Archives de Tag: Vidal Mandon Vallaud-Belkacem Fioraso

F. Vidal engage la lutte finale

Suite de la chronique du 12 octobre 2018 : Des rapprochements à la carte

Texte soumis au CNESER (6 pages) : avant-projet d’ordonnance relative à l’expérimentation de nouvelles formes de rapprochement, de regroupement ou de fusion des établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Sur ce texte, les membres du CNESER viennent d’infliger un énorme échec à la Ministre Frédérique Vidal.

  • News Tank Higher Education (16 octobre), Fort rejet du texte par 45 voix contre sur 62. L’avant-projet d’ordonnance sur les regroupements reçoit un vote défavorable du Cneser par 45 voix contre, neuf voix pour et huit abstentions.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Des rapprochements à la carte

Les formes de regroupement instaurées par la loi Fioraso ne datent que de 2013. La COMUE n’a pas prouvé son utilité. L’Association, pourtant prévue par la loi, a été proscrite par la ministre elle-même (chroniques du blog sur les fusions, sur les COMUE).

Et voici que le Ministère finissant (le départ de Frédérique Vidal est annoncé) diffuse un avant-projet d’ordonnance en vue de l’expérimentation de nouvelles formes organisationnelles.

Le texte explicatif (voir point 2) ne manque pas de culot : le projet partagé est plus important que les formes organisationnelles, mais aucune ligne du texte n’est consacrée à son contenu, à son ampleur, à son mode d’élaboration, à sa vraisemblance, à sa sustainability comme on dit aujourd’hui  !

  • « La méthode rompt avec toutes celles qui l’ont précédée. Ce n’est plus le projet partagé qui est contraint de s’adapter à des modes de regroupement imposés par le législateur, ce sont les modes de regroupement qui, au cas par cas, sont conçus pour permettre le déploiement du projet partagé. Parce que les outils ne doivent jamais dicter une politique mais la servir, le projet l’emporte désormais sur ses modes de réalisation ».

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé

F. Vidal et le maquis des formations

La Ministre Frédérique Vidal, pourtant professeur des universités et ex-présidente de l’université de Nice Sophia Antipolis, découvre enfin que l’offre de formation en 1er cycle est pléthorique, donc illisible pour les futurs étudiants du supérieur, leurs familles, les enseignants des lycées, les conseillers principaux d’éducation, les conseillers d’orientation, les employeurs et les recruteurs, les universités des autres pays.

Cela est pourtant l’évidence : plus de plus de 12 000 formations de premier cycle proposées par APB pour la rentrée 2016. Autant pour ParcourSup en 2018. Problème pour la Ministre : Les étudiants ne sont pas également  armés pour s’orienter dans le maquis des formations.

Que propose-t-elle ? Évidemment : « apporter de la clarté ». Plus facile à dire qu’à faire.

Geneviève Fioraso avait botté en touche en établissant une nomenclature des licences : elle n’a remué que du vent (arrêté du 22 janvier 2014 fixant la nomenclature des mentions du diplôme national de licence). Résultat : 45 mentions de licence

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Une balle dans son pied de Ministre

La rentrée étudiante, MESRI, dossier de presse, 80 pages. La Ministre, Frédérique Vidal, a-t-elle potassé les chiffres-clés provisoires (données brutes et pourcentages) du tableau ci-dessous ?

Si oui, hélas pour elle ! Pourquoi n’a-t-elle pas vu qu’en les laissant publier, elle tirait une balle dans le pied de ParcourSup, et, de ce fait, se tirait une balle dans son pied de Ministre.

De ces données lacunaires (quid de la répartition des nouveaux entrants dans les 4 filières principales du SUP ? Chronique : nouveaux entrants, places supplémentaires, places vacantes), on peut en effet faire l’hypothèse (les données définitives sur les inscriptions ne seront connues qu’en janvier 2019).

  • d’une diminution de la poursuite d’études des néo-bacheliers,
  • et/ou d’une diminution de la part des 4 principales filières de l’enseignement supérieur dans l’ensemble du supérieur,
  • et/ou d’un nombre de places supplémentaires dans les filières sélectives (CPGE, STS, IUT), inférieur aux nombres annoncés.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans Non classé

La rentrée selon Frédérique Vidal

Conseil des ministres, 19 septembre. La ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a présenté une communication relative à la rentrée universitaire.

Comment une Ministre ose-t-elle faire une telle présentation ? La démagogie et la méthode Coué n’auraient-elles plus de limites ? Lire la série de tweets critiques par Julien Gossa, administrateur de l’université de Strasbourg

Frédérique Vidal. « Entre le mois de septembre et le mois d’octobre, près de 2 700 000 étudiants font leur rentrée dans les établissements d’enseignement supérieur en France. A partir de cette année, ils sont mieux accueillis et mieux accompagnés grâce à la mise en place du plan étudiants. Le Gouvernement a fait de l’accès et de la réussite dans les études supérieures une priorité absolue, qui se décline à la fois sur le plan pédagogique, avec une personnalisation des parcours, et sur le plan des conditions matérielles d’études, avec un net allègement du coût de la rentrée 2018.

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Non classé

La licence et ses boursouflures

Arrêté du 30 juillet 2018 relatif au diplôme national de licence. Une fois de plus, la même erreur est commise : consacrer une réforme à la seule licence et ne pas vouloir et donc penser une réforme de l’ensemble du 1er cycle des études supérieures. Depuis 2009, 456 chroniques d’Histoires d’universités sur la licence.

26 articles. Il s’agit d’un arrêté bavard, aussi prolixe que l’arrêté Wauquiez du 1er août 2011 (chronique Licence. Laurent 1er, 1 août 2011). Toutefois, la licence Vidal s’enrichit (je devrais dire : s’appauvrit) d’une série de boursouflures difformes. Elle ressemble de plus en plus à un fruit moche et méchant, en état de décomposition avancée. Pour éviter que le fruit tout entier ne pourrisse et ne meurt, il faudrait tailler dans le vif avant qu’il ne soit trop tard, déboursoufler tout de suite les difformités avant même de chercher à les appliquer : personnalisation des parcours, accompagnement individuel, contrat pédagogique, référentiels de compétences, direction des études, modalités de contrôle des connaissances à l’initiative des composantes, pouvoir de décision attribué à la Commission des formations du Conseil académique. Et je ne parle même pas des moyens nécessaires pour mettre en œuvre la réforme.

En 2011, 3 à 4 ans étaient donnés aux établissements pour mettre en œuvre la réforme. L’arrêté Vidal ne donne qu’une année : tous les articles devront être mis en œuvre au 1er septembre 2019.

Ce délai court sera une des causes de la non-application d’une partie des articles, tout au moins de ceux – nombreux – qui apportent des modifications à la réglementation existante. Dans cette chronique, seuls les 7 premiers articles de l’arrêté sont analysés. Les autres le seront prochainement.

Lire la suite

10 Commentaires

Classé dans Non classé

Les 103 733 sans place

103 733 candidats à une 1ère année d’enseignement supérieur n’ont pas encore reçu de proposition ou sont en attente de place (cf. la statistique ci-dessous).

État des lieux de ParcourSup, 15 juillet 2018 (celles et ceux qui ont « raté » leur bac sont désormais exclus de la base).

  • 71 350 en attente d’une proposition
  • 14 006 ayant demandé à être accompagné par le recteur de leur académie
  • 18 377 n’ayant eu que des réponses négatives sur des formations sélectives

Cliquer sur l’image pour les agrandir

Ces candidats sans place ont-ils une chance d’en obtenir une d’ici fin juillet, fin août ? Personne ne le sait tant il y a d’incertitudes (chronique du 6 juillet). La conséquence : ces candidats sans place vont, très injustement, cumuler les peines.

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Non classé

Droits en hausse, en baisse ?

Pour l’année 2018-2019, le coût des études supérieures (pour les étudiants), et plus particulièrement le montant des droits d’inscription, sera-t-il en hausse, stable, en baisse ? Une réponse globale est impossible.

12 juillet 2018. Communiqué de la Ministre Frédérique Vidal sur le sujet : Préparer son entrée dans l’enseignement supérieur : ce qui change à la rentrée universitaire 2018

« Mesures en faveur des étudiants qui s’appliqueront à la rentrée prochaine :

  • baisse des droits d’inscription à l’université,
  • sécurité sociale gratuite,
  • mise en place de la contribution de vie étudiante et de campus. La CVEC servira à renforcer les actions en terme de vie étudiante et de vie de campus,
  • aide à la mobilité (lire la chronique du blog : 200 à 1000 €, splendeur de la bureaucratie

La ministre insiste sur les baisses mais oublie de mentionner les hausses pour une proportion croissante des étudiants.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

New cursus. Saupoudrage de crédits

Dans ma chronique du 16 octobre 2017, dédiée aux résultats du 1er appel à projets Nouveaux cursus à l’université, j’écrivais en conclusion : j’avoue que 17 expérimentations pour réformer l’ensemble du premier cycle me laissent sceptique ; j’espère qu’une évaluation rigoureuse des résultats sera opérée et diffusée dans 2 ans.

Je suis encore plus sceptique sur les résultats du second appel à projets PIA3 « Nouveaux cursus à l’université » (Frédérique Vidal. Communiqué du 9 juillet 2018).

La ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’investissement, ont annoncé, lundi 9 juillet, la liste des 19 lauréats du second appel à projets (liste en annexe du communiqué). Il est doté d’une enveloppe de 176 millions d’euros sur dix ans ; la gestion en est confiée à l’Agence nationale de la recherche (ANR).

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans C. Bretagne Normandie

IUT : des places supplémentaires ?

Début juillet 2018, Frédérique Vidal a annoncé 10 000 places supplémentaires pour les entrants en 1er année d’études supérieures et pour les étudiants souhaitant se réorienter. Ce n’est que de la poudre aux yeux, qu’une intoxication de plus. Les places, en particulier dans les filières technologiques (STS, IUT), ne se créent pas d’un coup de baguette magique !

Ainsi, la dernière Note Flash du SIES confirme que les effectifs en IUT sont globalement stagnants depuis 10 ans (Aurélie Delaporte et Diane Marlat, Les effectifs en IUT en 2017-2018, Note Flash du SIES, n°9, juin 2018). Pire : une Note de 2017 indique une diminution du nombre annuel de diplômés au cours de la même période (cf tableau ci-dessous). Une des raisons : une place en IUT coûte plus cher qu’une place en Licence. Une autre raison : Directeurs d’IUT et Présidents d’IUT pratiquent une politique de recrutement globalement malthusienne, pour maintenir les équilibres sur le marché du travail.

  • En 2017-2018, légère augmentation des effectifs en IUT
  • Hausse des effectifs de nouveaux entrants à l’IUT
  • Davantage de nouveaux entrants dans le secteur des services
Cliquer sur les images pour les agrandir

Et que dire de l’échec de la politique voulant donner la priorité du recrutement en IUT aux bacheliers technologiques ? Près des deux tiers des nouveaux entrants en DUT sont titulaires d’un baccalauréat général (40% d’un baccalauréat scientifique) !

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé