Archives de Tag: Vidal Mandon Vallaud-Belkacem Fioraso

La résistance contre la résilience

Lettre ouverte de quelques personnels résistants de l’université de Strasbourg à Madame la Ministre Frédérique Vidal.

  • Communiqué de l’université : Frédérique Vidal a fait étape à l’Unistra le 1er octobre 2020. Les projets de recherche Résilience.
  • Autre exemple de Novlangue ministérielle. Ma chronique du 15 février 2019, Éducathon et la Novlangue. « Éducathon, co-construction, design de services livrables, séquençage par étapes, écosystème interdisciplinaire… La Novlangue, portée par des cabinets prestataires privés, se porte bien. Merci pour elle. N’empêche : j’ai honte ! »

Madame la Ministre. Vous visitez ce 1er octobre les universités alsaciennes, sous le signe de la « résilience », la résilience de notre territoire à la crise sanitaire, la capacité de résistance de notre recherche et de notre économie, à travers un appel à projet qui a pour intitulé ce nouveau mot de la lingua néolibérale : « Résilience ».  

« Résilience, résilience… », le mot est à la mode, dans toutes les bouches, sous toutes les plumes. Un mot magique, suffisamment souple et désémantisé pour laisser entrevoir un espoir de renaissance et masquer toute la souffrance que les choix politiques de votre gouvernement ont provoquée. Un mot à nous endormir debout, seulement destiné à rendre une politique acceptable et un avenir désirable.  Mais cet avenir est celui de l’enfer néolibéral, fait de précarité, de concurrence et de souffrance au travail. Madame la ministre, il en va de votre « résilience » comme de votre « excellence » et de vos « gouvernances », dont vos amis et vous-même avez la bouche pleine : un vernis posé par le libéralisme sur la réalité quotidienne que vivent les personnels de l’université et de la recherche.

Alors, quelques-uns de ces personnels aimeraient vous dire très concrètement, en ce jour de célébration de l’Universelle Résilience dans les salons feutrés du Cardo et du Nouveau Patio, avec quelques invités triés sur le volet, en quoi consiste la résilience ordinaire de milliers d’agents de l’enseignement supérieur et de la recherche.

La vraie résilience, c’est d’avoir suppléé aux carences de l’État en organisant pendant le confinement des collectes d’argent pour acheter des ordinateurs aux plus démunis et mis en place des livraisons de repas à des étudiants qui mouraient de faim.

La vraie résilience, c’est d’avoir dû improviser un protocole sanitaire les premiers jours de la rentrée universitaire parce que votre ministère n’a pas été capable de travailler cet été à une circulaire destinée à protéger la santé des personnels et des étudiants.

La vraie résilience, c’est de devoir désinfecter un bureau ou des tables avec un kleenex parce qu’il n’y a plus de papier.

La vraie résilience, c’est de se protéger avec des masques achetés sur nos propres deniers et de les offrir à des étudiants qui n’ont pas les moyens de laver l’unique masque tissu qu’ils possèdent.

La vraie résilience, c’est de refuser de faire cours dans un amphi bondé ou dans une salle sans fenêtre et de partir seul à la recherche d’une solution qui limite la prise de risque pour nous-mêmes et nos étudiants.

La vraie résilience pour les composantes et laboratoires, c’est de devoir s’équiper en matériel sanitaire sur leurs propres crédits de fonctionnement et devoir s’organiser seuls parce que les services centraux n’ont plus les moyens d’organiser quoi que ce soit et que les budgets sont à sec.

La vraie résilience dans nos facultés et laboratoires, c’est le démerdentiel permanent.

La vraie résilience, c’est aussi, pour tous les chercheurs, de trouver la force de chercher encore un peu, après des journées entières consacrées à accomplir des tâches bureaucratiques aliénantes et inutiles ou à répondre à des appels à projets pour avoir des crédits.

Commentaires fermés sur La résistance contre la résilience

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Blog. Fin de la Saison 7

Fin de la saison 7 : 72 chroniques du blog sur les Universités et la Covid 19 (présentation inversement chronologique)

Juin 2020. Quelle rentrée pour l’enseignement et la recherche ? Et si les universités mouraient ?

12 juin 2020. Lettre à Michel Deneken, président de l’université de Strasbourg.

Monsieur le Président, Le 5 mars, avant le confinement, un millier de personnels et d’étudiants de l’Université de Strasbourg se rassemblaient dans le Patio et manifestaient contre la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Sans attendre la levée de l’état d’urgence sanitaire, le gouvernement décide aujourd’hui de faire adopter cette loi dans les délais les plus courts, dans une version qui reprend et aggrave un projet largement rejeté par les acteurs de l’ESR.

Le projet a été envoyé aux membres du CNESER dimanche 7 juin pour une présentation en séance le 12 juin, ce qui témoigne d’un profond mépris de nos instances nationales. Un passage en Conseil des ministres est prévu le 8 juillet. Nous apprenons que la LPPR sera également mise à l’ordre du jour de la Commission de la Recherche de notre université le 17 juin prochain. Lire la suite…

Avril et mai 2020. Du confinement au déconfinement : les universités resteront fermées pour les étudiants, jusqu’à la rentrée (enseignements en ligne, modalités adaptées pour le contrôle des connaissances).

Le déconfinement commencé, j’arrête la rubrique Cuisiner facile en situation de confinement : 61 recettes.

13 mai. Frédérique Vidal adresse ses remerciements à la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche

Cette lettre mérite, selon moi, cinq critiques :

Commentaires fermés sur Blog. Fin de la Saison 7

Classé dans Non classé

Mesures pour les Jeunes chercheurs

Communiqué de Frédérique Vidal, 23 avril 2020. Épidémie de Covid-19 : prolongation des thèses, contrats doctoraux et post-doctoraux impactés par la crise sanitaire.

  • Dans la chronique immédiatement à suivre, la Confédération des Jeunes Chercheurs (communiqué du 13 mai 2020) exprime sa satisfaction à l’égard des mesures annoncées par la Ministre. Toutefois, elle estime qu’un paquet interministériel budgétaire et réglementaire soit précisé dans les semaines qui viennent… Elle sera vigilante quant au volume de ce paquet budgétaire, qui ne saurait être inférieur à plusieurs dizaines de millions d’euros, pour être crédible.

Texte du communiqué de Frédérique Vidal. « Afin de préserver les activités de recherche négativement impactées par la pandémie de Covid-19, Frédérique Vidal autorise la prolongation si nécessaire des thèses, contrats doctoraux et post-doctoraux, ainsi que des contrats d’ingénieurs et techniciens.

La recherche et le personnel scientifique et universitaire français sont aujourd’hui pleinement mobilisés, de concert avec leurs homologues de par le monde, pour lutter contre la pandémie de Covid-19 et apporter des solutions aux graves problèmes médicaux, sociaux et économiques qu’elle soulève.

Pour autant, comme de nombreux secteurs, la recherche est également fortement affectée par cette crise. Un grand nombre de projets et de travaux de recherche à l’échelle nationale, européenne et internationale sont ralentis voire arrêtés. Le confinement et la fermeture des établissements ont forcé de nombreux techniciens, ingénieurs, chercheurs et doctorants, dans l’ensemble des disciplines, à interrompre leurs travaux expérimentaux en laboratoire ou encore à suspendre leurs enquêtes et études de terrain.

Prolongation des thèses, contrats doctoraux et post-doctoraux lorsque jugé nécessaire, jusqu’à 1 an

Afin de tenir compte de ce contexte exceptionnel lié à la pandémie de Covid-19 et de limiter ses effets négatifs sur la recherche et l’activité des laboratoires, Frédérique Vidal a décidé d’autoriser les organismes et établissements qui accueillent des doctorants à prolonger la durée de thèse ainsi que celle du contrat doctoral, lorsque l’impact de la crise actuelle l’aura rendu nécessaire. Cette prolongation, pouvant aller jusqu’à 1 an, permettra de compenser l’impact des interruptions des travaux de recherche dues à cette crise.

Lire la suite…

Commentaires fermés sur Mesures pour les Jeunes chercheurs

Classé dans Non classé

Examens. F. Vidal botte en touche

Suite des chroniques sur les Modalités de Contrôle des Connaissances (MCC) pour le second semestre 2019-2020.

Dans un entretien avec une journaliste de l’Etudiant, la Ministre Vidal botte en touche : « les universités sont libres d’organiser les examens comme elles le souhaitent »… »Mais évaluer autrement ne signifie pas « moins bien évaluer ». C’est la qualité du diplôme national qui est en jeu »

La déclaration de la Ministre est-elle d’une utilité concrète pour les universités ? La réponse est « NON » !

Frédérique Vidal  :  l’important est de tenir compte du caractère exceptionnel de la crise, Pauline Bluteau, L’étudiant, 18 avril 2020.

Concrètement, comment va se dérouler la fin de l’année pour les étudiants ?

Comme l’a dit le président de la République, il n’y aura pas de reprise des enseignements en présentiel. L’année va se terminer par des cours à distance qui vont être organisés par les établissements.

Même si les écoles et les universités sont libres d’organiser les examens comme elles le souhaitent, les formes d’évaluation choisies sont soit des remises de rapport, soit du contrôle continu, soit des examens en ligne, avec bien sûr, des modalités très différentes en fonction des disciplines et des effectifs. L’important est de diversifier les formes d’évaluation et de tenir compte du caractère exceptionnel de la crise que nous traversons.

Commentaires fermés sur Examens. F. Vidal botte en touche

Classé dans Non classé

Enterrer la Fondation MSH

Objet. Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH). Rapport de la Cour des Comptes, 9 pages, 17 janvier 2020. Signalement par Michel Abhervé, blog Alternatives Économiques.

Le Premier président de la Cour des Comptes à Madame Frédérique VIDAL, Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Héritière de la tradition d’excellence des sciences humaines et sociales françaises des années 60 et 70, la FMSH voit aujourd’hui sa spécificité et sa valeur ajoutée propre très fortement questionnées dans un contexte que l’ouverture du Campus Condorcet fait considérablement évoluer. Elle apparaît secouée par des crises multiples qui ont pour conséquence une perte d’influence et d’attractivité marquée. En l’absence, à ce stade, de toute orientation forte de la part des pouvoirs publics sur son positionnement, elle privilégie une stratégie autonome et aventureuse, radicalement différente de son ambition originelle.

1. UNE INSTITUTION EN CRISE

  • 1.1. Une gouvernance défaillante et divisée
  • 1.2. Un climat social très dégradé
  • 1.3. Des activités à la peine

2. UNE TENTATION DE FUITE EN AVANT

  • 2.1. Une absence anormale de pilotage de la part des pouvoirs publics
  • 2.2. Une volonté de positionnement autonome dans un environnement institutionnel et scientifique en très forte recomposition
  • 2.3. Une stratégie patrimoniale aventureuse

3. UNE NÉCESSITÉ DÉSORMAIS URGENTE DE CLARIFIER L’AVENIR

  • 3.1. Un scénario a minima de redéfinition, à périmètre institutionnel inchangé, des modalités de fonctionnement et de financement de la FMSH
  • 3.2. Un scénario d’adossement universitaire: une entrée dans le droit commun synonyme de perte d’originalité scientifique
  • 3.3. Le scénario de l’ambition pour les SHS : l’apport des activités de la fondation au Campus Condorcet pour contribuer à la réussite de ce projet majeur.

La Cour formule donc les principales recommandations suivantes:

Recommandation n°1 (MESRI). Clarifier, au plus vite, la place et le rôle de la FSMH et de ses activités, en priorisant un scenario d’intégration complète à l’établissement public du Campus Condorcet, dont les conséquences devront être tirées sur le maintien de la fondation;.

En cas de maintien d’une fondation autonome. Recommandation n°2 (MESRI): établir un nouveau contrat quinquennal définissant, de manière précise, les objectifs fixés à la fondation et revoir les modalités de financement de l’État, en conformité avec le statut de fondation reconnue d’utilité publique en les liant à l’atteinte des objectifs ainsi déterminés et en mettant fin au système de concours sous forme de dotation globale de financement.

Commentaires fermés sur Enterrer la Fondation MSH

Classé dans C. Ile-de-France, E. Mobilité internationale, E. Sciences humaines et sociales

Les universités abandonnées

Les universités sont abandonnées par la Ministre Frédérique Vidal. La Conférence des présidents d’université laisse faire ; où son président, Gilles Roussel, se confine-t-il ?

Facettes de l’abandon, de la maltraitance

  • les universités sont fermées jusqu’à la rentrée, ce qui veut dire qu’aucun cours en présentiel n’aura lieu avant septembre. Pourquoi les classes supérieures des Lycées (STS et CPGE) vont-elles être rouvertes et non les licences et les IUT ?
  • les universités sont fermées, ce qui veut dire qu’elles ne peuvent organiser de contrôle des connaissances en présentiel.
  • fermées, les universités doivent pourtant « assurer la continuité pédagogique ». Ce n’est pas l’enseignement à distance qui pose problème.
  • ce qui pose problème, c’est le contrôle des connaissances, la validation du second semestre. Rappelons que celui-ci a commencé en janvier 2020; 5 à 7 semaines de cours (sur un total de 12) ont donc eu lieu ; des contrôles continus se sont déroulés durant cette période. Auditeur libre en Histoire et en Histoire de l’art, j’en ai été témoin à l’université de Strasbourg.

Les universités sont abandonnées. La Ministre et la CPU les laissent aller au casse-pipe, comme si elles étaient en mesure d’exercer leur pleine autonomie.

Aucun conseil, aucune consigne, aucune règle, aucun cadre : le silence absolu. Tout se passe comme si, en donnant aux universités la responsabilité de faire tout et n’importe quoi, au nom de l’égalité de traitement entre étudiants, Ministre et CPU fermaient les yeux sur les risques évidents de contentieux en Tribunal administratif et d’annulations de décisions universitaires qui s’ensuivraient.

Comme l’indiquent les deux pages d’accueil des sites du MESRI et de la CPU, la Ministre ne s’intéresse qu’aux examens nationaux, aux concours de recrutement des grandes écoles… ; la CPU s’intéresse à la recherche sur le Covid-19 et à l’offre sportive riche, proposée par les universités.

Cliquer ici pour accéder au site du MESRI

1 commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes)

Performances 2020 pour la MIRES

Projets annuels de performances (Annexe au projet de loi de finances pour 2020), Mission Recherche et Enseignement Supérieur (414 pages). Pour les Projets annuels de performances depuis 2011, cliquer ici.

150 – Formations supérieures et recherche universitaire

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Lire la suite

Commentaires fermés sur Performances 2020 pour la MIRES

Classé dans BF. Quiz, Non classé

Les fautes de Frédérique Vidal

Depuis 2007, tous les ministres et secrétaires d’État de l’enseignement supérieur ont décidé de mettre cet objectif au cœur de leur politique explicite. Faut-il rappeler leurs noms ? Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, Geneviève Fioraso, Najat Vallaud-Belkacem, Thierry Mandon. Chronique d’Histoires d’universités (novembre 2017) : faire progresser la réussite en Licence

Frédérique Vidal s’inscrit dans la continuité de ses prédécesseurs.

Communiqué à l’occasion de la remise du Rapport du Comité de suivi de la Loi Orientation et Réussite des Étudiants (7 octobre 2019).

  • « Le comité reconnaît les avancées permises par la loi en faveur de la réussite étudiante, notamment grâce à l’introduction, pour la première fois, d’un accompagnement personnalisé et à la création de parcours adaptés pour les lycéens et étudiants ».

Par fonction, Frédérique Vidal est obligée de dire du bien de la loi ORE. Le Comité la flatte en reconnaissant les « avancées permises ». Puisqu’il n’y pas encore de résultats prouvés, un Comité impartial et prudent aurait dû plutôt parler d’avancées « souhaitées, visées, voulues »Faute vénielle de la Ministre.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Les fautes de Frédérique Vidal

Classé dans Non classé

SUP. Sept Cergy-Pontins Macroniens

Actualisation de la chronique du 30 octobre 2018 : Le cercle des 7 Macroniens de Cergy-Pontoise (le texte intégral est repris en note finale).

Depuis octobre 2018, deux de ces sept personnalités de l’enseignement supérieur et de la recherche ont changé de fonction, obtenant un poste plus important : Françoise Moulin Civil et Anne-Sophie Barthez.

Françoise Moulin Civil

  • 2008 à 2012, présidente de l’université de Cergy Pontoise (chronique du blog en 2009)
  • 2012 à 2018. Rectrice de l’académie de Lyon en septembre 2012, présidente de la Conférence des recteurs de février 2015 à février 2018, rectrice coordonnatrice pour les académies de Clermont-Ferrand, Grenoble et Lyon, et, de janvier 2016 à 2018, rectrice de la région académique Auvergne-Rhône-Alpes.
  • février 2018, nommée administratrice provisoire de l’Université Paris-Est Créteil jusqu’à l’élection d’un président ou d’une présidente. Jean-Luc Dubois-Randé est élu président de l’UPEC, le 7 septembre 2018.
  • fin 2018, l’ancienne présidente de Cergy est nommée conseillère pour la politique de site et les établissements auprès de Frédérique Vidal. En attendant mieux !
  • 22 mars 2019, nommée administratrice provisoire de l’université de Paris (pour accompagner la fusion de Paris 5 et Paris 7). Les élections aux conseils centraux et facultaires de la future université ont eu lieu les 21 et 22 mai (résultats pour les personnels). Élection par le conseil d’administration de la présidence de l’Université prévue le 21 juin 2019. « Si c’est Christine Clerici qui est élue, il est prévu qu’elle effectue les deux premières années avant de laisser sa place à Frédéric Dardel, président de l’Université Paris Descartes, qui, entre temps, devrait être nommé vice-président formation » (in News Tank Higher Education).
  • Commentaire 1. Je suis surpris et choqué par la liberté des deux présidents sortants de se partager la présidence de la nouvelle université : 2 ans pour Christine Clerici, puis 2 ans pour Frédéric Dardel. La durée d’un mandat présidentiel est de 4 ans ; il n’y a pas à tergiverser.
  • Commentaire 2. La priorité donnée à l’ex-présidente de Paris VII peut paraître élégante : les femmes d’abord. Elle ne l’est pas ! Dans 2 ans, Frédéric Dardel sera idéalement placé pour se succéder à lui-même. L’ère des petits arrangements entre amis gagne du terrain : un tel partage temporel déjà eu lieu à Grenoble (2 ans pour Lise Dumasy, puis 2 ans pour Patrick Lévy).
  • Commentaire 3. Françoise Moulin Civil est née en 1952. Elle peut déjà prendre sa retraite si elle en a l’envie. Elle devra obligatoirement la prendre en 2020. Si c’est le cas, comment le gouvernement va-t-il l’occuper durant une année ?

Lire la suite

Commentaires fermés sur SUP. Sept Cergy-Pontins Macroniens

Classé dans C. Ile-de-France

Le Sénat auditionne F. Vidal

27 mars 2019, Sénat. Audition de Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (texte intégral)

Audition sur deux points : Bienvenue en France (frais différenciés d’inscription pour les étudiants extracommunautaires) et ParcourSup.

Extraits des réponses de la Ministre :

  • Bienvenue en France : au final, nous sommes très loin de la description quelque peu réductrice qui a été faite de cette stratégie.
  • Nous n’avons rien inventé. Depuis longtemps déjà, la très grande majorité des pays accueillant des étudiants étrangers appliquent les mêmes règles. Ainsi, les droits d’inscription pour ces étudiants sont de 8 000 euros à l’université de Maastricht, de plus de 6 000 euros au Danemark, de plus de 8 000 euros en Suède. En parallèle, ces pays ont développé un système d’exonérations et de bourses, ce qui les rend encore plus attractifs.
  • De surcroît, nous sommes attachés en France à un financement de l’enseignement supérieur par l’impôt. Nous ne sommes pas favorables à une hausse des droits d’inscription pour tous les étudiants : les étudiants français, les étudiants internationaux dont les familles résident durablement France et y payent leur impôt ne sont donc en aucun cas concernés par ces frais différenciés.
  • Le décret prévu matérialisera cet engagement du Premier ministre.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Le Sénat auditionne F. Vidal

Classé dans Non classé