Archives de Catégorie: AH. Histoire 19-20èmes siècles

La Belle Strasbourgeoise pleure

Strasbourg, samedi 17 septembre 2022, place du château devant l’entrée du Palais Rohan, la belle Strasbourgeoise pleure.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Toile de Nicolas de Largillierre (1656-1746), peintre français, l’un des portraitistes les plus réputés des 17ème et 18ème siècles. A sa mort, il aurait laissé plus de 4 500 portraits. Ma chronique du 9 septembre 2021 n’en présente que cinq !

Diaporama de 15 photos.

La centaine de manifestants semble chanter Brel : Ne nous quitte pas, Belle Strasbourgeoise !

Ne me quitte pas
Il faut oublier
Tout peut s’oublier
Qui s’enfuit déjà
Oublier le temps
Des malentendus
Et le temps perdu
À savoir comment
Oublier ces heures
Qui tuaient parfois
À coups de pourquoi
Le cœur du bonheur
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Il faut oublier la déraisonnable et assassine réforme des jours et des heures d’ouverture de 8 musées strasbourgeois, imposée par la mairie de Strasbourg. La rejeter en bloc et totalement. Maintenir le statu quo au-delà du 1er octobre 2022.  Ne commencer la négociation que lorsque sera sur la table un dossier-bilan écrit, reprenant chaque point de l’argumentaire de la mairie, et le publier sur le site de l’euro métropole.

J’ai publié ma contribution au débat dans la chronique Strasbourg. Braderie des musées : 1 proposition générale et 7 propositions particulières.

Partie 2. Comment et quand m’est venu l’Amour de l’Art ? C’était en 1965 grâce à Pierre Bourdieu.

In Memoriam, Pierre Bourdieu, Chronique d’Histoires d’universités, 7 février 2022.

« Pierre Bourdieus associait des étudiants aux recherches qu’il menait. Celle sur la fréquentation des musées, en 1965.

L‘enquête. Nous sommes trois étudiants, positionnés dans le hall d’entrée du musée des Beaux-arts de Lille. Pour chaque visiteur ou groupe, nous notons l’heure d’arrivée et les moyens de reconnaître chacun/e, une fois la visite terminée. Nous posons alors et rapidement quelques questions : fréquence de visite de musées, catégorie sociale d’appartenance, heure d’arrivée et de sortie. L’hypothèse générale de la recherche : les classes supérieures fréquentent davantage les musées que les classes populaires, ces dernières s’y ennuyant quelque peu (visite de durée plus longue que celle notée par nous). La problématique n’est pas originale mais les résultats en sont prouvés par des enquêtes. Ils ne procèdent pas d’opinions ».

Partie 3. Les résultats sont publiés dans Pierre Bourdieu et Alain Darbel, L’Amour de l’Art : les musées et leur public, Paris, Éditions de Minuit, 1966.

« L’accès aux trésors artistiques est à la fois ouvert à tous et interdit en fait au plus grand nombre. Qu’est-ce qui sépare des autres ceux qui fréquentent les musées ? Les amoureux de l’art vivent leur amour comme affranchi des conditions et des conditionnements. Ne fallait-il pas qu’ils fussent prédisposés à recevoir la grâce pour aller à sa rencontre et pour l’accueillir ? Pourtant, le musée est un des lieux où l’on ressent le plus vivement le poids des obligations mondaines : la pratique obligée peut-elle conduire à la vraie délectation ou bien le plaisir cultivé est-il irrémédiablement marqué par l’impureté de ses origines ? Chaque visiteur des musées est enclin à suspecter la sincérité des autres : mais ne trahit-il pas par là qu’il sait que son amour doit aux arguments de la raison et à la force de la coutume autant qu’à l’inspiration du cœur ?

Poster un commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AF. Histoire 16-17èmes siècles, AH. Histoire 19-20èmes siècles, AI. Art médiéval et moderne, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues

Faire-part de décès des 18 et 19ème

Partie 1. Exposition d’Hervé Bohnert & Collections Privées. Immortels. Collectionner la mort. 1850-1950. Source : La Trézorerie, 35 rue du Fossé des Treize, Strasbourg.

Les faire-part de décès. Diaporama de 22 photos.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Texte en latin ou en français. Professions : un clerc, une femme d’avocat, un professeur de philosophie émérite, un médecin du Corps de S.A.C. de la Souveraine Justice de Liège, une femme sans profession, épouse de…

Christ en croix. Dessin plume milieu XIX sur papier froissé. Écriture en bas de dessin : Pour Mesdemoiselles A et L de W. Vendu Hors cadre. Prix 320 euros.

Marie. Imagerie Religieuse. Wissembourg – Imprimerie Wentzel (Frédéric-Charles, 1839-1877), lithographie rehaussée. Dans un cadre Louis Philippe. Format : 41 x 50 com. Prix 120 euros.

Partie 2. Des faire-part pas comme les autres : l’exemple des billets de décès. Source : Anne-Charlotte Pivot, Patrimoine du Grand Troyes, 29 octobre 2021.

« Si le faire-part de naissance ou le faire-part de mariage est une tradition connue de tous, la coutume du faire-part de décès s’est peu à peu effacée dans nos sociétés modernes au profit des rubriques nécrologiques par voie de presse, avant de prendre une forme dématérialisée sur les sites internet consacrés aux avis de décès, oscillant ainsi entre sphère privée et sphère publique ».

« Mais qu’est-ce qu’un faire-part de décès ? Plus communément appelés billet  ou placard de décès sous l’Ancien régime, ces feuillets de papier avaient pour fonction première d’annoncer la mort d’une personne en indiquant le nom de défunt, ses proches parents, son adresse, son lieu et sa date de naissance et de mort, ainsi que le jour, l’heure et l’église où avait lieu l’office pour l’enterrement.

Traditionnellement, aux 17e et 18e siècles, des crieurs publics arpentaient les rues des villes pour annoncer le décès et préparer la pompe funèbre, pendant que des sermonneurs distribuaient des billets de morts aux habitants afin de les convier à l’enterrement du trépassé.

Poster un commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales

L’Aisne, le canal des Ardennes

Asfeld : l’Aisne et le canal des Ardennes, l’église baroque Saint-Didier, le cimetière militaire allemand.

Diaporama de 23 photos (novembre 2007).

Partie 1. Le canal des Ardennes est un canal à bief de partage au gabarit Freycinet reliant les vallées de l’Aisne et de la Meuse. Source : article de Wikipédia. Autres chroniques et photos du blog portant sur les canaux construits au 18ème et 19ème siècles.

Cliquer sur les images pour les agrandir

« Long de 87,779 kilomètres, il comporte 44 écluses (37 sur le versant Aisne et 7 sur le versant Meuse), et un tunnel à Saint-Aignan.

Les premiers projets de canal datent de 1684, sous le ministère de Louvois et consistaient à utiliser et prolonger le cours de la Bar, alors navigable. Différentes propositions sont faites au cours des décennies, et des lettres patentes de juin 1776, presque un siècle plus tard, accordent au prince de Conti le privilège de sa construction et de son exploitation. Le prince décède peu de temps après et rien ne se fait.

Survient la Révolution de 1789. L’assemblée constituante, relance le projet, mais faute de retrouver les études précédentes et compte tenu des événements, le sujet n’avance pas. En l’an VIII (1800), les conseillers généraux rappellent le projet au gouvernement. Le préfet Joseph Frain les appuie et argumente sur l’intérêt du canal, sur la base d’un nouveau tracé, dans un rapport du 4 octobre au ministre de l’intérieur, Lucien Bonaparte. Le successeur de celui-ci, le scientifique Jean-Antoine Chaptal, accepte d’entreprendre la construction, mais n’accorde que des fonds très réduits. Les travaux commencent lentement.

Ils ne prennent vraiment d’importance que sous la seconde Restauration, avec le lancement en 1820 d’un emprunt pour financer ce projet.

L’ouverture du canal se fait entre 1827 et 1835, modernisation entre 1842 et 1846″.

Partie 2. L’église baroque Saint-Didier d’Asfeld. Source : article de Wikipédia.

« Vers les années 1680, Jean-Jacques de Mesmes, comte d’Avaux, nouveau maître des lieux, célèbre pour avoir participé à la signature du traité de Nimègue, décide de reconstruire l’église d’Asfeld.

L’érudit, aimant les voyages, particulièrement en Italie, est tombé amoureux de l’art baroque, ce qui le poussera à souhaiter l’édification d’un monument de ce style et à en confier la réalisation à un architecte connu à l’époque pour avoir résolu des problèmes techniques liés à la reconstruction du Pont Royal à Paris : le frère dominicain François Romain.

Ainsi, le comte d’Avaux lui demande-t-il de s’inspirer de ce nouvel art au XVIIe siècle et de créer un édifice ayant la forme d’un instrument de musique afin que les chants et les prières soient mieux portés encore vers le ciel.

C’est ce concept qui conduit le frère François Romain à établir ses plans en s’inspirant de la viole de gambe« .

Partie 3. Le Cimetière militaire allemand d’Asfeld. Source : Ardennes Patrimoine culturel.

Poster un commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne, E. Ingénierie, Architecture

Strasbourg. H. Bohnert, Immortels

Cliquer sur les images pour les agrandir

Strasbourg. Expo Hervé Bohnert, Immortels. La mort, avenir du genre humain ?

Diaporama de 26 photos.

Partie 1. La Trézorerie. Espace collaboratif à Strasbourg dédié à la valorisation des collections privées et des fonds du patrimoine collectif. Source : site de la Trézorerie.

Collection • Collectionneur • Collectionnisme

« Le collectionnisme consiste en une série d’actes automatiques ou semi-automatiques concourant à rechercher et à réunir en un lieu donné des objets d’une ou plusieurs espèces sans qu’il y ait à cette recherche et à cette réunion un but utile, logique et pratique pour la collectivité ou pour l’espèce, avec ce caractère essentiel que le sujet éprouve une joie ou un sentiment de satisfaction en faisant sa récolte, tend à la conserver jalousement et ressent pour elle un attachement plus ou moins vif ».

Partie 2. Hervé Bohnert expose à la Trézorerie : Immortels. Collectionner la mort (1850-1950). Présentation de l’artiste sur le site FondationFrances.

« Né à Strasbourg en 1967, Hervé Bohnert s’inscrit dans l’art brut, boulanger au petit matin, l’après-midi il quitte les fourneaux pour son atelier strasbourgeois. Son indépendance et son apprentissage autodidacte le projettent dans une liberté totale. Pluridisciplinaire son œuvre gravite autour de thématiques évoquant la mort, un univers sombre et hors normes qui laisse place à une créativité inépuisable.

Il retravaille des sculptures les dotant d’une tête squelettique reprenant des iconographies religieuses, il dessine et peint des formes cadavériques et crée des installations nous ramenant dans des cimetières ornés de croix funéraires. La vanité et le spectre des défunts rodent dans son travail, l’artiste arpente les vides greniers à la recherche  d’objets anciens à exploiter. De manière paradoxale, il redonne vie à une matière, la confrontant à celle qui l’enlève ».

Partie 3. Présentation d’Hervé Bohnert par Patrick Bailly-Maître-Grand. Source : site de l’artiste.

« Pas vraiment photographe ni sculpteur, pas vraiment plasticien, pas du tout dans le système et donc totalement libre, Hervé Bohnert est un de ces artistes intuitifs et spontanés qui œuvrent comme d’autres respirent. Une seconde vie accordée par la grande faucheuse qui semble s’amuser à tendre ses deux doigts en V au-dessus des têtes, pour un gag triomphant.

Poster un commentaire

Classé dans AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales

Ultime Km du Canal Marne au Rhin

L’ultime Kilomètre du Canal de la Marne au Rhin

Suite des chroniques sur le Canal de la Marne au Rhin. Les 5 précédentes :

Quiz. Saverne, le château et le canal. Schiltigheim (67), l’écluse n°51. L’Abbaye, le Canal, le Champagne. Tourisme fluvial de la Marne au Rhin. Le plan incliné de Saint-Louis Arzviller (Vidéo impressionnante de 6 minutes).

Diaporama de 30 photos.

La chronique d’aujourd’hui est dédiée au dernier kilomètre du Canal, du Parlement européen à l’écluse qui donne accès au Rhin. Trois parties. Les vedettes de Batorama l’empruntent chaque jour pour rejoindre l’Ill et pour rentrer à leur embarcadère. Depuis 2018, l’Église orthodoxe Russe a trouvé sa place dans le paysage. La dernière écluse avant le Rhin rappelle la nécessité pour naviguer de posséder un certificat restreint de radiotéléphoniste du service mobile fluvial.

Partie 1. Histoire de Batorama. « Naviguer au fil de l’eau pour découvrir l’histoire de Batorama depuis sa naissance au sein du Port Autonome de Strasbourg en 1937 !

1947. Démarrage de l’aventure avec 10 000 personnes qui firent usage de l’unique vedette d’alors, le Paris.

La navigation était alors cantonnée aux bassins du Port du Rhin et visait à faire découvrir les infrastructures et industries portuaires ».

Partie 2. Église Orthodoxe Russe (2014-2018). Source : Extraits d’Archi-Wiki.

« Architectes : Dmitriy Pschenichnikov, Yuri Kirs, Nicolas Berst.

Le terrain de l’église est situé à l’angle de deux bras d’eau : le bassin des Remparts et le canal de la Marne au Rhin.. L’ensemble comprend deux bâtiments : l’église et la paroisse-résidence du Patriarcat. La conception architecturale de l’église a été inspirée par l’église Saint-Nicolas des îles Valaam, en Russie..

L’architecte strasbourgeois Nicolas Berst a été chargé de la réalisation, en collaboration pour la partie liturgique avec l’atelier d’architecture Eidos à Saint-Pétersbourg, avec Yuri Kirs.

L’église mesure 41 mètres de haut, fait 30 mètres de long et possède un dôme de 10 mètres couronné d’une coupole dorée. L’église peut recevoir 300 fidèles.

Au sous-sol se trouve un bain rituel pour les baptêmes, décoré de mosaïques.

Les toitures ont une forme de kokochnik, sorte de pétales typiques de l’architecture des églises orthodoxes russes.

L’église est surmontée de trois bulbes dorés dont l’un au sommet de la flèche principale. Les bulbes sont surmontés de croix.

Le portail ainsi que l’entrée principale ont fait l’objet d’un traitement soigné avec ferronnerie et croix orthodoxe à intervalle régulier ».

Partie 3. Naviguer sur le canal de la Marne au Rhin. « Programme du certificat restreint de radiotéléphoniste du service mobile fluvial.

Poster un commentaire

Classé dans AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie, Architecture, E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales

Élisabeth II couronnée. Souvenir

« Élisabeth II accède au trône britannique le 6 février 1952, à l’âge de 25 ans, à la mort de George VI. Son couronnement, le 2 juin 1953, est le premier à être retransmis à la télévision« .

Le 2 juin 1953, j’ai un peu plus de huit ans et demi. Je suis le cadet de quatre enfants. J’habite Tourcoing dans le Nord (59).

Ma maison natale, vendue après la mort des parents en 1997, photographiée en 2013

Partie 1. Souvenirs. Sur le trottoir, posté devant la vitrine d’un magasin d’électroménager de la rue du Brun-Pain, à 500 mètres de la maison de mes parents, je regarde, fasciné, une petite télé en noir et blanc ; on n’en entend pas le son.

En cours, une émission sur le mariage d’un couple important, vue la richesse et la complexité du décorum. Quelques adultes, scotchés sur le trottoir comme moi, parlent d’un mariage royal, celui de la reine d’Angleterre Élisabeth 2, avec le duc d’Édimbourg.

J’ai mémorisé précisément cette scène, pour toujours et sans le vouloir, comme si c’était une photo que je venais de sortir d’une boite.

La mémoire est sélective. Ce que j’observe alors, c’est un film projetable chez soi sur tout petit écran. Un modèle réduit de cinéma. Qu’importe pour moi ce que cette machine nouvelle donne à voir, en l’occurrence ici, des gens du monde. J’aimerais qu’il y en ait une chez moi. Pire, je pense qu’il faut en avoir une chez soi.

La télévision n’est arrivée chez les parents que bien plus tard. Au milieu des années 60… quand les quatre enfants furent partis de la maison.

L’église Sainte-Anne, sur la place bordant la rue du Brun-Pain, photographiée en 2013.

Partie 2. Pour en savoir plus. Isabelle Gaillard, Télévision et chronologies, Hypothèses, 2004/1 (7), pages 171 à 180.

« Au début des années 1950, le téléviseur est présent dans moins d’un pour cent des foyers français. En 1984, 92 % des ménages disposent d’un récepteur de télévision. Ils regardent le petit écran près de deux heures et demie par jour, soit 20 heures par semaine environ, chiffre qu’atteignait à peine l’offre télévisuelle en 1951. Pourtant, au cours de ces trente années, la télévision ne semble pas se contenter de s’inscrire quantitativement dans le temps des Français mais, comme l’indiquent Gisèle Bertrand et Pierre-Alain Mercier : elle participe à la construction et à la structuration du temps quotidien. Elle semble introduire dans le quotidien, en même temps que son objet, sa propre chronologie, la grille de programmes. Trois étapes paraissent marquer ce redécoupage progressif et cette restructuration des temps quotidiens.

Les années 1950 seraient celles d’une chronologie souple, encore tâtonnante et peu coercitive. La télévision fait ses débuts. Elle cherche son public. Elle expérimente de nouveaux cadres chronologiques. Avec les années 1960, la télévision fixe sa chronologie. Elle s’appuie sur un outil efficace et contraignant, la grille de programmes. Alors que l’étrange lucarne gagne une grande partie des foyers français, un nouveau calendrier quotidien semble s’élaborer. Des repères chronologiques neufs se fixent, ceux du petit écran. Avec les années 1970 et le début des années 1980, un double mouvement d’assouplissement et de réappropriation semble se faire jour avec la diversification et la hausse de l’offre des programmes, la banalisation de la télévision, et l’apparition de nouveaux outils pour maîtriser le temps télévisuel, le magnétoscope et la télécommande.

1 commentaire

Classé dans AH. Histoire 19-20èmes siècles, E. Arts Lettres Langues

Strasbourg. Braderie des musées

A propos de l’excellent article de Danae Corte et Jean-François Gérard, Les musées de Strasbourg fermeront deux jours par semaine et de 13h à 14h, Rue89 Strasbourg, 31 août 2022.

Je suis un inlassable visiteur de musées. A Strasbourg, en Alsace, en France et en Europe (je serai prochainement à Sarrebruck). Depuis 2009, 624 visites de Musées, chroniquées sur mon blog Histoires d’universités et plus de 10 000 photos d’œuvres.

Tout est mauvais dans la réforme pointilliste orchestrée par la Ville. Il faut la jeter. Sinon, la fréquentation des 8 musées, par les touristes étrangers en particulier, va inéluctablement diminuer, conduire à la fermeture de certains d’entre eux, ou à celle d’une partie de leurs salles, ou à l’enfermement dans les réserves d’une partie croissante des collections. Les expositions temporaires se raréfieront.

Le développement de la culture muséale n’est-il pas aussi bénéfique pour la Vie que celui des pistes cyclables ?

Une contre-proposition générale et 7 propositions particulières.

Je propose à la Ville et à l’Eurométropole d’abandonner leur projet et d’annoncer : toutes les salles des huit musées de Strasbourg seront ouvertes, tous les jours de la semaine de 10 à 18 heures de mars à octobre, de 11 à 17 heures de novembre à février.

Proposition 1. Accroître l’emploi. Il faut cesser de jeter la pierre aux personnels absentéistes (La Lapidation de Saint Étienne).

Il faut augmenter le nombre de fonctionnaires territoriaux, de contractuels de droit public, tout en allégeant le coût de la main-d’œuvre par le recrutement de jeunes apprentis de la fonction publique territoriale et de stagiaires rémunérés, choisis dans les filières de formation ad hoc de l’enseignement supérieur.

Proposition 2. Organiser des braderies chaque trimestre pour vendre, à des prix attractifs, les œuvres jamais ou rarement exposées.

Proposition 3. Proposer, en billetterie, d’acheter des bons de soutien aux 8 musées, en particulier aux visiteurs bénéficiant d’un accès gratuit (du type Pass Musées).

Propositions 4. Faire réaliser des audits indépendants et en attendre des bilans financiers et des propositions sur les points suivants :

Avenir du 5ème lieu ? Chronique du 19 février 2020.

Legs opérés pour des raisons fiscales ? Devenir des œuvres, passée leur présentation dans une exposition temporaire ? Chronique du 15 décembre 2019. La collection de Jeannine Poitrey et Marie-Claire Ballabio comprend 17 peintures et 40 dessins et gravures,

Poster un commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AE. Histoire médiévale, AF. Histoire 16-17èmes siècles, AH. Histoire 19-20èmes siècles, AI. Art médiéval et moderne, BA. Photos, E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie, Architecture

Tourisme fluvial. Marne au Rhin

Tourisme fluvial de la Marne au Rhin. 3 parties et 68 photos dans cette chronique. Promenade touristique sur la Marne canalisée. Brève histoire du canal de la Marne au Rhin. Le plan incliné de Saint-Louis Arzviller.

Partie 1. Mai 2008. Promenade touristique sur la Marne canalisée, à proximité de l’écluse n°1 (Cumières).

Diaporama de 26 photos.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Partie 2. Brève histoire du canal de la Marne au Rhin. Source : extraits de l’article de Wikipédia.

« Les premiers projets de construction Du canal de la Marne au Rhin remontent aux années 1780, mais la mise à l’étude du canal fut réalisée par l’ingénieur des ponts et chaussées Barnabé Brisson à partir de 1826. Les travaux furent menés par l’ingénieur polytechnicien Charles-Étienne Collignon (1802-1885). Commencé en 1838, le canal fut mis en service en 1853.

La traction humaine et animale a fait place à la traction électrique à partir de 1895, sur rails ou sur route, et sur pneumatiques à partir de 1933, avant la généralisation des chalands automoteurs.

En plus de 150 ans, le canal de la Marne au Rhin a été transformé, amélioré et modernisé. Après la guerre de 1870 et la perte de l’Alsace et de la Moselle, il a fallu assurer les ressources en eau, en diminution avec la perte des étangs de Gondrexange, du Stock, de Réchicourt, et de la prise d’eau dans la Sarre. L’étang de Parroy fut ainsi construit (photo) ».

« Le canal franchit la ligne des Vosges par la trouée du col de Saverne. À l’origine, le mouillage était de 1,60 m et la longueur des écluses de 34,50 m. Le programme Freycinet (loi du 5 août 1879) le classe en voie de 1re catégorie, son mouillage est alors porté à 2,00 m et les écluses à 38,50 m.

En 1895, le mouillage fut porté à 2,20 m (essentiellement par élévation du plan d’eau). Ces dimensions permettent aux bateaux de 1,80 m d’enfoncement de porter 250 à 280 tonnes de marchandises ».

Statistiques de trafic. Source : Wikipédia.

Partie 3. Le plan incliné de Saint-Louis Arzviller (Moselle). Source : le Palais du Rhin à Strasbourg a accueilli du 7 au 28 juin 2019 l’exposition : 44.5 mètres de dénivelé, 41% de pente, 50ème anniversaire

Diaporama de 42 photos

Poster un commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie, Architecture, E. Sciences

1763. Barr, la Folie Marco

1763. Barr (Bas-Rhin), la Folie Marco, aujourd’hui Musée des Arts décoratifs.

521ème chronique du Blog Histoires d’universités sur le 18ème siècle.

Diaporama de 39 photos.

Partie 1. Histoire de la Folie Marco. Source : extraits de l’article de Wikipédia.

« Ce musée d’arts décoratifs est installé dans une demeure patricienne du XVIIIe siècle. Il abrite des collections de mobilier bourgeois alsacien du XVIIe au XIXe siècle. Achevé en 1763, l’édifice fait, partiellement, l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis 1935 et le musée, fondé en juin 1964, possède le label musée de France ».

Cliquer sur les images pour les agrandir

« Alors que Marco est le patronyme de son constructeur, le bailli strasbourgeois Louis-Félix Marco. L’appellation Folie suggère le type de résidences en vogue à partir du XVIIe siècle. Cependant l’historien d’art Hans Haug estime qu’il ne s’agit pas à proprement parler d’une folie, mais plutôt d’une maison de campagne assez vaste. D’autres conservateurs expliquent cette appellation par le caractère recherché de cet hôtel particulier et les fêtes mondaines dont il fut le cadre. Quant à ses concitoyens, les sommes – déraisonnables à leurs yeux – investies par l’avocat dans cette entreprise qui le laissa ruiné ont aussi pu les conduire à y voir une folie, au sens premier du terme.

Lorsque Louis Félix Marco (1718-1772), avocat au Conseil souverain d’Alsace, est nommé bailli de la seigneurie de Barr en 1750, il entreprend de faire construire une demeure à la hauteur de ses nouvelles fonctions, dont les travaux sont achevés en 1763. Après sa mort et à la suite de difficultés financières, son fils Louis Romain doit revendre la propriété à ses créanciers.

La veuve de l’un d’eux, Barbara Froehlich (1747-1816), s’y installe vers 1780 avec son second mari, le Strasbourgeois Jean-Christophe Kienlin (1747-1812), qui fait l’acquisition du vignoble situé face à la maison, lorsque celui-ci est vendu comme bien national après la Révolution ».

« Entre 1816 et 1922, la maison devient la résidence d’été de la famille strasbourgeoise Trawitz, des négociants de tabac prospères qui effectuent une série de transformations.

Créé au XVIIIe siècle, plusieurs fois modifié, puis rénové en 2001, le jardin couvre une superficie de 2 400 m2 et abrite de grands arbres aux essences variées datant de la première moitié du XIXe siècle, notamment un hêtre pourpre, des pins noirs et un if majestueux, ainsi que des plantes vivaces et grimpantes, telles chèvrefeuille, polygonum et rosiers grimpants, et diverses fleurs annuelles, pulmonaires, iris, hémérocalles, ou encore geranium.

Des gloriettes et divers éléments lapidaires agrémentent l’espace. Dans le mur de clôture situé à l’est est enchâssé un balcon à atlantes en provenance de l’abbaye d’Andlau« .

Pour aller plus loin. Hans Haug, Musée de la Folie Marco. Fondation Schwartz-Danner. 1960. Notice historique. Guide. Présentation d’objets, Société des amis du musée de la Folie Marco, Ville de Barr et DRAC, Barr, 1964 (livret mis à jour en 1993 par le Dr. M. Krieg, Conservateur), 25 p.

Partie 2. Les collections du Musée. Source : extraits du site du musée.

« La Folie Marco, grande demeure mi-seigneuriale mi-bourgeoise, est devenue un musée grâce à un legs fait en 1960 à la Ville de Barr. Les bâtiments et les collections qui y sont réunies constituent pour l’amateur comme pour le touriste un complément indispensable à la connaissance de la vie alsacienne. La Folie Marco est aujourd’hui un musée avec du mobilier bourgeois alsacien du 17e au 19e siècle, de la Renaissance rhénane à l’Empire et à la Restauration.

Commentaires fermés sur 1763. Barr, la Folie Marco

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AF. Histoire 16-17èmes siècles, AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie, Architecture

Mechanisches Musikkabinett

Croisière sur le Rhin et la Moselle. Escale à Rüdesheim am Rhein (kilomètre 514 depuis le lac de Constance). Tour dans les vignes (cépage Riesling) en petit train. Visite du Siegfried’s Mechanisches Musikkabinett.

Diaporama de 40 photos. Cinq parties dans cette chronique :

  • Musée des Instruments de Musique Mécaniques
  • Histoire des automates et des androïdes
  • Jacques de Vaucanson (1709-1782)
  • Pendule à orgues. Le Concert de singes
  • Réhabiliter les automates français.

Partie 1. Rüdesheim. Musée des Instruments de Musique Mécaniques. Source : site du musée.

Cliquer sur les images pour les agrandir

« Vous n´allez pas en croire vos oreilles. Bienvenue au Musée des Instruments de Musique Mécaniques, le premier du genre en Allemagne.

Réjouissez-vous à l´idée de : 

  • Découvrir environ 350 instruments de musique mécaniques des 3 derniers siècles (du 18e s. au 20e s.), de la simple boîte à musique au piano-orchestrion-concert faisant jouer jusqu’à 15 instruments.
  • Faire une visite guidée de 45 minutes tout en écoutant de la musique
  • Profiter de visites guidées proposées en 9 langues.

Venez nous rendre visite au Brömserhof, une demeure qui date du 15ème siècle, située en haut de la fameuse Drosselgasse à Rüdesheim sur le Rhin ».

Histoire de Rüdesheim am Rhein.

« Siegfried Wendel (1935-2016), collectionneur allemand d’instruments de musique mécaniques et opérateur de musée ». Source : article de Wikipédia.

« Lorsque Siegfried Wendel a visité un musée en plein air près de Los Angeles lors de sa lune de miel au milieu des années 1960, qui exposait également un certain nombre de pianos mécaniques et d’autres machines à musique, cela l’a inspiré à fonder le premier musée allemand des instruments de musique mécaniques le 17 octobre 1969. Les locaux devinrent bientôt trop petits et, en 1975, il s’installa au Brömserhof. Depuis lors, il dirige le cabinet de musique mécanique de Siegfried avec l’aide de son fils Jens Wendel .

En 1975, Wendel est membre fondateur de la Society for Self-Playing Musical Instruments.  Il a inventé le terme stockage de données – instruments de musique et a ainsi placé les disques et les bandes utilisés dans les machines à musique dans la lignée ancestrale des supports de stockage assistés par ordinateur modernes ».

Partie 2. Histoire des automates et des androïdes. Source : site Automates et Boîtes de musique.

« Selon le dictionnaire Larousse, un automate est une machine qui, par le moyen de dispositifs mécaniques, pneumatiques, hydrauliques, électriques ou électroniques, est capable d’actes imitant ceux des corps animés. Par ailleurs, on désigne par le terme « androïde » tout automate à figure humaine. Dans sa forme la plus aboutie, l’androïde est doté de mouvements et de dimensions qui copient étroitement la nature.

Le XVIIIème siècle, époque des androïdes et des animaux artificiels. Les véritables automates sont nés en plein siècle des lumières avec l’art de l’horlogerie. Cette époque, dominée par l’esprit scientifique, et, plus précisément, par la conception biomécanicienne de l’être humain, voit naître de nombreuses créatures artificielles qui tentent de copier trait pour trait la nature : androïdes et animaux mécaniques sont ainsi réalisés par des horlogers-mécaniciens attirés par la médecine et les sciences naturelles. Leur but n’est pas de divertir mais de faire progresser la science en s’entourant de médecins et de chirurgiens dans l’élaboration des différents organes artificiels.

Les grands automatistes de cette époque sont : Vaucanson, Friedrich Von Knauss, le Baron Von Kempelen, Pierre et Louis Jaquet-Droz, l’abbé Mical, et Kintzing.

Chacun des êtres artificiels réalisés au XVIIIème siècle était généralement une pièce unique qui résultait d’un long et fastidieux travail d’élaboration. Mais le résultat était impressionnant : de nombreux androïdes, souvent très complexes et remplissant des fonctions bien réelles, furent construits : automates écrivains, dessinateurs ou musiciens.

Les animaux artificiels, nés, eux aussi, de cette philosophie, avaient un comportement qui copiait presque parfaitement le monde animal : paons, insectes, chiens, cygnes, grenouilles, éléphants, écrevisses et canards constituaient, entre autre, le bestiaire de ces créateurs – zoologistes ».

Partie 3. Jacques de Vaucanson (1709-1782). Source : extraits de l’article de Wikipédia.

« Jacques Vaucanson, ou Jacques de Vaucanson, est un inventeur et mécanicien français. Il a créé des automates dont le canard de Vaucanson ».

« Il suit à Paris, de 1728 à 1731, des études de mécanique, physique, anatomie et musique.

À partir de 1733 ou 1735 et jusqu’en 1737 ou 1738, il construit son premier automate, le flûteur automate, qui joue de la flûte traversière. Il semblait être grandeur nature, habillé en sauvage et jouant assis sur un rocher. Il fait forte impression au public, qui peut le voir à la foire de Saint-Germain, puis à l’hôtel de Longueville.

Une grande partie du mécanisme de l’automate était placée dans un piédestal ; celui-ci, entraîné par un poids, consistait en un cylindre de bois couvert de picots, qui, par l’intermédiaire de quinze leviers et de chaînes et de câbles, pouvait modifier le débit d’air, la forme des lèvres, et les mouvements des doigts. Le flux était produit par neuf soufflets de puissances différentes, une sorte de langue artificielle ouvrait ou fermait le passage. La flûte n’est pour l’automate qu’un instrument remplaçable par un autre, et ce sont les mouvements des lèvres, doigts, et le contrôle du souffle qui lui permettent de jouer de la musique, comme un humain. Le flûteur automate a disparu au début du XIXe siècle ».

Le canard de Vaucanson. Sources : extraits de l’article de Wikipédia et Youtube de 16’56.

Créé vers 1734 et présenté au public en 1739, célèbre tant pour le naturel, la complexité et la diversité de ses mouvements que pour la manière réaliste dont il simule la digestion et la défécation.

1 commentaire

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AF. Histoire 16-17èmes siècles, AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, D. Allemagne, E. Arts Lettres Langues, E. Sciences