Archives de Tag: PRES/COMUE

Aucun semestre ne sera neutralisé

Suite de la chronique Pour ou contre le 10 améliorable

Pierre Mutzenhardt, Président de l’Université de Lorraine, Communiqué du 14 avril 2020.

  • Photos du siège de la présidence de l’université de Lorraine, cours Léopold à Nancy. 14 photos de juin 2010 quand les 3 universités de Lorraine n’étaient pas encore fusionnées et formaient un Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES).

Le Président de la République a également annoncé que le Gouvernement précisera pour chacun la bonne organisation qui sera nécessaire, en particulier pour les examens et les concours. Ces annonces nous concernant plus particulièrement devraient avoir lieu cette semaine. 

SONY DSC

Les modalités de contrôle des connaissances seront arrêtées cette semaine à l’issue des travaux des conseils de collégiums permettant l’organisation de la première session à distance pour l’ensemble des formations. Nous devrions recevoir dans les jours qui viennent des informations plus précises de la part du ministère qui pourraient avoir un impact sur la seconde session des examens et sur l’organisation des concours. Nous savons que nos étudiants sont en attente d’une réponse rapide mais également la plus précise et définitive possible. C’est pourquoi, nous adresserons aux composantes et collégiums une note complète dans le courant de la semaine prochaine.

La crise sanitaire que nous traversons nous conduit à exercer autrement nos missions de formation et de recherche, différemment, mais certainement pas à les arrêter. Dans tous les domaines de formation, les équipes pédagogiques et administratives ont travaillé à l’aménagement des modalités de contrôle des connaissances dans le cadre des ordonnances nationales relatives à l’état d’urgence sanitaire et des dispositions adoptées par le Conseil de la Formation le 24 mars dernier.

Aucun semestre ne sera « neutralisé », de même que toute pratique contraire à l’esprit de nos missions ne pourra être acceptée. Partout dans l’établissement, les équipes ont travaillé à la mise en place de modalités de contrôle adaptées, à distance et en s’appuyant sur le contrôle continu déjà réalisé. J’appelle ici solennellement les présidents de jury à la plus grande bienveillance et à notamment porter attention à ce que ces circonstances exceptionnelles d’évaluation ne portent pas préjudice aux étudiants, notamment celles et ceux qui sont dans une situation particulièrement difficile.

Commentaires fermés sur Aucun semestre ne sera neutralisé

Classé dans BH. Universités et COVID 19, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Univ Reims. Se Regrouper ou non ?

Reims (URCA) : regrouper, dégrouper. Télécharger le pdf de la chronique (10 pages).

Des coûts de coordination extrêmement élevés et une absence de résultat : retour à la case départ. De 2009 à 2017, l’université de Reims Champagne Ardenne est allée de regroupements en dégroupements.

2009. Début de la discussion sur la création d’un Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) avec l’université de Picardie. 2012 (avril) : création de ce PRES (rappel : les PRES ont été créés en 2006 !).

2015. Décret abrogeant le PRES et le remplaçant par une Communauté d’universités et  d’établissements (COMUE), sans l’université de Picardie, mais avec l’Université Technologique de Troyes.

2017 (décembre). Abrogation de la COMUE et création d’une Association entre 13 établissements du site Champenois.

Onze chroniques d’Histoires d’universités (texte intégral). 5 présidents de 1997 à 2020.

2009. Les présidents de l’URCA, Université de Reims Champagne Ardenne. 23 photos : Quiz. 5 présidents de l’URCA (Reims)

Présidents de 1971 à 1997. Michel Devèze (historien), de 1971 à 1976. Jean Le Men (pharmacien), de 1976 à 1977. Lucien Bernard (physicien), de 1977 à 1982. André Laberrigue (physicien), de 1982 à 1987. Jean Raymond (angliciste), de 1987 à 1992. Claude Séverin (physicien et odontologiste), de 1992 à 1997.

Présidents de 1997 à 2020. Jacques Meyer, mathématicien, président de 1997 à 2002. Gérard Mary, physicien (2002 à 2007). Richard Vistelle, pharmacien (2007 à 2012), Gilles Baillat, sciences de l’éducation (2012 à 2016). Guillaume Gellé, Génie informatique, automatique et traitement du signal (2016 à 2020, réélu en 2020).

Jacques Meyer, 1997-2002

Président du Département mathématiques de la faculté des sciences de 1984 à 1986, puis le doyen de cette même faculté, de 1986 à 1990. Il est nommé directeur de l’IUFM de Reims en 1990, où il restera sept années avant d’être élu président de l’université de Reims Champagne-Ardenne de 1997 à 2002.

Jacques Meyer est élu le lundi 14 mars 2016 président de la Comue Université de Champagne pour un mandat de quatre ans par le conseil d’administration de l’établissement, dont il était administrateur provisoire depuis le 17 juillet 2015.

L‘ancien président de l’établissement (1997-2002) et premier vice-président en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation au conseil régional de Champagne-Ardenne (2010-2015) a réaffirmé vouloir « poursuivre la structuration en cours dans une démarche respectueuse des sept établissements membres, et de mettre la communauté au service de l’animation de la vie universitaire et scientifique du site.

Gérard Mary, 2002-2007

Le CD2R, conseil de développement de Reims et du Pays Rémois (Reims 2020), présidé par Gérard Mary, ancien président de l’URCA, préconise également la création d’un PRES

Richard Vistelle, 2008-2012

2009 (mars). Pas de PRES à Reims !

4èmes Assises Recherche & Entreprises organisées par la Région Champagne-Ardenne. Atelier 6 : vers un pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) en Champagne-Ardenne.

Les PRES (cliquer ici pour en savoir plus) sont créés en 2006. Les 2 présidents d’université présents à Reims et les 2 directeurs d’école de commerce et de management se sentent sans doute coupables de n’avoir pas encore créé de PRES. La région pousse à sa création (lire la note) ! Lors de l’atelier, les 4 dirigeants se sont dits partisans d’un PRES ; mais un seul y croit-il vraiment ? Chacun a surtout insisté sur les obstacles : points forts non sérieusement identifiés, services communs non encore partagés, difficile alliance du public et du privé (question des droits d’inscription), périmètre (à 4, à 6 ?), quelle gouvernance?…

Depuis la création des PRES, est apparue l’opération Campus (2008) (cliquer ici pour en savoir plus) : la Champagne-Ardenne ne fait pas partie des élus. Drame ! Être transformé à terme en collège universitaire ! Et si ces 4 établissements du supérieur transformaient ce retard à l’allumage en atout : OK pas de PRES en CA, pensons plutôt à l’organisation de l’enseignement supérieur dans les 5 à 10 années qui viennent !

Discutons avec le Conseil régional et mettons-nous d’accord pour proposer la création de lycées d’enseignement supérieur (IES), établissements publics autonomes des lycées et des universités, chargés d’organiser un premier cycle de 3 ans conduisant à la licence, regroupant, dans un même établissement, environ 2.500 élèves de CPGE, de STS et IUT fusionnés, et de l’ex-licence universitaire. Sept ou huit LES pourraient être créés en région : à Reims, à Troyes, à Châlons en Champagne, à Epernay, à Charleville Mézières et à Chaumont. Les LES sont la condition de l’objectif partagé par tous : porter à 50% la proportion de jeunes obtenant un diplôme du supérieur, la licence.

Pensons alors à la création d’une université unique de 20 à 25.000 étudiants délivrant des masters et des doctorats (et non plus des licences) : masters et doctorats universitaires à Reims correspondant aux pôles de compétitivité actuels (agroressources, matériaux nouveaux, santé-pharmacie) et incluant deux pôles en formation des maîtres et en SHS, école d’ingénieurs et doctorats en ingénierie à Troyes, école de management – commerce à Reims avec une antenne à Troyes.

Pour atteindre la taille critique d’une université de 20.000 à 25.000 étudiants en master et doctorat, université d’excellence estimée internationalement, les forces des 4 établissements actuels et le soutien de la Région ne suffiront pas. Il faut donc franchir les frontières, ouvrir la future université aux deux universités picardes et à des universités wallonnes. Et si la Champagne Ardenne était pionnière pour inventer l’université de demain, l’Université franco-belge ?

2012 (avril). L’Université fédérale européenne Champagne Ardenne Picardie est un pôle de recherche et d’enseignement supérieur créé par décret du 26 avril 2012, et regroupant l’université d’Amiens (Picardie Jules Verne) et l’université de Reims Champagne-Ardenne.

2012 (24 avril). Décès du président Richard Vistelle

Richard Vistelle, président de l’université de Reims Champagne-Ardenne (URCA), professeur de pharmacie et praticien hospitalier, est décédé brutalement, dimanche 21 avril 2012, à l’âge de 61 ans. Hommage à lui qui s’est battu pour faire reconnaître par toutes et tous, dans un contexte difficile, deux grands projets, construits avec son équipe : le regroupement de toutes les facultés de l’université sur le campus de Croix-Rouge et l’alliance avec l’université de Picardie dans le cadre d’un Pôle de recherche et d’enseignement supérieur.

Les membres du CA, nouvellement élu en mars, avaient décidé de ne pas reconduire Richard Vistelle dans ses fonctions présidentielles. Gilles Baillat, le nouveau président, prendra ses fonctions le 6 mai et aura à cœur de conduire à terme les deux projets de son prédécesseur.

Commentaires fermés sur Univ Reims. Se Regrouper ou non ?

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

ESR Aquitaine : le grand gâchis

Décret n° 2020-239 du 12 mars 2020 portant dissolution de la Communauté d’universités et établissements d’Aquitaine

Cliquer pour agrandir

10 ans de regroupements d’établissements d’Enseignement Supérieur et de Recherche en Aquitaine. 10 ans de gâchis humains, matériels et financiers, rappelés et commentés dans ma chronique du 28 octobre 2019, Fusion. Bordeaux sans Humanités

Histoire de l’université racontée sur le site de l’Université de Bordeaux fusionnée. Le point faible de la fusion bordelaise : une fusion partielle. Trois établissements l’ont refusée (Bordeaux 3 Michel de Montaigne, Sciences Politiques, Institut Polytechnique de Bordeaux). Un établissement a été tenu à l’écart, l’université de Pau et des Pays de l’Adour.

Créée par décret le 3 septembre 2013, quelque 573 ans après sa création originelle en 1441, l’université de Bordeaux retrouve son unité. De l’université de Bordeaux médiévale à celle du XXIème siècle, retour sur une longue histoire…

2009. Succès du projet bordelais à l’appel d’offre Opération Campus (475 millions d’euros de dotations en capital, alloués par l’État),

2012. Au bout d’un an de chantier, les deux écoles choisissent de ne pas aller jusqu’au bout du processus de fusion, tout en réaffirmant leur volonté de trouver une place dans le contexte de la politique du site universitaire bordelais.

2012. Investissements d’avenir. Le projet porté par les universités de Bordeaux est labellisé IDEX. Dotation en capital : 700 millions ».

2014. Créée par décret le 3 septembre 2013, l’université de Bordeaux naît officiellement le 1er janvier 2014. Mon Commentaire de blogueur. L’université de Bordeaux regroupe les universités de Bordeaux 1, Bordeaux 2, Bordeaux 4. Bordeaux 3 Montaigne, l’université des Humanités, a rejeté la fusion. Quant à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, on ne lui a rien demandé. En aucun cas, l’université de Bordeaux ne peut se présenter comme l’université de la Région Aquitaine et encore moins de la Grande Région Nouvelle Aquitaine.

2015 (mars). Naissance de la COMUE Aquitaine

« Héritière du Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur de Bordeaux, les statuts de la Communauté ont été adoptés par ses six membres, approuvés par le décret n° 2015-281 du 11 mars 2015 et publiés au journal officiel de la République Française ».

2017 (décembre), source News Tank Higher Education. Manuel Tunon de Lara, président de l’université de Bordeaux : La Comue Aquitaine est une création artificielle, conçue comme une ombrelle dont on pouvait attendre qu’elle joue un rôle si elle réussissait à mettre en relation les établissements de toute la nouvelle région Aquitaine. Or elle n’a pas su jouer ce rôle ». Le 15 décembre 2007, le CA de l’université de Bordeaux décide d’engager une procédure afin de quitter la Comue.

2018 (18 janvier). Tunon de Lara, réélu président de l’université de Bordeaux par 23 voix contre 13 pour Renaud Coulangeon. Chroniques sur cette réélection (cf. image finale)

Commentaires dans ma chronique. Les personnels et les étudiants de l’université de Bordeaux devront rappeler constamment au président réélu par le Conseil d’administration que la liste qui le soutenait, lors des élections aux conseils centraux, a recueilli moins de 25% des voix des personnels enseignants inscrits sur les listes électorales. Le président de l’université de Bordeaux est donc un « mal élu ». L’oubliera-t-il ?

Commentaires fermés sur ESR Aquitaine : le grand gâchis

Classé dans C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes)

Univ. Bourgogne. Président Thomas

9 mars 2020. Communiqué de l’université de Bourgogne. Le Conseil d’administration a procédé à l’élection du président de l’uB. Vincent THOMAS, porteur des listes Ensemble pour une université humaine, ouverte et ambitieuse, a été élu avec 17 voix sur 32. La durée de son mandat sera de 4 ans.

Article du Bien public. « Ancien doyen de la faculté de droit, sciences économique et politique de Dijon, Vincent Thomas endossera, ce mardi, le costume de président de l’université de Bourgogne. En concurrence avec Sébastien Chevalier et après un vote très serré les 4 et 5 février, Vincent Thomas a été élu, ce lundi, par le conseil d’administration de l’université, par 17 voix contre 13 (sur 32 votants).

« C’est la concrétisation d’un long travail et d’un projet qui a pour but de rassembler l’université », a réagi le nouveau président de l’uB, ce lundi après-midi. « Maintenant, mon objectif, c’est que l’on traite les grands dossiers qui intéressent l’université. […] La campagne a été assez longue et pendant ce temps-là, un certain nombre a été mis en suspens. Je pense notamment à celui de la Comue (communauté d’universités et établissements de Bourgogne-Franche-Comté), qu’il faudra défendre dès cet automne ».

11 février 2020. Chronique d’Histoires d’universités : Bourgogne, Président. Rien n’est joué

Après les élections des 4 et 5 février 2020 aux conseils centraux, la course à la présidence oppose eux candidats : Sébastien Chevalier, Vincent Thomas.

Qui est victorieux ? Il faut examiner précisément les résultats. Taux de participation aux élections du Conseil d’administration

  • collège A, professeurs et assimilés : 78,93 % (311 votants)
  • collège B. maîtres de conférences et assimilés : 68,27 % (695 votants)
  • collège C. BIATSS : 63,53 % (918 votants)
  • collège des étudiants : 13,22 % (4 133 votants)

Commentaires fermés sur Univ. Bourgogne. Président Thomas

Classé dans C. Bourgogne Franche-Comté

Sophie Béjean, rectrice en Occitanie

Sophie Béjean, née le 22 juin 1964 à Grenoble, professeur de sciences économiques, présidente de l’université de Bourgogne de mai 2007 à mai 2012, n’est pas réélue pour un second mandat 2012-2016. Nommée rectrice de l’académie de Strasbourg (4 mars 2016). Nommée rectrice de la région académique Occitanie, rectrice de l’académie de Montpellier, le 5 février 2020.

Le blog Histoires d’Universités a été créé en janvier 2009. J’ai interviewé Sophie Béjean le 20 avril 2010, dans son bureau de Présidente à Dijon. Elle est alors âgée de 46 ans. Enquête également dans l’ensemble des secteurs de l’université. Mes chroniques dijonnaises ont été détruites lors de la fermeture des blogs du Monde, je ne les avais pas sauvegardées ! De ce séjour agréable et pertinent à Dijon, il me reste cependant près de 500 photos. Qui veut les archiver ?

Sophie Béjean, que ferez-vous après votre 1er mandat de présidente ? Elle envisageait  avec plaisir un retour à ses missions d’enseignant-chercheur, à ses recherches et responsabilités en économie de la santé.

Je ne comprends pas pourquoi Sophie Béjean a accepté en 2016 d’être nommée Rectrice à Strasbourg sous la Gauche et d’être promue le 5 février 2020, super-rectrice en Occitanie.

  • Oser accepter cettefonction quand on n’a pu faire un second mandat de Présidente parce que battue aux élections en 2012.
  • Oser accepter quand la COMUE Université Franche-Comté Bourgogne, fondée en 2010, a échoué à s’imposer sur la scène concurrentielle de l’ESR et semble aujourd’hui être en coma avancé.
  • Oser accepter quand on a piloté en 2014-2015 et publié, Pour une société apprenante (rapport Stranes), rapport inutile, vite enterré dans un tiroir.

Commentaires fermés sur Sophie Béjean, rectrice en Occitanie

Classé dans C. Bourgogne Franche-Comté, Non classé

Brest. Carrière de Pascal Olivard

Pascal Olivard, né en 1966, est ancien président de l’Université de Bretagne Occidentale (2007-2016), ancien président de l’Université Européenne de Bretagne (2012-2016), ancien président de la COMUE Université de Bretagne-Loire (2016-2019), ancien candidat à la direction de l’IFREMER (en 2018). Il est aujourd’hui candidat à la mairie de Brest pour le mandat 2020-2026.

Quand j’étais professeur de sociologie du travail et des organisations, j’adorais faire le cours sur les mobilités sociales, professionnelles, et géographiques, en particulier en licence professionnelle.

Je conseillais à mes étudiants, à la recherche d’un stage, d’un contrat d’apprentissage, ou d’un emploi d’adapter leur CV aux caractéristiques de l’offre, pour se donner plus de chances d’être recrutés.

Toute histoire de vie a ses points forts (ne pas les exagérer) et ses points faibles (mentir par omission est tolérable, transformer ses échecs en succès) .

Cette chronique présente quatre CV de Pascal Olivard et quelques commentaires de ma part.

Commentaires fermés sur Brest. Carrière de Pascal Olivard

Classé dans C. Pays de Loire, Non classé

Nouvelles de l’université d’Orléans

Trois évènements signalés par le blog SLU Université d’Orléans.

A. 31 octobre 2019, France Bleu, Procès de Youssoufi Touré, ancien président de l’université

« Le procès de Youssoufi Touré pour soustraction, détournement ou destruction de biens d’un dépôt public (entre 2009 et 2014) et pour atteinte à la liberté d’accès ou à l’égalité des candidats dans les marchés publics est renvoyé à la date du 28 mai 2020.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Nouvelles de l’université d’Orléans

Classé dans AE. Histoire médiévale, AF. Histoire 16-17èmes siècles, C. Centre Val de Loire

Bordeaux Montaigne. La fusion? Non

Chroniques d’Histoires d’universités. Bordeaux 3 Michel de Montaigne : les débats de 2013-2016 sur la fusion.

10 novembre 2010. Présider et diriger Bordeaux 3

Le président de Bordeaux 3 Michel de Montaigne, Patrice Brun, m’a invité pour animer un débat sur la LRU, la gouvernance des universités, les responsabilités et compétences élargies : points forts, points faibles, opportunités, menaces. Suite à plusieurs chroniques critiques de ce blog sur la prime des présidents, leur pouvoir de veto, leur devenir après mandat, Patrice Brun avait pris le temps de réagir. J’ai publié le 22 août dernier son texte « Les présidents d’université entre réalités et fantasmes , sous le titre Défense des présidents. Pour le professeur d’histoire ancienne, le problème essentiel n’est pas le pouvoir du président. « Le vrai débat doit se situer ailleurs. Depuis trois ans, on demande toujours plus à l’université… Ce n’est pas un « toujours plus » que les présidents demandent, c’est un équilibre entre les charges et le potentiel. A mon sens, il a été rompu ».

Lire la suite

Commentaires fermés sur Bordeaux Montaigne. La fusion? Non

Classé dans C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales, Non classé

Fusion. Bordeaux sans Humanités

A. Histoire de l’université racontée sur le site de l’Université de Bordeaux « fusionnée ». Le point faible de la fusion bordelaise : une fusion partielle. Trois établissements l’ont refusée (Bordeaux 3 Michel de Montaigne, Sciences Politiques, Institut Polytechnique de Bordeaux)

« Créée par décret le 3 septembre 2013, quelque 573 ans après sa création originelle en 1441, l’université de Bordeaux retrouve son unité. De l’université de Bordeaux médiévale à celle du XXIème siècle, retour sur une longue histoire.

Cliquer sur les images pour les agrandir

1968. Les grands principes de la loi Faure sont l’autonomie, la participation et la pluridisciplinarité.L’université de Bordeaux se divise alors progressivement et  donne naissance dans un premier temps à trois nouveaux établissements : Bordeaux1 (droit, économie et sciences), Bordeaux 2(sciences de la vie, sciences de l’homme, sciences de la santé), et Bordeaux 3 Michel de Montaigne (lettres et sciences humaines).

Lire la suite

Commentaires fermés sur Fusion. Bordeaux sans Humanités

Classé dans AH. Histoire 19-20èmes siècles, C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), Non classé

G. Eiffel. Une fusion ad hominem

3ème chronique critique sur les fusions d’établissements. Les deux premières : Fusions : de la fête à l’enfer, Nantes Université. Fusion mort-née

Le 1 janvier 2020, l’Université Gustave Eiffel devrait être créée. Il reste un peu plus de deux mois à l’État pour ne pas signer le décret de création. Il devrait oser dire « non », tant cette fusion est abracadabrantesque, tant elle prendrait la forme d’une hyper-technostructure coupée des réalités vécues par les personnels et les étudiants, ceux-ci n’étant représentés au CA que par 15 administrateurs sur 35. Du jamais vu dans la gouvernance universitaire.

Cette fusion entraînerait la disparition de l’Université de Marne-la-Vallée, moins de 30 ans après sa création en 1991, dans le cadre du Plan Université 2000.

Cette fusion entraînerait un bien inutile combat des chefs pour la présidence, entre le président de Marne-la-Vallée et la directrice de l’IFSTAR. Le but de leur vie : être « chef à vie ». Gustave Eiffel : une fusion ad hominem !

Lire la suite

Commentaires fermés sur G. Eiffel. Une fusion ad hominem

Classé dans C. Ile-de-France