Archives de Catégorie: C. Rhône-Alpes Auvergne

Le travail étudiant en confinement

Le travail étudiant en période de confinement, Elsa Martin et Simon Paye, Université de Lorraine, UFR SHS Nancy, département de sociologie, avril 2020, 22 pages.

Extraits du rapport. « Ce compte-rendu d’enquête vient s’ajouter à ceux déjà publiés par des collègues des universités de Grenoble, de Nanterre, de Dauphine, de Paris 8, ainsi que de Rennes 2.

A Nancy, le conseil de formation de l’Université de Lorraine a indiqué que des possibilités d’examen à distance sont bien réelles et opérationnelles. Il appartient à chacun d’adapter l’évaluation au regard des possibilités offertes.

Nous souhaitions avant tout vérifier s’il était possible pour tous les étudiants de poursuivre leurs études à distance et sans interaction en présentiel avec leurs enseignants et leurs camarades de promotion. Sont abordés ici les aspects matériels de la question du travail à distance, ce qui constitue à nos yeux une des bases essentielles pour l’appréhender sereinement.

Quelques résultats de l’enquête.

  • 89 étudiants sur 299 n’ont pas répondu au sondage. Les problèmes identifiés dans ce compte-rendu, calculés sur les seuls répondants au sondage, sont sans doute sous-estimés
  • Seuls 17,6% des répondants déclarent avoir une connexion stable, rapide et illimitée
  • Près de la moitié (44,8%) disent rencontrer des problèmes de connexion sur une ou deux des dimensions (stabilité, rapidité et quantité illimitée)
  • Plus d’un tiers des répondants (37,6%) n’ont pas de connexion individuelle ou, s’ils en ont une, cumulent les trois problèmes de connexion (instabilité, lenteur et limitation)

Les décisions relatives au maintien des évaluations du deuxième semestre ou du calendrier universitaire ne peuvent faire l’économie des faits qui sont ici exposés.

Il convient pour finir de rappeler que ce sondage sur les conditions matérielles de travail à distance n’a traité que des dimensions techniques du problème. En ce sens, nous n’abordons ici que la partie visible de l’iceberg.

 La dégradation des conditions d’études et de travail liée à l’assignation à domicile provient également de la détérioration des conditions de vie (économiques, sociales, psychologiques) et de l’atomisation des enseignants et des étudiants ».

Commentaires fermés sur Le travail étudiant en confinement

Classé dans BH. Universités et COVID 19, C. Bretagne Normandie, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Ile-de-France, C. Rhône-Alpes Auvergne, E. Sciences humaines et sociales

Patrick Levy, ex-président, à gauche

Suite de la chronique : Municipales 2020. 7 ex-présidents. Cinq d’entre eux (1. Yvon Berland, 3. Alain Beretz, 4. Richard Lioger, 5. Luc Hittinger, 6. Jean-Emile Gombert) se présentent sur une liste LREM. Le 6ème, Pascal Olivard, se classe lui-même : « centriste ouvert ». Patrick Levy est le seul qui se positionne clairement à gauche.

Patrick Lévy, « né le 16 juillet 1954, est docteur en médecine depuis 1982 et pneumologue depuis 1983. Depuis 1989, il est professeur des universités et praticien hospitalier et a enseigné à partir de 2002 la physiologie à l’université Joseph Fourier à Grenoble.

En 2012, il succède à Farid Ouabdesselam à la présidence de l’université Joseph Fourier.

En 2013, les trois universités grenobloises souhaitent établir une université unique. Le décret de fusion est signé le 11 septembre 2015, pour une fusion effective le 1er janvier 2016.

Décembre 2015. Patrick Levy est élu président de la Comue (Communauté d’universités et établissements) Université Grenoble-Alpes ».

11 janvier 2018. Il est élu président de l’université Grenoble-Alpes pour une durée de deux ans

 1er janvier 2020. L’université Grenoble-Alpes et la Communauté Université Grenoble Alpes deviennent un établissement public expérimental qui intègre, en tant qu’établissement-composante, l’Institut polytechnique de Grenoble), l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble, l’Institut d’études politiques de Grenoble.

1er janvier 2020. Yassine Lakhnech est élu président de l’UGA

Au 1er janvier 2020, Pascal Levy est âgé de 65 ans et demi. Se met-il en retraite avant d’entrer dans la campagne pour les élections municipales ?

25 janvier 2020. Olivier Noblecourt, à la tête de Grenoble Nouvel Air, présente sa liste complète pour les Municipales de mars prochain à Grenoble (59 noms), France Bleu Isère.

Commentaires fermés sur Patrick Levy, ex-président, à gauche

Classé dans C. Rhône-Alpes Auvergne

Lyon 1. Des élections pour rien ?

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Pourquoi organiser des élections aux conseils centraux de Lyon 1 Claude Bernard (elles ont eu lieu le 6 février 2020 : résultats dans la chronique à suivre) et à la présidence de cette université (elle aura lieu le 9 mars 2020) quand on sait d’avance que les mandats des administrateurs et du président seront écourtés, à cause du projet d’Université cible ?

Pourquoi la nécessite d’élections ? Les deux schémas ci-dessous illustrent un contexte et un calendrier inédits dans l’histoire des universités françaises.

  • Nécessité d’élections parce que les mandats des administrateurs et du président sortant, Frédéric Fleury, sont arrivés à échéance.
  • Nécessité d’élections parce que le projet de statuts de l’Université cible n’a pas été voté en décembre 2019, entrainant l’impossibilité de publier au 1er janvier 2020 le décret créant la dite-université.
  • Pour éviter une vacance de gouvernance, il aurait donc fallu que le ministère nomme un administrateur provisoire à Lyon 1. Il ne l’a pas fait.
  • Nécessité d’élections parce que le projet d’Université cible peut encore évoluer parce qu’il n’est pas encore clair pour toutes et tous, et en particulier pour les deux candidats qui s’affrontent pour accéder à une présidence de courte durée : Frédéric Fleury, président sortant, et le virologue Bruno Lina veulent encore débattre, le gagnant espérant pouvoir peser davantage sur les votes des administrateurs pour mettre en œuvre « son université cible à lui ».

Un autre évènement important s’est imposé à Université Lyon 2020, obligeant ces élections ubuesques : c’est l’IDEX Université de Lyon. Le schéma ci-dessus en indique le très long calendrier, faute d’accord au fil du temps entre toutes les parties a priori concernées : labellisation en février 2017 mais il a fallu attendre décembre 2018 pour parvenir à l’accord de Consortium. En 2019, Lyon 2 Louis Lumière a maintenu son hostilité à la fusion. L’INSA Lyon s’est retiré du projet d’université-cible en fin d’année 2019.

Contre toute attente, le gouvernement, sur avis du jury international, a confirmé, le 28 novembre 2019, la labellisation de février 2017. La cohérence aurait été que le jury y fût hostile puisque Lyon 2 et l’INSA Lyon étaient sortis du projet.

Deux communiqués commentent l’avis favorable. Le 1er est de la-dite Université de Lyon 2020, le 2nd émane de Frédéric Fleury, président sortant de Lyon 1. Le 1er ne précise pas une chose importante : laquelle ! Quiz en 5 secondes !

Commentaires fermés sur Lyon 1. Des élections pour rien ?

Classé dans C. Rhône-Alpes Auvergne

Fabienne Blaise, rectrice depuis 2018

7 février 2020. Sale temps pour les Recteurs. Conseil des ministres du 5 février 2020 : six mesures d’ordre individuel (nomination ou promotion de rectrices et recteurs d’académie). Pourquoi six professeurs, anciens présidents d’université, acceptent-ils d’être recteur ?

  • alors que le projet de réforme des retraites est particulièrement pénalisant pour les personnels enseignants et non enseignants de l’ESRI
  • alors que la réforme Blanquer du Baccalauréat accentue les inégalités sociales
  • alors que le statut des enseignants-chercheurs est menacé par la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

2ème exemple. Promotion pour Fabienne Blaise, rectrice de l’académie de Grenoble, nommée rectrice déléguée pour l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation de la région académique Grand Est.

  • Lire aussi Sophie Béjean, rectrice de l’académie de Strasbourg, promue super-rectrice en Occitanie et rectrice de Montpellier

Fabienne Blaise a été présidente de l’université de Lille III de mai 2012 à décembre 2017 (lire la chronique). La trajectoire, qui l’a menée tardivement (à 55 ans) à une présidence d’université, est tout à fait atypique. Elle n’a été ni vice-présidente de l’université, ni membre d’une équipe présidentielle, ni directrice de composante, ni même élue dans un conseil central. Son expérience en matière de responsabilités de recherche est pourtant imposante tant au niveau local que national et surtout dans le champ de la recherche à la direction de l’UMR Savoirs et Textes, à la direction de le MESHS (Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société Lille, Nord de France) ?

Syndiquée au SNESUP bien avant sa première élection à la présidence de Lille III, élue en 2012 et réélue en 2016 avec le soutien du SNESUP, syndicat de gauche, pourquoi et quand Fabienne Blaise a-t-elle « tourné sa veste » ? Je laisse les lectrices et les lecteurs faire des hypothèses sur le Pourquoi. La concurrence est sévère entre les Hommes présidents pour participer à la « Lutte des places » ; elle est, de fait, moindre entre les Présidentes.

Dès la fin de son premier mandat et au début du second, la présidente de Lille 3 fait des choix qui la positionnent nationalement et la font donc connaître.

  • Février 2015. Elle est, avec deux autres présidents, l’auteur du rapport Disciplines rares. Une discipline rare peut-elle être une discipline en décroissance (en crise, en voie de disparition…) ou une discipline en émergence… Aller plus loin…
  • Décembre 2016. Elle est élue au Bureau CPU. Profession de foi. « Gilles Roussel est élu président de la Conférence des présidents d’université, en séance plénière, avec ses deux vice-présidents, Fabienne Blaise et Khaled Bouabdallah, président de l’Université de Lyon. Élus au premier tour à 82 voix sur les 94 votants, 130 inscrits. Profession de foi du bureau de la CPU (11 pages) Unité et collégialité, pour une CPU encore plus forte.
  • 2017. Fabienne Blaise, présidente d’une université SHS, ne refuse pas, comme d’autres universités de même type (Bordeaux, Lyon, Montpellier, Rennes), la fusion avec les deux autres universités lilloises. Préparée sous la gauche, la fusion est actée quelques mois après l’élection d’Emmanuel Macron. Le décret de création de l’université de Lille est paru le 11 septembre 2017 pour mise en œuvre le 1er janvier 2018. De plus, Fabienne Blaise accepte de ne pas candidater à la présidence de l’université fusionnée. Aller plus loin…

Ainsi Fabienne Blaise a construit un profil national, mais la position est fragile. Elle sait qu’elle ne sera plus jamais présidente d’université et donc qu’elle ne sera plus jamais vice-présidente de la CPU. Elle transforme cette fragilité en atout : elle est disponible pour une autre mission politique : elle sera Rectrice d’Académie. A droite comme à gauche, il y a accord pour une parité dans les nominations.

27 avril 2018. Fabienne Blaise, ex-présidente de l’université de Lille 3, nommée rectrice de l’académie de Grenoble. Un mois après le limogeage de Claudine Schmidt-Lainé, l’académie de Grenoble a trouvé sa nouvelle rectrice. Le conseil des ministres a en effet désigné Fabienne Blaise, à la tête du Rectorat, le 27 avril dernier.

Fabienne Blaise accepte, dois-je dire « sans vergogne » et « sans compassion », de remplacer une rectrice limogée. Mais qu’a fait Claudine Schmidt-Lainé pour subir cette sanction pour abus de confiance ? Sanction qui précède l’ouverture d’un procès en correctionnelle. Depuis quand une sanction s’applique-t-elle alors que l’affaire de référence n’a pas encore été jugée ? le 1er jugement fait d’ailleurs l’objet d’un appel en septembre 2018. Trois articles de presse relatent cette histoire tristissime (3 pages). Quid du jugement en appel ? Je ne l’ai pas trouvé/ Help svp.

11 septembre 2018. Fabienne Blaise. « Ces réformes profondes vont dans le sens de l’Histoire », L’essor Isère, Caroline Thermoz-Liaudy.

Nommée pour la première fois rectrice, dans l’académie de Grenoble, le 27 avril, Fabienne Blaise a fait sa première rentrée des classes. Une rentrée plutôt sereine selon ses termes malgré le train des réformes bien lancé. Réformes auxquelles elle adhère, non pas par dévotion envers le ministère, assure-t-elle, mais par conviction. Son crédo : l’égalité des chances.

Fabienne Blaise, c’est votre première rentrée dans l’académie de Grenoble en tant que rectrice, pouvez-vous tracer votre parcours avant cela ?

J’ai été professeur de langue et littérature grecque. J’ai dirigé quelques unités mixtes de recherche, laboratoires sous la tutelle du CNRS et le l’université Lille 3. J’ai d’ailleurs été la première femme élue directrice à ce poste, ce dont je suis fière. J’ai aussi dirigé une maison des sciences de l’Homme qui fédérait tous les laboratoires de sciences humaines et sociales de cette même région lilloise. En 2012, j’ai été élue présidente de l’Université Lille 3, où je me suis attelée avec les deux autres présidents à la fusion des universités. J’ai été réélue en 2016, au moment où la fusion a été effective. Et en même temps, j’ai travaillé avec Patrick Lévy et Lise Dumasy (respectivement président et ancienne présidente de l’UGA, NDLR) à monter un dossier Idex. Contrairement à Grenoble, Lille n’a pas eu l’Idex mais l’Isite. Mais c’était une concurrence amicale, car à mon sens, s’il n’avait dû y avoir qu’un Idex, il aurait été pour Grenoble.

Entre temps, j’ai été contacté plusieurs fois pour être rectrice. Ce n’était jamais le bon moment, jusqu’à cette dernière proposition. Et si je n’ai jamais eu de plan de carrière, j’ai l’impression que cette mission de rectrice est la dernière pièce qu’il fallait assembler. Vraiment, cette fonction m’épanouit ».

31 août 2019. Fabienne Blaise, rectrice d’académie : je ne crains pas la rentrée scolaire, je la fais, Le Dauphiné, Jean-Benoît Vigny. Deux mois après une fin d’année tendue, les enseignants ont fait leur rentrée ce vendredi 30 août. Fabienne Blaise, rectrice de l’académie, fait le point.

5 février 2020. Fabienne Blaise est promue Rectrice du Grand-Est, rectrice de Nancy. Dans deux ans, après de bons et loyaux services pour la Macronie, elle pourra prendre sa « retraite à l’âge pivot ».

Le jeu des chaises musicales est sans fin. Hélène Insel est nommée rectrice de l’académie de Grenoble. Elle était précédemment rectrice de l’académie de Reims depuis septembre 2015.

Après un doctorat en Sciences économiques soutenu en 1991, Hélène Insel est nommée maîtresse de conférences en sciences économiques à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne (1991-1994) puis obtient l’agrégation des universités en économie en 1994. Elle est successivement Professeure à l’université d’Angers (1994-1996), à l’université d’Évry-Val d’Essonne (1996-2005), puis à l’université Paris-XIII.

CV de Fabienne Blaise à jour sur EducPros.

Commentaires fermés sur Fabienne Blaise, rectrice depuis 2018

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Rhône-Alpes Auvergne

Présidente F. Blaise, 2012 à 2017

7 février 2020. Sale temps pour les Recteurs. Conseil des ministres du 5 février 2020 : six mesures d’ordre individuel (nomination ou promotion de rectrices et recteurs d’académie)

  • Promotion pour Fabienne BLAISE, rectrice de l’académie de Grenoble, nommée rectrice déléguée pour l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation de la région académique Grand Est.

I. 2012-2016. Premier mandat de Fabienne Blaise à la présidence de l’Université de Lille 3 Sciences Humaines et Sociales

17 mai 2012. Présidente Fabienne Blaise, élue le 12 mai 2012 à l’âge de 55 ans. Son blog. CV Université de Lille jusqu’à 2012. Un CV de cette époque

Née à Valenciennes en 1957, elle est professeur en langue et littérature grecque depuis 2007 et directrice de la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société Lille Nord de France depuis 2008.

Extraits de la chronique. La trajectoire qui a mené Fabienne Blaise à la présidence de Lille 3 est tout à fait atypique. Elle n’a été ni vice-présidente de l’université, ni membre d’une équipe présidentielle, ni directeur de composante, ni même élue dans un conseil central. Son expérience en matière de responsabilités est pourtant imposante tant au niveau local que national et ce depuis de nombreuses années, surtout dans le champ de la recherche à la direction de l’UMR Savoirs et Textes, de l’édition et de la valorisation des Humanités.

Mais pourquoi donc candidater à la présidence d’une université alors qu’on est devenu enfin professeur et surtout quand on est directrice d’une MSH ? Fabienne Blaise l’explique avec une grande honnêteté et tonicité dans sa profession de foi. « La situation actuelle m’oblige à cette décision, au nom de tout ce que m’a apporté notre communauté universitaire. Depuis quelques années, j’observe en effet avec inquiétude l’évolution de l’université Lille 3« .

Les objectifs du mandat présidentiel : « relever le défi de structurer la recherche en sciences humaines et sociales dans la région…, peser fermement dans la constitution de l’université de Lille…, défendre une ligne claire, où la recherche interdisciplinaire et sur programme ne doit pas faire oublier qu’elle ne peut exister sans recherche disciplinaire forte et sans soutien ferme et récurrent aux laboratoires…, concevoir recherche, formation et devenir des étudiants comme indissociables ».

« J‘ai appris que rien ne peut se faire si l’on n’accepte pas de s’exposer – même si cela nous met parfois en danger – en énonçant ses modalités d’action, au sein de son équipe et au-delà de cette équipe. C’est là, selon moi, assumer ses responsabilités de présidente sans tomber dans la personnalisation à laquelle incite la loi LRU ». Courage Présidente Blaise !…

Juin 2012. Mensuel du SneSUP, n°606, page 20. Une présidente à Lille 3. « Nous avons présenté des listes communes dans les collèges A ,B et C. La liste SNESUP-SGEN-CFDT est arrivée largement en tête dans les deux collèges enseignants, et nous avons également obtenu un élu dans le collège BIATOS, ce qui donnait à cette alliance 12 sièges sur 22 au CA ».

« Fabienne Blaise est syndiquée de longue date au SNESUP. Elle était bien connue de la section, puisqu’elle a fait la majeure partie de sac arrière dans notre établissement. Agrégée de Lettres depuis 1991, élève du philologue Jean Bollack, elle est devenue professeure de langue et littérature grecques en 2007, après avoir été recrutée comme maître de conférences en 1995″.

Commentaires fermés sur Présidente F. Blaise, 2012 à 2017

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), C. Rhône-Alpes Auvergne, Non classé

Lyon 2. Candidate à un 2nd mandat

Les élections aux conseils centraux de l’université Lyon 2 Lumière auront lieu les 25 et 26 mars 2020.

Pour l’instant, pas davantage d’information en ligne. Il semble que celles-ci ne soient accessibles qu’après authentification. Si cela se confirme; il faudra dénoncer l’absence de transparence : les candidats aux conseils centraux et à la présidence doivent pouvoir être connus de tous les citoyens. L’université n’est pas une société secrète.

La présidente élue en 2016, Nathalie Dompnier, candidatera à un second mandat. CV avec la liste de ses publications.

Commentaires fermés sur Lyon 2. Candidate à un 2nd mandat

Classé dans C. Rhône-Alpes Auvergne

Privatisation d’EM Lyon

L’enseignement supérieur privé se porte bien, très bien, comme l’indique l‘indicateur 09.03 de l’état de l’Enseignement supérieur. La croissance des inscriptions est continue et forte depuis 2000. Un exemple récent : celui de l’École de Management de Lyon.

Philippe Gattet, Directeur d’Eudes Xerfi Canal, novembre 2019, vidéo de 4’04

C’est une déflagration qui risque de provoquer des réactions en chaîne sur les grandes écoles de commerce, voire au-delà… Après s’être transformée en société anonyme, l’École de Management de Lyon vient d’ouvrir largement son capital à des financiers. Il s’agit de Qualium Investissement, société de gestion de portefeuille soutenue par la Caisse des Dépôts, et de Bpifrance. But de l’opération ? Prendre le relais de la CCI locale dont les ressources financières se tarissent en apportant des fonds propres pour financer l’ambitieux plan de développement de l’école de management, y compris d’éventuelles opérations de croissance externe. Bref, il s’agit de sortir l’emlyon de l’impasse financière dans laquelle d’ailleurs toutes les grandes écoles sont entrées.

1 commentaire

Classé dans C. Rhône-Alpes Auvergne, E. Economie Gestion

Plaque photographique et Art

Trois ans et demi après le colloque international, parution de l’ouvrage, La plaque photographique. Un outil pour la fabrication et la diffusion des savoirs (XIXe – XXe siècles), sous la direction de Denise Borlée et Hervé Doucet, Presses Universitaires de Strasbourg, collection Cultures visuelles, 430 pages, septembre 2019.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Deux chroniques d’Histoires d’universités (extraits ci-dessous)

Lire la suite

Commentaires fermés sur Plaque photographique et Art

Classé dans BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Ile-de-France, C. Rhône-Alpes Auvergne, E. Arts Lettres Langues

Lyon. Évincé sans aucun égard

De ma vie d’universitaire et de ma vie de blogueur, je n’ai jamais lu un courrier d’une telle violence, adressé par un président (celui de la COMUE Université de Lyon, Khaled Bouabdallah) à son adversaire, le professeur Hughes Benoit-Cattin, seul autre candidat à la présidence de la COMUE.

Trois jours après sa réélection à la tête de la COMUE, KB a fait le ménage sans attendre et sans vergogne : « j’ai pris la décision de mettre un terme à la convention régissant votre mise à disposition comme directeur du projet Fabrique de l’innovation ; votre mission s’achève à compter de ce jour ».

Un style glacial : Monsieur et non Cher collègue. Aucun mot de remerciement pour une mission exercée durant 4 ans. Aucun entretien préalable à l’éviction. Et tant pis pour le directeur général des services qui doit faire le sale boulot de mise à la porte. Lire la suite

Commentaires fermés sur Lyon. Évincé sans aucun égard

Classé dans C. Rhône-Alpes Auvergne, Non classé

Lyon. Bouabdallah, président à vie ?

Suite de la chronique Lyon, Khaled Bouabdallah recherche emploi. Blog IDEXIT,  9 juillet 2019. L’Université de Lyon manque une occasion de se renouveler

Blog IDEXIT

« Ce mardi 9 juillet, le nouveau Conseil d’administration de la ComUE devait élire son président, pour un mandat de 4 ans.

Face au multi-récidiviste Khaled Bouabdallah, Hugues Benoit-Cattin rappelait la nécessité de reconnecter l’Université de Lyon au terrain et de reconquérir la confiance des communautés, mais sa candidature a été écartée par 27 voix contre 11« .

Commentaire. KB, président jusqu’à la retraite ? Il en a certainement l’envie. Ce qui est sûr à mes yeux : ce n’est plus un enseignant-chercheur depuis belle lurette. Il ne fait plus que du management. Le directeur général des services fait ce job, avec davantage de compétences certifiées. Il pourrait revendiquer la 1ère place dans la COMUE !

Lire la suite

Commentaires fermés sur Lyon. Bouabdallah, président à vie ?

Classé dans C. Rhône-Alpes Auvergne