Archives de Tag: Bacheliers

SUP, budget 2022 : oser dire NON !

CNESER du 15 novembre 2021 : discours de Guillaume Gellé, vice-président de la Conférence des Présidents d’Université (CPU), sur la répartition des moyens 2022 de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Au CNESER, la CPU s’abstiendra lors du vote du budget. Le résultat a été sans appel : le budget n’a recueilli que 3 voix favorables sur 74 (39 contre, 32 abstentions).

A vrai dire, tout le monde se fout de ce résultat : le vote du CNESER est consultatif. Seul compte le vote du Parlement : il dira majoritairement OUI à la proposition de budget, établie par le gouvernement et, de fait, par le Ministère des Finances. Par ailleurs, tout le monde s’en fout des désirs de réforme que pourrait avoir Frédérique Vidal, ministre de l’ESR. Depuis 2017, a-t-elle gagné un seul arbitrage dans ses négociations avec Bercy ?

Avant le vote du budget par le Parlement en décembre 2021, la CPU joue sa partition habituelle, soufflant le chaud et le froid : elle remercie le Pouvoir pour les efforts qu’il fait en faveur de la l’enseignement supérieur et de la recherche, mais elle lui demande de faire beaucoup plus.

Chaque année, les déclarations de la CPU constituent le même marronnier, comme le prouvent ses communiqués lors de la préparation des budgets 2022, 2018, 2017, 2015, analysés dans la seconde partie de cette chronique.

Quelle argumentation pour demander plus de moyens ? L’argument clé : l’augmentation des effectifs étudiants. Toujours plus d’étudiants ? Trop d’étudiants ? Toujours plus de diplômés ? Trop de diplômés (chronique : Bac + 5. Trop de diplômés ?). L’objectif d’atteindre 50 %, voire 60%, de diplômés du supérieur dans la population de jeunes sortants de formation initiale est-il toujours d’actualité ?

Doit-on se satisfaire de taux d’échecs élevés des néo-bacheliers en 1ère année de licence ? Parcours et réussite en licence : les résultats de la session 2020, Note flash SIES, n°24, novembre 2021.

Peut-on croire, une seule seconde, que le taux de succès dans cette première année a progressé significativement au cours de l’année 2019-2020, marquée par la fermeture des universités au second semestre pour cause de Covid ? C’est pourtant ce que la Note Flash du SIES affirme : dans le contexte de crise sanitaire, la réussite en L1 a fortement augmenté à la session 2020 : 5 4 % des bacheliers 2019 sont inscrits en L2 à la rentrée 2020, soit 8 points de plus que pour les bacheliers 2018. La dégradation objective des conditions de travail des étudiants au second semestre 2019-2020 aurait-elle fait progresser leurs résultats ? Un monde à l’envers !

De plus, l’amélioration du devenir scolaire de la cohorte de bacheliers 2019 au débit 2020 ne saurait permettre de prédire son devenir au bout de 3 à 4 ans après le bac : augmentation du taux d’obtention de la licence en 3 ou 4 ans ? La statistique publique ne doit pas donner lieu à des manipulations de communication institutionnelle.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Communiqués de la CPU sur les budgets 2022, 2018, 2017, 2015.

A. Budget 2022.  Déclaration de Guillaume Gellé au CNESER.

« Un budget 2022 en augmentation conformément à ce qui était prévu dans la LPR. Néanmoins la CPU tient à souligner plusieurs problèmes de fond, résumés en 6 points.

En premier lieu, malgré cette hausse du budget pour 2022 dont la CPU, je le redis, se réjouit, le coût moyen par étudiant continue à baisser. Il est en baisse constante depuis 2011 en raison de l’augmentation des effectifs étudiants.

Des moyens pour la réforme Santé en cours qui nous paraissent sous-évalués dans le budget 2022

Une compensation partielle des coûts de la protection sociale complémentaire.

La CPU constate avec inquiétude qu’à chaque nouvelle réforme décidée par l’Etat, il manque une partie de la compensation financière. En 2022, on s’interroge sur la compensation de l’indemnité inflation. Le financement des indemnités liées au télétravail qui représentent un cout estimé pour les universités de l’ordre de 10-12 M€ n’apparait pas dans le budget 2022.

La non-compensation du GVT et l’affaiblissement du capital humain

Le constat d’une sous-dotation historique qui perdure. La CPU souhaite qu’en 2022 une mise à niveau des établissements sous-dotés soit prévue par une enveloppe supplémentaire spécifique dédiée.  

Enfin, je voudrais souligner en conclusion que le CNESER doit se prononcer aujourd’hui sur 80 % des crédits ; mais les 20 % des crédits restants seront-ils présentés au CNESER en 2022 ? Cela n’a été le cas ni en 2020 ni en 2021. On ignore comment ils ont été répartis. La CPU dénonce le manque de transparence dans les crédits alloués par le dialogue stratégique et de gestion 2020-2021, qui peut apparaitre comme une politique de guichet ».

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

S. Werner (1720-1775), architecte

Suite des chroniques d’Histoires d’universités sur le 18ème siècle.

Samuel Werner (1720-1775). Architecte de la Ville de Strasbourg et du Chapitre Saint-Thomas de 1770 à 1775. Source : citations d’Archi-wiki.

Samuel Werner (source : BNUS). Légende corrigée : merci pour le signalement

Samuel Werner est architecte de la ville depuis 1770 quand il fait construire la Maison des orphelins (1772-1775). Celle-ci deviendra le siège de l’Académie (appellation de l’université) à partir de 1824. Aujourd’hui ce bel édifice néo-classique du 18ème accueille le Lycée professionnel Jean-Frédéric Oberlin.

Diaporama de 13 photos de Pierre Dubois (mai 2021).

Cliquer sur les images pour les agrandir

1720. Né à Strasbourg le 7 février, fils de Jean-Jacques Werner, maréchal-ferrant et de Catherine Marguerite Frantz.

1743 (23 ans). Mariage à l’église Saint-Pierre-le-Jeune avec Marie Marguerite Fischer, 11ème enfant de Laurent Fischer, aubergiste au Paysan Bleu et de sa deuxième épouse Anne Marie Schweighaeuser. Lors de son mariage, il est décrit comme tailleur de pierre et maçon ainsi que bourgeois.

1745 (25 ans). Échevin de la tribu des Maçons.

1757 (37 ans). Maître d’œuvre du « Mauerhof », il succède à François Pierre Pflug, inspecteur des Bâtiments de la Ville.

Il acheva d’abord l’ancien Hôtel de la tribu des Marchands, dit Poêle du Miroir (aujourd’hui maison Mozart) au 29, rue des Serruriers, commencé par son prédécesseur dans le style fleuri du rococo strasbourgeois. Cf. chronique du blog  1757-1759. Le Poêle du Miroir.

1760 (40 ans). Il construit sur ses propres plans la Maison de la Taille (2, rue du Vieux-Marché-aux-Grains), dans un style plus apaisé, si l’on fait abstraction de l’étonnant ondoiement des entablements de fenêtres du premier étage.

1763 (43 ans). Werner opte pour un parti plus classicisant : l’Hôtel Waldner de Freundstein (17, rue des Charpentiers) surprend par son austérité après les grâces et les opulences du rococo strasbourgeois.

1765 (45 ans). En dehors de Strasbourg, il reconstruit, avec des réemplois gothiques, l’église protestante de Schiltigheim.

1770 (50 ans). On lui confère le titre d’architecte de la Ville.

Il est également l’auteur des décorations éphémères (arcs de triomphe et portiques) élevées pour la réception de Marie Antoinette.

1772-1775 (52-55 ans). Maison des Orphelins (ou des enfants trouvés), aujourd’hui Lycée professionnel Oberlin, au n° 4 rue de l’Académie.

  • Plan classique en fer à cheval, retour à un décor d’une grande sévérité qui annonce le néo-classicisme.
  • A partir de 1824, l’Université de Strasbourg y est installée sous le nom d’Académie.
  • Louis Pasteur y donne des cours de 1848 à 1854.

Commentaires fermés sur S. Werner (1720-1775), architecte

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie, Architecture

Reims. Conflits Université / Collège

L’université de Reims est créée en 1548 et celle de Pont-à-Mousson l’est en 1572. Le Collège des Jésuites de Reims est fondé en 1606. Concurrence et conflit entre eux marqueront la première moitié du 17ème siècle. Source des textes de la chronique : université de Reims (Wikipédia), collège des Jésuites de Reims (Wikipédia).

Album de 29 photos : exposition de septembre 2008 sur le premier Collège des Jésuites à Reims, 1608-1618.

Dissensions sur la collation des grades : le collège Jésuite qui enseigne les matières de la Faculté des Arts, préparant ainsi au baccalauréat, peut-il délivrer seul ce diplôme ou doit-il obtenir la validation par un jury universitaire ? Dissensions sur le regroupement : le Collège doit-il être incorporé à l’université ? Faut-il laisser les Jésuites enseigner la théologie en Collège ou dans un établissement autre que l’université, un Séminaire ?

