Archives de Tag: Recherche

Blog. Fin de la Saison 7

Fin de la saison 7 : 72 chroniques du blog sur les Universités et la Covid 19 (présentation inversement chronologique)

Juin 2020. Quelle rentrée pour l’enseignement et la recherche ? Et si les universités mouraient ?

12 juin 2020. Lettre à Michel Deneken, président de l’université de Strasbourg.

Monsieur le Président, Le 5 mars, avant le confinement, un millier de personnels et d’étudiants de l’Université de Strasbourg se rassemblaient dans le Patio et manifestaient contre la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Sans attendre la levée de l’état d’urgence sanitaire, le gouvernement décide aujourd’hui de faire adopter cette loi dans les délais les plus courts, dans une version qui reprend et aggrave un projet largement rejeté par les acteurs de l’ESR.

Le projet a été envoyé aux membres du CNESER dimanche 7 juin pour une présentation en séance le 12 juin, ce qui témoigne d’un profond mépris de nos instances nationales. Un passage en Conseil des ministres est prévu le 8 juillet. Nous apprenons que la LPPR sera également mise à l’ordre du jour de la Commission de la Recherche de notre université le 17 juin prochain. Lire la suite…

Avril et mai 2020. Du confinement au déconfinement : les universités resteront fermées pour les étudiants, jusqu’à la rentrée (enseignements en ligne, modalités adaptées pour le contrôle des connaissances).

Le déconfinement commencé, j’arrête la rubrique Cuisiner facile en situation de confinement : 61 recettes.

13 mai. Frédérique Vidal adresse ses remerciements à la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche

Cette lettre mérite, selon moi, cinq critiques :

Commentaires fermés sur Blog. Fin de la Saison 7

Classé dans AA. Universités et COVID 19, BG. Cuisine pour le confinement

Confédération des jeunes chercheurs

Confédération des jeunes chercheurs (CJC), Communiqué de presse, Paris, 13 mai 2020.

Quelles mesures d’urgence COVID pour les jeunes chercheur-es ? Les demandes de la CJC et les réponses de la ministre.

La Confédération des jeunes chercheurs (CJC) s’est entretenue avec madame Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, aux côtés de l’Association nationale des docteurs (ANDès), le jeudi 9 avril dernier. Ce rendez-vous a été l’occasion pour la CJC d’alerter la ministre sur la situation difficile des jeunes chercheur-es dans cette période de crise et de faire valoir nos demandes de mesures d’urgence spécifiques.

  • Paiement des enseignant-es vacataires
  • Prolongation des contrats de recherche doctorale
  • Prolongation des CDD de recherche pour docteur-es (« postdocs ») et ATER
  • Réinscriptions administratives
  • Soutenances de thèse

Résumé. Un paquet interministériel budgétaire et réglementaire « jeunes chercheur-es » est en préparation et devra être précisé dans les semaines qui viennent. Ce paquet devrait inclure une enveloppe aux employeurs publics de jeunes chercheur-es (doctorant-es et chercheur-es contractuel-les docteur-es) afin de financer largement des prolongations de contrat sur tout le territoire, une enveloppe à l’ANRT afin de financer des prolongations de Cifre, et des mesures de neutralisation de la période vis-à-vis de la durée réglementaire de réalisation du doctorat.

La CJC sera vigilante quant au volume de ce paquet budgétaire, qui ne saurait être inférieur à plusieurs dizaines de millions d’euros, pour être crédible. Le risque serait, si le gouvernement ne prenait pas ses responsabilités, que les établissements employeurs arbitrent entre la prolongation des recherches mises à l’arrêt ces dernières semaines et les recrutements à venir, c’est-à-dire entre sacrifier une génération de jeunes chercheur-es ou la suivante.

La ministre nous a par ailleurs indiqué que toutes les heures de vacations qui avaient été prévues pour le semestre seraient, en dernière instance, payées, ce qui est une satisfaction. Nous demandons de plus que tou-tes les doctorant-es se réinscrivant en doctorat en 2020-2021 soient exempté-es du paiement des frais d’inscription, afin de ne pas faire porter le poids de la prolongation exceptionnelle des recherches sur leurs épaules.

Lire la suite…

Commentaires fermés sur Confédération des jeunes chercheurs

Classé dans AA. Universités et COVID 19

Mesures pour les Jeunes chercheurs

Communiqué de Frédérique Vidal, 23 avril 2020. Épidémie de Covid-19 : prolongation des thèses, contrats doctoraux et post-doctoraux impactés par la crise sanitaire.

  • Dans la chronique immédiatement à suivre, la Confédération des Jeunes Chercheurs (communiqué du 13 mai 2020) exprime sa satisfaction à l’égard des mesures annoncées par la Ministre. Toutefois, elle estime qu’un paquet interministériel budgétaire et réglementaire soit précisé dans les semaines qui viennent… Elle sera vigilante quant au volume de ce paquet budgétaire, qui ne saurait être inférieur à plusieurs dizaines de millions d’euros, pour être crédible.

Texte du communiqué de Frédérique Vidal. « Afin de préserver les activités de recherche négativement impactées par la pandémie de Covid-19, Frédérique Vidal autorise la prolongation si nécessaire des thèses, contrats doctoraux et post-doctoraux, ainsi que des contrats d’ingénieurs et techniciens.

La recherche et le personnel scientifique et universitaire français sont aujourd’hui pleinement mobilisés, de concert avec leurs homologues de par le monde, pour lutter contre la pandémie de Covid-19 et apporter des solutions aux graves problèmes médicaux, sociaux et économiques qu’elle soulève.

Pour autant, comme de nombreux secteurs, la recherche est également fortement affectée par cette crise. Un grand nombre de projets et de travaux de recherche à l’échelle nationale, européenne et internationale sont ralentis voire arrêtés. Le confinement et la fermeture des établissements ont forcé de nombreux techniciens, ingénieurs, chercheurs et doctorants, dans l’ensemble des disciplines, à interrompre leurs travaux expérimentaux en laboratoire ou encore à suspendre leurs enquêtes et études de terrain.

Prolongation des thèses, contrats doctoraux et post-doctoraux lorsque jugé nécessaire, jusqu’à 1 an

Afin de tenir compte de ce contexte exceptionnel lié à la pandémie de Covid-19 et de limiter ses effets négatifs sur la recherche et l’activité des laboratoires, Frédérique Vidal a décidé d’autoriser les organismes et établissements qui accueillent des doctorants à prolonger la durée de thèse ainsi que celle du contrat doctoral, lorsque l’impact de la crise actuelle l’aura rendu nécessaire. Cette prolongation, pouvant aller jusqu’à 1 an, permettra de compenser l’impact des interruptions des travaux de recherche dues à cette crise.

Lire la suite…

Commentaires fermés sur Mesures pour les Jeunes chercheurs

Classé dans AA. Universités et COVID 19

Univ. Strasbourg, reprise progressive

Texte du communiqué : 5 pages.

    Extraits. Après 8 semaines de confinement, l’Université de Strasbourg renoue partiellement avec une activité en présentiel sur ses différents campus. Après la distribution de 300 000 masques et solutions hydro-alcooliques ce lundi 11 mai et la diffusion des consignes sanitaires la semaine précédente, l’Université de Strasbourg sera accessible  à partir du 12 mai à certains personnels uniquement. Il s’agit en priorité de faire respecter les consignes nationales, d’accompagner tous les acteurs de l’université dans cette période délicate, et d’impulser une reprise progressive de toutes les activités possibles.

    Si le télétravail va perdurer pour une grande partie des agents, des activités de recherche en lien direct avec le CNRS et l’Inserm, certaines activités administratives, la gestion des bâtiments et des chantiers reprendront en présentiel selon un protocole strict respectant les mesures sanitaires et gestes barrière. Ces consignes s’appliquent à tous les personnels de l’université quels que soient leurs missions, professions, statuts. L’Université de Strasbourg reste attentive à toute situation individuelle et notamment aux personnels qui ont été isolés.

    Les étudiants quant à eux poursuivront leurs enseignements à distance, tout comme les évaluations dont les nouvelles modalités ont été récemment validées par la Commission formation et vie universitaire (CFVU).  

    1 commentaire

    Classé dans AA. Universités et COVID 19

    Sérendipité. Sciences & Innovations

    Sciences et innovations. Comment trouver ce qu’on ne cherche pas, Joëlle Forest, enseignante-chercheuse à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Lyon, Herodote.net.

    En 1719, ont été publiées Les Aventures des trois princes de Serendip par le Chevalier Louis De Mailly.

    Inspiré d’un conte perse, ce texte relate l’histoire des trois fils de Giafer, puissant monarque qui régnait au pays de Serendip. Afin de parfaire leur éducation, ce dernier les envoie parcourir le monde. Tout au long de leur chemin, les trois princes ne cessent de faire des découvertes surprenantes et inattendues, aux conséquences imprévues…

    Ce texte inspire à l’écrivain anglais Horace Walpole le concept de sérendipité qu’il définit le 28 janvier 1754. Il demeurera cependant l’apanage de quelques littéraires érudits jusqu’à la première moitié du XXème siècle, date à laquelle la communauté scientifique s’en empare.

    Prenant le contrepied d’une conception de l’innovation qui serait guidée par une démarche rigoureuse ultra rationnelle , le concept de « sérendipité » s’est diffusé dans les milieux de la recherche depuis la fin des années 1950…

    Commentaires fermés sur Sérendipité. Sciences & Innovations

    Classé dans AA. Universités et COVID 19, AG. Histoire 18ème siècle, E. Sciences

    Enterrer la Fondation MSH

    Objet. Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH). Rapport de la Cour des Comptes, 9 pages, 17 janvier 2020. Signalement par Michel Abhervé, blog Alternatives Économiques.

    Le Premier président de la Cour des Comptes à Madame Frédérique VIDAL, Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

    Héritière de la tradition d’excellence des sciences humaines et sociales françaises des années 60 et 70, la FMSH voit aujourd’hui sa spécificité et sa valeur ajoutée propre très fortement questionnées dans un contexte que l’ouverture du Campus Condorcet fait considérablement évoluer. Elle apparaît secouée par des crises multiples qui ont pour conséquence une perte d’influence et d’attractivité marquée. En l’absence, à ce stade, de toute orientation forte de la part des pouvoirs publics sur son positionnement, elle privilégie une stratégie autonome et aventureuse, radicalement différente de son ambition originelle.

    1. UNE INSTITUTION EN CRISE

    • 1.1. Une gouvernance défaillante et divisée
    • 1.2. Un climat social très dégradé
    • 1.3. Des activités à la peine

    2. UNE TENTATION DE FUITE EN AVANT

    • 2.1. Une absence anormale de pilotage de la part des pouvoirs publics
    • 2.2. Une volonté de positionnement autonome dans un environnement institutionnel et scientifique en très forte recomposition
    • 2.3. Une stratégie patrimoniale aventureuse

    3. UNE NÉCESSITÉ DÉSORMAIS URGENTE DE CLARIFIER L’AVENIR

    • 3.1. Un scénario a minima de redéfinition, à périmètre institutionnel inchangé, des modalités de fonctionnement et de financement de la FMSH
    • 3.2. Un scénario d’adossement universitaire: une entrée dans le droit commun synonyme de perte d’originalité scientifique
    • 3.3. Le scénario de l’ambition pour les SHS : l’apport des activités de la fondation au Campus Condorcet pour contribuer à la réussite de ce projet majeur.

    La Cour formule donc les principales recommandations suivantes:

    Recommandation n°1 (MESRI). Clarifier, au plus vite, la place et le rôle de la FSMH et de ses activités, en priorisant un scenario d’intégration complète à l’établissement public du Campus Condorcet, dont les conséquences devront être tirées sur le maintien de la fondation;.

    En cas de maintien d’une fondation autonome. Recommandation n°2 (MESRI): établir un nouveau contrat quinquennal définissant, de manière précise, les objectifs fixés à la fondation et revoir les modalités de financement de l’État, en conformité avec le statut de fondation reconnue d’utilité publique en les liant à l’atteinte des objectifs ainsi déterminés et en mettant fin au système de concours sous forme de dotation globale de financement.

    Commentaires fermés sur Enterrer la Fondation MSH

    Classé dans C. Ile-de-France, E. Mobilité internationale, E. Sciences humaines et sociales

    Covid-19. Surmortalités régionales

    Nombre de décès quotidiens par département, INSEE, 10/04/2020. Suite de la chronique Décès quotidiens par département (6 avril 2020).

    Extraits. Exceptionnellement, pendant la pandémie du covid-19, l’Insee diffuse le nombre de décès par jour et par département…

    Au niveau national, le nombre de décès totaux enregistrés à la date du 10 avril 2020 et survenus entre le 1er et le 30 mars 2020 est supérieur à celui enregistré sur la même période en 2019 : 57 441 décès ont été enregistrés en 2020 en France contre 52 011 en 2019. Ce nombre reste néanmoins inférieur au nombre des décès enregistrés sur la même période en 2018 (58 641 décès en France), année où la grippe saisonnière était encore virulente au mois de mars.

    Au niveau régional, les régions Grand Est et Île-de-France comptent un nombre de décès totaux, survenus entre le 1er et le 30 mars, désormais supérieur de 39 % à celui enregistré sur la même période en 2019, et supérieur également au nombre de décès survenus au cours de la même période en 2018 (de + 17 % dans le Grand Est, de + 22 % en Île-de-France). Le nombre de décès survenus entre le 1er et le 30 mars 2020 est supérieur d’un peu plus de 10 % à celui de 2019 dans les Hauts-de-France et la Bourgogne-Franche-Comté, mais reste encore inférieur à 2018 dans ces régions.

    Au niveau départemental, le Haut-Rhin se distingue toujours par un très fort excédent de mortalité entre le 1er et le 30 mars 2020 par rapport à la même période en 2019 (+ 128 %). Cinq autres départements enregistrent un nombre de décès survenus en mars 2020 supérieur de plus de 40 % à celui observé en 2019 aux mêmes dates : la Seine-Saint-Denis (+ 62 %), les Hauts-de-Seine (+ 56 %), les Vosges (+ 55 %), l’Oise (+ 42 %), la Moselle (+ 41 %).

    Commentaires fermés sur Covid-19. Surmortalités régionales

    Classé dans AA. Universités et COVID 19, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Médecine Pharmacie

    FAQ à propos de la LPPR

    Groupe Jean-Pierre Vernant, courriel reçu le 3 avril 2020. Suite aux annonces budgétaires du président de la République, nous avons mis à jour notre billet répondant aux questions qui nous ont été posées sur la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

    Les 6 pages de FAQ en pdf

    Les questions II à IV synthétisent les nouveaux éléments budgétaires, après arbitrage de Bercy. Le sommaire de la version courante de la LPPR comporte 6 articles de plus.

    Quelques réponses aux questions fréquemment posées sur la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

    Dans ce complément à notre billet sur le lien entre LPPR et réforme des retraites , nous répondons aux questions qui nous ont été posées sur le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), ses initiateurs, son calendrier et les sommes en jeu à partir des informations dont nous disposons.

    I Quel est le calendrier prévisionnel de la LPPR ?

    Dès la mi-janvier, indépendamment de l’alerte épidémique donnée par la Chine, nous avons su que le calendrier parlementaire ne permettrait pas l’examen de la LPPR avant l’automne. La date avancée alors par la ministre, Frédérique Vidal, pour rendre public le projet de loi était fin mars-début avril.

