Archives de Catégorie: E. Sciences

UPEM : Gilles Roussel m’a tuer !

Gilles Roussel est président de l’université Paris Est Marne-la-Vallée (UPEM) et président de la Conférence des Présidents d’Université. Il souhaite faire un second mandat à la tête de la CPU : Gilles Roussel s’accroche. Il n’aura pas d’adversaire et dès lors il ne prend même pas de temps de communiquer sa profession de foi. Mépris pour les électeurs, présidents d’université ou directeurs de grande école. L’élection – le plébiscite – aura lieu le 16 décembre.

Gilles Roussel, c’est une première dans l’histoire des universités contemporaines, a décidé de saborder son université, de la faire disparaître dans un ensemble qui portera le nom d’Université Gustave Eiffel. Ensemble expérimental dans le cadre du projet d’ordonnance relative à l’expérimentation de nouvelles formes de rapprochement, de regroupement ou de fusion des établissements d’enseignement supérieur et de recherche (cf. ma chronique du 12 octobre 2018 : des rapprochements à la carte).

J’ai enseigné 9 ans dans cette université (1999 à 2008) : je n’imaginais que je recevrai, aujourd’hui et après dix ans de retraite, un tel coup de poignard dans le dos.

Ce sabordage est révélé par une dépêche de News Tank Higher Education de ce jour (article n°134396, cf l’image ci-dessous). L’UPEM, dans l’université Gustave Eiffel, perdra sa personnalité morale. Elle disparaîtra donc dans une université dominée par l’IFSTTAR et par les quatre Grandes écoles qui entreront dans cette fusion (celles-ci perdront-elles leur personnalité morale ? Le rapport de mission le proposera ou non).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France, E. Ingénierie, E. Sciences, Non classé

Regroupements : attention, danger !

En projet : ordonnance sur les regroupements, liée à la loi pour un État au service d’une société de confiance (ESSOC). Elle devrait permettre aux établissements (universités et écoles d’une même territoire) d’expérimenter de nouvelles formes de regroupement. Lire aussi ma chronique du 12 octobre 2018 : des rapprochements à la carte.

Pas si simple ! La Conférence des Doyens et Directeurs des UFR Scientifiques des Universités Françaises a publié un communiqué (18 octobre 2018) : Mise en garde contre les projets précipités ou hors-sol.

Un profond mouvement de transformation des structures universitaires est à l’œuvre, notamment impulsé par les différents appels des programmes d’initiatives d’excellence : IDEX, ISITE, EUR, NCU… La CDUS a largement démontré sa capacité de proposition en répondant activement à plusieurs appels, et les Facultés scientifiques sont des moteurs sur tous les sites où elles sont présentes.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans E. Ingénierie, E. Sciences

Fête de la Science (6-14 octobre)

Programme de la Fête de la Science dans le Bas-Rhin du 6 au 14 octobre 2018.

Huit pages pour présenter les évènements, à Strasbourg évidemment, mais aussi dans huit autres villes du département.

Cliquer pour agrandir les images

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. PACA Corse, E. Sciences

2018-2019. Année de la Chimie

Année de la chimie de l’école à l’université (2018-2019)

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

L’année sera marquée par deux événements d’ampleur internationale à Paris :

Le 50ème congrès bisannuel de l’UICPA du 5 au 12 juillet 2019

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France, D. Suisse, E. Ingénierie, E. Sciences

Oslo. Egil Spangen, physicien

Mon ami Egil Spangen, physicien norvégien, est décédé à Oslo. Mort d’un cancer dans sa 88ème année. Mort dans la sérénité, pouvant ainsi demander aux médecins de ne pas prolonger inutilement les soins.

Une cérémonie d’hommage aura lieu demain, dans l’affection de ses amis et des siens, de son épouse, Anne-Lise Hostmark-Tarrou, de leurs enfants et petits-enfants. Nous leur adressons, Cécile et moi, toutes nos amitiés.

Cliquer sur les images pour les agrandir

C’est en 1995 que je rencontre Egil pour la première fois. A Oslo. Son épouse, Anne-Lise, professeur en Sciences de l’éducation, participe en effet au projet Européen EVALUE (Évaluation et auto-évaluation des universités en Europe). A cette date, Egil est déjà en retraite. Je sens tout de suite que c’est un homme à la fois chaleureux et réservé (… sans doute parce qu’il pense ne pas parler assez bien le français !).

2017. Poussan (Hérault)

Bien sûr, à chaque rencontre, en Norvège ou en France, nous discutons de l’évolution politique, économique et universitaire de nos deux pays.

2005. Paris lors de notre mariage

2010. Pezenas

Deux temps dans la carrière universitaire d’Egil. Une première partie classique : docteur en sciences physiques, professeur à la Faculté des Sciences d’Oslo, il devient un jour responsable du département de physique (il s’intéresse d’ailleurs à l’Histoire de la Faculté des Sciences).

S’engage alors une autre carrière : celle d’un administrateur pour l’ensemble de la Faculté des Sciences, à temps plein et jusqu’à la retraite. Cette mobilité d’un statut à l’autre, d’une fonction à une autre est possible et non pénalisante en Norvège. En France, les enseignants-chercheurs qui, de fait, n’enseignent plus quand ils ont des responsabilités administratives importantes, cherchent à conserver un cumul de revenu jusqu’à la retraite. Le système de changement de statut est plus transparent en Norvège.

Parmi ses nouvelles fonctions, Egil devient « le » spécialiste des régimes de retraites de l’enseignement supérieur et de la recherche, régimes par répartition. Au fil de nos discussions, j’ai compris qu’il valait mieux être retraité en Norvège qu’en France. Et encore, c’était avant l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République !

En retraite, Egil ne coupe pas les ponts avec l’université d’Oslo ou, plutôt et dit autrement, l’université continue à mobiliser l’expertise de ses anciens (Egil est ainsi associé à plusieurs missions en Afrique, en Tunisie, au Mali). Elle les accueille dans ses murs, les protégeant de l’isolement qui menace avec les années de retraite qui s’accumulent. Plusieurs fois par mois, Egil prenait sa moto et partait à l’université y retrouver avec bonheur ses « copains ». Ils étaient toujours chez eux dans l’université.

2007. Oslo, Parc de Vigeland

Anne-Lise, Egil et la France. Ils y venaient plusieurs fois par an. Quand les enfants étaient petits, ils avaient acheté une maison à Poussan dans l’Hérault. Deux jours de voyage en voiture depuis Oslo. Une étape en Alsace à Sélestat, dans l’Hôtel aux murs peints en rose. Nous l’avons retrouvé avec eux. Émotions.

Egil avait de multiples passions, intellectuelles (il était un grand lecteur) et gastronomiques (les vins français, les fruits de mer). Il était d’une exceptionnelle générosité, ouvrait pour nous d’excellentes bouteilles, recommandées ou offertes par Christian.

Avec Egil aimait garder la mémoire des moments importants. La photographie : une passion commune.

2009. Reims

2013. Lanzarotte

2011. Devant le Palais universitaire de Strasbourg

La dernière photo, Poussan, août 2017. Anne-lise et Cécile sont parties « faire les boutiques » des artisans d’art à Pézenas. Egil et moi déjeunons en tête à tête dans la petite pizzeria du village. Il se prépare à me prendre en photo.

Egil, mon ami Egil, notre ami Egil, te voilà parti et, tu le sais, tu nous manques déjà. Nous viendrons à Oslo nous recueillir sur ta tombe.

Tu as vécu une vie que tu as aimée. Tu as été heureux et tu as toujours voulu faire plaisir aux autres. Tu as été professeur d’université et responsable administratif et tu es toujours resté modeste. Tu t’es accroché pour parler de mieux en mieux le français et j’ai découvert ainsi une autre de tes qualités : tu avais de l’humour, beaucoup d’humour. Un atout pour mener une vie d’honnête Homme.

Merci pour tout, mon ami Egil !

Poster un commentaire

Classé dans B. Photos, D. Europe (autres), E. Sciences

La gnomonique et la cathédrale

jeudi 16 août 2018, promenade, à pied et en transports en commun, pour faire découvrir Strasbourg à un neveu, son épouse et leur trois enfants. C’est la première fois qu’ils visitent l’Alsace.

La cathédrale (montée à la tour), la promenade sur la berge de l’Ill vers la Petite France, le barrage Vauban, la passerelle des deux rives, le Parlement européen (fermé).

Rentré chez lui, Matthieu nous a envoyé ce message : « pour se coucher moins bête ce soir, j’ai cherché l’explication des 3 cadrans solaires de la cathédrale. Le premier à gauche donne l’azimut et la hauteur du soleil, celui de droite l’heure du lever et coucher du soleil ». La source : André E. Bouchard, Les cadrans solaires de la cathédrale de Strasbourg, Le gnomoniste, Volume 10, n°1, mars 2003, 6 pages. Ces cadrans solaires sont visibles de nouveau, après restauration (pour plus d’infos, consulter : Le chantier de restauration du bras Sud du transept (2016-2019).

La gnomonique (du grec gnomon, indicateur) est l’art de concevoir, calculer et tracer des cadrans solaires

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie, E. Sciences

Présider l’X. Même pas auditionné !

Suite de la chronique du 14 avril 2018 : Candidat pour présider le Conseil d’administration de l’X

Alexandre Moatti m’a fait part de sa candidature et m’a communiqué le texte de sa profession de foi (20 pages). Il est âgé de 58 ans, ancien élève de Polytechnique (X78), ingénieur en chef des Mines (1983), docteur en Histoire de Paris 1 Sorbonne (CV détaillé en pages 17 à 20). Au cœur de son projet pour Polytechnique : l’ingénieur scientifique.

Signe d’un mépris et d’une arrogance sans pareille du comité de sélection : Alexandre Moatti n’a même pas été auditionné ! On peut penser que c’est parce que son projet ne correspondait pas à la volonté politique du moment : « L’école polytechnique et le président de son conseil d’administration devront à ce titre être des acteurs majeurs du regroupement des grandes écoles du quartier de l’École polytechnique du campus Paris-Saclay, annoncé par le Président de la République le 25 octobre 2017 ». Alexandre Moatti voulait exactement le contraire : que l’école Polytechnique et l’université Paris XI Orsay soient dans un même regroupement.

Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans C. Ile-de-France, E. Ingénierie, E. Sciences

Davantage de places en CPGE ?

Vœux ParcourSup 2018. CPGE : 114 966 candidats (+11,7 % par rapport à 2017).

Davantage des places en CPGE à la rentrée ? La création de places ne se fait pas d’un coup de baguette magique. Il faut anticiper leur localisation, leur nombre, leurs spécialités, leurs locaux dans les classes supérieures des lycées, les enseignants disponibles, les emplois du temps…

Anticiper : c’est ainsi que le Bulletin officiel du 3 mai publie, lycée par lycée, la liste des CPGE des filières scientifique, économique et commerciale et littéraire pour l’année universitaire 2018-2019. Les 46 pages d’annexe ne permettent pas de savoir si de nouvelles classes prépas ont été créées pour la rentrée 2018.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales

9 bloqueurs, 14 vigiles

Strasbourg, mercredi 18 avril, 10 heures. Selon le communiqué de l’université, 12 bâtiments sont bloqués.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Mercredi 18 avril, 14 heures à 16 heures 30, je fais le tour des bâtiments du Campus de l’Esplanade et du Campus Historique. Je photographie. Le communiqué de l’université (12 bâtiments bloqués) n’est guère fidèle à la réalité : les deux campus sont hyper-paisibles, dans ces premières chaleurs d’un été précoce.

Le Portique, Faculté des Sciences du Sport, 14 heures.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales, Non classé

Paris Diderot. Élections : les PV

Christine Clerici, présidente de l’université Paris 7 Diderot depuis 2014, a gagné les élections du 5 avril 2018. Elle sera facilement réélue pour un second mandat. Combien de temps celui-ci durera-t-il ? Cela dépendra de la date de création du nouvel établissement Université de Paris, regroupant Paris Diderot, Paris Descartes et Institut National de Physique du Globe. En 2019 ou plus tard ? Christine Clerici se portera-t-elle alors candidate à la présidence du futur établissement ?

Arrêté proclamant les résultats de l’élection des représentants des personnels au Conseil d’administration de l’université Paris Diderot. Scrutin du 5 avril 2018

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France, E. Médecine Pharmacie, E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales