Archives de Tag: Communication

9 bloqueurs, 14 vigiles

Strasbourg, mercredi 18 avril, 10 heures. Selon le communiqué de l’université, 12 bâtiments sont bloqués.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Mercredi 18 avril, 14 heures à 16 heures 30, je fais le tour des bâtiments du Campus de l’Esplanade et du Campus Historique. Je photographie. Le communiqué de l’université (12 bâtiments bloqués) n’est guère fidèle à la réalité : les deux campus sont hyper-paisibles, dans ces premières chaleurs d’un été précoce.

Le Portique, Faculté des Sciences du Sport, 14 heures.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales, Non classé

Conférence débat sur la loi ORE ?

Université de Strasbourg, lundi 16 avril, information presse. Blocage de l’université : le président décide de consulter l’ensemble des étudiants

« Des étudiants réunis en assemblée générale ce matin ont annoncé le blocage reconductible de l’ensemble des bâtiments de l’université à compter du mardi 17 avril.

Le président de l’université avait envoyé vendredi 13 avril un message aux étudiants. Il leur proposait de rencontrer les élus étudiants du CA et de la CFVU, ainsi que 3 ou 4 étudiants représentant l’assemblée générale. A ce jour, ces étudiants n’ont toujours pas pris contact pour répondre à cette invitation.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Enquête de l’OVE : report en 2020

Observatoire de la Vie étudiante, Lettre d’information n°84, avril 2018. Report et amélioration de la qualité de l’enquête nationale Conditions de vie des étudiants, dont la prochaine édition se tiendra au printemps 2020. Des enquêtes Flash sont prévues, la première en 2019

Texte intégral du communiqué OVE

Bizarre : parmi les raisons du report de l’enquête, ne figurent pas des raisons budgétaires. L’OVE devrait publier son budget et son compte financier pour les cinq dernières années.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Strasbourg. Blocage ? Dialogue ?

16 au 20 avril 2018 : semaine cruciale pour l’université de Strasbourg, pour les mouvements d’opposition ou d’adhésion à la loi Orientation et réussite des étudiants, à la procédure d’admission ParcourSup.

Le contexte : dernière semaine de cours du semestre, dernière semaine avant les vacances de printemps, deux semaines avant les dix semaines consacrées aux examens, aux rattrapages, aux corrections et aux jurys. Dix semaines : c’est presque la durée du second semestre ! A l’université, on passe presque autant de temps à contrôler les connaissances qu’à les dispenser (toutes les chroniques du blog sur les Modalités de Contrôle des Connaissances). C’est sûr : les diplômes délivrés ne sont pas « en chocolat ».

Lundi 16 avril. Nouveaux blocages (décision de l’AG  du 15 avril, cf. ci-dessous 1.) ? Ouverture du dialogue entre la présidence et l’AG des étudiants en lutte, les représentants étudiants dans les conseils centraux (cf. ci-dessous 2. message du président Michel Deneken) ? Blocage et/ou dialogue ? En points 2 et 4, actualisations du 16 avril.

Cliquer sur les images pour les agrandir

1. Nouveaux blocages ? J’ai participé à la première partie de l’assemblée des étudiants du jeudi 12 avril, le temps d’écouter une dizaine d’interventions étudiantes limitées à 3 minutes. J’ai été impressionné par le nombre de présents (l’amphi était plein), par la bonne organisation (un premier vote : les journalistes peuvent-ils prendre des photos, sauf de la zone protégée – étudiant(e)s ne souhaitant pas être photographié(e)s ; réponse largement favorable), par le respect des opinions minoritaires (en l’occurrence favorables à la loi ORE). J’ai noté une des interventions modérées : « oui, il faut s’opposer à la loi ORE, à la sélection qu’elle instaure, sélection sociale en particulier, mais dès lors c’est contre-productif d’insérer des fake-news dans les tracts (cette loi ne prévoit pas la fin de la compensation, la fin des rattrapages, l’augmentation des frais d’inscription) ».

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Ile-de-France

Les quatre silences de F. Vidal

Depuis le 31 mars 2018, nouvelle étape de la procédure d’admission ParcourSup. Les établissements, qui ont été l’objet d’au moins un vœu des élèves candidats à l’enseignement supérieur, ont accès à leurs dossiers, ont jusqu’au 21 mai pour les traiter, et devront faire des propositions à partir de cette date (acceptation ou refus de l’admission). Du 14 au 31 mars, les candidats au SUP avaient à constituer leurs dossiers et à confirmer leurs vœux. Le calendrier

Dans ce contexte, quatre silences de la Ministre Frédérique Vidal ne sont pas admissibles, surtout parce qu’ils émanent de quelqu’un qui a promis la transparence totale de la procédure d’admission.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), Non classé

Blocages et com’ de crise

Communications de crise ? Il me semble intéressant de signaler, dans le contexte de blocages restreints ou étendus, sept prises de position de présidents ou de conseils d’administration des universités concernées. Classement par ordre alphabétique.

1.Université de Lorraine. Blocage : message du président Pierre Mutzenhardt (10 avril). Extrait : « Hier, 9 avril 2018, une consultation auprès des étudiants du CLSH a permis de dégager une majorité de choix en faveur de la levée du blocage et du respect de calendrier des examens. A la suite de ces résultats, j’ai proposé à l’UNEF, ainsi qu’au comité de lutte dont elle fait partie, d’engager des discussions pour trouver une modalité de sortie de crise ne pénalisant pas les étudiants. Contactée, l’UNEF m’a informé que le comité refusait de former une délégation permettant de tenir des échanges productifs et qu’il refusait également de discuter des modalités d’une sortie de crise. Publiquement, l’UNEF et le comité, soutenus tout aussi publiquement par des partis politiques, ont déclaré maintenir le blocage sans perspective de date de levée. Dans ces conditions, la réouverture du campus demain ferait courir un risque majeur de confrontation entre étudiants. Les enseignements ne reprendront donc pas sur le campus ce mercredi 11 avril ».

2.Université de Montpellier Paul Valery. Le président Patrick Gilli et les examens à distance (6 avril). « Comme annoncé, les examens se sont tenus toute cette semaine et se tiendront les semaines prochaines à distance, pour la plupart d’entre eux. Nous avons été avisés qu’un recours déposé par la CGT, Solidaires Etudiants et Sud Education vise à mettre en cause la légalité de nos dispositifs d’examens à distance. En réalité, l’analyse de divers services juridiques consultés à ce propos nous conforte dans la pertinence et la légalité des décisions prises dans des circonstances exceptionnelles. Ni ce recours, ni une éventuelle fermeture du site ne sauraient remettre en cause la validité et la tenue des épreuves »… Contre-communiqué du syndicat de combat universitaire : Tout sur les examens à l’université Paul-Valéry

3. Université de Paris Nanterre. Trois communiqués du président Jean-François Balaudé dans la journée d’hier, 9 avril. « Dans un contexte de risques avérés au niveau national et local pendant tout le week-end, ce lundi 9 avril 2018 à 6h30, un groupe d’une trentaine d’individus non identifiés s’est introduit par effraction dans l’un des bâtiments de l’établissement. Ce groupe nous a fait parvenir au préalable dans la nuit de dimanche à lundi un texte anonyme d’annonce de l’occupation pour des raisons ayant peu de rapport avec la loi ORE. Des dégradations et tags « ACAB » évoquent une appartenance à des groupes radicaux. Parallèlement, les étudiant-e-s de Nanterre mobilisé-e-s contre la loi ORE ont entamé le blocage non-violent de cinq des six bâtiments de la barre historique, puis du bâtiment Ricœur »…

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Ile-de-France, C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), C. Occitanie (Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon), Non classé

CPU. Le bon petit soldat Roussel

C’est, à ma connaissance, la première fois en neuf ans de blog qu’un président de la CPU envoie une lettre publique et personnelle à ses collègues : 9 avril 2018, lettre du président Gilles Roussel aux présidentes et présidents d’université.

Cette lettre est profondément choquante, pour plusieurs raisons :

  • il s’agit d’une personnalisation du pouvoir au sein de la Conférence : lettre personnelle et non communiqué collectif (du bureau – un président et deux vice-présidents – ou du conseil d’administration ou encore de la réunion plénière mensuelle). Cette lettre démontre d’ailleurs un isolement au sein de l’organisation.
  • il s’agit d’un coup de couteau dans les statuts de la Conférence. La lettre est la reproduction de la communication ministérielle sur la réforme Orientation et Réussite des étudiants (chroniques du blog sur la loi ORE). Elle fait fi de l’indépendance de l’organisation à l’égard du pouvoir politique
  • il s’agit d’une lettre ridiculisant encore plus celui qui l’a écrite : « Pour que cette réforme soit une réussite et que l’on puisse accueillir tous les bacheliers qui veulent venir à l’Université, il faut y mettre les moyens ! ». Il faut oser écrire cette phrase quand on a laissé son université – l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée – connaître quatre déficits financiers successifs !

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France

UPEC. Une impasse aggravée

Huitième chronique sur l’élection de la présidence de Paris-Est-Créteil.

UPEC, conseil d’administration, vendredi 6 avril 2018. « L’université de Créteil (Upec) restera sans présidence. La troisième tentative d’élection à la présidence de l’UPEC est restée vaine. Les trois prétendants sont restés en lice durant les quatre tours de vote » (in 94.citoyens.com).

L’administratrice provisoire, Françoise Moulin-Civil, ex-rectrice et ex-présidente de l’université de Cergy Pontoise, devrait maintenant demander la démission des deux tiers des administrateurs pour pouvoir organiser l’élection d’un nouveau conseil d’administration.

Actualisation 10 avril. Monsieur, j’ai lu votre article avec grand intérêt. Je me permets de vous demander une rectification. En effet, vous indiquez : L’administratrice provisoire, Françoise Moulin-Civil, ex-rectrice et ex-présidente de l’université de Cergy Pontoise, devrait maintenant demander la démission des deux tiers des administrateurs pour pouvoir organiser l’élection d’un nouveau conseil d’administration.

Cette phrase est erronée car Françoise Moulin Civil ne demande pas et ne peut pas demander la démission des deux tiers des administrateurs car le choix d’organiser un quatrième scrutin ou de démissionner revient entièrement aux administrateurs et que rien n’a encore été décidé dans un sens ou dans l’autre. Lors du prochain CA ordinaire prévu le 13 avril prochain, Mme Moulin Civil fera le point sur la situation avec les administrateurs.

Je vous remercie de bien vouloir corriger cette mention et suis à votre disposition si besoin. Cordialement, Bénédicte Ray – Le Corre, directrice adjointe de la communication en charge des médias et des partenaires.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. Ile-de-France

Paris Diderot. Scrutin insincère ?

Sixième chronique sur l’élection des conseils centraux et de la présidence de l’université Paris Diderot (5 avril 2018). Les 5 chroniques précédentes.

Courriel reçu le 28 mars 2018. « Depuis plusieurs semaines, la sincérité du scrutin du 5 avril qui doit décider de notre avenir est remise en cause. Alors que plusieurs choix s’offrent à nous, la présidence de l’établissement exerce sur les électeurs une pression qui menace la libre expression de la volonté du corps électoral. La présidence sortante elle-même candidate à ces élections n’a pas à utiliser sa fonction pour intervenir au profit de son propre projet.

La communication et la multiplication de réunions « institutionnelles » organisées par la présidence sortante pour mettre en œuvre sa proposition qui est elle-même une part de l’enjeu de cette élection, constituent une atteinte à la sincérité du scrutin. Nous pouvons citer entre autres la réunion du 21 mars avec tous les directeurs de composantes de Paris 5 et Paris 7 ou encore la réunion du 28 mars avec les organisations syndicales ».

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France, E. Ingénierie, E. Médecine Pharmacie, E. Sciences

Paris Diderot : l’opposition

Cinquième chronique sur les élections aux conseils centraux de l’université Paris Diderot. Les 4 chroniques précédentes.

Deux listes en présence dans les deux collèges enseignants pour conquérir 16 sièges sur 36 au Conseil d’administration. Quand le CA sera au complet, sa première séance sera consacrée à l’élection de la / du président (e). Deux candidats en présence. Christine Clerici est candidate à sa réélection.

La liste « Unis, Construisons l’Avenir » soutient la candidature à la présidence de Maximilien Cazayous, professeur de physique (depuis 2012), membre du Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsabilités exercées dans Paris Diderot:

  • 2014- 2017 Vice-président de la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire
  • 2012- 2014 Président du conseil des enseignements de l’UFR de Physique
  • 2007-2012 Membre élu du Comité National Universitaire (28ième section)
  • 2007-2011 Membre élu du conseil d’UFR de Physique de l’Université Paris Diderot

Le plus marquant dans la profession de foi de l’opposition à la direction sortante est l’évolution en matière de regroupement d’établissements.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France, E. Médecine Pharmacie, E. Sciences