    Un examen de la loi par le Parlement à l’automne pose cependant un problème de communication à l’exécutif, puisqu’il coïnciderait avec la phase préparatoire du budget 2021, faisant apparaître explicitement l’absence de création de postes et d’augmentation du budget de l’Université et de la recherche pour la troisième année du quinquennat. Rappelons qu’en 2019 et 2020, le nombre de postes pérennes mis au concours a fortement baissé et le budget n’a été augmenté que du montant de l’inflation, ne permettant pas la compensation du Glissement Vieillesse Technicité.

    II Quelle est le montant des crédits exceptionnels annoncés par Emmanuel Macron à l’Institut Pasteur ?

    Le 19 mars, Emmanuel Macron a de nouveau annoncé, lors d’une visite à l’Institut Pasteur, qu’il y aurait probablement une loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Cette annonce était avant tout une opération de communication dont l’enjeu était de couper court aux articles de presse sur l’absence de financement récurrent des études sur les virus à ARN en laissant entendre aux journalistes un “déblocage immédiat” de fonds pour la recherche. Il n’y a évidemment pas le moindre “chèque” signé par Emmanuel Macron pour la recherche, pas le moindre “crédit exceptionnel”.

    Ce qui a été annoncé d’un tweet à la rhétorique césariste, c’est le montant négocié avec Bercy pour la LPPR: “J’ai décidé d’augmenter de 5 milliards d’euros notre effort de recherche, effort inédit depuis la période de l’après-guerre.”

    III Quelles sont les sommes dégagées par l’article 18 de la loi retraite ?

    Le budget brut salarial pour l’Université et la recherche s’élève à 10,38 milliards € par an. La baisse de cotisation patronale de l’État de 74,3% à 16,9% sur 15 ans permettra à terme de redistribuer les 6 milliards € par an prélevés sur notre salaire socialisé. Pour la période 2021-2030 couverte par la LPPR, l’article 18 conduira en cumulé à 21,8 milliards € de prélèvement dans nos cotisations de retraite [1]. Il convient donc de comparer les annonces de “revalorisation” du salaire des jeunes chercheurs et d’augmentation du budget de l’ANR (120 millions € par an) à ces sommes.

    IV Quelles sont les sommes envisagées pour la LPPR ?

    En préambule, notons que des annonces budgétaires qui n’ont pas été tenues en temps normal, de l’aveu même de Frédérique Vidal (“Il y a de la défiance car de nombreuses promesses n’ont pas été tenues par le passé.”) ont des chances infimes d’être tenues pendant une crise économique. De fait, la crise de 2007-2008 nous a montré que les budgets des services publics servaient de variable d’ajustement pour sauvegarder la “confiance des marchés”.

    La LPPR portera exclusivement sur le programme 172 (Recherches scientifiques et technologiques pluridisciplinaires) auquel est rattaché le Crédit d’Impôt Recherche. Cela signifie que l’Université (programmes 150 et 231) sera sacrifiée dans l’opération de réinvestissement des prélèvements sur nos cotisations de retraite. Il n’est d’ailleurs pas prévu de créer de postes pérennes, mais de poursuivre la précarisation, comme l’attestent les articles 4 à 6 de la LPPR dont le sommaire est donné au bas de ce texte.C’est là tout le volet “Ressources Humaines” de la loi, que les “représentants des sociétés savantes” ont appelé à “tenir” lors d’un entretien avec le conseiller ESR du Premier Ministre le 25 février dernier — extrait du compte rendu: il faut « tenir deux principaux objectifs dans la LPPR : le volet financier et le volet RH de la loi. Il ne faudra pas sacrifier l’un pour l’autre si les contraintes budgétaires se font trop forte. » S’agissant du caractère purement idéologique de ce refus de créer des postes pérennes, on rappellera ici la fin de non-recevoir opposée en 2018 à la demande de maintien de 50 postes CNRS formulée à l’Elysée par le collectif RogueESR, pour un montant dérisoire à l’échelle des budgets en jeu ici: 3 millions d’euros.

    Selon le communiqué de presse [2], la loi recommanderait d’augmenter les crédits du programme 172 par paliers de 400 millions € pendant le fin du quinquennat, puis plus vite pour atteindre 5 milliards € de plus par an en 2030. Rien n’oblige le parlement à suivre cette recommandation lors des votes annuels des budgets. Cette augmentation de 400 millions € chaque année doit être comparée à celle réalisée pendant les premières années du quinquennat: +200 millions € par an, ce qui correspond à la croissance moyenne des dépenses fiscales en Crédit d’Impôts Recherche sur les cinq dernières années. Par ailleurs, la simple compensation de l’inflation (évaluée sur les trois dernières années) correspond à -150 millions € par an.

    Résumons nous. Sur dix ans, une fois l’inflation soustraite, l’effort consenti par Bercy dans le programme 172 (CIR, ANR, grands organismes) est de 14,9 milliards € de 2020, à comparer au 17,63 milliards € de 2020 prélevés sur nos cotisations de retraite. Selon le dossier de presse, jusqu’en 2027, un (petit) tiers de cet effort sera consacré à l’ANR [3], et donc au développement de l’emploi contractuel et au contrôle bureaucratique de la recherche. Le reste devrait donc être destiné à augmenter l’aide directe aux entreprises par la niche fiscale du Crédit d’Impôt Recherche.

    Commentaires fermés sur FAQ à propos de la LPPR

    Classé dans Non classé

    Pénurie de gel hydro-alcoolique

    Communiqué de presse, 10 avril 2020. Les laboratoires de recherche de Poitiers se mobilisent pour produire du gel hydro-alcoolique.

    Une production organisée autour du laboratoire de recherche IC2MP Institut de Chimie des Milieux et des Matériaux de Poitiers (Université et CNRS).

    Cette fabrication de gel hydro-alcoolique résulte de l’accord passé par le CNRS avec la Fédération nationale des dispositifs de ressources et d’appui à la coordination des parcours en santé1 (FACS). Les professionnels libéraux et les aides à domicile nécessitent eux aussi un besoin urgent en gants, masques et gels hydro-alcooliques.

    Commentaires fermés sur Pénurie de gel hydro-alcoolique

    Classé dans AA. Universités et COVID 19, C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), E. Médecine Pharmacie, E. Sciences

    Covid19. Appel à ouvrir la science

    Covid19. La crise sanitaire nous appelle à ouvrir la science, université de Lorraine, Factuel, 27/03/2020

    Extrait. La pandémie de COVID19 nécessite une réponse mondialement coordonnée de la communauté scientifique. Le partage des données de la recherche et le développement d’un accès ouvert à la recherche scientifique sont actuellement entravés par le modèle commercial de grands groupes tels qu’Elsevier et Springer-Nature. Afin d’encourager et de promouvoir le libre accès aux connaissances scientifiques, l’Université de Lorraine appelle ses chercheurs à déposer la version auteur de leurs publications dans l’archive ouverte HAL et à poursuivre la réflexion sur le partage des données de la recherche.

    La pandémie de COVID19 due au coronavirus SARS-CoV-2 qui sévit actuellement est un défi pour le personnel soignant et le système hospitalier, pour nos sociétés dans leur ensemble, mais également pour les chercheurs, dont les travaux peuvent mener à un traitement et à un vaccin.

    L’ampleur de la crise sanitaire nécessite une réponse mondialement coordonnée sur la base d’une collaboration internationale de grande ampleur. Dès le 28 janvier 2020, Antony Fauci, directeur de l’institut national américain des allergies et des maladies infectieuses, appelait au partage des données de la recherche. Selon le Wall Street Journal du 6 mars 2020, la communication des données sur les 41 premiers cas de la région de Wuhan, a en effet été retardée car leurs auteurs souhaitaient attendre la publication de leur article dans un journal prestigieux de médecine, faisant perdre ainsi un temps précieux dans la réaction à une épidémie naissante. Lire la suite...

    Commentaires fermés sur Covid19. Appel à ouvrir la science

    Classé dans AA. Universités et COVID 19, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Médecine Pharmacie