Archives de Tag: Bacheliers

Réussite au bac : 90% en 2017 ?

Réussite au bac : 90% en 2017 ? Suite de la chronique Taux de succès incroyable au baccalauréat. Taux d’échec incroyable à la licence. Il y a comme un problème, non ?

Résultats définitifs de la session 2016 du baccalauréat : stabilité de la réussite dans les voies générale et technologique, progression dans la voie professionnelle, Note d’information, n°05, mars 2017.

« Avec 715 200 candidats et 633 500 bacheliers, le taux de réussite atteint 88,6 % à la session 2016 : 91,5 % en général, 90,7 % en technologique et 82,5 % en professionnel. Il progresse uniquement dans la voie professionnelle (+ 2 points).

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Jean Gerson, 30 ans en 1393

Jean Gerson, 1363-1429, source et citations : Wikipédia. Chronique à l’occasion d’un séminaire d’Isabelle Fabre dans le Master d’Études Médiévales Interdisciplinaires de Strasbourg.

« Jean Gerson, universitaire, théologien, prédicateur, homme politique français des XIVe et XVe siècles. Il fut chancelier de l’Université de Paris de 1395 jusqu’en 1415 et, à ce titre joua un rôle majeur dans les troubles politiques opposant le Duc d’Orléans au Duc de Bourgogne, par la suite Armagnacs et Bourguignons, ainsi que dans la crise découlant du grand schisme d’Occident.

1363 (13 décembre). Naissance de Jean Charlier à Gerson, près de Rethel. Ses parents étaient d’une famille d’un bourg rural où la présence monastique était forte. Ils appartenaient à la paysannerie éduquée et possédaient quelques terres dont héritèrent leurs 12 enfants… L’origine modeste de Gerson ne doit pas étonner : les difficultés démographiques de la fin du XIVe et du début du XVe favorisèrent l’ascension sociale d’esprits brillants issus de couches sociales moins favorisées.

220px-jean_gerson_sorbonne_statueJean Gerson par Joseph Félon dans une niche de la façade de la Chapelle de la Sorbonne

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, C. Ile-de-France, E. Sciences humaines et sociales

Les IUT dans leur tour d’ivoire

50 ans de réussite. Le réseau des 113 IUT a fêté ses 50 ans en 2016 (autre site: le portail des IUT). J’ai participé avec plaisir au colloque des 50 ans de l’IUT de Reims (communication: Licences pros : quel avenir ?)

Pour l’avenir, le réseau propose, dans un document de 70 pages, d’expérimenter, à la rentrée 2017, 10 à 15 parcours technologiques du grade de licence en IUT (un engagement nouveau pour la formation des cadres intermédiaires* et pour contribuer à une meilleure employabilité au niveau Licence**). Le document fixe également 50 objectifs : pour une voie technologique universitaire d’avenir.

p1570159Cliquer sur les images pour les agrandir

Ce document est décevant. Le réseau pense son avenir à l’intérieur d’une tour d’ivoire, le bel et bon IUT. Il n’a pas compris qu’il n’est pas seul sur le territoire du 1er cycle. Il n’a pas compris qu’il faut aujourd’hui penser et réaliser une réforme de l’ensemble du premier cycle (DUT, BTS, Licence universitaire, CPGE). Pourquoi ? Parce que le quinquennat qui se termine a échoué à diplômer du supérieur 50% de jeunes dans les nouvelles générations (la France reste collée à 43-44%). Parce que ce quinquennat, recordman de la démagogie, a porté l’objectif de 50% à 60% ! Enterrer le rapport STRANES.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

1er cycle : échec gouvernemental

Depuis 2012, trois ministres et secrétaires d’État pour l’Enseignement supérieur et la recherche – Geneviève Fioraso, Najat Valaud-Belkacem, Thierry Mandon.

