Archives de Catégorie: AA. Le 18ème, année par année

1762-1775. Église Louis de Nassau

1762-1775. Église de Louis de Nassau à Saarbrücken.

Sources. Article de Wikipédia et livret (en français) mis à disposition à l’entrée de l’église (34 pages).

La Ludwigskirche, église du Prince Louis de Nassau est une église protestante de style baroque située à Sarrebruck. Symbole de la ville, elle est avec la Frauenkirche de Dresde et le Michel de Hambourg un des meilleurs exemples d’église protestante bâtie en Allemagne.

Elle est considérée comme le couronnement des travaux de l’architecte baroque Friedrich-Joachim Stengel (photo) et elle compte parmi les églises protestantes baroques les plus connues en Allemagne.

Deux diaporamas : extérieur de l’église (40 photos), intérieur (23 photos).

Guillaume Henri (né le 6 mars 1718 à Usingen) est  prince de Nassau-Sarrebruck de 1741 jusqu’à sa mort en juillet 1768.

Louis (1745-1794) est le dernier prince régnant de Nassau-Sarrebruck. Il règne de 1768 jusqu’à la Révolution française.

Chronique du 27 septembre 2022, Princes de Nassau au 18ème siècle. De 1741 à 1794, deux princes de Nassau-Sarrebruck se succèdent au pouvoir, Guillaume Henri (de 1741 à 1768) et Louis (de 1768 à 1794).

1761. Le Prince Guillaume ordonne le début de la planification pour la construction d’une nouvelle église luthérienne, destinée à l’usage de la Cour et de la paroisse.

1762. Pose de la première pierre sous le patronage du prince Guillaume Henri de Nassau-Sarrebruck. L’église est placée au centre de la place typiquement baroque, à la différence des places royales françaises où c’est la statue du roi qui a seule ce privilège.

1768. A la mort de Guillaume Henri, les travaux sont arrêtés pour raison d’endettement d’État.

1773. Reprise des travaux.

1775. L’église est terminée et inaugurée par le prince Louis de Nassau-Sarrebruck, fils et successeur de Guillaume-Henri, qui lui donne son nom ainsi qu’à la place sur laquelle elle est édifiée.

Le plan de l’église a la forme d’une large salle en croix grecque, avec l’ensemble autel et chaire situé au bout du côté long. C’est le plan qui répond le mieux aux exigences de la prédication protestante.

A l’origine, l’église est couverte de crépi et peinte en blanc comme le sont tous les édifices de la place. La peinture n’a pas résisté au temps ; elle est enlevée à la fin du 19ème,  laissant apparaitre le grès rose et ocre.

Vues de l‘extérieur. Les quatre évangélistes : Matthieu avec l’ange, Marc avec le lion, Luc avec le taureau, et Jean avec l’aigle (photos et détails dans le diaporama). Les quatre statues signifient que l’Église protestante a été construite sur les piliers porteurs de !’évangile.

L’église possède trois portails. Le clocher se trouve sur le côté ouest de l’église. Il est à toit plat, ressemble celui de Saint-Sulpice à Paris.

Le portail Est est couronné par les armoiries de la maison Nassau-Saarbrücken. Il est flanqué des apôtres principaux, Paul et Pierre, et distingué par la double inscription de dédication.

Vues de l’intérieur de l’église

Poster un commentaire

Classé dans AA. Le 18ème, année par année, AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, D. Allemagne, E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie, Architecture, E. Mobilité internationale, E. Sciences humaines et sociales

1776. 50 évènements, 8 chroniques

576ème chronique d’Histoires d’universités sur le 18ème siècle. Pour chaque année, évolution des relations internationales (alliances, mariages, guerres, traités de paix, échanges commerciaux). Chroniques du blog illustrant l’année. Évènements climatiques, politiques, économiques, scientifiques, artistiques (rangés selon le mois et le jour).

Chronique précédente : 1775. 57 évènements, 10 chroniques

1776, deuxième année de la guerre d’indépendance des États-Unis (1775-1783).

3ème année du règne de Louis XVI. Composition du Conseil du Roi après le limogeage de Turgot le 12 mai 1776.

  • Principal Ministre : Comte de Maurepas (mai 1774 – novembre 1781).
  • Garde des Sceaux : Hue de Miromesnil (août 1774 – avril 1787).
  • Contrôleur général des Finances : Clugny de Nuit (mai 1776 – octobre 1776). Taboureau des Réaux (octobre 1776  – juin 1777) ; le 22 octobre, celui-ci  appelle le financier et ministre genevois et protestant Necker pour le servir en tant que conseiller. 
  • Secrétaire d’état aux Affaires étrangères : comte de Vergennes (juillet 1774 – février 1787).
  • Secrétaire d’état à la Guerre : comte de Saint-Germain (octobre 1775 – novembre 1777).
  • Secrétaire d’état à la marine : de Sartines (août 1774 – octobre 1780).
  • Secrétaire d’état à la Maison du Roi : Amelot de Chaillou (mai 1776  – novembre 1783).
  • Secrétaire d’état : Bertin (mai 1774 – juin 1780).

Partie 1. 1776  dans 8 chroniques du blog

1775-1783. La Guerre d’indépendance. Chronique du 18 février 2021. Contraintes de commercer exclusivement avec l’Angleterre, les colonies américaines pratiquent en fait une importante contrebande avec les Antilles françaises et l’Amérique espagnole. L’essor démographique est très important, lié à l’émigration européenne et au système esclavagiste (deux millions d’habitants vers 1770 dont un quart d’esclaves noirs). La rupture avec la Couronne britannique s’explique par la demande croissante de terres de la part des colons et l’alourdissement des prélèvements fiscaux depuis la guerre de Sept Ans (1756-1763), très coûteuse pour l’Angleterre.

1776-1789. L’abolition des Corvées. Les six édits de Turgot (février 1776) concernent :

  • la suppression des corvées, travail imposé d’entretien des voies et ouvrages d’art publics : routes, ponts, fossés, palissades.
  • la suppression des jurandes et maîtrises.
  • la suppression de la Caisse de Poissy.
  • la suppression des droit de hallage sur les grains.
  • la suppression des charges sur les ports.
  • la diminution des droits sur les suifs.

Abolition des Jurandes

Édit du Roi portant suppression des Jurandes, Communautés de Commerce, Arts et Métiers. Le Parlement de Paris refusa de l’enregistrer et il fallut un lit de justice, le 12 mars 1776, pour l’y contraindre. Ces difficultés provoquèrent la disgrâce de Turgot qui fut révoqué par le roi le 12 mai suivant.Un nouvel édit d’août 1776 rétablissait l’organisation corporative des secteurs concernés, mais il en réduisait le nombre et imposait des règles nouvelles qu’il étendait à de nombreuses autres communautés professionnelles (métiers réglés, métiers banaux)… 

Marine Royale. Réforme de septembre 1776

Ordonnance du roi, concernant la régie et administration générale & particulière des Ports & Arsenaux de Marine. Reliées à la suite : ordonnance du roi, pour régler les fonctions dont les Officiers de la Marine seront chargés sur les escadres & à bord des Vaisseaux, relativement aux Consommations & Remplacements des Munitions & des Effets, & aux revues des Équipages dans le cours des Campagnes…

Toulouse, le canal de Brienne (1776).

Le canal naît au niveau de la Garonne à l’amont des Moulins du Bazacle par l’écluse Saint-Pierre. Il court sur 1 560 mètres (6 mètres de dénivelé), et rejoint le port de l’Embouchure, point de rencontre avec le canal du Midi et le canal latéral à la Garonne.

Le Doubs, navigation à vapeur

Claude François de Jouffroy d’Abbansavec l’aide du chaudronnier baumois Pourchot, il construit sa première embarcation, le Palmipède, dont une machine à vapeur actionne des rames en forme de palme. Il parvient à naviguer avec succès pour la première fois de l’histoire de la navigation sur le bassin de Gondé, là ou le Cusancin se jette dans le Doubs, à Baume-les-Dames, aux mois de juin et juillet de la même année. Les deux paires de rames de chaque côté du bateau empêchent le passage aux écluses, et ce relatif échec du procédé de propulsion incite son inventeur à abandonner ce projet.

Ressources d’un Collège Jésuite

Aspects économiques de la présence des Jésuites dans la Région de Molsheim du XVIème au XVIIIème siècle ; elles sont tirées d’innombrables possessions et redevances dispersées entre Vosges et Rhin dans une cinquantaine de localités (5 bailliages), la majorité se trouvant dans un rayon de 5 à 10 kilomètres autour de Molsheim. En fin de période, surface totale atteinte : 1200 hectares (terres labourables, forêts, prairies, vignes), répartis entre plus de 300 fermiers.

18ème. Ingénieurs, Écoles des mines

Bertin souhaitait vivement créer une école des mines ; mais il lui fallait assurer le financement nécessaire. Dans ce but, un arrêt a été rendu le 13 janvier 1776, commettant le caissier de la Petite Poste de Paris pour recouvrer les contributions des exploitants de mines destinées à l’entretien d’une école des mines. Ce caissier est vraiment tout indiqué ; il doit également percevoir les contributions versées par les entrepreneurs de carrosses des villes de Lyon, Bordeaux et autres. La création de l’École des mines de Paris a ainsi été rendue possible ! Elle est cependant combattue par Monnet, qui avait été nommé, le 17 juin 1776, Inspecteur général des mines du Royaume.

Partie 2. 1776 au jour le jour en Amérique (6 évènements)

17 mars 1776. Les Américains reprirent Boston, à la suite de la fortification de Dorchester Heights. Puis George Washington dirigea son armée sur New York, où il avait prévu que se ferait la retraite britannique après la chute de Boston. Un des objectifs des Britanniques était de repousser les attaques des villes côtières pour que les renforts venus par la mer puissent arriver. Le ministère britannique n’avait pas cru d’abord à une résistance si énergique. Les colonies, mises au ban des nations par la métropole, prirent alors une mesure à laquelle presque personne n’avait songé au commencement de la lutte.

Juin. Après que la Virginie se fut dotée d’une déclaration des droits, Thomas Jefferson fut chargé de préparer l’ébauche d’une déclaration d’indépendance.

4 juillet. Le document, qui représente l’un des textes fondamentaux du pays, fut approuvé par le Congrès après remaniement. La proclamation d’indépendance des treize colonies conduisit à une confédération où chaque État conserva sa liberté et sa souveraineté, et qui rompit irrévocablement avec la Grande-Bretagne. Louis XVI, par l’intermédiaire de Beaumarchais, aide financièrement les insurgés américains.

Juin. Les volontaires américains, sans munitions, sans ressources, ne purent d’abord tenir tête aux régiments expérimentés qu’on envoyait contre eux. En juin, le général Howe prit New York et Rhode Island avec 20 000 tuniques rouges. Pendant plusieurs mois, Howe et Washington se battirent pour l’État de New York et finalement, Washington, obligé de battre en retraite par le New Jersey jusqu’au-delà du Delaware, eut la douleur de voir un grand nombre de ses soldats l’abandonner.

25 décembre. De là, Washington fit une tentative imprévue et d’une audace remarquable. À Noël, l’armée continentale avait besoin d’une victoire. Il franchit le fleuve malgré la glace pendant la nuit du 25 décembre, surprit à Trenton un corps de mille Allemands commandés par Johann Rall, tua celui-ci et fit prisonniers ses soldats.

Ce succès, qui dégageait Philadelphie, releva le moral de la population. De nouveaux miliciens accoururent de la Pennsylvanie, et Washington, reprenant l’offensive, força Charles Cornwallis à se replier jusqu’à Brunswick.

3 janvier 1777. L’armée de Washington eut une autre victoire lors de la bataille de Princeton le 3 janvier. Ces succès redonnèrent confiance aux insurgés et entraînèrent l’enrôlement de nouveaux volontaires dans l’armée continentale.

Partie 3. 1776 au jour le jour, en France (32 évènements)

Sources. Wikipédia, Khronobase.

1 janvier. Les appointements de Monge à l’école du génie de Mézières sont portés à 3k livres et il devient officiellement professeur de physique, de mathématiques pratiques, de chimie et d’histoire naturelle.

5 janvier. Turgot propose au conseil du roi un projet de six édits abolissant la corvée royale, supprimant les privilèges commerciaux et les jurandes, imposant la noblesse.

9 janvier : hiver glacial dans le nord de la France. Normal au Centre et dans le Sud du pays. Grand froid à Paris à partir du 9 janvier jusqu’au début février. Température record : -19,1 °C à Paris le 29 janvier. La Seine est gelée du 25 janvier au 6 février.

Janvier : la direction de l’Académie royale de musique est refusée au chevalier de Saint-George ; Mlles Arnould, Guimard, Rosalie et autres actrices ayant adressé un placet à la reine pour représenter à Sa Majesté que leur honneur et la délicatesse de leur conscience ne leur permettraient jamais d’être soumises aux ordres d’un mulâtre .

5 février : des lettres patentes abolissent le droit de sol pour livre sur les suifs et chandelles, remplacé par un impôt sur les bestiaux aux entrées de Paris.

9 février. Panchaud crée à Paris la Caisse d’escompte.

Février. Condorcet traite du financement des travaux sur l’Escaut à la demande de Turgot.

Commentaires fermés sur 1776. 50 évènements, 8 chroniques

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AA. Le 18ème, année par année, C. Outre-Mer, E. Droit et Sciences politiques, E. Economie Gestion, E. Ingénierie, Architecture, E. Mobilité internationale, E. Sciences

1775. 57 évènements, 10 chroniques

549ème chronique d’Histoires d’universités sur le 18ème siècle. Pour chaque année, évolution des  rapports de force entre les pays/les empires (alliances, mariages, guerres, traités de paix). Chroniques du blog illustrant l’année. Evènements climatiques, politiques, économiques, scientifiques, artistiques (rangés selon le mois et le jour).

Chronique précédente : 1774. 47 évènements, 15 chroniques.

Partie 1. 1775, première année de la guerre d’indépendance des États-Unis

10 mai 1775. Le Second Congrès Continental déclare l’entrée en guerre des 13 colonies britanniques contre leur mère-patrie le Royaume-Uni. John Hancock est élu président le 25. Cette guerre va durer 8 ans.

Le traité de Paris de 1783 est un traité de paix signé à Paris le 3 septembre 1783. Signé par les représentants des treize colonies américaines et les représentants britanniques, il met un terme à la guerre d’indépendance des États-Unis. La Grande-Bretagne reconnaît l’indépendance des États-Unis d’Amérique.

Pour compléter le traité de Paris, le traité de Versailles est signé le même jour à Versailles entre la Grande-Bretagne et la France d’une part, entre la Grande-Bretagne et l’Espagne d’autre part.

Partie 2. 1775  dans 10 chroniques du blog

1775-1783. La Guerre d’indépendance. Chronique du 18 février 2021. « Contraintes de commercer exclusivement avec l’Angleterre, les colonies américaines pratiquent en fait une importante contrebande avec les Antilles françaises et l’Amérique espagnole. L’essor démographique est très important, lié à l’émigration européenne et au système esclavagiste (deux millions d’habitants vers 1770 dont un quart d’esclaves noirs). La rupture avec la Couronne britannique s’explique par la demande croissante de terres de la part des colons et l’alourdissement des prélèvements fiscaux depuis la guerre de Sept Ans (1756-1763), très coûteuse pour l’Angleterre ».

1775. La guerre des farines.  Chronique du 23 mars 2022. « En 1774, Turgot provoque une flambée des prix du pain et une disette généralisée en libéralisant le commerce des grains. C’est l’agitation sur les lieux de distribution des farines, et la révolte gronde contre les commerçants spéculateurs. Une vague d’émeutes a lieu dans la moitié nord du royaume en avril et mai 1775 : pillages, attaques de dépôts et de boulangeries, entrave des axes fluviaux et routiers ».

1775-1776. Condorcet, le canal de Picardie; Chronique du 3 novembre 2022. Quand la science devient science appliquée : durant deux ans (1775 et 1776), le marquis de Condorcet (1743-1794) a la charge de penser et planifier un réseau de canaux reliant la Seine (et donc Paris) aux rivières du nord du pays (Somme, Oise, Escaut, Sambre, Scarpe et Sensée). La défense du pays et son développement économique en dépendent.

1775 (11 juin). Sacre de Louis XVI. Chronique du 9 novembre 2022. « Le contrôleur général des finances, Turgot, reproche au monarque cette cérémonie coûteuse évaluée à 760 000 livres ; peu de temps auparavant, Nicolas de Condorcet a écrit à Turgot pour lui demander de faire l’impasse sur la plus inutile et la plus ridicule de toutes les dépenses de la monarchie. Turgot pense alors à faire une sorte de sacre allégé, probablement près de la capitale, à Saint-Denis où à Notre-Dame, pour réduire les coûts ».

Diderot, dessine-moi une université !  Chronique du 22 novembre 2019. Denis Diderot, Plan d’une université pour le Gouvernement de Russie (1775-1776), projet réalisé à la demande de Catherine II, impératrice (texte intégral).

1774-1776. Turgot. Une épizootie. Chronique du 2 novembre 2020.  C’est en tant que Contrôleur général des finances de Louis XVI que Turgot est confronté à une épizootie bovine. Il se met en première ligne pour la gérer. Bonnes feuilles.

Strasbourg entre 1765 et 1775. Chronique du 12 juin 2021. 1765. Louis XV, alors âgé de 55 ans, confie la modernisation de Strasbourg à son architecte royal, Jacques-François Blondel (1705-1774). Faute de ressources, un seul des bâtiments est finalement réalisé : l’Aubette (1766-1767).

Samuel. Werner (1720-1775). Chronique du 22mai 2021. Architecte de la Ville de Strasbourg et du Chapitre Saint-Thomas de 1770 à 1775. il fait construire la Maison des orphelins (1772-1775). Celle-ci deviendra le siège de l’Académie (appellation de l’université) à partir de 1824.

1750-1775. Querelles médicales. Chronique du 12 novembre 2020. Le thème du danger est au cœur de ces polémiques : dangers des charlatans, des remèdes secrets, des confrères incompétents, des opérations nouvelles, du mercure pour le traitement de la syphilis, de la saignée, de l’inoculation..

Sarrebruck, le château, la Sarre, l’autoroute. Chronique du 25 septembre 2022. Le château et la Sarre vers 1775.

Partie 3. 1775 en Amérique (20 évènements)

9 février. Le Parlement du Royaume-Uni déclare le Massachusetts en rébellion.

23 mars.  Discours de Patrick Henry demandant une action militaire face aux agressions britanniques (Give me liberty or give me death) à Richmond (Virginie).

19 avril. Batailles de Lexington (les Minute Men, milices clandestines américaines harcèlent une colonne britannique engagée dans une opération de police) et de Concord (Massachusetts).

Les armées britanniques se replient sur Boston. Début du siège de Boston (fin le 17 mars 1776). Début de la guerre d’indépendance des États-Unis.

9 mai. Invasion du Canada. Les Américains prennent le fort Ticonderoga (autrefois Carillon), le fort de Crown Point (autrefois Pointe-à-la-Chevelure) le 11 mai et le fort Saint-Jean le 18 mai.

10 mai. Le Second Congrès Continental déclare l’entrée en guerre contre le Royaume-Uni. John Hancock est élu président le 25.

22 mai. Devant l’imminence d’une invasion américaine au Canada, l’évêque de Québec Jean-Olivier Briand accepte d’aider le gouverneur Carleton à inciter les Canayens à s’enrôler dans la milice pour défendre leur patrie et leur roi.

15 juin.  George Washington est nommé par le Congrès commandant en chef des forces continentales.

17 juin. Affrontements de Bunker Hill dans la guerre d’indépendance américaine. Victoire anglaise.

5 juillet. Le Congrès continental signe la Pétition du rameau d’olivier dans l’espoir d’une réconciliation.

20 août. Charte de fondation de Tucson en Arizona par les Espagnols.

23 août. Proclamation of Rebellion. George III du Royaume-Uni refuse la Pétition du rameau d’olivier.

25 septembre. Bataille de Longue-Pointe.

2 novembre. Prise du fort Saint-Jean après 45 jours de siège. Richard Montgomery envahit le Québec conjointement avec Benedict Arnold.

9 novembre. Reddition de Trois-Rivières (sans avoir été contrainte de le faire).

10 novembre. Création des Continental Marines.

13 novembre. Capitulation de Montréal sans hostilité devant l’armée d’invasion du Congrès continental américain commandée par le Général Montgomery.

28 novembre. Le Congrès établit la Continental Navy.

31 décembre. Bataille de Québec. Richard Montgomery est tué dans une tentative d’invasion de Québec.

31 décembre. La mort du général Montgomery, John Trumbull, 1786.

Partie 4. 1775 en France (27 évènements). Sources : Wikipédia 1775, Wikipédia 1775 en France, Kronobase 1775.

1er janvier.  Condorcet est nommé par Turgot inspecteur général des Monnaies.

1er janvier. Lettres patentes introduisant dans la généralité de Paris le système de taille tarifée (taille Bertier), enregistrées le 27 janvier par la cour des aides.

Mars. La Commission de la Navigation Intérieure, sous la direction de Condorcet, Bossut et d’Alembert, est instituée.

Mars. La tsarine Catherine II commande à Grimm et à Diderot un plan d’études pour les jeunes gens depuis l’a. b. c. jusqu’à l’université inclusivement

Avril. Condorcet demande et obtient que l’on suspende les travaux du canal de Picardie, menés par l’ingénieur De Lionne. En outre il obtient de Perronet qu’un élève ingénieur des Ponts et Chaussées soit affecté à la commission

10 avril. Remontrances sur le lit de justice pour le rétablissement de la Cour.

18 avril. Troubles sur le marché de Dijon ; un meunier considéré comme accapareur est attaqué par la foule. Le mouvement gagne le bassin parisien : Beaumont-sur-Oise le 27 avril, Versailles le 2 mai. À Paris, le 3 mai, le peuple prend d’assaut les boulangeries. C’est la Guerre des farines, troubles organisés par les spéculateurs en conséquence des réformes de Turgot. La récolte médiocre de 1774 et la spéculation des marchands de grain, qui stockent pour faire monter les cours, provoque la cherté des grains (après celle de 1771 et 1773). Des émeutes éclatent sur les marchés et les émeutiers imposent une taxation des prix. Turgot est amené à réprimer durement les émeutes.

6 mai : Cour des aides : remontrances relatives aux impôts, dites Grandes Remontrances. Malesherbes critique l’ensemble du système fiscal.

30 mai : Turgot crée la Régie des poudres et des salpêtres. Le 24 juin Lavoisier y est nommé commissaire et s’installe à l’Arsenal.

11 juin. Sacre de Louis XVI à Reims. Robespierre prononce, au nom du collège Louis-le-Grand, le compliment à Louis XVI, au retour de son sacre.

3 juillet – 13 décembre. Assemblée du clergé. Ses délibérations des 13 juillet et 18 septembre accordent au roi 16 millions de livres de don gratuit.

Commentaires fermés sur 1775. 57 évènements, 10 chroniques

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AA. Le 18ème, année par année, C. Ile-de-France, C. Outre-Mer, D. Allemagne, D. Italie, E. Droit et Sciences politiques, E. Economie Gestion, E. Ingénierie, Architecture, E. Médecine Pharmacie, E. Mobilité internationale, E. Sciences

1774. 47 évènements, 15 chroniques

Chroniques d’Histoires d’universités sur le 18ème siècle. Pour chaque année : L’Europe, alliances et rapports de force entre les nations européennes, chroniques du blog illustrant l’année, évènements (rangés selon le mois et le jour).

Partie 1. 1774. L’Europe : quelles alliances et quels rapports de force entre les nations ?

Dans la seconde partie de 1774, il n’y a pas de guerre en Europe.

Début juillet, offensive russe dans les Balkans. L’armée passe le Danube et coupe aux Ottomans toute communication avec Varna. Le 21 juillet : le traité de Kutchuk-Kaïnardji met fin à la guerre russo-turque. La Russie a atteint ses objectifs : extension vers les mers du sud de l’Europe.

France. En mai1774, Louis XV meurt à l’âge de 64 ans ; il avait osé confier la réforme de la Justice à Maupeou et exilé les membres du Parlement de Paris.

Le jeune duc de Berry, un de ses petits-fils, savait qu’il allait devoir régner. Il devient roi sous le nom de Louis XVI. Il a 20 ans et n’a pas envie de s’imposer ; il laisse diriger Maurepas et donne sa confiance à Turgot jusqu’en 1776. En 1770, par le mariage du futur roi avec Marie-Antoinette, la France s’est alliée à l’Autriche contre l’Angleterre. Mais elle n’est pas en guerre.

En 1774, l’Angleterre n’est pas en guerre non plus. Cook poursuit son exploration maritime lointaine. Accentuation des troubles dans les colonies britanniques d’Amérique du Nord. Angleterre et France vont bientôt s’affronter dans la guerre d’indépendance des États-Unis (19 avril 1775), traité de paix : (3 septembre 1783).

1774. La Prusse continue de se faire une place reconnue dans le concert des nations européennes. Elle  n’est pas en guerre, mais elle poursuit son extension vers l’Ouest par une alliance matrimoniale avec la famille régnante des Pays-Bas.

1774. La Pologne tente une réforme institutionnelle de type monarchie constitutionnelle. Ces réformes provoquent un regroupement des magnats contre l’autorité royale. Cf. Partie 2, avril.

1774. L’Espagne a pour roi Charles III de 1759 à 1788. Sous son règne, en 1774, est menée une expédition contre le Maroc. L’Espagne n’intervient que tardivement dans la guerre de l’Indépendance des États-Unis d’Amérique (1779-1783), espérant reprendre aux Anglais Gibraltar.

L’Espagne et la Suède n’ont plus l’influence qu’elles avaient en Europe un siècle plus tôt.

Partie 2. 1774 dans 15 chroniques du blog

La médecine des années 1774-1792. La médecine sous le règne de Louis XVI. Chronique du 13 février 2021.

1757-1774. Du Collège royal au Séminaire. 1757-1759. Le nouveau Collège Royal, devenu le Lycée public Fustel de Coulanges en 1919. 1772-1774. L’expulsion des Jésuites en 1762 et les projets urbains du prêteur royal Gayot l’année suivante différèrent la construction du séminaire, réalisé en 1772-1774 par l’architecte parisien François-Simon Houlié. Chronique du 17 juin 2020. 

1772-1775. Samuel Werner est architecte de la ville de Strasbourg depuis 1770. Il fait construire la Maison des Orphelins entre 1772 et 1775, date de sa mort. Cette Maison  deviendra le siège de l’Académie (appellation de l’université) à partir de 1824. Aujourd’hui ce bel édifice néo-classique du 18ème accueille le Lycée professionnel Jean-Frédéric Oberlin. Album de 16 photos. Chronique du 22 mai 2021.

1765-1774. Catafalques royaux commémorant la mort, en 1765, de Monseigneur le Dauphin, Louis de France, fils de Louis XV et de Marie Leszczynska. Chronique du 2 novembre 2021.

Goethe. 25 ans en 1774. Goethe (1749-1832) est né à Francfort. Il commence son droit à Leipzig en 1765 et obtient sa licence à Strasbourg en 1771 à l’âge de 22 ans. Il publie Les souffrances du jeune Werther en 1774. Chronique du 15 juin 2021.

1769-1774. Terray aux Finances. Combien de Contrôleurs généraux des finances au 18ème siècle ? Trente et un. Le contrôleur général est le responsable ministériel des finances royales en France, après la suppression de la charge de surintendant. Chronique du 2 mars 2022.

1774-1778. Voltaire se meurt. François-Marie Arouet, dit Voltaire (1694-1778). Correspondance secrète entre Voltaire, D’Alembert, Condorcet : 150 lettres entre 1770 et 1778. Chronique du 2 septembre 2022.

1768-1774. Louis XV et son Ange, Madame Du Barry. Chronique du 9 décembre 2021.

Louis XV meurt le 10 mai 1774 à Versailles. Chronique du 10 décembre 2021.

1774. Lassone, médecin du Roi. Après la mort de Louis XV, il devient médecin de Marie-Antoinette et du Roi Louis XVI. Chronique du 16 novembre 2020.

1774. Claude Bourgelat fonde l’hippiatrique. Durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle, quatorze écoles vétérinaires ont vu le jour en Europe. 1774 (3 juin) : l’institution délivre le diplôme de Privilégié du Roi en l’art vétérinaire. Bourgelat a également soin de mettre en scène l’utilité de ses protégés. Dès qu’une épizootie se déclare, il dépêche ses élèves sur le terrain pour y mettre en place les mesures qui s’imposent. Chronique du 30 avril 2022.

1774-1776. Turgot, contrôleur général des finances. Après l’avènement de Louis XVI, Turgot, alors intendant du Limousin, est nommé ministre de la Marine en juillet. Un mois plus tard, il est nommé contrôleur général des finances (1774 à 1776). Ses mesures pour tenter de réduire dans le long terme la dette nationale (pas de banqueroute, pas d’augmentation de la taxation, pas d’emprunt) et d’améliorer la vie du peuple n’ont pas porté leur fruit, et furent révoquées par son successeur.

C’est en tant que Contrôleur général des finances de Louis XVI que Turgot est confronté à une épizootie bovine. Chronique du 2 novembre 2020.

1774. Le commerce des grains  Deux chroniques. 1. La libéralisation du commerce des grains (1774) : Mably contre Turgot 2. La guerre du blé (1775). Chronique du 23 mars 2022.

1774. Soufflot, École de droit. Soufflot, architecte de l’École de droit de Paris, construite de 1771 à 1773, ouverte en 1774 et inaugurée en 1783. Chronique du 13 décembre 2020.

Partie 3. 1774, au jour le jour. Sources. Khronobase 1974. Articles de Wikipédia (ici et ici).

21 janvier. Mort du Sultan ottoman Mustafa III, auquel succède son frère Abdülhamid Ier (fin du règne en 1789).

28 janvier. Le duc d’Aiguillon devient secrétaire d’État de la guerre.

30 mars. Un arrêt du Conseil consacre la partition de la bourse du commerce en bourse des marchandises et en bourse des valeurs. Création de la criée et du parquet à la Bourse de Paris. Les cours doivent désormais être obligatoirement criés, afin d’améliorer la transparence des opérations.

31 mars. Boston Port Act qui ferme le port de Boston jusqu’à que la compagnie des Indes Orientales et les douanes aient reçu compensation sur les pertes subies.

Commentaires fermés sur 1774. 47 évènements, 15 chroniques

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AA. Le 18ème, année par année, D. Allemagne, E. Agriculture, E. Droit et Sciences politiques, E. Economie Gestion, E. Ingénierie, Architecture, E. Médecine Pharmacie, E. Sciences

1773. 27 évènements, 12 chroniques

Suite des chroniques sur le 18ème siècle, année par année. Sources : articles de Wikipédia.

1773. 27 évènements et 12 chroniques dédiées à 1773.

Quiz. Cet édifice strasbourgeois a été construit entre 1772 et 1775. Comment s’appelle-t-il et quel est son architecte ? Indice : une chronique du blog lui est consacrée.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Partie 1. L’Europe : quelles alliances et quels rapports de force entre les nations ?

En 1773, en France, Louis XV vit sa dernière année de règne ; il a osé confier la réforme de la Justice à Maupeou et exilé les membres du Parlement de Paris. Bannis du pays, les jésuites voient leur Ordre dissout par le Pape. Le jeune duc de Berry, un des petits-fils de Louis XV, sait qu’il va devoir régner. Il a 19 ans et sera Louis XVI. Son mariage avec Marie-Antoinette en 1770 incarne l’alliance de la France et de l’Autriche. Ces deux pays ne sont pas en guerre.

En 1773, l’Angleterre n’est pas en guerre non plus. Elle s’assure de la maitrise du trafic colonial par le Tea Act. Elle confie à Cook une exploration maritime lointaine. Début des troubles dans les colonies britanniques d’Amérique du Nord. Angleterre et France vont bientôt s’affronter dans la guerre d’indépendance des États-Unis.

En 1773, à l’est de l’Europe, la guerre entre la Russie et la Turquie reprend. Son enjeu : le  contrôle de l’accès à la mer Noire. La Prusse a réussi à se faire une place reconnue dans le concert des nations européennes.

En 1773, la Pologne ratifie le traité de Saint-Pétersbourg de 1772 sous la menace de nouvelles amputations. Cela ne suffit pas ; elle disparaîtra après les partages de 1792 et 1795 entre la Russie, La Prusse et l’Autriche.

En 1773, l’Espagne et la Suède n’ont plus l’influence qu’elles avaient en Europe un siècle plus tôt.

Partie 2. 1773, les évènements, mois par mois. Références aux 10 chroniques du blog déjà publiées.

17 janvier. L’expédition Cook passe le cercle polaire Antarctique. 17 février. Il observe sa 1ère aurore australe dans l’Océan Indien. 16 août : Il passe par Tahiti. Grâce à la méthode de calcul par les distances lunaires puis grâce à la mise au point des chronomètre, le travail des navigateurs va se trouver facilité à la fin du XVIIIe siècle, à partir de 1770.

31 janvier. Frédéric II de Prusse crée par décret la province de Prusse-Occidentale.

13 février. Beaumarchais lit sa comédie « Le Barbier de Séville » chez le fermier général Lopès : « Un vieillard amoureux prétend épouser demain sa pupille mais un jeune amant plus adroit, le jour même, en fait sa femme ».

Chronique du blog (1). Beaumarchais l’insolent (1732-1799). Pierre-Augustin Caron prendra le nom de Beaumarchais en 1756.

20 février. Début du règne de Victor-Amédée III de Sardaigne (1726-1796).

24 février. Arrêt du conseil réorganisant le recouvrement de la capitation bourgeoise de Paris. Les loyers sont recensés par l’intendant Bertier et l’imposition est calculée de manière proportionnelle ; le rendement de l’impôt passe de 850 000 livres à 1 400 000 livres.

8 mars. Condorcet est élu « pensionnaire surnuméraire, adjoint avec survivance » au Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, Grandjean de Fouchy

22 mars. Rupture de la conférence de Bucarest. Reprise de la guerre russo-turque.

  • 7 juin : victoire des Russes du général Weissmann d’Alexandre Souvorov sur les Turcs à Karasou en Bulgarie.
  • 21-27 juin : les troupes russes de Piotr Alexandrovitch Rumyantsev passent le Danube.
  • 21 juillet : Le général russe Weissmann est tué par les Turcs à Kaïnardji. Piotr Alexandrovitch Roumiantsev est battu par les Ottomans à Silistrie et doit repasser le Danube.
  • 20 novembre : Pougatchev assiège Orenbourg. Les Cosaques de l’Oural, les serfs et les ouvriers de Bachkirie, Mordovie, Oudmourtie, de Touva, les Tatars et les Mariis se rallient. Catherine II de Russie charge Bibikov (dictateur de l’Est) de réprimer le soulèvement.
  • 21 octobre : échec des Russes devant Varna.
  • 21 novembre : Pougatchev subit un échec à Berda.
  • 26 décembre : Pougatchev bat les troupes régulières russes de Tchernychev sur les bords de la Sakmara.

7 avril. Paris : les loges maçonniques françaises sont réorganisées au sein du Grand Orient de France dans un vaste système relationnel hiérarchisé par les affiliations. Au nombre de 200 en 1773, elles passent à 300 en 1778, plus de 600 en 1789 avec 40 000 adeptes estimés.

27 avril. Vote du Tea Act, qui prend effet le 10 mai. La métropole tente de rétablir le régime de l’exclusive. Tout le trafic colonial passe sous contrôle britannique.

9 mai. Émeutes de la faim à Bordeaux.

11 juin. Diderot quitte Paris pour La Haye. Il est logé à l’ambassade de Russie, chez le prince Galitzine. 20 août, il arrive à Saint-Pétersbourg. Du 8 octobre au 5 mars 1774 : Diderot séjourne cinq mois à Saint-Pétersbourg à l’invitation de Catherine II de Russie. Il rédige à sa demande un projet pour l’organisation de l’enseignement en Russie.

Huit chroniques sur Diderot, dont chronique (2) : Diderot, dessine-moi une université ! Plan d’une université pour le Gouvernement de Russie (1775-1776), projet réalisé à la demande de Catherine II, impératrice.

13 juin. Espagne : le comte d’Aranda quitte ses fonctions de président du conseil de Castille sous l’influence du haut clergé pour devenir ambassadeur à Paris.

21 juin. Le Regulating Act prend force de loi. Il place les acquisitions indiennes sous l’autorité du parlement britannique. Calcutta devient la capitale des Indes britanniques.

3 juillet. La Comédie française reçoit la comédie Le Barbier de Séville de Beaumarchais, dans une version en 4 actes.

21 juillet. Le pape Clément XIV prononce la dissolution de la Compagnie de Jésus par le bref Dominus ac Redemptor. Il aurait été élu sur ordre des monarchies Bourbon en échange de l’engagement de supprimer la Compagnie. 

« Il y a alors 23 000 Jésuites, prêtres et frères, répartis en 39 provinces, en 1 600 résidences et 800 établissements d’enseignement. 15 000 d’entre eux se trouvent ramenés à l’état séculier et deviennent prêtres diocésains. Ils doivent abandonner leur postes d’enseignants.

Les collèges jésuites en Autriche sont attribuées aux piaristes, tandis que l’université de Prague en Bohême passe aux mains du clergé régulier. La Bibliothèque de Vienne, jusqu’alors entre les mains des jésuites, est donnée à l’université.

En Hongrie, on compte 7 collèges et 41 gymnases jésuites ainsi que plusieurs facultés à l’université de Nagyszombat et aux académies de Kassa et de Kolozsvár.

Frédéric II de Prusse (calviniste) et Catherine II de Russie (orthodoxe) refusent que le décret papal soit promulgué dans leurs États. Les collèges jésuites continueront à y fonctionner jusqu’au rétablissement de la Compagnie en 1814″.

Histoire de la chute des jésuites au dix-huitième siècle (1750-1782).

Chronique du blog (3). 1759-73. La fin des Jésuites ? La suppression de la Compagnie de Jésus, ordre religieux fondé par Ignace de Loyola en 1540, est prononcée par le pape Clément XIV en 1773.

Septembre. Le cardinal de Bernis est chargé de faire pressentir à Rome s’il serait possible de faire annuler le mariage de mademoiselle de Vaubernier avec le comte Guillaume Dubarry, sans succès. Le projet de mariage entre Louis XV et Madame du Barry échoue.

Chronique du blog (4). Mme du Barry, guillotinée fin1793. Dès la mort de Louis XV, son petit-fils et successeur Louis XVI, probablement influencé par sa femme, la jeune reine Marie-Antoinette et ses tantes, fait délivrer une lettre de cachet contre la comtesse du Barry.

11 septembre. Soufflot est nommé contrôleur général des bâtiments et embellissements de la ville de Lyon.

Chronique du blog (5). Paris. Soufflot, architecte de l’École de droit, construite de 1771 à 1773, ouverte en 1774 et inaugurée en 1783.

17 septembre. Le chef Cosaque Pougatchev (1742-1775) se proclame tsar sous le nom de Pierre III et promet aux paysans l’abolition du servage. Début de la Guerre des Paysans russes.

19-20 septembre. Révolte populaire à Palerme. Menacé, le vice-roi Fogliani quitte la ville. Ferdinand IV de Naples confie aux corporations le maintien de l’ordre public à Palerme. Un gouvernement provisoire est institué sous la présidence de l’archevêque Serafino Filangieri.

30 septembre. La Diète de Pologne ratifie le traité de Saint-Pétersbourg de 1772 sous la menace de nouvelles amputations. Tadeusz Reytan tente d’empêcher la légalisation de la première partition.

Chroniques du blog (6 et 7). La Pologne partagée, 1772, 1793, 1795. Suite de la chronique Pierre 1er le Grand et Catherine II : accéder à la mer Noire et à la mer Baltique.

Commentaires fermés sur 1773. 27 évènements, 12 chroniques

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AA. Le 18ème, année par année, C. Ile-de-France, D. Allemagne, E. Mobilité internationale, E. Sciences

26 évènements en 1749

26 évènements en 1749. Suite des chroniques sur le 18ème siècle, année par année.

Entre la guerre de succession d’Autriche (1740-1748) et la guerre de Sept ans (1756-1763), des volontés de réformes centralisatrices. Réforme fiscale en France, réforme institutionnelle en Autriche, création d’un cadastre en Espagne pour fixer le montant des impôts directs. Début des antagonismes provinciaux avec les États de Bretagne.

France.   Le vingtième est un impôt établi par le contrôleur général des finances Jean-Baptiste de Machault d’Arnouville, par lit de justice le 19 mai 1749, pour remplacer le dixième. Il désire établir un impôt direct touchant l’ensemble de la population (tiers-état, nobles et clergé) dont le montant correspond à 5 % (1/20) des revenus. Visant à amortir les dettes du Royaume, le vingtième entre en vigueur le 19 mai 1749, le jour même de son enregistrement, tandis que l’édit pour la suppression du dixième ne sera établi qu’à compter du 1er janvier 1750.

Autriche. Haugwitz reforme les institutions en séparant les affaires administratives de l’exercice de la justice : il crée un directoire administratif divisé en sept sections qu’il préside et une cour suprême présidée par le chancelier d’Autriche Seilern. L’administration et le financement de l’armée sont centralisés.  

Espagne. Ferdinand VI met en place un cadastre en Castille dans le but de remplacer les recettes provinciales par une contribution unique.

Huit Chroniques du blog

Fiscalité : création du vingtième par Machault d’Arnouville

Le Comte d’Argenson (1694-1764). Au renvoi de Maurepas, il se voit confier le département de Paris. Il fait dresser les plans des Champs-Élysées et de la place Louis XV.

Première variolisation à Genève. Les banquiers ont inventé un système de rentes viagères, limitant les risques financiers de la variolisation des enfants et intitulé Les Immortelles.

Diderot emprisonné au château de Vincennes (24 juillet au 3 novembre).

Mort d’Émilie du Châtelet.

Émilie du Châtelet, mathématicienne et philosophe, et qui fut un moment  la maitresse de Voltaire, est inhumée sous une dalle noire, dans l’église Saint-Jacques de Lunéville.

Couvent des Récollets (Strasbourg), édifié entre 1746 et 1749 par les architectes Gaspard-Théodore Rabaliatti et Charles Hiski.

La maison des Imlin, dynastie d’Orfèvres, 30 place Kléber (Strasbourg).

Chronologie 1749, mois par mois : 26 évènements.

4 janvier. Victoire navale des corsaires de Tripoli sur Venise au combat de Céphalonie.

8 janvier : naufrage de l’Amsterdam près de Hastings en Angleterre à la suite d’une tempête, lors de son premier voyage.

mars : rapprochement diplomatique entre l’Autriche et la France lors d’une Conférence secrète avec Königsegg, grand maître de la cour, Khevenhüller, grand chambellan, Bartenstein et Kaunitz.

23 avril. Charles Alexandre de Lorraine entre à Bruxelles après le départ des Français le 28 janvier.

24 avril : disgrâce du ministre de la Marine Maurepas, soupçonné de « poissonnade » contre Madame de Pompadour.

30 avril : Rouillé succède à Maurepas comme secrétaire d’État de la Marine

Commentaires fermés sur 26 évènements en 1749

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AA. Le 18ème, année par année, E. Arts Lettres Langues, E. Droit et Sciences politiques, E. Economie Gestion, E. Sciences

25 évènements en 1747

Suite des chroniques sur le 18ème siècle, année par année.

25 évènements en 1747, dont 4 principaux et 4 chroniques du blog.

  • Bulle Unigenitus, l’affaire des billets de confession. Opposition du Parlement, des Jansénistes et des Philosophes.
  • Dans la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748), les troupes royales françaises continuent de voler de victoire en victoire dans les Pays-Bas autrichiens.
  • École royale des ponts et chaussées, mise en place par Daniel-Charles Trudaine et Perronet.
  • De Machault d’Arnouville est contrôleur général des finances de 1745 à 1754. Pour financer la guerre, il augmente l’impôt dit le Dixième ; le clergé exempté de cet impôt accorde au roi un don gratuit de 11 millions de livres. Émission de 12 millions de rentes viagères à 10 %. Augmentation de la capitation (deux sols par livre), de quatre sols par livre  pour les  droits sur les ports, quais et marchés de Paris. Création d’une  nouvelle loterie royale.

7 janvier : la bulle Unigenitus. Un arrêt du Parlement de Paris ordonne la suppression d’un mandement de l’évêque d’Amiens La Motte qui a interdit à ses curés de donner les sacrements à tous ceux qui ne se sont pas soumis à la constitution Unigenitus. Le 17 février, le Parlement dans un nouvel arrêté rappelle sa doctrine relative à la bulle, mais le roi mécontent mande à Versailles une députation du Parlement pour le 22 février. Peu après un arrêt du Conseil casse l’arrêté du 17 février et réaffirme le caractère intangible de la constitution Unigenitus. Début de l’affaire des refus de sacrements ou des billets de confessions, dans le diocèse d’Amiens puis l’archevêché de Paris (1752). Dirigée contre les jansénistes, elle soulève la question du droit aux sacrements, tenu pour inaliénable et sacré.

10 janvier : disgrâce du Marquis d’Argenson, secrétaire d’État aux affaires étrangères, accusé notamment d’hispanophobie. Il est remplacé par le Marquis de Puysieulx. La ligne dure du régime demeure en vigueur avec le Comte d’Argenson, frère du marquis, resté ministre.

2 février : victoire française de Belle-Isle sur l’Autriche qui fait lever le siège d’Antibes ; les Austro-piémontais et les Anglais repassent le Var.

14 février : à la suite de la création du Corps des ponts et chaussées en 1716, un arrêt du conseil du roi décide le 14 février 1747 de la mise en place d’une formation spécifique des ingénieurs d’État, l’École royale des ponts et chaussées, mise en place par Daniel-Charles Trudaine et Perronet. Renaissance d’un réseau routier cohérent en France.

 23 février : Louis de France (18 ans en 1747), fils aîné de Louis XV (37 ans en 1747) et de Marie Leszczyńska, épouse, en secondes noces, Marie-Josèphe de Saxe, à peine âgée de 15 ans.

12 mars : l’assemblée du clergé réunie à Versailles accorde au roi un don gratuit de 11 millions de livres.

29 mars : naissance à Strasbourg de Jean-Laurent Blessig, prédicateur, responsable d’Église, professeur, philanthrope. Mort à Strasbourg, le 17 février 1816.

17 avril : le gouvernement français, qui pense détenir la supériorité stratégique aux Pays-Bas, rompt les conférences de paix tenues à Bréda et déclare la guerre aux États généraux des Provinces-Unies.

Avril : émeutes frumentaires à Toulouse. Fortes hausses des prix du blé à la suite de récoltes médiocres (1746-1747). Crise de mortalité consécutive, particulièrement dans l’Est et le Midi.

Commentaires fermés sur 25 évènements en 1747

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AA. Le 18ème, année par année, E. Sciences humaines et sociales

29 évènements en 1746

1746, 29 évènements, dont 5 principaux et 6 chroniques du blog.

  • Dans la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748), les troupes royales françaises continuent de voler de victoire en victoire dans les Pays-Bas autrichiens.
  • Louis XV dépense 750 000 livres pour offrir le château de Crécy à sa favorite, Madame de Pompadour.
  • La bataille de Culloden marque la fin des espoirs de restauration de la lignée des Stuarts sur les trônes d’Écosse et d’Angleterre.
  • Christophe de Beaumont, nouvel archevêque de Paris, lutte contre les jansénistes et les philosophes.
  • De Machault d’Arnouville est contrôleur général des finances de 1745 à 1754 : pour financer la guerre, il augmente l’impôt dit le Dixième (le Clergé et la Noblesse sont exemptés) et emprunte.

11 février. Démission du gouvernement Pelham au Royaume-Uni. Pelham et Newcastle veulent faire entrer William Pitt au gouvernement. Le roi refuse. Les ministres en place démissionnent et le roi ne peut les remplacer, devant la mauvaise volonté des Communes. Finalement, il doit céder et un nouveau ministère est constitué le 14 février avec Pitt, provisoirement comme vice-trésorier d’Irlande.

21 février. Prise de Bruxelles par le maréchal Maurice de Saxe.

24 février. Vienne, Marie-Thérèse d’Autriche a vendu le château aux jésuites pour 30.000 tolars afin de le transformer en un établissement d’enseignement (Collegium Theresianum). Comme il est stipulé dans les deux lettres impériales, elle voulait que l’établissement porte  le nom d’Académie impériale, basée sur le principe d’une sélection étroite qui devait correspondre à la recherche des meilleurs esprits des professeurs.

Avril. Convention de Dresde par laquelle la France achète la neutralité de la Saxe.

16 avril. La bataille de Culloden marque l’échec du quatrième des débarquements royalistes en Écosse, et la fin des espoirs de restauration de la lignée des Stuarts sur les trônes d’Écosse et d’Angleterre.

21 mai. Louis XV achète pour la somme de 750 000 livres au marquis de Crécy son château pour l’offrir à Madame de Pompadour. Elle charge l’architecte Jean Cailleteau et le paysagiste Jean-Charles Garnier d’Isle d’embellir son domaine. Elle commande au peintre François Boucher des trumeaux peints illustrant les arts et les sciences.

31 mai. Capitulation de la citadelle d’Anvers.

1er juin. Fondation à Mulhouse par Jacques Schmaltzer, Samuel Koechlin et Henri Dollfus de la première fabrique d’indiennes, toiles de cotons colorées, peintes ou imprimée.

2 juin. La Russie et l’Autriche s’allient contre la Prusse à (alliance défensive stipulant une aide de 30 000 hommes).

10 juin. Convention de Saint-Pétersbourg entre la Russie et le Danemark. Celui-ci fait l’acquisition du Holstein.

16 juin. Défaite des Espagnols et des Français commandés par Maillebois, à la bataille de Plaisance contre les Piémontais et les Autrichiens. La France et l’Espagne, qui occupaient la plaine du Pô, doivent se replier. Invasion de la Provence par les Autrichiens.

Commentaires fermés sur 29 évènements en 1746

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AA. Le 18ème, année par année, BA. Photos, E. Droit et Sciences politiques, E. Economie Gestion, E. Ingénierie, Architecture, E. Sciences humaines et sociales

1745. Cinq chroniques du blog

Sources additionnelles : 1745 en Europe et 1745 en France.

Évènements principaux. Répression du protestantisme calviniste. Premier mariage du dauphin. Sixième année de la guerre de Succession d’Autriche (victoire de Fontenoy). La duchesse de Pompadour, favorite de Louis XV. Machault d’Arnouville, contrôleur général des finances.

8 janvier. Guerre de Succession d’Autriche : quadruple Alliance de Varsovie entre l’Autriche, la Grande-Bretagne, les Provinces-Unies et la Saxe contre l’extension de la Prusse.

1er février. Une ordonnance condamne aux galères à perpétuité ceux qui assistent aux assemblées protestantes. La répression anti-huguenote reprend entre 1745 et 1752, marquée par des envois aux galères pour calvinisme, des exécutions de pasteurs (Grenoble, Montpellier, Toulouse) et des rebaptisations forcées dans la région de Nîmes (1751-1752). La répression s’adoucira après 1756.

23 février. Marie-Thérèse d’Espagne (1726-1746) épouse le Dauphin Louis de France (1729-1765) dans la chapelle du château de Versailles. Elle mourra en couches en 1746.

15 avril. Victoire autrichienne sur la France à la bataille de Pfaffenhofen.

22 avril. Traité de Füssen entre l’Autriche et la Bavière. À la mort de Charles VII (20 janvier), son fils Maximilien III Joseph, le nouvel électeur de Bavière, traite avec Marie-Thérèse dont l’époux, François de Lorraine, est élu empereur en septembre. Maximilien III Joseph renonce, pour lui et sa postérité, à toutes prétentions sur les États de la maison d’Autriche, en échange de la restitution des places conquises en Bavière par les Autrichiens.

7 mai. Traité d’Aranjuez entre la France, l’Espagne, Naples et Gènes.

11 mai. Victoire française à la bataille de Fontenoy (Flandre). L’armée française, placée sous le commandement du maréchal Maurice de Saxe, remporte une victoire difficile sur les armées britanniques, Hanovrienne, Hollandaise et Autrichienne aux ordres du duc de Cumberland, général britannique et troisième fils du roi George. La France peut conquérir les Pays-Bas autrichiens.

18 mai. Alliance de Leipzig entre l’Autriche et la Saxe conclue dans l’intention de reprendre la Silésie à la Prusse.

4 juin. Victoire de Frédéric II de Prusse sur l’Autriche à la bataille de Hohenfriedberg en Silésie. Il envahit immédiatement la Bohême puis la Saxe fin novembre.

7 juillet. Jeanne Antoinette Poisson, dame Le Normant d’Étiolles, est faite marquise de Pompadour. Présentée à la cour en février, elle devient maîtresse officielle du roi. Aidée par un petit cercle de conseillers personnels (les frères Paris, le duc de Richelieu, futur maréchal de France, le cardinal de Tencin et sa sœur, son médecin François Quesnay), elle exerce une grande influence sur le monarque, et gouverne véritablement jusqu’à sa disparition (1764). Elle fait disgracier le contrôleur général Philibert Orry, hostile aux Pâris.

9 juillet. Victoire française à la bataille de Melle.

11 juillet. Prise de Gand par les Français. Le château se rend le 15.

Second soulèvement en Écosse des Jacobites, partisans de Charles Édouard Stuart (Bonnie Prince Charlie), aux trônes d’Angleterre et d’Écosse. Charles Édouard Stuart débarque le 2 août, prend Édimbourg puis pénètre jusqu’au centre de l’Angleterre avec l’appui des tories.

Juillet-août. Les états de l’Enquête sur les facultés des peuples, lancée par le contrôleur général des finances Philibert Orry dans toutes les généralités du pays, sont remis à la Cour.

24 juillet. Un arrêt du conseil du roi accorde pour vingt ans à Charles Adam, prête-nom du marquis Orry de Fulvy, le privilège pour l’établissement de la Manufacture de porcelaine façon de Saxe, au château de Vincennes.

Commentaires fermés sur 1745. Cinq chroniques du blog

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AA. Le 18ème, année par année, C. Ile-de-France, E. Economie Gestion, E. Mobilité internationale

1701-1718. Traités de la Barrière

Traités de la Barrière. Source : citations de l’article de l’Encyclopédie des Gens du monde.

1701 (7 septembre). « Les Provinces-Unies, en concluant avec l’Angleterre et l’Empereur le traité d’alliance offensive appelé la grande alliance, et en déclarant en 1702 la guerre à la France et à l’Espagne (guerre de la succession d’Espagne), voulaient non seulement abaisser Louis XIV, mais surtout obtenir une barrière qui pût les protéger à l’avenir contre un ennemi puissant (art. 5 et 9).

1709 (29 octobre). Dès 1706, on avait essayé de jeter les bases d’un arrangement. Les conférences, plusieurs fois suspendues, furent reprises en 1709, sans que les ministres d’Autriche y fussent appelés ; et le premier traité de la Barrière fut conclu à La Haye en 21 articles, le 29 octobre l709. Les États-Généraux y garantissaient la succession britannique dans la ligne protestante (art. 2), et la Grande-Bretagne, de son côté, leur donnait (art. 6) le droit de tenir garnison dans Nieuport, Furnes, Ypres, Menin, Lille, Tournai, Condé, Valenciennes, le fort Knocke, et dans les villes que l’on pourrait conquérir sur la France. Aucune partie des Pays-Bas espagnols ne pouvait être donnée ou cédée à la France à quelque titre que ce fût (art. 12). Un article séparé promettait aux États, au nom de la Grande-Bretagne, la Haute Gueldre en toute souveraineté, et le droit de tenir garnison dans Liège, Huy et Bonn ».

Cliquer sur les images pour les agrandir

1711-1713. « Les négociations qui suivirent entre la France et l’Angleterre, faisaient prévoir une courte durée au traité de l709. En effet, le 30 janvier 1713, il fut conclu à Utrecht, entre la Grande Bretagne et les Provinces-Unies, un deuxième traité de la Barrière, en 16 articles, plus 2 articles séparés. Celui de 1709 y fut aboli et annulé (art. 1); la succession protestante en Angleterre garantie (art. 2). Les États-Généraux obtenaient le droit de tenir garnison dans Furnes, Ypres, Menin, Namur, Tournai, Mons, Charleroi, Gand les forts Knocke, la Perle, Philippe et Damme (art. 4), et de nommer les commandants de ces places (art. 7). On retranchait ainsi de la barrière fixée en 1709, Lille, Condé, Valenciennes. On renouvelait (art. 10) les stipulations relatives à l’exclusion de la France. Par suite des traités d’Utrecht, de Rastadt et de Bade, celui du 30 janvier 1713 devait être modifié » .

1715 (15 novembre). « Pour terminer toutes les difficultés, il fut tenu un congrès à Anvers, sous la médiation de l’Angleterre, qui envoya Cadogan pour la représenter. Les autres plénipotentiaires furent, pour l’empereur Charles VI le comte de Koenigseck, pour les Provinces-Unies le comte de Nechteren, van der Dussen et de Gockinga. Ce troisième traité, en 29 articles, fut signé à Anvers le 15 novembre 1715 ; les États-Généraux y remettaient à l’Empereur les provinces et villes des Pays-Bas, tant celles qui avaient été possédées par Charles II, que celles qui avaient été cédées par la France à la paix d’Utrecht; mais à la condition qu’elles ne pourraient être soumises qu’aux seuls successeurs des états de la maison d’Autriche (art. 1 et 2). L’Empereur accordait aux États-Généraux le droit de tenir garnison dans Namur, Tournai, Menin, Ypres, Furnes, Warneton et le fort Knocke (art. 4).

Commentaires fermés sur 1701-1718. Traités de la Barrière

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AA. Le 18ème, année par année, C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), E. Ingénierie, Architecture