Les trois établissements disparaissent dans la deuxième moitié du 18ème siècle. Les jésuites sont expulsés ; les deux universités, la champenoise et la lorraine, sont emportées par la Révolution.

Bref, les collèges supérieurs et les universités sont mortels : saison 8 du blog.

1548. L’université de Reims est fondée grâce au patronage de Charles de Lorraine (1524-1574), membre influent de la maison de Guise, archevêque de Reims depuis 1545 et qui héritera de son oncle, Jean III de Lorraine (1498-1550), le titre de cardinal de Lorraine. Le jeune archevêque est en même temps un proche conseiller du roi Henri II, qui le charge des affaires italiennes…

Charles obtient du pape Paul III, par une bulle du 5 janvier 1548, et du roi, par lettres patentes, la transformation du collège des Bons-Enfants en une université à quatre facultés : arts, droit, médecine et théologie. Le cardinal veille à développer l’université en y faisant venir les meilleurs professeurs, notamment en théologie.

1564. Dans le contexte de la Contre-Réforme, mais aussi des guerres de Religion qui se développent à partir de 1562, le cardinal tient à renforcer la qualité et la discipline de l’enseignement afin d’éradiquer le protestantisme. En 1564, il crée à Reims le premier séminaire de France, lié à l’université et destiné à la formation du clergé.

1573. Lors de l’assemblée du clergé, il s’adresse au roi Charles IX : Parce que, de l’institution de la jeunesse dépend la bonne ou mauvaise vie des sujets, aidez-nous, Sire, à réformer toutes les universités de vostre Royaume.

1572. L’université de Pont-à-Mousson, fondée en Lorraine sous le patronage des Guise, est destinée à accueillir les étudiants étrangers : les jésuites en font un centre actif de mission catholique.

1578-1593. Le Collège anglais est un collège dépendant de l’ancienne université de Reims, créé en 1578 pour accueillir les étudiants catholiques anglais victimes de persécutions et déplacés du collège anglais de Douai. Il connaît un rayonnement important à la fin du XVIe siècle mais son activé diminue après 1593 en raison du retour de la plupart de ses membres à Douai.

Reims accueille plusieurs figures importantes du catholicisme anglais en exil. William Gifford y fait plusieurs séjours à partir de 1579 et y enseigne la théologie. Il devient recteur de l’université en 1606 avant d’entrer dans l’ordre de Saint-Benoît.

Commentaires fermés sur Reims. Conflits Université / Collège

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Droit et Sciences politiques, E. Médecine Pharmacie, E. Sciences humaines et sociales

ParcourSup, le diktat, le calendrier

Dans la chronique ParcourSup piège les bacs pros, j’écrivais en conclusion : Plus ParcourSup propose de formations, plus il a des effets négatifs sur le devenir des élèves de terminale professionnelle. L’existence de Parcoursup est un piège pour eux.

Le 1er piège est une sorte d’obligation à déposer des vœux de poursuite d’études dans le supérieur, comme si cela allait de soi. Cette année, 95% d’entre eux ont émis un vœu de poursuite, ce qui ne les distingue plus guère des élèves de bac général ou technologique.

Confirmation et étonnement critique, en lisant en ligne un article des Dernières Nouvelles d’Alsace, daté du 13 mai, Ouverture de la phase d’admission sur ParcourSup. Il démontre comment la formulation de vœux (taux proche désormais des 100%) est devenue une quasi-obligation. Un diktat ?

Au total, dans l’académie de Strasbourg, 23 967 candidats ont confirmé au moins un vœu en phase principale, soit une nette augmentation de 2,35 % par rapport à 2019-2020. Cette hausse, qui est la même qu’au niveau national, s’explique, précise-t-on au SAIO, par la « large mobilisation de tous les acteurs de l’orientation durant la crise sanitaire pour inciter les jeunes à confirmer leurs vœux. Ils ont été extrêmement insistants« .

Cela dans les établissements scolaires où les professeurs principaux étaient en contact étroit avec leurs élèves, comme dans les centres d’information. « Plus de  3 000 candidats non scolarisés dans des établissements ont été appelés, par exemple des travailleurs en service civique, des jeunes en stage ou en année de césure ». Plus largement en comptant les publics des collèges, prolonge le SAIO, « plus de 200 entretiens téléphoniques par semaine ont été menés durant la période de confinement ».

Phase 2 du calendrier de ParcourSup : la saisie des vœux, la finalisation du dossier.

Commentaires fermés sur ParcourSup, le diktat, le calendrier

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

ParcourSup piège les bacs pros

ParcourSup 2020. Les vœux d’orientation des lycéens pour la rentrée par Pierre Boulet.

Le texte de cette Note Flash est d’un optimisme béat. Il faudrait se réjouir du nouvel enrichissement  de l’offre de formation (1 000 formations supplémentaires), de la croissance de la proportion d’élèves de terminale qui ont déposé au moins un vœu (98,3% contre 96,3% en 2019), du fait que 20 000 terminales supplémentaires ont confirmé au moins un vœu dont 10 000 lycéens en section professionnelle.

Gifle pour les élèves inscrits en bac pro. Pas une des nouvelles formations prises en compte dans Parcoursup 2020 ne concerne ces élèves : licences de l’Université Paris Dauphine, formations des IEP, nouvelles écoles de commerce ou de management, écoles préparant aux métiers de la culture et formations préparant aux professions paramédicales, Parcours d’Accès Spécifique Santé et Licences option Accès Santé.

Cliquer ici pour lire : Depuis 15 ans, le flop de la licence

Tout va-t-il très bien, madame la Ministre ? Non et Non ! Cette année, les désillusions pour les élèves inscrits en terminale professionnelle vont être encore plus cauchemardesques que les années précédentes.

123 482 élèves sont inscrits en terminale professionnelle, 94,8% d’entre eux ont déposé au moins un vœu, soit 117 048. Certes, ceux-là ne vont pas tous être admis en 1er cycle :

  • certains vont échouer au bac (en particulier, ceux qui ont décroché lors de la pandémie ; ils sont plus nombreux dans les milieux populaires)
  • certains quitteront ParcourSup faute de recevoir une proposition d’admission dans leur 1er voeu
  • d’autres enfin ne recevront aucune proposition, même dans les formations dites non sélectives.

La Note Flash ment, au moins par omission : comme les années précédentes, la licence reste la formation la plus présente dans les listes de vœux des candidats avec 68 % des candidats ayant confirmé au moins l’une d’entre elles.

La licence est la formation la plus présente dans les vœux, mais seulement pour les élèves de terminale générale. Pour les élèves en terminale technologique ou professionnelle, c’est le BTS qui est la formation qui apparaît le plus dans les listes de vœux. Le BTS constitue 76% des vœux des élèves en bac pro.

Inclure tous les vœux dans le calcul est une tromperie. A ce stade de la procédure, seul le vœu classé en numéro 1 démontre une réelle préférence. Mais le classement par vœu n°1 n’est pas présenté dans la Note Flash.

En 2018-2019 (Source Repères et Références Statistiques 2019, indicateur 6.12.4, page 175), l’effectif d’entrants en BTS a été de 139 890 élèves. Les bacheliers professionnels représentaient 31 % de ces entrants, soit 43 366.

Au final à la rentrée de septembre 2020, combien d’élèves de terminale professionnelle seront-ils admis en BTS, sachant que le BTS constitue aussi 10% des vœux des élèves de filière générale et 50% des vœux des élèves de filière technologique ? Ils seront vraisemblablement plus nombreux qu’à la rentrée 2019 et beaucoup moins nombreux que ceux qui ont placé un BTS en 1er vœu.

Commentaires fermés sur ParcourSup piège les bacs pros

Classé dans Non classé

Depuis 15 ans, le flop de la licence

Avril 2005, la loi d’orientation de l’école se fixe trois objectifs ambitieux :
1. garantir que 100% des élèves aient acquis un diplôme ou une qualification reconnue au terme de leur formation scolaire ;
2. assurer que 80% d’une classe d’âge accède au niveau du baccalauréat ;
3. conduire 50% d’une classe d’âge à un diplôme de l’enseignement supérieur.

Chronique en 3 pages. Page 1. Synthèse critique. Page 2. Cohorte de bacheliers 2014 et devenir en 2018 : taux d’obtention de la licence en 3 ou 4 ans. Page 3. Résultats de cohortes antérieures et explication des échecs en licence.

1. Depuis 15 ans, les réformes du lycée et du baccalauréat ont permis d’atteindre le deuxième objectif : 80 % d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat. Plus surprenant, le niveau des bacheliers semble avoir fortement progressé en 20 ans : le pourcentage de bacheliers généraux avec mention dépasse 50 %.

Échec par contre pour le 3ème objectif de la loi de 2005 (50% d’une classe d’âge diplômée du supérieur). Échec largement dû au flop des réformes du 1er cycle universitaire. La réforme LMD de 2002 sous J. Chirac et Jospin, le plan licence sous  N. Sarkozy, V. Pécresse et L. Wauquiez, la loi relative à l’ESR de 2013 sous F. Hollande, G. Fioraso, N. Vallaud-Belkacem et B. Hamon, la loi ORE de 2018 sous E. Macron et F. Vidal n’ont pas fait progresser le taux d’obtention de la licence universitaire en 3 ou 4 ans : il reste scotché autour de 40%. L’échec est flagrant et durable : un gaspillage ubuesque d’investissement humain, matériel, financier. L’échec est même un massacre pour les bacheliers technologiques et professionnels qui s’aventurent en licence.  

Toutes les réformes d’aide à l’orientation post-bac (d’APB à Parcoursup) n’ont rien changé. Au final, moins d’un bachelier sur deux réussit sa licence en 3 ou 4 ans. La mention Très bien au bac n’est même pas le sésame pour obtenir la licence à tous les coups : seulement 70% des bacheliers ayant obtenu cette brillante mention ont réussi la licence en 3 ans.

Depuis 11 ans, je défends le projet d’une réforme de l’ensemble du premier cycle et non de la seule licence : créer des Instituts d’enseignement supérieur (IES), pour faire progresser nettement le taux de bacheliers obtenant le diplôme licence en 3 ans.

1 commentaire

Classé dans Non classé

Bac 2020 en contrôle continu

Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. Questions – réponses sur les examens nationaux, 4 avril 2020, 11 pages.

Commentaires fermés sur Bac 2020 en contrôle continu

Classé dans Non classé

ParcoursPlus et Reprise d’études

Depuis 2009, 246 Chroniques d’Histoires d’universités sur ParcourSup (qui a remplacé Admission Post-bac. En 2020, deux nouveautés. La 1ère. ParcoursPlus, c’est quoi ?

« Pour mieux orienter les candidats en reprise d’études vers des solutions appropriées, la plateforme Parcoursup met en place en 2020 avec ses partenaires, en particulier le ministère du Travail, les Régions, les universités, France compétences (autorité de régulation de la formation professionnelle), une offre spécifique d’information et d’orientation vers des formations ou services destinés aux personnes déjà titulaires du baccalauréat »…

ParcoursPlus : le service dédié à la reprise d’études, par Pauline Bluteau, L’Étudiant, 20 décembre 1019

« Un nouveau public a fait son apparition sur la plate-forme d’admission post-bac : les candidats en reprise d’études. Cette année, ils étaient 109.224 à s’inscrire et valider un vœu sur Parcoursup, contre 82.698 en 2018. Au total, près de sept de ces candidats sur dix ont reçu au moins une proposition d’admission et 57.388 l’ont acceptée.

Néanmoins, toutes les demandes des candidats en reprise d’études n’ont pu être satisfaites en 2019″…

Commentaires fermés sur ParcoursPlus et Reprise d’études

Classé dans E. Médecine Pharmacie, Non classé

Diderot, l’Encyclopédie, l’Université

37 articles de l’Encyclopédie, consultables sur ENCRRE, base de données du CNRS.

  • Les structures : Écoles, Universités, Collèges, Académies
  • Les fonctions : chancelier, recteur, procureur, doyen de faculté, professeur, bedeau…
  • L’enseignement et la recherche : les disciplines…
  • Les grades : bachelier, licencié, maître, docteur.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Commentaires fermés sur Diderot, l’Encyclopédie, l’Université

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AF. Histoire 16-17èmes siècles, E. Arts Lettres Langues, E. Droit et Sciences politiques, E. Médecine Pharmacie, E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales

Prouver ses talents. Le chef-d’œuvre

Le 20 juillet 1924, à l’âge de 16 ans et demi, mon père Gérard obtenait son Brevet de Menuisier-Modeleur. Dans ce cadre, il a réalisé ce modèle réduit d’escalier à volutes, avec marqueterie. Il en a toujours été fier et je suis toujours très ému quand je regarde aujourd’hui ce chef-d’œuvre.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Le Ministère de l’éducation nationale lance, cette semaine et à raison, une campagne de mobilisation sur la question : exprimer ses talents avec le chef-d’œuvre

Lire la suite

Commentaires fermés sur Prouver ses talents. Le chef-d’œuvre

Classé dans BA. Photos, E. Ingénierie, Architecture