Archives de Tag: Bacheliers

Les quatre silences de F. Vidal

Depuis le 31 mars 2018, nouvelle étape de la procédure d’admission ParcourSup. Les établissements, qui ont été l’objet d’au moins un vœu des élèves candidats à l’enseignement supérieur, ont accès à leurs dossiers, ont jusqu’au 21 mai pour les traiter, et devront faire des propositions à partir de cette date (acceptation ou refus de l’admission). Du 14 au 31 mars, les candidats au SUP avaient à constituer leurs dossiers et à confirmer leurs vœux. Le calendrier

Dans ce contexte, quatre silences de la Ministre Frédérique Vidal ne sont pas admissibles, surtout parce qu’ils émanent de quelqu’un qui a promis la transparence totale de la procédure d’admission.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), Non classé

Loi ORE. Le Recteur et le Président

Patrick Hetzel, député LR de Saverne (67) et ancien directeur de la DGESIP, a donné une interview à l’AEF. La question finale a porté sur la loi Orientation et Réussite des Étudiants : L’autre grande actualité du moment est le vote de la loi ORE et la mise en place de Parcoursup. Comment jugez-vous ce qui est sorti du Parlement ? Patrick Hetzel s’inquiète des ambiguïtés de la loi en matière de rapports entre l’autorité académique et la présidence d’université. L’autonomie des universités pourrait être de plus en plus battue en brèche.

Patrick Hetzel. « Je pense que c’est une occasion manquée, car nous ne sommes pas allés au fond des choses. On a voulu résoudre un problème juridique – et réel -, celui du tirage au sort, et on a créé un nouveau monstre juridique. Frédérique Vidal a dit dans l’Hémicycle, en réponse à une question que je lui avais adressée sur le sort des étudiants handicapés, que les recteurs pourraient inscrire ces derniers où ils le voudraient. Or, cela est juridiquement impossible ! L’autonomie juridique des établissements d’enseignement supérieur existe, comme l’a encore dit récemment le TA saisi par Paris-II.

Le texte de la loi ORE ne tranche pas entre autonomie de l’établissement et pouvoir du recteur. Mais juridiquement, le recteur n’a pas le pouvoir d’imposer une inscription. Un jour, un président d’université qui ne voudra pas se laisser imposer quelque chose pourra déposer un recours au TA. Le législateur a été lâche : in fine, c’est le juge qui prendra la décision, là où il aurait dû y avoir une décision politique. Il fallait trancher ce débat dans l’hémicycle. Mais cette question était le chiffon rouge des organisations étudiantes, et le législateur a joué sur l’ambiguïté. C’est de la procrastination, et c’est potentiellement explosif ».

Patrick Hetzel a raison. Les articles de la loi dédiés au pouvoir de l’autorité académique sont bien plus nombreux que je ne me le rappelais. Et pourtant personne ne parle des différents quotas fixés par cette autorité pour les différents types d’inscription. Opacité, manque de transparence.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

643 800 bacheliers en 2017

Résultats définitifs de la session 2017 du baccalauréat : 79,1% d’une génération est titulaire du baccalauréat, Fanny Thomas, DEPP, Note d’information, N°18.03, mars 2018, 4 pages

Résumé. « Avec 732 700 candidats et 643 800 bacheliers, le taux de réussite atteint 87,9 % à la session 2017 : 90,6 % en général, 90,4 % en technologique et 81,5 % en professionnel. Il diminue très légèrement dans la voie technologique, et de façon plus marquée dans les voies générale et professionnelle en recul de près d’un point ».

Cliquer sur les images pour les agrandir

« La proportion de bacheliers dans une génération fluctue entre 78 % et 79 % depuis quatre sessions. Elle augmente très légèrement cette année (+0,3 point), la hausse dans la voie générale étant partiellement compensée par la baisse dans la voie professionnelle. Elle atteint 79,1 % en 2017″.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France

La fiche Avenir a disparu

Je ne m’étais pas rendu compte : la Fiche Avenir, pièce a priori importante du dossier de l’étudiant candidat à une formation post-bac, a disparu des radars. Elle ne figure ni dans la loi ORE du 8 mars 2018, ni dans ses décrets d’application, ni dans le nouveau calendrier (cf l’image jointe).

Ai-je raison ? Si oui, je n’ai jamais vu un tel micmac depuis la création du blog en 2009. Grave échec de la communication sur ParcourSup : des informations non stabilisées ont été diffusées ; de graves inégalités sociales ont été introduites dans l’accès à « l’information finalement vraie ».

Cliquer sur les images pour les agrandir

La saisie des vœux sur ParcoursSup est terminée. La deuxième phase de ParcourSup se déroule du 14 mars au 31 mars 2018, comme l’indique le Vadémécum envoyé aux lycées en novembre 2017 (chronique du blog du 17 novembre 2017, Plan étudiant : la fiche Avenir).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

ParcourSup. Vœux et calendrier

Projet de décret et d’arrêté (mars 2018). Règles de fonctionnement de la procédure nationale de préinscription Parcoursup. Le texte définit notamment le calendrier de la procédure, les modalités d’expression des vœux par les candidats et l’organisation des phases de la procédure.

En principe, les décrets et arrêtés ont pour but de préciser la mise en œuvre de la loi, quelquefois jusque dans les plus grands détails. Pour ParcourSup, de nombreuses précisions sont apportées, mais elles ont plutôt l’effet d’embrouiller les choses.

Modalités d’expression des vœux. Le nombre de vœux demeure limité à dix, ce qui était annoncé depuis le début. Mais… il y a aussi, dans certains cas, dix vœux supplémentaires, des vœux multiples et des sous-voeux. Par contre, rien n’est dit dans le décret d’une hiérarchisation des vœux rendue possible pour les candidats mais qui ne serait pas portée à la connaissance des établissements recruteurs.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

CAEN accueille tous les bacheliers

Lettre de Pierre Denise, président de l’Université de Caen Normandie, à ses chers Collègues. Commentaires critiques de cette lettre en fin de chronique.

« La loi Orientation et Réussite des Étudiants (ORE) a été adoptée le vendredi 16 février 2018 par les deux chambres du Parlement. Elle fait suite à l’aberration et à l’illégalité du tirage au sort dans les licences en tension.

Se pré inscrire aux formations de l’université de Caen

La loi ORE comporte des dispositions qui ont fait débat pendant sa préparation, et sur lesquelles, avec d’autres présidents d’université, nous sommes intervenus pour prévenir les risques notamment relatifs aux stratégies de sélection que pourraient déployer certains établissements : déclinaison locale des attendus et des critères d’appréciation, fin de la préférence académique, absence de hiérarchie des vœux, prise en compte des débouchés professionnels dans la détermination des capacités d’accueil. Malgré l’introduction de dispositifs pour encadrer ces pratiques potentiellement concurrentielles, la plus grande vigilance s’impose.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Bretagne Normandie

Inégalités professionnelles H/F

À quels moments les inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes se forment-elles ? Karine Briard, Emmanuel Valat, DARES, février 2018, 61 pages.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Tout est simple pour les simples…

Tout est simple pour les simples… (texte en pdf). A propos du projet de loi Orientation et Réussite des Étudiants, libre opinion de Patrice Brun, professeur d’Histoire grecque, université Bordeaux Montaigne, président de cette université de 2009 à 2012.

« Sélection ! » affirment les uns. « Orientation ! » rétorquent les autres. Dialogue de sourds comme notre pays et notre système universitaire en ont l’habitude. Tant d’arguments aussi péremptoires les uns que les autres ont déjà été échangés à propos d’une réforme en cours que l’on hésite à les reprendre, même en y mettant toutes les nuances voulues.

Pourtant, on aurait pu penser qu’un certain consensus s’établirait autour d’un constat, qui n’est tout de même pas très brillant à certains égards. Même pas… On a vu sortir des chiffres, agrémentés de réflexions du style « toutes les études montrent » – ce qui dispense d’en citer une seule – ou sortis d’offices et officines fort discrètes jusque-là. Les uns parlent de moins de 40% d’étudiants réussissant leur première année à l’université – mais dans des filières pré-choisies ; les autres de 80 % obtenant un diplôme de l’enseignement supérieur – escroquerie intellectuelle notoire puisque ce diplôme-là est le baccalauréat… Évidemment, personne ne parle des mêmes étudiants, ni des mêmes cursus, chacun prenant ce qui l’intéresse et le sert. Quant à APB, il est voué aux gémonies par les uns qui mettent en avant les exemples de tirage au sort dans certaines disciplines, mais les autres lui trouvent à présent des qualités telles, qu’au révélé de tant de vertus jusqu’alors insoupçonnées, on se demande si tout le monde parle du même système. Dialogue de sourds porté à l’extrême entre les zélateurs du « toujours oui » à des réformes dès lors qu’elles nous font sortir d’un système qui ne marche pas et les sectateurs du « toujours non » à des réformes dès lors qu’elles nous font sortir d’un système qui ne marche pas – mais qui marcherait à coup sûr mieux avec quelques milliards en plus ; entre les « réformateurs » à tout crin qui taxent toute modification d’insuffisante et d’inutile et les « conservateurs » de profession qui y voient l’évidence d’une atteinte – toujours « sans précédent » – au service public, la lutte rhétorique, frisant souvent la logorrhée, fait rage.

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes)

2021. Un baccalauréat remusclé (!)

Sur le site du Ministère de l’éducation nationale, communiqué de Jean-Michel Blanquer

Baccalauréat 2021 : un tremplin pour la réussite

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

« Le baccalauréat est une grande institution républicaine. Le baccalauréat 2021 lui redonne son sens et son utilité avec un baccalauréat remusclé et un lycée plus simple, plus à l’écoute des aspirations des lycéens, pour leur donner les moyens de se projeter vers la réussite dans l’enseignement supérieur ».

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé

ParcourSup. Lorraine veut rassurer

Pourquoi l’université de Lorraine communique-t-elle sur ce qui change et sur ce qui ne change pas pour ses 72 licences, avec la modification du mode d’admission dans l’enseignement supérieur (ParcourSup au lieu d’APB) ?

Saisie des vœux sur ParcoursSup commencée depuis 4 semaines (fin de cette saisie dans cinq semaines). L’université de Lorraine me paraît douter de son attractivité. Ses dirigeants suivent au jour le jour la saisie des vœux pour les 4 villes où l’université organise des formations de licence : Épinal, Metz, Nancy, Sarreguemines. Sont-ils inquiets parce que le nombre de vœux saisis à ce jour n’atteint pas leurs prévisions ?

Que faire ? Rassurer à tout prix les familles et les élèves, les persuader que, le tout dans le tout, rien ne change vraiment avec ParcourSup. Venez, venez les petits, il y aura de la place pour tout le monde ! Problème pour la communication de l’UL : des informations auraient dû être rappelées, fournies, et elles ne le sont pas. Lacunes dans la communication externe : j’appelle cela de la désinformation.

Analyse critique du communiqué lorrain : sept points.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales