Archives de Tag: Vie étudiante

18ème. Visitandines et éducation

Chronique du blog sur l’Abbaye de Saint-Etienne. 1687. Après la capitulation de Strasbourg en 1681, l’abbaye est rendue au culte catholique par la France. Des Antonins s’y installent. En 1702, ils sont remplacés par des Visitandines.

1718. Celles-ci ouvrent un pensionnat pour l’éducation des jeunes filles nobles. 1792. Elles sont expulsées.

J’ai  recherché des sources sur la mission d’éducation des Visitandines. L’histoire de l’Ordre de la Visitation Sainte-Marie n’en fait pas mention. Source : Wikipédia

1604. « Jeanne-Françoise Frémyot, baronne de Chantal, jeune veuve de 28 ans et mère de quatre enfants, rencontre à Dijon l’évêque de Genève François de Sales. Entre eux, va s’établir une grande amitié spirituelle, qui va la pousser à venir s’installer près de lui à Annecy et à fonder l’ordre de la Visitation Sainte-Marie.

Jeanne de Chantal, sous la direction spirituelle de l’évêque de Genève, accepte de diriger un groupe que celui-ci voulait apostolique : comme lors de l’épisode évangélique de la Visitation, où la Vierge Marie, enceinte du Christ s’en va aider sa cousine Élisabeth âgée et enceinte de Jean-Baptiste, les religieuses auraient comme tâche principale de visiter malades et pauvres et les réconforter.

1610. Le premier groupe, formé le 6 juin et comprenant Jeanne de Chantal, Jaqueline Favre, Jeanne-Charlotte de Bréchard et Anne-Jacqueline Coste, s’installe à Annecy, dans les États du duc de Savoie« .

Source de cette carte

Pensionnat pour jeunes filles nobles que les Visitandines auraient ouvert à Strasbourg ? Aucune trace dans les Actes du Colloque, dirigé par Bernard Dompnier et Dominique Julia, Visitation et Visitandines aux XVIIème et XVIIIème siècles, Colloque, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2001, 603 pages. En ligne : livre Google

« Fondé à l’orée du XVIIème siècle par François de Sales et Jeanne de Chantal, l’ordre féminin de la visitation apparaît comme l’une des créations les plus originales du temps de la réforme catholique, en mettant l’accent sur la totale soumission à la volonté divine plus que sur les austérités corporelles. La rapide augmentation du nombre de ses monastères témoigne du succès du modèle qu’il propose,  empreint de cordialité et de douceur. En dépit de l’absence de gouvernement central, les monastères de la Visitation conservent tout au long des XVIIème et XVIIIème siècles une forte identité commune, dans le partage d’une conception de la vie en religion comme dans celui d’une spiritualité ».

Commentaires fermés sur 18ème. Visitandines et éducation

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AF. Histoire 16-17èmes siècles

OVE. Changement de tutelle

31 ans pour changer la tutelle de l’Observatoire de la Vie étudiante ! Exit la tutelle de Jean-Michel Blanquer ; remplacement par celle de Frédérique Vidal. En avril, période de confinement, était-ce un évènement politiquement important ou n’était-ce qu’une querelle d’ego ou encore un non-évènement ? Je ne sais. Mais était-ce urgent de changer la tutelle de l’OVE ?

Pourquoi les deux ministres ne se sont-ils pas plutôt mis d’accord sur : comment faire face au Sale temps pour les enquêtes (sur les conditions de vie des étudiants et sur le devenir professionnel des diplômés) ?

Observatoire de la vie étudiante, BO du 21 mai 2020, arrêté du 23 avril 2020 modifiant l’arrêté du 14 février 1989

Vu Code de l’éducation, notamment articles L. 811-3, L. 822-1 à L. 822-4 ; arrêté du 14-2-1989 modifié

Article 1. Dernier alinéa de l’article 2 de l’arrêté susvisé, les mots : ministre d’État, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des sports sont remplacés par les mots : ministre chargé de l’enseignement supérieur.

Article 2. Au septième alinéa du même article les mots le directeur général pour l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle et le directeur du centre national des œuvres universitaires et scolaire sont remplacés par les mots le directeur général de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle et le président du centre national des œuvres universitaires et scolaire.

Lire la suite…

Commentaires fermés sur OVE. Changement de tutelle

Classé dans BH. Universités et COVID 19

Université d’Orléans, sale temps !

Université d’Orléans. Distribution de colis alimentaires aux étudiants, financés par le club orléanais Inner Wheel. Article de MagCentre, mardi 12 mai 2020, Sur le campus, des récupérations grossières et insupportables. Les accusations portées dans cet article auront-elles un impact sur les élections universitaires à venir ? Signalement par Michel Abhervé, blog Alternatives Économiques.

Le contexte : les élections universitaires annulées et reportées. Elles devaient avoir lieu le 7 avril 2020 (chronique du 18 février 2020). Par arrêté du 24 mars, elles ont été reportées pour cause de pandémie, les mandats des conseils et de la présidence étant prolongés jusqu’au 1er janvier 2021 au plus tard.

En perspective des élections : la situation financière de l’université, le développement du campus de La Source, le procès en correctionnelle de Youssoufi Touré, président de l’université d’Orléans de 2009 à 2016, procès déjà reporté au 28 mai 2020 ; sera-t-il une nouvelle fois reporté ?

Les élections du 7 avril auraient-elle déboucher sur le choix d’un nouveau président ou la reconduction de l’actuel, Ary Bruant ?

Chroniques du blog depuis 2009 sur

Sur le campus, des récupérations grossières et insupportables, mardi 12 mai 2020. Le dossier établi par MagCentre.

Lire la suite…

Commentaires fermés sur Université d’Orléans, sale temps !

Classé dans BH. Universités et COVID 19, C. Centre Val de Loire

Sale temps pour les enquêtes

Suite de la chronique, L’orientation, 3 ans après la loi ORE. Pour mieux orienter les étudiants, il faut des enquêtes sur la réussite dans les études et des enquêtes sur l’insertion. La loi ORE y a bien pensé : l’article L. 611-5 du code de l’éducation institue un observatoire de l’insertion professionnelle dans chaque université par délibération du conseil d’administration…

En période de confinement et de fermeture des universités, le fonctionnement des observatoires est évidemment perturbé. Les ingénieurs d’études ou de recherche, qui composent l’ossature des observatoires, travaillent-ils à distance ? En cas d’enquêtes téléphoniques, dans quelles conditions concrètes, les enquêteurs vacataires sont-ils mobilisés ?

On peut faire l’hypothèse que la pandémie Covid-19 et le confinement qu’elle entraîne impactent les conditions de vie et d’études des étudiants, la recherche du premier emploi, les débuts de la vie active, le volume des offres d’emploi. Printemps 2020 : sale temps pour les enquêtes, sale temps pour les enquêtés.

  • « En mars 2020, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A en France (hors Mayotte) enregistre sa plus forte hausse depuis le début de la série en 1996 (+246 100, soit +7,1 %), pour s’établir à 3 732 500 », DARES, 27 avril 2020.

Les perturbations touchent aussi les enquêtes nationales, A. celle de l’OVE, B. celle du CEREQ (page 2 de cette chronique).

A. Enquête de l’Observatoire de la Vie Étudiante sur Les conditions de vie des étudiant(e)s.

Exemple de résultat en ligne pour l’enquête de l’OVE, Conditions de vie 2016

Commentaires fermés sur Sale temps pour les enquêtes

Classé dans Non classé

Étu. précaires, suspendre les loyers

Robert Herrmann, président d’Eurométropole Strasbourg, appelle tous les bailleurs à suspendre la perception des loyers des étudiants, DNA, 19 avril 2020

Face à la précarité vécue aujourd’hui par de nombreux étudiants, le président de l’Eurométropole exhorte tous les bailleurs, publics comme privés, à suspendre – quand c’est justifié – la perception des loyers des étudiants qui en formulent la demande, jusqu’à la fin du confinement…

« A la crise sanitaire partagée par tous et à ses implications dramatiques sur le plan humain viennent en effet s’ajouter des conséquences sociales non moins sévères pour plusieurs milliers d’étudiants eurométropolitains se trouvant dans l’impossibilité de rejoindre leur famille. Tenus de rester confinés dans leurs logements de location, certains d’entre eux peuvent connaître des situations de détresse. »

Commentaires fermés sur Étu. précaires, suspendre les loyers

Classé dans BH. Universités et COVID 19, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

FEU ! Forum d’entraide universitaire

FEU. Une appli pour l’entraide des étudiants strasbourgeois pendant le confinement, Tristan Kopp, Rue89 Strasbourg, 17 avril 2020.

Université de Strasbourg, IDIP. Projet lauréat du concours HackeTaFac 2018, FEU!  est une application de mise en relation des étudiants de l’Unistra autour de leurs compétences et centres d’intérêts.

D’abord pensé pour favoriser la rencontre entre étudiants, son lancement initialement prévu en septembre a été avancé avec la sortie d’une version bêta disponible dès maintenant, pour que vous puissiez l’utiliser pendant le confinement (en utilisant Skype, Zoom ou équivalent).

  • vous avez besoin d’un coup de main dans un cours ?
  • vous cherchez un partenaire de jeux vidéos ou autres jeux en ligne pendant le confinement (d’ailleurs, connaissez-vous Skribbl ?) ?
  • vous souhaitez pratiquer votre anglais avec un natif ?
  • vous discuteriez bien cinéma, musique, séries ?

Commentaires fermés sur FEU ! Forum d’entraide universitaire

Classé dans BH. Universités et COVID 19, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Témoignages d’étudiants confinés

Débats en Lorraine sur les modalités de contrôle des connaissances (cf les deux chroniques Pour ou contre le 10 améliorable, Aucun semestre ne sera neutralisé). Deux enseignants-chercheurs publient des témoignages recueillis par enquête auprès  d’étudiants de licence.

10 avril 2020. « Il y a beaucoup de discussions et de débats en cours actuellement sur les modalités de contrôle des connaissances dans le contexte particulier que nous vivons. Ces discussions et ces débats portent souvent sur des points réglementaires et/ou techniques (et je salue ici tous les personnels qui ne comptent pas leur temps pour proposer leur expertise et leurs solutions).

Au-delà de ces points, il y a des vies, parfois très difficiles, et on les oublie trop souvent quand nous discutons entre nous de modalités d’aménagement.

Les représentant.e.s étudiant.e.s élu.e.s au conseil du département de …  ont pris l’initiative d’interroger leurs camarades de licence (près de 1500 inscrits) sur les examens et leur vécu de la situation. Ils ont recueilli plus de 400 réponses. Et parmi celles-ci, plus de 200 témoignages. Ce sont quelques uns de ces témoignages que je reprends ci-dessous.

Ils sont poignants, désarmants, touchants, effrayants et me paraissent en décalage complet avec les aménagements sur lesquelles nous sommes tou.te.s en train de passer beaucoup de temps.

Quels sens vont avoir ces aménagements pour ces étudiant.e.s. et sans doute pour beaucoup d’autres ? Et quelle signification donner in fine aux évaluations qui découleront de ces « nouveaux » examens ? Allons-nous pouvoir dire à ces étudiant.e.s, que le « principe d’égalité de traitement des candidats » a bien été respecté ?

Une étudiante atteinte du Covid : « et le confinement, c’est vraiment pas bénéfique dans mes révisions, je suis démotivée et j’ai le moral à zéro, j’ai peur de faire une rechute … »

Le débit de connexion internet a été réduit, mon ordinateur est lent, les conditions pratiques et techniques ne sont pas optimales. La situation est globalement anxiogène, peu de motivation à travailler lorsque ses proches sont malades, j’ai moi même été malade et le suis encore. Je passe le confinement seule, 0 contact humain depuis 1 mois, dans 20m2.

« En confinement chez ma famille. C’est très difficile car nous sommes nombreux, tout le monde ne vie pas le confinement de la même manière. De plus j’habite dans une petite ville sans la fibre (internet très lent), ce qui rend compliqué l’accès à des sites de base type arche ou discord. Dans mon studio à Nancy je n’avais pas internet non plus; d’où l’utilisation de Eduroam. De plus, nous sommes quand même dans une situation de crise sanitaire, je connais beaucoup de personnes autour de moi qui sont décédées et je vis dans la peur que ma mère soit contaminée (maladie auto-immune) par ses propres enfants qui sortent faire les courses ou qui vont à la pharmacie. C’est une situation angoissante, réviser c’est bien pour oublier mais ça en devient compliqué lorsque nous devons faire face à la réalité et que nous ne sommes pas dans des conditions optimales »

« Dû à la quarantaine, il y a énormément de gens connectés en même temps ce qui fait que mon internet se coupe ou a du mal à charger. J’ai des proches touchés par le virus et je vis dans un appartement avec 1 seule chambre sans balcon et avec ma mère. Nous sommes en situation précaire (moi étant boursière et ma mère au rsa) nous devons donc faire des sacrifices financiers pour pouvoir stocker de la nourriture et éviter les sorties. Nous n’avons pas de voiture et le seul magasin à proximité est vide. Nous ne pouvons plus accéder au resto du cœur. Niveau psychologie c’est des montagnes russes. Je passe du rire aux pleurs et cela est surtout du à la fac. Je suis de nature assez dépressive en tant normal et je dois l’avouer, ne pas me faire suivre psychologiquement. Les psys gratuit sont surchargés et les psy payants sont trop chers, je ne sais pas à qui m’adresser pour de l’aide. J’ai l’impression d’avoir été submergée de travail par les professeurs. Je pense surtout que pour moi ce sera l’après cou-présentes au sein de beaucoup de foyer, pour moi tous les jours ne sont pas faciles, ma mère étant dépressive dans le contexte actuel ça devient dur, des scènes de ménages éclatent de temps à autres qui vont parfois à des pétages de plomb tellement puissants que les assiettes y passent, et l’aider n’est pas toujours simple. J’ai parfois l’impression d’être tiré vers le bas aussi. Dans mon foyer nous sommes 6, ma mère, moi, mon frère et mes 3 sœurs, qu’il faut aider malgré la connexion en dents de scies pour leurs devoirs, mais aussi trouver des activités pour les occuper. Nous sommes dans une grande précarité, plus le temps passe plus nous allons avoir des difficultés à nous nourrir tant financièrement va vite devenir très très compliqué. Pour ma part, je ne peux plus travailler et je ne gagne aucun argent pour aider ma mère financièrement, ce qui est une source de stress intense. Pour le moment je n’ai pas eu le courage d’ouvrir un cours, je n’y arrive pas, les problèmes autour sont beaucoup trop stressant, je me sens de plus en plus en besoin d’extérioriser tout ça, mais je ne sais pas encore comment faire. Malgré tout j’essaye de tenir pour les autres membres de ma famille, c’est aussi mon rôle de grande »

« Personnellement, j’ai quasiment toute ma famille qui travaille dans la santé avec ma mère aide-soignante, mes deux tantes sont infirmières libérales, et ma sœur est sage-femme. Le fait qu’elles soient sur le terrain, en vue de la situation, me fait déjà énormément stresser. De plus, ma mère m’a demandé de venir travailler à l’EHPAD avec elle, afin d’aider, mais j’ai refusé car je suis tellement préoccupé par la situation à la fac que j’ai refusé, je me suis senti mal parce que j’aurais pu aider à l’hôpital. De plus, je suis en isolement social, dans le sens où la journée, je ne vois personne car ma mère travaille toute la journée, donc je suis seul, et je me sens, souvent, triste »

« Mon père est décédé des suites du coranavirus, j’ai dû donc rentrer voir ma famille et n’ai plus vraiment la tête à penser aux cours à vrai dire »

« Bonjour, j’aimerai faire mon petit témoignage de la situation. J’ai déjà redoublé ma L3 et j’ai ainsi deux fois plus de raisons de vouloir obtenir ma licence cette année. Malheureusement, dans ces conditions, ce sera pratiquement impossible. Je dois m’occuper de mes petits frères et sœurs qui n’ont pas école, les aider dans leurs devoirs toute la matinée. Mes parents étant en télétravail ou réquisitionné, je dois faire les heures de queues pour acheter les courses, m’occuper de la maison (j’ai la chance d’être tout de même dans une maison). Normalement, en cette période, c’est un stress lié à la peur d’échouer aux examens mais en ce moment, c’est plus une angoisse de mort, une angoisse de voir nos proches se faire contaminer et de nous même le ramener à la maison. Voir sa propre mère devoir confectionner elle-même des masques dans de vieux torchons pour qu’elle puisse faire de son mieux en se protégeant elle et nous ; devoir expliquer à des petits ce qui se passe dans le monde … Réviser ? Lorsque mon pc n’est pas réquisitionné pour les devoirs des petits ou le télétravail, internet nous fait défaut. Devoir attendre deux heures pour charger le dossier pdf de madame XX (enseignante) n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Et même lorsque je trouve un petit créneau, je me retrouve perdue dans cette masse d’informations, de nouvelles qui vont et viennent. Je ne sais quoi réviser, où m’arrêter dans les diapos que j’ai.. La situation ne me permet pas de me focus autant que je le voudrai, mes pensées étant portées ailleurs.. Tout cela pour dire qu’une passation à distance des partiels serait la goutte de trop dans un vase qui déborde bien assez en ce moment. Merci d’avoir lu et prenez soin de vous et de votre famille.

« J’étais en Erasmus ce semestre mais j’ai dû l’interrompre à cause du coronavirus. C’était assez difficile et fatigant pour réussir à rentrer. Cette situation m’a fait perdre beaucoup de temps car quand je suis rentrée j’ai mis du temps à comprendre comment tout allait se dérouler, et il y a encore beaucoup de choses que je ne sais pas. Je sais, en tout cas, que je dois rattraper tout le semestre fait en France et c’est assez difficile car j’ai loupé absolument tous les cours de ce semestre, j’ai dû envoyer une tonne d’e-mails à la fac en France en plus de la fac à XXX, régler les problèmes avec le loyer que j’avais à XXX, les problèmes de bourse… Enfin bref, j’ai pris énormément de retard et la situation me stresse beaucoup et me plombe un peu le moral. »

Revenue pour le confinement en famille mais c’est pas pratique pour réviser les partiels. Du mal à se concentrer avec un parent très violent. »

Commentaires fermés sur Témoignages d’étudiants confinés

Classé dans BH. Universités et COVID 19, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales

Aucun semestre ne sera neutralisé

Suite de la chronique Pour ou contre le 10 améliorable

Pierre Mutzenhardt, Président de l’Université de Lorraine, Communiqué du 14 avril 2020.

  • Photos du siège de la présidence de l’université de Lorraine, cours Léopold à Nancy. 14 photos de juin 2010 quand les 3 universités de Lorraine n’étaient pas encore fusionnées et formaient un Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES).

Le Président de la République a également annoncé que le Gouvernement précisera pour chacun la bonne organisation qui sera nécessaire, en particulier pour les examens et les concours. Ces annonces nous concernant plus particulièrement devraient avoir lieu cette semaine. 

SONY DSC

Les modalités de contrôle des connaissances seront arrêtées cette semaine à l’issue des travaux des conseils de collégiums permettant l’organisation de la première session à distance pour l’ensemble des formations. Nous devrions recevoir dans les jours qui viennent des informations plus précises de la part du ministère qui pourraient avoir un impact sur la seconde session des examens et sur l’organisation des concours. Nous savons que nos étudiants sont en attente d’une réponse rapide mais également la plus précise et définitive possible. C’est pourquoi, nous adresserons aux composantes et collégiums une note complète dans le courant de la semaine prochaine.

La crise sanitaire que nous traversons nous conduit à exercer autrement nos missions de formation et de recherche, différemment, mais certainement pas à les arrêter. Dans tous les domaines de formation, les équipes pédagogiques et administratives ont travaillé à l’aménagement des modalités de contrôle des connaissances dans le cadre des ordonnances nationales relatives à l’état d’urgence sanitaire et des dispositions adoptées par le Conseil de la Formation le 24 mars dernier.

Aucun semestre ne sera « neutralisé », de même que toute pratique contraire à l’esprit de nos missions ne pourra être acceptée. Partout dans l’établissement, les équipes ont travaillé à la mise en place de modalités de contrôle adaptées, à distance et en s’appuyant sur le contrôle continu déjà réalisé. J’appelle ici solennellement les présidents de jury à la plus grande bienveillance et à notamment porter attention à ce que ces circonstances exceptionnelles d’évaluation ne portent pas préjudice aux étudiants, notamment celles et ceux qui sont dans une situation particulièrement difficile.

Commentaires fermés sur Aucun semestre ne sera neutralisé

Classé dans BH. Universités et COVID 19, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Pour ou contre le 10 améliorable

Quelles modalités de contrôle des connaissances pour le second semestre universitaire 2019-2020 ? Université de Lorraine : débats et propositions. Deux chroniques. Celle ci-dessous : tous les étudiants ne sont pas d’accord entre eux ; celle immédiatement à suivre : la position de la direction de l’université.

1. Vers une annulation des partiels pour certains étudiants en droit à Nancy ? Lorraine Actu, Amandine Mehl, 11 avril 2020.

A Nancy, le Conseil de Collégium Droit, économie et gestion travaille sur les modalités de passage des examens dans le cas où le déconfinement n’aurait pas lieu avant fin mai.

Université de Nancy 2, Faculté de Droit et Sciences Économiques, 2010 (photos de Pierre Dubois)

Dans le cas où le déconfinement n’aurait pas lieu avant la fin du mois de mai, la mise en place du 10 améliorable s’imposera donc.

Mais, qu’est-ce que ce principe ? Hania Hamidi  (UNEF) l’explique :

Pour la Faculté de droit, c’est une sorte de 10 améliorable déguisé qui a été mis en place. En clair, les moyennes du second semestre seront basées sur les colles organisées avant le confinement. Si cette moyenne est supérieure à 10, imaginons un 15, alors elle restera à 15. Mais, si elle est inférieure à 10, la fac de droit augmentera la moyenne et la figera à 10. Enfin, si la moyenne du second semestre est supérieure à 10 mais inférieure à celle du semestre 1 alors elle sera alignée sur celui-ci.

Pour les étudiants qui souhaiteraient avoir de meilleures notes, une « session spéciale » sera organisée entre les 15 et 22 juin où ils auront l’occasion de choisir leurs épreuves.

Le 10 améliorable pour tous

Depuis le début du confinement, l’UNEF ne cesse de mettre en avant les étudiants en situation d’isolement numérique. Si l’Université de Lorraine a tenté de répondre à cette problématique en lançant un plan de lutte. Pour Hania Hamidi, même si c’est encourageant ce n’est pas suffisant.

Outre ces questions d’ordre numérique, certains étudiants sont également confrontés à d’autres difficultés. C’est le cas notamment de ceux qui travaillent et à qui on ne peut pas imposer un partiel sur un temps court, de ceux qui sont atteints par le coronavirus ou qui sont contraints de vivre dans des lieux inappropriés au travail universitaire explique Hania Hamidi. Autant de raisons qui motivent les membres de l’UNEF à réclamer l’adoption par l’Université de Lorraine du 10 améliorable pour l’ensemble des étudiants.

On revendique vraiment que l’Université de Lorraine prenne exemple sur ce qu’il s’est passé en droit et mette en place un 10 améliorable pour tous mais aussi la mise en œuvre de sessions spéciales pour celles et ceux qui peuvent passer leurs examens. 

L’institution l’entendra-t-elle de cette oreille ? Affaire à suivre !

Commentaires fermés sur Pour ou contre le 10 améliorable

Classé dans BH. Universités et COVID 19, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Droit et Sciences politiques, E. Economie Gestion

Poitiers, Codiv19, solidarité renforcée

Université de Poitiers, communiqué de presse, 6 avril 2020, Codiv-19 – solidarité renforcée avec les étudiants en difficulté

« Dès lundi 6 avril, l’université de Poitiers met ainsi en place une nouvelle aide d’urgence, complémentaire aux aides habituelles de l’université de Poitiers ou du CROUS de Poitiers. Cette aide est proposée à ses étudiants mis en difficulté par la crise sanitaire (interruption de contrat de travail ou de stage, dépenses supplémentaires imprévues, difficultés alimentaires, absence de matériel informatique).

Cette aide pourra prendre différentes formes : une aide alimentaire de 60€/étudiant/semaine et jusqu’à 100€ pour les étudiants-parents isolés avec enfant, des compensations pour perte de gratifications de stage, des prêts d’ordinateurs portables et/ou une assistance (courses ou garde d’enfant(s) par exemple) ».

1 commentaire

Classé dans BH. Universités et COVID 19, C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), E. Médecine Pharmacie