Archives de Tag: Performance

Municipales. Échec des ex-présidents

Suite de la chronique : Municipales 2020. 7 ex-présidents. Un ex-président d’université, Louis Vogel, voulait rester maire de Melun. 7 autres ex-présidents voulaient devenir maire ou adjoint au maire d’une grande ville ou d’une ville moyenne. Ils posaient pour la première fois leur candidature : 1. Yvon Berland, 2. Pascal Olivard, 3. Alain Beretz, 4. Richard Lioger, 5. Luc Hittinger, 6. Jean-Emile Gombert, 7. Patrick Lévy.

Six d’entre eux, Yvon Berland, Alain Beretz, Richard Lioger, Luc Hittinger, Jean-Emile Gombert, ainsi que Louis Vogel, se sont présentés sur une liste LaREM. Pascal Olivard s’est classé lui-même : Centriste ouvert. Patrick Levy est le seul qui se soit positionné à gauche.

Dur, dur pour ces ex-présidents néophytes en politique ? Lors des municipales du 15 mars 2020, dans un contexte de forte abstention, liée au moins en partie à la pandémie Codiv 19, ils ont tous échoué et échoué largement. Présider une université, ce n’est pas le même métier qu’être maire ou adjoint au maire d’une ville. Avec la loi LRU, les regroupements ou fusions d’établissements, la prolifération de services centraux, les mobilités internationales, la possibilité de faire un second mandat, les présidents se sont coupés des personnels et des usagers, venus de toutes les régions de France, du continent et du monde. Les maires doivent avoir une vision de l’avenir de la Cité, tout en se penchant, pour les régler, sur les problèmes quotidiens des gens. La proximité est essentielle pour les maires et leurs adjoints.

Passage en revue des 8 échecs. 1. Yvon Berland. 8 décembre 2019. Chronique Marseille. Berland, candidat LRE. Il aura présidé une université durant 15 ans et demi : un record ! Quatre mandats consécutifs de président : près de 8 ans à la tête de l’université de la Méditerranée, 8 ans à la tête d’Aix-Marseille Université (fusion des trois universités existantes). Le  9 décembre 2019, il est officiellement désigné comme candidat de la LaREM à la mairie de Marseille.

15 mars 2020. A Marseille, la liste LaREM, menée par Yvon Berland, est arrivéee en 6ème position avec un faible score : 7,88%. Échec patent. C’est l’Union de la Gauche qui est arrivée arrive en tête.

2. Pascal Olivard, 5 février 2020. Chronique Brest. Carrière de Pascal Olivard, candidat à la mairie de Brest (son site de campagne). Né en 1966, il est ancien président de l’Université de Bretagne Occidentale (2007-2016), ancien président de l’Université Européenne de Bretagne (2012-2016), ancien président de la COMUE Université de Bretagne-Loire (2016-2019), ancien candidat à la direction de l’IFREMER (en 2018). Il est aujourd’hui candidat à la mairie de Brest pour le mandat 2020-2026.

La liste qu’il présente aux électeurs (Brest, imaginons demain) n’a pas le soutien d’un parti politique national. Il se définit comme un Centriste ouvert : « je n’ai jamais voulu exprimer publiquement mes opinions politiques…. Aujourd’hui, je peux me revendiquer pleinement comme centriste ouvert ».

15 mars 2020. A Brest, la liste menée par Pascal Olivard arrive en 5ème position, avec un faible score : 9,06 %. Échec patent. C’est l’Union de la Gauche qui arrive en tête.

3. Alain Beretz, 65 ans, a été l’un des acteurs de la fusion des trois universités strasbourgeoises. Il a été élu président de l’université fusionnée pour deux mandats (décembre 2008 – décembre 2012 – septembre 2016).

Le 15 septembre 2016, il est nommé directeur général de la recherche et de l’innovation et a de ce fait quitté la présidence quelques mois avant la fin de son mandat. Depuis cette date, il enchaîne des missions courtes

28 janvier 2020. Alain Beretz figure en 3e position de la liste conduite par Alain Fontanel, premier adjoint (socialiste) de la mandature sortante, passé à LaREM. La liste a été longtemps en tête des sondages.

15 mars 2020. Elle n’arrive qu’en 2ème position avec un score de 19,86 %. Alain Beretz ne sera pas 1er adjoint. Échec patent. C’est Europe Écologie les Verts qui arrive avec un score de 27,87 %.

4. Richard Lioger, 63 ans. 5 mars 2020, chronique du blog, l’ex-président de METZ est candidat à la mairie de Metz

Richard Lioger a été président de l’université Paul Verlaine. En 2005, il est élu pour deux ans 3ème vice-président de la conférence des présidents d’Université… Il entre au Parti socialiste en 2005. En mars 2008, il devient 1er adjoint au maire de la ville de Metz et vice-président de Metz Métropole.

4 mars 2020. Il est tête de liste LaREM pour les élections municipales à Metz et débat Deux heures pour convaincre… des universitaires !

15 mars 2020. La liste LaREM Lioger arrive en 4ème position avec un score de 7,16%, derrière le Rassemblement national (11,79 %) ! Échec patent pour l’ancien président de l’université… mais il est député LREM depuis 2017 ! C’est la liste Les Républicains qui est arrivée en tête.

5. Luc Hittinger a été président de l’université Paris-Est Créteil de 2012 à 2016 (Luc Hittinger, président de l’UPEC). Mais il a échoué à se faire élire pour un second mandat ; il s’est fait battre par Olivier Montagne (UPEC. Une contre-analyse du rififi).

18 février 2020, Municipales à Boissy-Saint-Léger. Luc Hittinger figure en 7ème position sur la liste LaREM de Moncef Jendoubi

15 mars 2020. La liste LaREM arrive en 4ème position avec un score de 12,33 %. S’il y avait un second tour le 22 mars prochain et que la LREM restait au même rang, il n’est même pas sûr que Luc Hittinger soit conseiller municipal. Échec patent pour lui. C’est la liste du Parti socialiste qui est arrivée en tête.

  • Pour aller plus loin. Chroniques d’Histoires d’universités sur Luc Hittinger, dont celles du 17 septembre 2016,  CPU : lobbying à Bruxelles. Depuis juin dernier, Luc Hittinger est devenu délégué permanent de la CPU.

6. Jean-Emile Gombert, ex-président de Rennes 2 élu en 2010, est candidat (en position 2) sur la liste LREM de Carole Gandon qui vise à conquérir la mairie de Rennes.

26 Janvier 2015. Le président Gombert démissionne, suite à la démission de 22 administrateurs, en désaccord profond sur la gouvernance de la future université de Rennes. En 2020, statu quo, pas de fusion entre Rennes 1 et Rennes 2.

14 février 2020. Les Rennais sont prêts pour le renouvellement, estime la candidate LaREM Carole Gandon (36 ans). Propos recueillis par Camille Allain, La capitale bretonne est aux mains des socialistes depuis plus de quarante ans. La candidate espère surfer sur les bons résultats de son parti lors des derniers scrutins électoraux. Elle compte bien se faire une place dans le match des élections municipales, qui opposera Nathalie Appéré (PS) à Matthieu Theurier (EELV).

4 mars 2020. La candidate LaREM reçoit le soutien de Jean-Yves Le Drian, ministre des affaires étrangères, ancien président socialiste de la Région Bretagne… et mentor politique de la maire socialiste Nathalie Appéré.

15 mars 2020. La liste LaREM arrive en 3ème position avec un score de 14,29 %. Échec patent pour Jean-Émile Gombert. C’est la liste d’Union de la gauche, menée par Nathalie Appéré qui est arrivée en tête (32,77 %).

7. Patrick Lévy, en 2012, succède à Farid Ouabdesselam à la présidence de l’université Joseph Fourier. En décembre 2015, il est élu président de la Comue Université Grenoble-Alpes. En janvier 2018, il est élu président de l’université fusionnée Grenoble-Alpes pour une durée de deux ans.

08 mars 2020. Eric Piolle, seul contre tous à Grenoble. Candidat à sa propre succession à Grenoble, le seul maire écologiste de France, Eric Piolle, est la cible des critiques de ses adversaires dont Olivier Noblecourt, avec sa liste de gauche Grenoble nouvel air. Patrick Levy figure en 3ème position sur cette liste.

15 mars 2020. La liste Grenoble Nouvel Air arrive en 4ème position avec un score de 13,31 %. Échec patent pour Patrick Lévy. C’est la liste du maire sortant écologiste, Eric Piolle, qui est arrivée de loin en tête (46,67 %). Réélection au 1er tour ratée de peu !

8. Louis Vogel (biographie sur Wikipédia), ancien président de Paris II Panthéon Assas et ex-président de la CPU, est devenu maire de Melun en 2016, après avoir été maire-adjoint à l’issue des élections de 2014. Il est candidat à sa propre succession en 2020.

Après avoir obtenu le soutien officiel de La République en Marche, lundi 28 octobre 2019, il annonce sa candidature pour poursuivre les projets entrepris depuis son élection.

15 mars 2020. La liste Vogel, soutenue par la LREM arrive en 1ère position avec un score de 45,66 %. Réélection dès le 1er tour ratée de peu. Psychologiquement, ce doit être un échec pour Louis Vogel ! Il se dit peut-être : mais que suis-je donc allé faire dans la galère de la LREM ?

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

L’université est-elle une entreprise ?

Comment caractériser l’organisation universitaire ? Une polémique stérile est engagée à Strasbourg. Elle oppose le président de l’université, Michel Deneken, et l’Assemblée générale des personnels de l’université résistante. Communiqué du 13 février 2020 : « Nous ne sommes pas une entreprise ».

Quand, dans la première moitié des années 90, une équipe de Travail et Mobilités (Université Paris X Nanterre et CNRS) a commencé à mener des recherches comparatives sur l’organisation des universités en Europe, nous ne savions pas que l’université était une organisation particulièrement complexe, une organisation qui devait tenir ensemble plusieurs dimensions. Elle doit être, pour réussir dans la durée :

  • une Institution qui doit incarner au quotidien des valeurs communes, d’intérêt collectif,
  • une Bureaucratie, univers de règles fixées par la puissance publique,
  • un Ensemble de corps professionnels, organisés en disciplines scientifiques, d’enseignement et de recherche, depuis presque un millénaire
  • une Organisation de production et de diffusion de savoirs, concrétisée par des activités, des moyens financiers et humains, et des résultats. Efficience et efficacité doivent pouvoir être évaluées, mesurées rigoureusement (diplomation, insertion professionnelle, publications, innovations)…

Deux articles de 1997, aujourd’hui en ligne, illustrent cette construction née de la recherche. Liens en fin de chronique.

Retour sur le communiqué de l’Assemblée générale résistante.

« Le président Deneken a dit « Nous sommes une entreprise qui a du mal à être heureuse d’avoir plus de clients ».

Propos simpliste ou provocateur. Mais il est logique que l’Assemblée générale soit montée rapidement au créneau.

  • « Non, Monsieur le Président, nous ne sommes pas une « entreprise », mais un Service public.
  • Les étudiants ne sont pas des « clients » : nous leur offrons une formation publique, des savoirs publics et une recherche publique.
  • Nous vous prions instamment de défendre les valeurs de la Fonction publique de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, et non celles du secteur privé, auquel nous n’appartenons pas et auquel nous ne voulons en aucun cas appartenir ».

La précipitation est mauvaise conseillère. Les propos tenus par l’AG sont tout aussi réducteurs que ceux de Michel Deneken.

Commentaires fermés sur L’université est-elle une entreprise ?

Classé dans AH. Histoire 19-20èmes siècles, C. Ile-de-France, E. Mobilité internationale

JF. Balaudé. 8 ans de présidence

Jean-François Balaudé a exercé deux mandats de président à la tête de l’université aujourd’hui dénommée Paris Nanterre. Qui sera son successeur ? Impossible de le dire, les résultats des élections récentes au Conseil d’administration ne dessinant une majorité (résultats très dispersés : chronique à suivre)

Entre 1988 et 1999, quand j’étais prof à Nanterre, l’université s’appelait Paris X Nanterre. Du temps de JFB entre 2012 et 2019, elle s’est appelée POND (Paris Ouest Nanterre la Défense) et sa Comue de rattachement PLUM (Paris LUMières). POND et PLUM : dans cette université à l’origine de mai 68, on revendique l’humour voire le ridicule… Ils n’ont jamais tué.

Je n’ai pas trouvé en ligne le bilan présidentiel de JF. Balaudé. Il pensait peut-être déjà à la suite : dès décembre 2019, il a en effet été élu Président du Campus Condorcet (cf. la fin de cette chronique).

Ce bilan, je l’ai reconstitué grâce aux chroniques du blog que je lui ai consacrées. Rappelons cependant que le blog est un blog critique ! Pour chaque chronique, un extrait du texte.

9 février 2012. Le président et la formation continue

Quelle est la place de la formation professionnelle continue (FPC) dans les professions de foi des candidats à la présidence d’université ? Mon attention a été attirée sur la situation de la FPC à Paris Ouest Nanterre La Défense (ex Paris 10), sur des pratiques peu transparentes. Qu’en disent les deux candidats à la présidence de l’université, Bernadette Madeuf, candidate à sa propre succession, et Jean-François Balaudé ?

Quid de la convention qui doit exister entre l’université et l’Institut Français de Gestion (IFG CNOF Formation et Conseil) ?

16 février 2012. Un président philosophe à Paris X ?

Selon nos premières informations, les listes Nanterre d’Avenir, conduites par Jean-François Balaudé, obtiendraient la majorité dans les deux collèges enseignants au conseil d’administration de Paris Ouest Nanterre la Défense. Bernadette Madeuf, candidate à sa propre succession, soutenue par les listes Unité, continuité, avenir, serait battue. Élection à la présidence de l’université : … 26 mars 2012. Le président de Nanterre sera-t-il un professeur de philosophie ?

11 juin 2012. Dany et le financement de Nanterre

Daniel Cohn-Bendit est, au titre des personnalités extérieures, membre du conseil d’administration de l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

« Puisqu’il faut trouver de nouvelles ressources pour les universités en ces temps de disette, je suggère qu’on retourne le fameux principe de l’utilisateur-payeur des néo-libéraux en posant la question suivante : qui sont aujourd’hui les vrais bénéficiaires d’une université qui produit une main-d’œuvre hautement qualifiée et à bon prix…, sinon les entreprises qui les recrutent !… Pourquoi les entreprises qui recrutent un diplômé ne paieraient-elles pas leur écot aux établissements qui l’ont qualifié… Je lui suggère de demander au président Balaudé que soit inscrite à l’ordre du jour d’un prochain CA de Nanterre la convention qui lie, pour une période 4 ans à compter de septembre 2009, l’université et l’Institut Français de Gestion.

27 septembre 2012. Paris Nanterre : Assises a minima

“Une demi-journée de débats ouverte à tous sera organisée sur le campus le mercredi 26 septembre… Elle sera l’occasion de développer un axe où nous avons beaucoup à apporter, celui de la Responsabilité sociale et sociétale des universités (RSU)”. Le choix de la thématique RSU, inspirée par la communication des grandes entreprises privées (responsabilité sociale des entreprises), me fait doucement rigoler. Les universités ont de nombreuses missions fixées par la loi. Au cours de cette demi-journée, Nanterre n’aurait-elle pas mieux fait de réfléchir, par exemple, à sa mission de formation professionnelle continue, à sa convention avec l’Institut français de gestion ? Le président Balaudé n’a d’ailleurs toujours pas répondu aux questions posées dans ma chronique.

21 octobre 2012. Nanterre la Folie et la presse

Photos de 2010

Gare de Nanterre, sortie rue de la Folie. Quand j’empruntais celle-ci entre 1988 et 1999 pour me rendre à mon travail d’enseignant-chercheur et de directeur de labo associé au CNRS, je souriais du nom d’une des rues d’accès à l’université. En 2012, suite à la totale restructuration de la Gare, la Folie s’est-elle réfugiée sur le campus ? Dans la Tour centrale, siège de la présidence et de certains services centraux ?

J’ai dû me pincer à plusieurs reprises quand j’ai reçu ce matin une copie d’un courrier non daté, intitulé “Relation presse de l’université”, signé de Christophe Boisseau, vice-président Communication. Un canular ? Une provocation pour les personnels, les syndicalistes, les journalistes ?…

Commentaires fermés sur JF. Balaudé. 8 ans de présidence

Classé dans C. Ile-de-France

ESR. Marronnier de la performance

Prendre en compte la performance dans le financement des universités. Oui, bien sûr ! Mais il s’agit là du marronnier traditionnel des discussions budgétaires de fin d’année, comme le prouvent, ci-dessous, des chroniques du blog Histoires d’universités publiées en 2018, 2014 et 2009.

19 novembre 2019. Rapport d’information fait au nom de la commission des finances sur la prise en compte de la performance dans le financement des universités, par Philippe ADNOT, Sénateur. Signalement par Michel Abhervé, blogueur Alternatives Économiques.

Commentaires fermés sur ESR. Marronnier de la performance

Classé dans Non classé

Prouver ses talents. Le chef-d’œuvre

Le 20 juillet 1924, à l’âge de 16 ans et demi, mon père Gérard obtenait son Brevet de Menuisier-Modeleur. Dans ce cadre, il a réalisé ce modèle réduit d’escalier à volutes, avec marqueterie. Il en a toujours été fier et je suis toujours très ému quand je regarde aujourd’hui ce chef-d’œuvre.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Le Ministère de l’éducation nationale lance, cette semaine et à raison, une campagne de mobilisation sur la question : exprimer ses talents avec le chef-d’œuvre

Lire la suite

Commentaires fermés sur Prouver ses talents. Le chef-d’œuvre

Classé dans BA. Photos, E. Ingénierie

Bordeaux. Réussite en Licence ?

Troisième chronique critique sur l’Université de Bordeaux fusionnée. Un beau discours sur l’accompagnement individualisé des étudiants, mais aucune mesure d’impact ! Depuis la fusion, le taux de réussite en licence a-t-il progressé ? Le site de l’université ne donne aucune réponse. C’est un autre point faible de la fusion !

  • Rapport de l’IGESR, colloque de Strasbourg, 10 et 11 octobre 2019.

Cliquer sur les images pour les agrandir

  • Premier bilan des 6 fusions réalisées entre 2009 et 2017, en matière d’activité de formation : un écart entre l’ambition du projet et les réalisations
  • Les chiffres décevants de la réussite en licence.

La réussite en licence

« A l’université de Bordeaux, tout est mis en œuvre pour assurer votre réussite et votre épanouissement !…

L’université vous accompagne tout au long de votre parcours de licence pour vous aider à réussir avec le nouveau dispositif AGIR : Accompagnement individualisé pour la réussite.

Vous êtes étudiant en licence ? Dès votre inscription ou réinscription, vous disposez d’un contrat de réussite pédagogique personnalisé et vous êtes accompagné par un directeur d’études en étroite collaboration avec les services universitaires d’aide aux étudiants à tout moment de votre scolarité.

Ce contrat pédagogique est personnel et il est adapté à votre situation et vos projets ».

Les parcours des étudiants à l’université

« Ils sont riches et variés, et l’Université s’intéresse aux multiples étapes de leur orientation ainsi qu’à leurs conditions de vie et d’études ».

Le devenir des entrants en 1ère année de licence.

Pas de suivi de cohortes des néo-bacheliers. Il  aurait dû commencer dès l’année de fusion (début 2014) : taux de passage immédiat de L1 en L2, taux d’obtention de la licence en 3 ou 4 ans pour les cohortes de néo-bachliers 2014, 2015, 2016, 2017, 2018.

Une seule enquête… ancienne et qi n’a donc aucune espèce d’intérêt : Devenir des néo-bacheliers entrés en PACES en 2010

Commentaires fermés sur Bordeaux. Réussite en Licence ?

Classé dans C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), Non classé

Performances 2020 pour la MIRES

Projets annuels de performances (Annexe au projet de loi de finances pour 2020), Mission Recherche et Enseignement Supérieur (414 pages). Pour les Projets annuels de performances depuis 2011, cliquer ici.

150 – Formations supérieures et recherche universitaire

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Lire la suite

Commentaires fermés sur Performances 2020 pour la MIRES

Classé dans BF. Quiz, Non classé

Les fautes de Frédérique Vidal

Depuis 2007, tous les ministres et secrétaires d’État de l’enseignement supérieur ont décidé de mettre cet objectif au cœur de leur politique explicite. Faut-il rappeler leurs noms ? Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, Geneviève Fioraso, Najat Vallaud-Belkacem, Thierry Mandon. Chronique d’Histoires d’universités (novembre 2017) : faire progresser la réussite en Licence

Frédérique Vidal s’inscrit dans la continuité de ses prédécesseurs.

Communiqué à l’occasion de la remise du Rapport du Comité de suivi de la Loi Orientation et Réussite des Étudiants (7 octobre 2019).

  • « Le comité reconnaît les avancées permises par la loi en faveur de la réussite étudiante, notamment grâce à l’introduction, pour la première fois, d’un accompagnement personnalisé et à la création de parcours adaptés pour les lycéens et étudiants ».

Par fonction, Frédérique Vidal est obligée de dire du bien de la loi ORE. Le Comité la flatte en reconnaissant les « avancées permises ». Puisqu’il n’y pas encore de résultats prouvés, un Comité impartial et prudent aurait dû plutôt parler d’avancées « souhaitées, visées, voulues »Faute vénielle de la Ministre.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Les fautes de Frédérique Vidal

Classé dans Non classé

Sciences Po Reims, 10 ans

Sciences PO Reims, 10 ans. En 2009, j’habitais Reims, c’était ma première année de retraite et la première année du blog Histoires d’universités.

J’étais profondément choqué par la stratégie de Richard Descoings, alors directeur de Sciences Po Paris et chargé d’un mission sur la réforme des lycées : implanter des campus de 1er cycle dans plusieurs villes de province, avec l’aide financière très importante (investissement et fonctionnement) des collectivités territoriales, et cela sans demander d’habilitation publique pour l’offre de formation; tout en profitant de sa mission pour faire son marché

  • chroniques du blog sur Sciences Po Reims : Sciences Po Reims, non ; Sciences Po in Reims : shocking ; Transatlantic Campus in Reims ; Le coût de Sciences Po à Reims…

2019, interview de Tilman Turpan, directeur du Campus rémois de Sciences Po dans Reflets Actuels, So Reims, septembre.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Sciences Po Reims, 10 ans

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Droit et Sciences politiques, E. Mobilité internationale

Les agents inquiets de leur sort

Suite de la chronique du 5 août 2019 : Bretagne Loire : 4 ans pour mourir. Ouest France, 2 septembre 2019, Université Bretagne-Loire. À quatre mois de la dissolution, les agents s’inquiètent de leur sort (signalement par Michel Abhervé, Blog Alternatives économiques).

Cliquer sur les  images pour les agrandir

Aujourd’hui, alors que la dissolution devra être effective au 31 décembre 2019, les représentants du personnel tirent la sonnette d’alarme : 104 personnes sont en situation de fin de contrat au 31 décembre 2019. Aucun agent n’a une quelconque projection personnelle quant à son avenir professionnel. Ils interrogent : Le personnel de l’UBL sera-t-il le sacrifice anonyme de la dissolution de l’UBL voulue par ceux qui l’ont créée ? Les établissements ont-ils réellement l’intention de repositionner le personnel ?…

Lire la suite

Commentaires fermés sur Les agents inquiets de leur sort

Classé dans C. Bretagne Normandie, C. Pays de Loire, Non classé