CA, chambre d’enregistrement

L’université confédérale Léonard de Vinci n’a pas encore de site Internet ! Sa visibilité est donc faible. Ses statuts. Quelle lectrice ou lecteur du blog peut énumérer de mémoire quelles sont les universités membres de cette COMUE au nom usurpé ?

Extraits du compte-rendu des Conseils d’administration de la COMUE Léonard de Vinci des 25 mars et 7 avril 2016 par les élus SNESUP-FSU.

CA du 25 mars 2016. Ordre du jour unique:  vote sur les représentants de la catégorie « représentants au CA des entreprises, des collectivités territoriales, dont au moins un de chaque région concernée, des établissements publics de coopération intercommunale et des associations ». Les élus doivent voter sur une liste proposée par les représentants des établissements d’enseignement supérieur membres de la communauté, soit un représentant par établissement ou organisme. Les représentants seront ensuite désignés par les entreprises ou les institutions (statuts de la COMUE).

La liste proposée n’a pas été envoyée avant le jour du vote aux membres élus du CA qui la découvrent donc sur table en séance. Nous avons refusé de participer au vote considérant qu’il n’était pas acceptable de devoir se prononcer sans pouvoir examiner les documents et avons exigé que les documents et propositions émanant du Conseil des membres soient communiqués au moins une semaine avant les réunions du Conseil d’administration afin que les membres élus du CA puissent exercer leurs mandats d’administrateurs dans de bonnes conditions…

CA du 7 avril 2016. Ordre du jour : élection du président de la COMUE.

Loïc Vaillant, seul candidat, a présenté son projet pour la COMUE. Les élus Snesup avons lu une déclaration (voir pièce jointe) expliquant les raisons pour lesquelles nous nous abstiendrions sur ce vote tout en souhaitant participer activement au débat en particulier en portant au CA les questions soulevant tant d’inquiétudes chez les personnels lors de la création de la COMUE…

En conclusion, les deux premiers conseils d’administration de cette COMUE nous ont confortés dans nos positions prises lors des votes sur sa création dans chacun de nos établissements. Il sera en effet très difficile pour les personnels de se faire entendre dans cette nouvelle structure dont les statuts minorent volontairement le rôle de leurs représentants (voir la composition du CA présentant seulement une moitié de membres directement élus). De plus, les prises de position publiques du président de la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Monsieur Alain Rousset, ne peuvent que nous inquiéter sur la pérennité de cette nouvelle structure.

Comment alors ne pas légitimement s’interroger du bon usage de l’argent public lorsque l’on essaie de chiffrer le coût pour la collectivité du montage d’un tel projet ?

Ce sont ces inquiétudes et ces interrogations que nous continuerons à porter au sein du conseil d’administration. Nous prendrons également notre part dans les différents groupes de travail, s’ils voient le jour, afin d’y défendre les personnels et le service public.

Commentaires. Pourquoi le SNESUP ne demande-t-il pas la dissolution de cette COMUE, assise sur deux nouvelles grandes régions différentes ? D’ailleurs, le nouveau président de l’université de La Rochelle, Jean-Marc Ogier, ne souhaite-t-il pas rejoindre la COMUE Aquitaine ?

Pour aller plus loin : toutes les chroniques du blog sur la COMUE Léonard de Vinci, ex-COMUE Limouchentre.

Poster un commentaire

Classé dans C. Centre Val de Loire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s