Archives de Tag: Plan Licence

Licence : nouveaux cursus. Encore !

Nouveaux cursus à l’université. Formation tout au long de la vie (27 juin 2017).

Commentaires. Les projets ci-dessous, examinés et retenus dans le cadre du PIA 3 (Programme d’Investissement d’Avenir n°3), ne recevront leur financement qu’en 2018 (chronique : Micmac budgétaire pour le PIA 3). Il s’agit de « projets expérimentaux qui doivent prévoir les conditions de leur déploiement à grande échelle ». Déploiement au mieux à partir de 2020 : à cette date tout le monde aura oublié cet appel à projets.

« Créer des nouveaux cursus pour assurer une meilleure réussite des étudiants par une diversification adaptée aux différents publics accueillis en licence »… Cet objectif était déjà inclus dans le Plan licence d’il y a dix ans. Rappelons que celui-ci a coûté plus de 700 millions d’euros et qu’il a eu un impact nul sur la réussite des étudiants. Le PIA3 jettera-t-il l’argent par les fenêtres ?

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Présidents CPU (2010, 12, 14)

16 décembre 2010, Louis Vogel, président de la CPU (conférence des présidents d’université). Le contexte dans lequel vous prenez la présidence de la CPU est fort compliqué pour les universités, sur tous les plans : financier, économique, juridique, politique et social. En 2007, vous avez appelé à voter pour Nicolas Sarkozy et vous avez soutenu la loi LRU (chronique du 25 mai 2009) ; bien sûr, vous ne prendrez pas position en faveur de telle ou tel candidat à l’élection présidentielle de 2012. A vrai dire, en matière de politique de recherche et d’enseignement supérieur, les projets « droite » et « gauche » pour 2012 ne sont encore que « paroles » et « paroles ». La CPU doit et devra, comme vous vous y êtes engagé, être une force de propositions et d’actions communes. Lire la suite…

Quatre chroniques sur les positions de Louis Vogel et d’Alain Beretz, son concurrent malheureux : l’insertion, l’IUT, le cycle Licence, l’excellence.

20 décembre 2012. Geneviève Fioraso ne pouvait rêver mieux : le trio conduit par Jean-Loup Salzmann a été élu au bureau de la CPU par 56 voix contre 42 au trio Guy Cathelineau (communiqué de la CPU). Mais encore une fois une instance nationale « unie, forte et indépendante », use d’une communication tronquée. La CPU compte 128 membres ; il n’y a eu que 98 votants ; l’équipe de Jean-Loup Salzmann n’a donc recueilli que 43,8% des voix des électeurs inscrits ! Les 30 autres présidents étaient-ils absents ? Combien de présents ont voté « blanc » ? Lire la suite…

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France

Entreprises et diplômés : payez +

Universités : la hausse des droits de scolarité revient sur la table, Les échos, 1er juillet 2015 (cf. le graphique). Information reprise sur RTL : Pourquoi il faut augmenter fortement les frais d’inscription. « Les auteurs [du rapport de Bercy] suggèrent de les porter à 1.000 euros, ce qui rapporterait aux universités un petit milliard d’euros ».

P1350345Augmenter les droits d’inscription ? Les organisations étudiantes répondent : « pas question ». Gouvernements de droite et de gauche, députés et sénateurs les ont toujours écoutées… (chronique d’avril 2013 : des droits d’inscription détonants). UNEF, FAGE, PDE, UNI, SUD Solidaires, PDE vont-ils agiter le chiffon rouge ? « Nous ferons descendre les étudiants dans la rue ».

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Licence en 3 ans : taux en baisse

Le taux d’obtention de la licence universitaire en 3 ans continue de baisser : 29,1% pour la cohorte de néo-bacheliers entrés en 1ère année de licence en 2004, 26,3% pour la cohorte 2009 (source RERS 2014, indicateur 8.22). L’échec du Plan licence de 2007 est patent : 700 millions d’euros dépensés en vain.

Copie de Licence RéussiteTableau en grand format

Le taux de l’obtention de la licence en 4 ans au lieu de 3 demeure inférieur à 40% pour les cohortes de 2004 à 2008 ; celui de la cohorte 2009 (licence obtenue en 2013) n’a pas encore été calculé.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé

Plan pour la réussite : pilotage ?

Université de Strasbourg. Le service d’aide au pilotage (SAP) et l’un de ses quatre départements, l’Observatoire ORESIPE, sont-ils utiles et performants ?

« L’université vient d’adopter un plan pour favoriser la réussite étudiante. Ce plan bénéficie d’un soutien de l’Initiative d’excellence (Idex). Un budget de 370.000 euros sur la période qui va de septembre prochain à juin 2016 a été débloqué. Deux ingénieurs d’étude vont être embauchés pour la durée du projet. Ils viendront en accompagnement des nombreux services concernés par le plan, et notamment l’Espace Avenir » (Pascale Bergmann, vice-présidente déléguée en charge de la réussite étudiante, dans L’Actu n°93, 20 juin 2014).

Les obstacles à la réussite ? Pascale Bergmann : « c’est la première question à laquelle le plan va s’efforcer de répondre. Intuitivement, par nos contacts avec les étudiants, nous savons qu’il y a un panel de raisons et des situations très diverses qui expliquent cette difficulté à passer le cap de la première année à l’université : cela peut-être une erreur d’orientation, un choix d’études par défaut, des difficultés méthodologiques, l’engagement dans des études pour lesquelles on n’a pas les prérequis nécessaires. Ou bien tout simplement, le fait de se sentir complètement perdu à l’université, après des années de lycée très encadrées… Ce qu’on ne sait pas aujourd’hui, c’est l’importance relative de ces causes dans l’échec. On a très peu de données« …

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé

Post-bac : trop d’échecs !

Pâques et ses officiers, chevaliers et commandeurs de la Légion d’honneur… Christophe Jaggers devrait être décoré des palmes académiques par Geneviève Fioraso, sur proposition de la DEPP. La Note d’information qu’il vient de publier est en effet remarquable : Les bacheliers 2008 entrés dans l’enseignement supérieur : où en sont-ils la quatrième année ? n°14.3, avril 2014.

L’analyse est fondée sur un suivi de cohorte (un panel) : on attend avec impatience la publication de la situation de ces bacheliers à la rentrée 2012. Combien de diplômés du supérieur parmi eux ?

Geneviève Fioraso devrait décider, en urgence, de financer un nouveau panel : celui des bacheliers 2014. Ce serait, pour une fois, une initiative excellente : pouvoir mesurer à terme l’impact de sa pseudo-réforme du 1er cycle. Je parie qu’elle ne prendra pas cette décision : il est préférable de casser le thermomètre pour laisser le malade – le 1er cycle – dans l’ignorance de son mal.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé

L'échec progresse en licence

Note d’information de la DEPP, Réussite et échec en premier cycle (Samuel Fouquet, octobre 2013). En 2010-2011, 41% des bacheliers 2008 entrés en L1 étaient en 3ème année de licence, après deux années réussies sans encombre. Les bacheliers 2002-2004 avaient fait mieux : le taux d’accès à la L3 était de 43%. Le taux a dû encore se dégrader dans les promotions suivantes de bacheliers (bacheliers professionnels plus nombreux à l’université, conséquence de la réforme du bac pro en 3 ans au lieu de 4).

Le plan Licence a échoué, mais cela tout le monde le savait déjà. Et maintenant que fait-on pour changer la donne ? On change seulement les intitulés des formations (projet d’arrêté sur le cadre national des formations) ? On rend encore plus illisible et inefficace le dispositif Admission post-bac ? On s’interroge sérieusement sur la nécessité de la sélection à l’entrée de la licence universitaire, tout en garantissant le droit pour tout bachelier de poursuivre des études supérieures, mais pas forcément immédiatement ? La formation tout au long de la vie et la Validation des acquis de l’expérience existent : l’aurait-on oublié ? Ou on dit aux bacheliers de s’orienter vers l’enseignement supérieur privé ?

Copie de P1050239

Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans Non classé

Bac -3 à +3. Une circulaire agaçante

Renforcement du continuum de formation de l’enseignement scolaire à l’enseignement supérieur, circulaire n° 2013-0012 du 18-6-2013, publiée au BO du 25 juillet 2013. En France, quand on est incapable de prendre des décisions courageuses, on met en place une commission consultative : ainsi en est-il de cette circulaire précisant « le rôle, le fonctionnement et la composition renouvelés de la commission académique des formations post-baccalauréat« .

Cette commission, présidée par le recteur d’académie, sera consultée, au moins une fois par an, sur l’offre de formation (89 chroniques) et sur la carte des formations (31 chroniques), sur « les dispositions pédagogiques permettant de renforcer le continuum de formation ». Consultation sur la carte des formations, alors que l’Atlas régional : effectifs étudiants en 2011-2012 a été publié avec 5 mois de retard par le MESR ? Souhaitons que l’Atlas 2012-2013 soit publié avec plus de célérité !

Pléthore de commissions : la circulaire de juillet 2013 rappelle la création par ailleurs du comité de concertation et de suivi des classes préparatoires. Et ne pas oublier 1. la commission créée par l’article 18 de la loi Fioraso, instaurant des quotas pour l’accès des bacheliers technologiques en IUT et pour l’accès des bacheliers professionnelle en BTS : « les pourcentages sont fixés par le recteur d’académie en concertation avec les présidents d’université, les directeurs des instituts universitaires de technologie, les directeurs des centres de formation d’apprentis et les proviseurs des lycées ayant des sections de techniciens supérieurs » ; 2 : le comité de pilotage des contrats de site, instaurés par la loi Fioraso.

Lire la suite

7 Commentaires

Classé dans Non classé

Gagner moins et dépenser plus

« Travailler plus pour gagner plus » appartient au passé. Défi lancé aux universités par le gouvernement et par la loi Fioraso : « Dépensez plus avec moins de ressources d’État ». Les parlementaires socialistes porteront une lourde responsabilité sur les épaules quand ils se prononceront sur le projet de loi. S’ils adoptent les articles 14 à 22 qui réforment la licence pour une meilleure réussite des étudiants, ils acteront, ils inscriront dans la loi, pour la première fois dans l’Histoire de l’enseignement supérieur public, un désengagement financier de l’État. Les socialistes contre l’enseignement supérieur public ! La droite avait donné des illusions : le Plan licence. La gauche socialiste annonce sans vergogne la diminution des ressources.

Le désengagement financier de l’État ne date pas d’aujourd’hui. Le gouvernement socialiste l’a mis en œuvre pour le budget 2013 de l’enseignement supérieur et de la recherche : baisse des dotations de fonctionnement des universités (communiqué de la CPU du 21 mars 2013). Ce qui sera nouveau avec la loi Fioraso : un retrait structurel, pluriannuel sera planifié publiquement.

Le document officiel joint atteste la diminution des ressources. Il comprend trois parties : exposé des motifs du projet de loi relatif à l’enseignement supérieur (page 1 à 19), articles du Code l’Éducation qui seront modifiés (pages 19 à 82), étude d’impact (pages 83 à 160). C’est dans cette troisième partie qu’on découvre le pot aux roses pour les articles 14 à 22 (réussite des étudiants). Les universités devront mettre en œuvre les réformes inscrites dans la loi sans financement additionnel de l’État et avec des budgets annuels en baisse. Gagnez moins et dépenser plus. La preuve : dans ce texte, j’ai associé chacun des articles et l’étude d’impact qui lui est consacrée.

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Non classé

Taux de succès en licence : 38,9%

Enfin, une information tant attendue. Lire absolument Parcours et réussite en licence et en master à l’université (note d’information, 13.02, avril 2013). Commencer la lecture de la Note par les annexes méthodologiques des pages 7 et 8 : mieux vaut les comprendre car le calcul des taux, divers, est complexe.

Cette chronique est centrée sur la licence. Les résultats sont désastreux. Ils sont même plus mauvais pour la cohorte des bacheliers 2008 que pour celles des bacheliers des années antérieures ! Le Plan Licence de Valérie Pécresse a échoué. L’argent public a été dépensé en vain. L’objectif de 50% de diplômés du supérieur dans les jeunes générations s’éloigne de plus en plus. Faute d’argent dans les caisses de l’État, aucune réforme sérieuse de la licence ne peut être envisagée. Geneviève Fioraso n’ose pas encore le dire !

1. La licence universitaire est peu attractive et l’est de moins en moins. 172.800 nouveaux bacheliers sont entrés en 1ère année de licence en 2004, 150.100 en 2008, 150.800 en 2010. Chute de plus 22.000 en 6 ans, alors que les poursuites d’études sont devenues plus nombreuses avec la réforme du baccalauréat professionnel (3 ans au lieu de 4). Les trois universités fusionnées (Strasbourg, Aix-Marseille, Lorraine) regroupent à elles seules près de 10% des bacheliers entrants en L1.

Lire la suite

20 Commentaires

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Ile-de-France, C. PACA Corse