Archives de Tag: Sélection

L’École de Droit de la Sorbonne

Pendant que la Ministre Frédérique Vidal amuse la galerie avec sa concertation sur le Contrat Réussite Étudiant applicable à la rentrée 2018, les universités les plus dynamiques créent de nouvelles formations de licence, formations sélectives (sur dossier et entretien), à capacité d’accueil limitée (numerus clausus) et à droits de scolarité plus élevés que ceux fixés nationalement par arrêté.

Ainsi l’École de Droit de la Sorbonne de l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne ouvre à la rentrée 2017-2018 un diplôme d’université : Collège de droit pour une formation d’excellence accessible en Licence 1.

Ce Collège constitue :

  • une filière juridique sélective (sélection sur dossier dont mention au bac nécessaire, réussite à l’entretien oral)
  • une filière à numerus clausus (30 places par promotion)
  • une filière à droits d’inscription plus élevés :  479 euros (les boursiers étant totalement exonérés du paiement de ces droits).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France, E. Droit et Sciences politiques

Le marronnier des licences illégales

19 juillet 2016. Chronique du blog : Le marronnier des licences illégales. « L’UNEf ne change pas. L’UNEF ne changera pas. Après son marronnier de juillet, il y aura celui du mois d’août, dénonçant l’insupportable progression du coût des études. Dossier de presse du 19 juillet 2016. Capacités d’accueil, sélection illégale : l’UNEF dénonce le parcours du combattant des bacheliers ».

Un an plus tard, 19 juillet 2017. Le marronnier des licences illégales est fidèle au rendez-vous. Dossier de presse : #SOS inscription : il est urgent d’ouvrir les portes de l’enseignement supérieur

EducPros y consacre un article. Sélection à l’entrée de l’université : l’UNEF recense 379 licences « illégales ». « La sélection en licence ? C’est déjà une réalité selon le syndicat UNEF qui chiffre à 379 le nombre de filières choisissant ses étudiants par dossier, entretien ou prérequis. Une pratique jugée « illégale » par l’organisation étudiante qui alerte sur son augmentation.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France

2018, l’échec certain de F. Vidal

Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, est bien obligée d’inscrire ses propos dans le programme de ses mentors : mettre en place à la rentrée 2018 le « contrat réussite étudiant ». Elle sait pourtant, et parce qu’elle était présidente d’université jusqu’au printemps dernier, qu’elle n’a aucune chance de réussir, ou – dit autrement – qu’elle est certaine d’échouer.

Elle était ce matin accueillie à France Inter : réécouter son intervention de 9’40

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

« L’objectif est que nous soyons en capacité d’accueillir tous les bacheliers dans l’enseignement supérieur et de leur proposer des places qui leur conviennent« . Ces bacheliers étaient 641 700 en 2017 ; ils devraient être encore plus nombreux en 2018. Accueillir tous les néo-bacheliers !

Lire la suite

7 Commentaires

Classé dans Non classé

APB a explosé en plein vol

Admission post-bac (APB). 14 juillet 2017, troisième vague de propositions aux bacheliers souhaitant poursuivre des études supérieures et aux étudiants en réorientation.

Après trois vagues, 541 204 jeunes ont reçu une proposition d’admission dans un cursus, soit un taux de satisfaction de 84,3 %. Ce qui veut dire que – mi-juillet – 86 969 candidats sont toujours sans proposition. C’est certes 4 000 de moins qu’en 2016 à la même période.

Mais c’est un grave échec pour APB : les modifications introduites pour 2017 (obligation de choisir parmi les vœux une licence non sélective – licence dite à pastille verte -, autorisation du tirage au sort quand la capacité d’accueil est atteinte, intervention tardive du ministère pour augmenter les capacités d’accueil en 1ère année des études de santé) n’ont pas introduit suffisamment d’huile dans les rouages.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Lire l’article du Monde Campus

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Sélection à l’entrée du M1, M2…

Sélection à l’entrée du master M1, du M2, du M1 et du M2 ? Cela commence à ressembler à une grande pagaille. « Si je n’ai pas de place en master suite à mes candidatures, je suis accompagné-e par mon rectorat qui me fait trois propositions de poursuite d’études«  : la saisine du recteur va-t-elle fonctionner ?

La Fédération Nationale des Étudiants en Psychologie a publié, ce 12 juillet 2017, un communiqué sur le recours possible pour les recalés en M1.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans E. Droit et Sciences politiques, E. Sciences humaines et sociales

Réussite des étudiants : rien de neuf !

Devoir de vacances. Lire les textes ci-dessous et se poser la question : les préconisations qu’ils contiennent peuvent-elles faire progresser la réussite des étudiants en licence ? Ma réponse personnelle est : malheureusement, non !

Depuis 50 ans (création des IUT et de la maîtrise en 1966-1967), on ressasse les mêmes potions qu’on croit magiques. J’y reviendrai à la rentrée de septembre.

29 juin 2017. Lettre de Madame la Ministre, Frédérique Vidal, aux Présidents d’université. Mise en place, dès la rentrée 2018, d’un contrat de réussite étudiant qui permettra à chaque bachelier d’accéder à l’enseignement supérieur tout en lui garantissant les meilleures chances de succès.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Poursuites d’études en Master

Isabelle Maetz, La poursuite d’études des diplômés de licence en première année de master (M1), Note d’information, n°17/07 juin, 6 pages. Toutes les données mentionnées dans cette Note sont des taux. Il est dommage que les effectifs ne soient pas quelquefois mentionnés : nombre total d’inscrits en M1 à la rentrée 2015 ?

Cliquer sur les images pour les agrandir

Résumé par l’auteur de la Note d’information. « Un peu moins des trois quarts des diplômés 2015 de licence générale s’inscrivent en première année de master (M1) à la rentrée suivant l’obtention de leur  diplôme. Ce taux est stable depuis 2010, après une  hausse de 10 points entre 2008 et  2010. Elle est la conséquence de la réforme de la mastérisation  de juillet 2010 qui rend la détention d’un master obligatoire pour devenir Fonctionnaire de l’éducation nationale en tant qu’enseignant ou conseiller principal d’éducation ».

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

BTS, une attractivité en baisse ?

En marche ! Programme pour l’enseignement supérieure et la recherche.

Nous agirons pour promouvoir la mobilité sociale et professionnelle. Nous revaloriserons la formation professionnelle via la création de 100 000 places supplémentaires dans de nouvelles filières courtes professionnalisantes proposées par les lycées, les universités, les établissements consulaires en lien avec les branches professionnelles.

Cinq questions pour lever les imprécisions de ce programme. Filières courtes professionnalisantes en deux ou trois ans ? Le même diplôme préparé et délivré en classe supérieure des lycées et en université ? Le diplôme délivré par les établissements consulaires sera-t-il un diplôme national ? Et quid de la licence de technologie en 3 ans proposée par l’Assemblée des Directeurs d’IUT ? Et quid du Bachelor en 3 ans ?

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Le président joue l’apaisement

Université de Franche-Comté, suite de la chronique du 20 février 2017 : le président Jacques Bahi a appelé la police

14 avril 2017, dans un long courrier adressé à ses cher-e-s collègues et à ses cher-e-s étudiant-e-s, le président Bahi revient sur l’évènement du 14 février. Il confirme ce qu’il avait dit dans le feu de l’action : « les faits liés à cet évènement [faits de nature à porter atteinte à l’ordre ou au bon fonctionnement de l’université] relèvent du conseil de discipline ».

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Depuis le 14 février, le président fait observer que plusieurs réunions se sont déroulées et ont confirmé une « volonté d’apaisement au sein de la communauté universitaire »…

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Bourgogne Franche-Comté

Coupables projections d’effectifs

Il y a 4 ans et demi (chronique du 2 octobre 2012), j’écrivais. « La lecture de la Note d’information 12.12 de la DEPP, Projection des effectifs dans l’enseignement supérieur pour les rentrées de 2012 à 2021, m’a passablement énervé. Pourquoi demande-t-on à des statisticiens chevronnés de calculer des projections d’effectifs basées sur la seule poursuite dans l’avenir des tendances observées dans les années passées ? Pourquoi le politique ne leur demande-t-il pas de construire des scenarii qui prennent en compte la modification de ce qui est inacceptable dans les tendances observées ces dernières années ? Les projections d’effectifs publiés dans cette Note sont politiquement coupables parce qu’elles laissent concevoir un avenir cauchemardesque pour les bacheliers, leurs familles, les universités, le pays ».

Projections d’effectifs pour 2016 et 2021. Cliquer pour agrandir

Les projections d’effectifs dans l’enseignement supérieur, réalisées en 2012 pour 2016 (2.484.000 étudiants) se sont trompées : la progression réelle a été plus rapide et plus forte (2.558.000 étudiants en 2016, hors doubles inscriptions) comme l’indique une Note d’information qui vient de paraître Projections des effectifs dans l’enseignement supérieur pour les rentrées de 2016 à 2025, Aline Pauron, DEPP, Note d’information n°5, avril 2017.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé