Archives de Catégorie: C. Pays de Loire

L’UBL, ça gonfle énormément

L’université Bretagne-Loire, c’est désormais 31 établissements. Elle gonfle énormément. A quand la suite ? 31 établissements pour quel succès au Programme d’Investissements d’Avenir ? Un seul I-SITE, à Nantes. Pas d’-SITE à Rennes. Pas d’I-SITE à Brest. L’UBL, une baudruche déjà dégonflée ?

Février 2017. « 10 établissements se sont engagés à rejoindre l’Université Bretagne Loire en signant des conventions les liant à cette communauté de destin qui fête son premier anniversaire.

L’Université Bretagne Loire fédère depuis un an les 7 universités de Bretagne et Pays de la Loire, ainsi que 14 grandes écoles et 5 organismes de recherche.

Cette communauté d’universités et établissements (ComUE) a pour objectif de développer le potentiel scientifique et académique de ce territoire au niveau national et international.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. Bretagne Normandie, C. Pays de Loire

UBL’O, Lettre d’info de l’UBL

UBL’O, la lettre d’info avec vue sur l’Université Bretagne-Loire, n°1, février 2017.

p1000511Cliquer sur l’image pour l’agrandir

UBL’O, la lettre d’info avec vue imprenable sur le président de l’UBL, Pascal Olivard (photo).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Bretagne Normandie, C. Pays de Loire

Saint-Guénolé de Batz-sur-Mer

Saint-Guénolé, Batz-sur-Mer (Loire-Atlantique). Sources et citations : Wikipédia ; Saint Guénolé, fondateur de l’abbaye de Landevennec ; panneaux explicatifs dans l’église.

Deux albums : entre brume et soleil (26 photos : la côte, l’extérieur de l’église), intérieur de l’église (29 photos).

p1510689Cliquer sur les images pour les agrandir

Histoire de l’abbaye

945 (vers). « Alain Barbetorte, duc de Bretagne, reconquiert l’Armorique occupée par les normands. En reconnaissance à Jean, abbé de Landevennec, il lui fit don de l’église, datée du VIème siècle, et de l’île de Bath-Wenran. L’abbaye, fondée au Vème siècle par Guénolé (mort en 504), conserva la charge de la paroisse jusqu’en 1660″.

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, B. Photos, C. Pays de Loire

Angers. 15 tableaux du musée

Musée des beaux-arts : album de 38 photos (15 peintures)

« Le Musée est abrité par le Logis Barrault est le plus ancien hôtel particulier de la ville, regroupe un ensemble de bâtiments, construits au fil des siècles. Il fut édifié entre 1486 et 1493 par Olivier Barrault serviteur du roi, trésorier de Bretagne. L’Hôtel a accueilli de grands hôtes de passage : Louis XII et Anne de Bretagne, César Borgia, Marie de Médicis… Cette dernière, veuve d’Henri IV, en devint la propriétaire. En 1598, l’Édit de Nantes, en fait édit de pacification, est préparé à Angers par Henri IV au Logis Barrault. En 1673, le logis Barrault devient propriété du clergé, et est transformé en grand séminaire » (source Wikipédia).

Anonyme, école flamande, La Vierge allaitant l’Enfant Jésus, vers 1520. « Le thème de la Vierge allaitant, la Panagia Galactotrephousa, est d’origine byzantine. Sa popularité dans l’Europe des XVème et XVIème siècles s’explique peut-être par l’image plus humaine et intime qu’il offre des personnages de l’histoire sainte. Ce petit triptyque étant vraisemblablement une œuvre de dévotion privée, il n’est pas étonnant d’y retrouver un tel thème »  (cartouche du tableau).

p1510356Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire moderne, C. Pays de Loire

Angers. Tenture de l’Apocalypse

La tenture de l’Apocalypse d’Angers (1373-1382), par Liliane Delwasse, Éditions du Patrimoine, réédition 2014, 68 pages. Dimensions originelles de la tapisserie : six pièces mesurant chacune plus de 23 mètres de long sur 6 mètres de haut, soit une longueur totale de plus de 140 mètres. Album de 39 photos, prises le 27 août 2016.

Bonnes feuilles de l’ouvrage de Liliane Delwasse (page 14). L’Anjou est à ce moment-là un puissant duché, tampon entre la Bretagne et la France. Jean le Bon (1319-1364) a eu quatre fils : Charles V (1337-1380), duc de Normandie, puis roi de France, Louis 1er (1339-1384), duc d’Anjou, Jean (1340-1416), duc de Berry, et Philippe II Le Hardi (1342-1404), duc de Bourgogne. Ils ont grandi dans l’atmosphère cultivée et raffinée de la cour des Valois, entourés de musiciens, de poètes et de peintres. Ils ont tous aimé les belles choses, ont favorisé les arts, multipliant les commandes, vénérant les artistes et se plaisant à collectionner bijoux précieux et manuscrits rares dans une heureuse émulation.

1-premier-sceau-le-vainqueur-au-cheval-blancLe vainqueur au cheval blanc (cliquer sur les images pour les agrandir)

Le roi Charles V le Sage reconstruit et embellit le Louvre, et crée la Bibliothèque royale, ancêtre de la Bibliothèque nationale ; le duc de Berry est resté célèbre pour les manuscrits somptueusement enluminés de ses Heures, joyaux de sa « librairie », une des plus riches d’Europe. Philippe de Bourgogne fait élever près de Dijon la Chartreuse de Champmol, collectionne tapisseries, tableaux, dessins et miniatures. Louis d’Anjou, lui, possède une exceptionnelle collection d’orfèvrerie riche de plus de trois mille six cents pièces dont il ne restera rien, l’argenterie ayant été fondue pour payer les frais considérables de la guerre de Cent ans. A l’âge de 25 ans, ce prince possède soixante-seize tapisseries de grandes dimensions, achetées dans les meilleurs ateliers.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, C. Pays de Loire

Angers. Le château (13ème)

Le château d’Angers (édification au 13ème siècle), sa chapelle (début 15ème). Album de 33 photos.

p1510046Cliquer sur les images pour les agrandir

Source Wikipédia. En 1214, après la bataille de Bouvines et celle de la Roche-aux-Moines, le roi de France Philippe Auguste confisque l’Anjou à Jean sans Terre et réunit la province au domaine royal, ce qui rapproche alors les frontières royales plus près du duché de Bretagne, lequel ne dissimule pas son hostilité au royaume de France. Les Bretons parviennent à prendre Angers en 1227 mais en sont rapidement chassés par les troupes de la régente Blanche de Castille et Louis IX. Blanche entame peu de temps après la construction d’une forteresse royale. Pour la mener à bien, les chanoines de Saint-Laud ainsi qu’une partie des habitants de la ville sont expulsés afin de pouvoir ériger une forteresse étendue sur 2,5 hectares… Pour l’édification du château, le trésor royal verse plus de 5 000 livres, et un impôt est levé sur les bourgeois d’Angers.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, C. Pays de Loire

Auto-promotion à Angers

29 septembre 2016, actualisation de la chronique du 26 septembre. Angers. Le président de l’université vivement critiqué, in  Angers maville. Le président dans la tourmente in Ouest France

img_1681Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Commentaire sur le blog, reçu le 25 septembre 2016. « Auto-promotion à l’université d’Angers. Nous vivons un grand moment dans l’histoire de l’Université Française.

p1510322Cliquer sur les images pour les agrandir

Le CAC de l’université d’Angers a voté sur la présidence et la composition d’un comité de sélection pour le recrutement d’un PU en sciences de gestion au titre de l’article 46.5, destiné à l’ISTIA, une école d’ingénieurs de l’université. En clair, pour recruter le nouveau président, qui n’a pas son HDR et pas non plus de publication depuis 18 ans… N’a jamais dirigé de thèse.

Comme ce poste a un rattachement recherche dans un laboratoire de robotique et de mécanique, la création d’un PU de gestion paraît quand même exagérée.

Lire la suite

4 Commentaires

Classé dans C. Pays de Loire, E. Economie Gestion

La formation des paludiers

Un centre de formation des paludiers unique en France, Ouest France, septembre 2013. Album de 26 photos à Kervalet et Batz sur Mer (31 août 2016). Lire aussi Collégiale St-Aubin (Guérande).

Place du marché, à La Turballe, est implanté un centre unique en France, celui qui forme les paludiers (au nord de la Loire), saulniers ou sauniers (au sud), qui exerceront leur activité sur tout le territoire, non seulement dans la presqu’île mais aussi à Noirmoutier ou sur l’île de Ré. 85 % des paludiers en exercice ont suivi les cours du centre de La Turballe, qui constitue un des maillons essentiels pour la survie et la vitalité de la filière.

p1510691Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Pays de Loire, Non classé

Collégiale St-Aubin (Guérande)

Collégiale Saint-Aubin (Guérande). Deux albums : extérieur (33 photos), intérieur (44 photos). Suite des chroniques sur l’Art médiéval.

p1510706Cliquer sur les images pour les agrandir

Saint-Aubin, né en 468 dans la région de Vannes ou de Guérande, fut évêque d’Angers, il osa affronter avec courage le roi Childebert. Fait rarissime, il fut l’auteur de miracles durant son vivant. La ferveur populaire dont il fut l’objet lui valut la canonisation six ans après sa mort, en 550. L’intervention miraculeuse survenue en 919, lors de l’invasion des Vikings, figure sur un vitrail de la Collégiale : la population réfugiée dans l’édifice, vit apparaître un chevalier blanc qui l’a incitée à partir à l’assaut de l’ennemi qu’elle chassa vers la mer (Source, Wikipédia, Aubin d’Angers).

p1510817Saint-Aubin, la basilique de Salomon. Après la translation des reliques de Saint-Aubin d’Angers, un bâtiment plus grand est construit à la fin du IXe siècle ou au Xe siècle. Cet édifice sera très rapidement entouré d’un cimetière entre le Xe siècle et le XIIe siècle (Source, Wikipédia, Collégiale Saint-Aubin).

Saint-Aubin, la collégiale romane. Vers le milieu du XIIème siècle furent jetées les fondations d’une nouvelle construction qui est aujourd’hui conservée et forme le bas de la nef de Saint-Aubin. Ce monument se compose de cinq travées à cintre brisé, dont la dernière est en tiers-point.

copie-de-p1510743

Les arcs reposent sur des piliers alternativement ronds en forme de colonne, et composés de quatre demi-piliers en forme de colonne, autour d’un noyau central. Le dernier arc repose d’un côté sur un pilier engagé. Les chapiteaux sont les uns godronnés, les autres historiés (photos) ; ces derniers représentent des scènes de torture. Ils sont surmontés de tailloirs supportant la tombée des voûtes. Les bases circulaires reposent sur des plateaux de même forme et sont reliés ensemble, dans les piliers composés, par des griffes demi-sphériques.

Un doubleau termine cette nef romane, lequel porte comme décoration des dents de scie et les premières traces des crochets du XIIIème siècle. Au-dessus des arcades était un triforium reconstruit aujourd’hui dans le style du XIIIème siècle, mais qui avant cette reconstruction portait tous les caractères du XIIème siècle. Cette phase débutée après le milieu du XIIe siècle se termine par la construction de la façade principale au XIIIe siècle (photos) (Source, Infobretagne, Église de Guérande).

Saint-Aubin, la collégiale gothique. Après le Sac de Guérande par les troupes de Louis de La Cerda en 1342 dans le cadre de la guerre de succession de Bretagne, la Collégiale ruinée est reconstruite à partir de 1380 en style gothique : le transept sud et la crypte au XIVe siècle, le transept nord est repris ensuite puis le chœur et le chevet sont reconstruits au XVe siècle. Certaines parties du vitrail de Saint-Pierre seraient du XIVème siècle (photo : martyre du Saint)

p1510784

Au XVIe siècle : pose des vitraux de Saint-Aubin (photos) et de Saint-Julien, puis XVIIe siècle : pose du grand vitrail du couronnement de la vierge, au centre du chevet (photos). Source, Wikipédia, Collégiale Saint-Aubin.

p1510804

Le vaisseau de l’église actuelle mesure 68 mètres de long sur 25m de large. L’église a la forme d’une croix latine défigurée par l’addition de nombreuses chapelles. Le chevet est plat (photos) et terminé par trois grandes baies. La nef est flanquée de deux collatéraux qui se prolongent de chaque côté du chœur derrière lequel ils sont reliés par un passage formant une sorte de déambulatoire sous la dernière travée du chœur, beaucoup plus large que les autres et s’en distinguant par la forme cintrée de son arc. Les chevets du transept sont également plats. Source, Infobretagne, Église de Guérande.

Côté Nord, à l’emplacement de l’ancien cimetière, sculptures de Nicolas Federenko : une procession silencieuse d’anciens guérandais, rappelant le caractère sacré des lieux (photos).

copie-de-p1510728

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, C. Bretagne Normandie, C. Pays de Loire

Angers. Une rentrée et 47 photos

Université d’Angers : 47 photos du samedi 27 août 2016.

Jean-Paul Saint-André, professeur des universités et praticien hospitalier (PU/PH), a été président de l’université d’Angers de 2012 à 2016. Atteint par la limite d’âge, il ne pouvait se présenter à un second mandat.

p1510328Cliquer sur les images pour les agrandir

Son premier vice-président, Christian Roblédo, lui a succédé en début d’année. Il l’a emporté dans les deux collèges enseignants : 5 sièges sur 8 au Conseil d’administration dans le collège des professeurs, 6 sur 8 dans le collège B des maîtres de conférences, soit 11 sièges sur 16. Deux chroniques du blog : 16 janvier 2016, Angers : pour qui voter ? ; 23 janvier 2016, Christian Roblédo, président d’Angers.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Pays de Loire, E. Arts Lettres Langues