorale sauve les meubles comme elle peut ». Photo del a Maison de la recherche de Toulouse Le Mirail (mars 2012).

« Pour les universités proches de l’étranglement, les doctorants-moniteurs coûtent plus que les chargés de cours et les chargés de cours coûtent plus que les heures supplémentaires des profs ». La suppression des avenants d’enseignement peut handicaper« l’avenir de pas mal de doctorants ».

Lire la suite

Commentaires fermés sur Assises. Les doctorants préconisent

Classé dans C. Ile-de-France, C. Occitanie (Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon)

Députés Pécresse, Wauquiez, Hetzel

Deux anciens ministres de l’enseignement supérieur et de la recherche, Valérie Pécresse (45 ans) et Laurent Wauquiez (37 ans), ont été réélus députés en juin 2012. Ils ont été rejoints à l’Assemblée par Patrick Hetzel (48 ans), ancien directeur de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (photo : en campagne à Saverne, en juin 2012). Tous les trois siègent sur les bancs de l’UMP. Tous les trois soutiennent la candidature de François Fillon à la présidence de l’UMP.

Anciens Hauts responsables de l’enseignement supérieur et de la recherche entre 2007 et 2012, vont-ils intervenir dans le débat des Assises et dans celui qui lui succèdera à l’Assemblée nationale (projet de loi prévu en décembre 2012) ?

J’ai eu la curiosité de consulter le site fort pertinent de l’Assemblée nationale. Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, Patrick Hetzel interviennent-ils dans les débats pléniers et en commission ? Posent-ils des questions au gouvernement ? C’est Patrick Hetzel, le petit nouveau et bon élève, qui détient la palme de l’activité parlementaire. Les deux anciens ministres n’en ont que pour les finances de l’État : ils possèdent les ficelles du métier, et ne sont pas sans hargne vis-à-vis du nouveau gouvernement.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Députés Pécresse, Wauquiez, Hetzel

Classé dans Non classé