On peut dire aujourd’hui, au vu des tableaux statistiques 2012 – 2016 (2012-2017 pour les STS), qu’ils ont piteusement échoué à maîtriser, réorienter les flux post-bac. Leur discours a été centré sur la réussite d’étudiants plus nombreux en 1er cycle, sur la priorité aux bacheliers professionnels pour l’entrée dans les STS, aux bacheliers technologiques pour l’entrée dans les IUT. Les Rectrices et recteurs devaient veiller à la mise en œuvre de cette politique courageuse de démocratisation… sans cependant mettre en place des quotas de bacheliers par type d’établissements. Absence de courage politique, comme d’habitude.

Cette politique molle, inconséquente a conduit à un échec retentissant parce que la forte progression des poursuites d’études après le bac n’a pas été anticipée.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Monteil : gaspiller 15 millions €

Comment qualifier la note de service qui suit ? Une introduction-baratin de soit-disant savants en organisation ? Des prédictions contradictoires en matière de compétences à acquérir pour des métiers encore inconnus ? Une usine à gaz pour gaspiller de l’argent public dans 80 lycées professionnels (choisis comment, parmi environ 1500 établissements privés et publics ?) ? Une complexification bureaucratique de plus (expérimentation avec comité de pilotage et conseil d’orientation stratégique !) ? Il y aura même des contrats doctoraux pour de jeunes chercheurs. Au final, ne s’agit-il pas de déployer uniquement une plate-forme numérique dont les contenus sont encore totalement obscurs. Bref, cette mission de Jean-Marc Monteil (bientôt 70 ans au compteur) se termine en eau de boudin.

Programme d’Investissement d’avenir. Orientations pour une expérimentation au lycée professionnel : répondre au besoin de nouvelles compétences pour l’emploi dans la société numérique, note de service n° 2016-150 du 7-11-2016.

Si avec le développement du numérique dans l’ensemble des secteurs d’activité, des emplois nouveaux vont être effectivement créés, d’autres seront détruits par l’automatisation et la digitalisation des processus de production, de gestion et d’administration. Alors que les métiers futurs n’ont pas encore livré leurs contenus, l’introduction du numérique dans la plupart des activités professionnelles met dès à présent en évidence des modifications comportementales profondes dans le monde du travail. Ainsi, le changement dans les relations hiérarchiques traditionnelles au sein des organisations vers des relations plus transversales, remet en question les modes de communication et de collaboration. De même, la fragmentation des tâches par l’automatisation, fait place désormais à la prise d’initiative et à la supervision des processus d’exécution en mobilisant des capacités de représentation et de traitement de l’information. Se trouve ainsi valorisée une approche cognitive de l’acte professionnel. Enfin, en favorisant les échanges réticulaires (au sein d’espaces qui fonctionnent en réseau), le numérique invite à la polyvalence et à des compétences à interagir augmentées [relire une seconde fois, tant ces assertions associées sont risibles].

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Sélection illégale : l’UNEF dénonce

Copie de noir

Dossier de presse du 19 juillet 2016. Capacités d’accueil, sélection illégale: l’UNEF dénonce le parcours du combattant des bacheliers.

L’UNEf ne change pas. L’UNEF ne changera pas. Après son marronnier de juillet, il y aura celui du mois d’août, dénonçant l’insupportable progression du coût des études.

P1500192Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

5 Commentaires

Classé dans Non classé

Le choix de faire un bachelor

13 juillet 2016. Discussion entre un père, S, et son fils, E, bachelier technologique 2016, à propos du choix de ce dernier de faire, en post-bac, un Bachelor Affaires Internationales à l’École de Management de Strasbourg. Les autres filières possibles (faire un BTS, un DUT, une licence universitaire) ont été discutées et ont été éliminées. La licence universitaire est, de fait, inconnue d’une partie des élèves de terminale et donc délaissée.

S, père de E : mon fils, tu as obtenu ton bac Sciences et Technologies du Management et de la Gestion (STMG) avec mention Bien (et 18/20 en philo, c’est intéressant), tu as vu tous les cursus, l’université de l’extérieur, quand je t’avais montré la fac de droit à Strasbourg, puis les locaux de Sciences Économiques, les BTS de l’intérieur à Sainte Philo avec tes amis qui y sont, et les DUT en y faisant les tests d’admission.

S : pourquoi as-tu finalement choisi l’École de Management de Strasbourg, une école payante, pour y faire un Bachelor ?

E, fils de S : car ce n’est pas là qu’on m’attend, c’est différent. Ben, quand on est en STMG on te dit « fais un bts ou un dut ; le graal c’est un bts ou un dut. « Faire une grande école de commerce avec un concours parait impossible pour ces gens, car la majorité y est représentée par ES et S. Et que 4% de STMG. Rentrer à l’EM Strasbourg représente une réussite pour moi, d’avoir fallu faire un concours, oral, écrit. C’est beaucoup plus poussé que dans un bts ou un dut où c’est juste sur dossier.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Economie Gestion

Taux de succès : de 91,4 à 34,7 %

Taux de succès incroyable au baccalauréat. Taux d’échec incroyable à la licence. Il y a comme un problème, non ?

D’un côté, l’objectif de 80% de jeunes au niveau du baccalauréat est atteint : la part des bacheliers dans une génération a augmenté de 77,7% en 2015 à 78,6% en 2016 (in Le baccalauréat 2016, Note d’information, n°22, juillet 2016). D’un autre côté, l’objectif de la loi de 2005 sur l’École (50% de jeunes diplômés du supérieur dans une génération) ne se profile pas à l’horizon ; le pourcentage reste scotché un peu au-dessus des 40%.

Intéressons nous aux seuls bacheliers généraux, i.e. à ceux qui réussissent le moins mal dans l’enseignement supérieur : taux de succès au bac ? taux d’obtention de la licence en 3 ou 4 ans ?

En 2016, 91,4% des candidats à un baccalauréat général l’ont obtenu (327.049 bacheliers généraux contre 316.971 en 2015). Ce taux est égal à celui de 2015. Les taux de succès dans les 3 types de baccalauréat général sont tous supérieurs à 91%.

Lire la suite

11 Commentaires

Classé dans Non classé

Bacheliers : attrait des BTS et DUT

Suite de la chronique du 14 juin 2016, Tirs à vue sur la pauvre licence. Deux informations supplémentaires : vœux des bacheliers pour la rentrée 2016-2017 ;  pour les filières en tension, condamnation du tirage au sort par le tribunal administratif de Bordeaux (lire aussi le communiqué de presse du SNEP-SNESUP-FSU).

1.Vœux des bacheliers pour la rentrée 2016-2017. Orientation dans l’enseignement supérieur : vœux formulés pour la rentrée 2016-2017, Note Flash, n°8, juin 2016. Pour aller plus loin : vœux APB par académie.

P1490095Cliquer sur les images pour les agrandir

Plus de 92% des candidats en terminale inscrits dans APB, soit 585.709 personnes, ont validé au moins un vœu. Les données statistiques du tableau et du graphique ci-dessous concernent ces candidats. Pour la prochaine rentrée, 42,3% des futurs bacheliers, qui souhaitent poursuivre des études supérieures, ont choisi en priorité une filière sélective professionnelle (28,8% un BTS, 13,5% un DUT)

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Revenir au bac d’antant ?

Terra Nova, La Fondation progressiste, publie ce jour Comment sauver le Bac ? Quatre semestres pour certifier et orienter, 25 pages.

P1480896Cliquer sur les images pour les agrandir

Pour Terra Nova, il est temps d’ouvrir un débat qui dépasse le sempiternel « le bac de vaut plus rien » dont on tire l’une ou l’autre conclusion : « il faut le supprimer » ou « il faut revenir au bac d’antant«  (ligne 2 du paragraphe dans l’image ci-dessous). Ainsi, même chez les réformateurs du baccalauréat, on commet des erreurs d’orthographe. Où sont les correcteurs d’antan ?

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé