Archives de Tag: Bibliothèques

J. Meyer. L’Art de l’escrime (1570)

A. Colloque Autour du Livre de combat du strasbourgeois Joachim Meyer (1537-1571)

« Joachim Meyer, un coutelier d’origine bâloise, bourgeois de Strasbourg, est l’auteur d’un des ouvrages les plus aboutis sur l’art du combat de son temps. La parution de Gründtliche Beschreibung der Kunst des Fechtens en février 1570, imprimé chez Thiebolt Berger place du Vieux marché aux Vins, n’a eu que peu de succès à Strasbourg même. Il n’y a pas même un seul exemplaire conservé dans les différents fonds patrimoniaux de la ville, et un seul en Alsace, à la bibliothèque Humaniste de Sélestat.

L’ouvrage a pourtant marqué son temps et a donné lieu à plusieurs rééditions au XVIIe siècle… Enfin le contenu allie la tradition des armes chevaleresques de la fin du moyen âge (dague, épée à deux mains, bâton), des armes de guerres employées dans le contexte du combat singulier (hallebarde, grande pique) et modernité avec la rapière et le poignard ».

Un exemple d’arme : l’épée longue.

Album de 14 photos : le colloque, les planches de l’ouvrage de Meyer

B. Joachim Meyer, article de la Fédération Française des Arts Martiaux Historiques Européens.

« Auteur du dernier ouvrage pouvant être attribué à la tradition martiale de Johannes Liechtenauer, Joachim Meyer est un auteur du milieu du XVIe siècle, et son œuvre demeure la seule tentative de modernisation de la tradition liechtenauerienne. Probablement originaire de la ville de Bâle (né en 1537) et coutelier de profession, son père aurait été papetier.

Ce serait au cours de son compagnonnage que J. Meyer se serait rendu dans la ville de Strasbourg. En 1560, il accède officiellement à la bourgeoisie. C’est également autour de 1560 qu’il semble diriger la rédaction de son premier ouvrage, un manuscrit dédié au comte Otto de Sulms, Minzenberg et Sonnenwaldt,

En février 1561, puis en septembre 1563, en juin 1566, en février 1567 et en juin 1568, on trouve dans les archives de Strasbourg des demandes de Joachim Meyer, afin de pouvoir organiser des « fechtschulen ».

Son œuvre majeure, « Discours détaillé sur l’Art de l’Escrime », est datée du 24 février 1570, visiblement à la fin d’une décennie d’enseignement et de pratique de l’escrime.

L’année 1570 semble également être liée à la rédaction de son second manuscrit, dédié au comte Heinrich von Eberst, aujourd’hui conservé à Rostock.

 Durant cette année, il parvient également à se faire engager comme maître d’armes (fechtmeister) par le duc Jean-Albert 1er de Mecklembourg. Il quitte Strasbourg un jeudi de janvier 1571, arrive à la cour du duc de Mecklembourg le 10 février et y meurt le 24, à l’âge de 34 ans« .

Commentaires fermés sur J. Meyer. L’Art de l’escrime (1570)

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, AF. Histoire 16-17èmes siècles, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne, E. Mobilité internationale

Un somptueux livre d’escrime (1570)

Joachim Meyer, bourgeois de la ville de Strasbourg de 1561 à 1571, a profité de sa présence pour y faire imprimer en 1570 un somptueux livre d’escrime : Gründtliche Beschreibung der Kunst des Fechtens. Son contenu s’inscrit dans une vieille tradition allemande, mais la renouvelle de fond en comble à une époque où pourtant l’escrime italienne commence déjà à porter son influence un peu partout en Europe de l’ouest.

La qualité de son travail était telle que son ouvrage a été cité par des maîtres italiens ou espagnols dans le courant du XVIIe siècle.

A l’occasion des 450 ans de cette parution, deux événements sont programmés consécutivement à Strasbourg :

Commentaires fermés sur Un somptueux livre d’escrime (1570)

Classé dans AF. Histoire 16-17èmes siècles, C. Bretagne Normandie

Guerre de 1870. Question allemande

La guerre de 1870. Conflit européen, conflit global. Programme du colloque des 6 et 7 février 2020, à Strasbourg.

L’approche privilégiée par le colloque sera davantage celle des répercussions, échos et appropriations internationales du conflit franco-allemand.

Les travaux de David Wetzel, A Duel of Giants (2001) et A Duel of Nations (2009), sont venus remettre en lumière l’enjeu européen numéro un qui motivait l’affrontement des deux nations : la naissance d’une Allemagne unifiée et politiquement puissante, question qui agitait les opinions publiques et préoccupait les chancelleries depuis 1866, et que Jaurès avait su mettre à sa juste place quand il s’était fait l’historien de la guerre de 1870.

Il est donc essentiel de replacer au centre de la querelle entre Napoléon III et Bismarck cette « question allemande » si importante pour l’avenir des rapports de force en Europe, afin de mieux apprécier la résonance de la guerre autour et au-delà des deux belligérants.

  • la première journée du colloque, le 6 février, se tiendra au Palais universitaire (matin)
  • aux Archives départementales du Bas-Rhin (après-midi)
  • la journée du 7 février aura lieu à la Bnu.

Commentaires fermés sur Guerre de 1870. Question allemande

Classé dans AH. Histoire 19-20èmes siècles, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne

UBO, intervention musclée des CRS

Université de Bretagne Occidentale (Brest). Depuis 2009, chroniques d’Histoires d’Universités sur

in Le Courrier de l’Ouest, 11 décembre 2019

Dans un communiqué de presse, adressé mardi 10 décembre en fin de matinée aux rédactions, l’association étudiante Une Alternative pour l’UBO réagit « à l’intervention de CRS au sein de la bibliothèque universitaire et au matraquage d’étudiants ».

« Ce matin, à la suite d’une action pacifiste contre la réforme des retraites, un groupe d’étudiants a été poursuivi par un groupe de CRS jusque dans la bibliothèque universitaire, relate l’association. Ils se sont fait matraquer devant un personnel choqué qui a dû intervenir pour protéger les étudiants ».

Lire la suite

Commentaires fermés sur UBO, intervention musclée des CRS

Classé dans C. Bretagne Normandie

Diderot, dessine-moi une université !

Denis Diderot, Plan d’une université pour le Gouvernement de Russie (1775-1776), projet réalisé à la demande de Catherine II, impératrice (texte intégral).

Chronique en 3 temps. 1. Propositions principales du Plan. 2. Contexte historique. 3. Morceaux choisis

1. Propositions principales

Le texte de Diderot est écrit avec brio et causticité. Il ne se lasse pas de critiquer l’université de Paris et, en particulier, sa Faculté de Théologie. Ses propos sont même parfois haineux.

« Instruire une nation, c’est la civiliser ; y éteindre les connaissances, c’est la ramener à l’état primitif de barbarie…

Une université est une école dont la porte est ouverte indistinctement à tous les enfants d’une nation et où des maîtres stipendiés par l’État les initient à la connaissance élémentaire de toutes les sciences…

Le but de l’éducation publique sera le même dans tous les siècles : faire des hommes vertueux et éclairés » (Gorbatov)…

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans AF. Histoire 16-17èmes siècles, AG. Histoire 18ème siècle, D. Europe (autres), E. Arts Lettres Langues, E. Droit et Sciences politiques, E. Ingénierie, E. Médecine Pharmacie, E. Sciences

Dessins d’architecture médiévaux

Strasbourg, Musée de l’Œuvre Notre-Dame, 30 dessins d’architecture médiévaux.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Album de 36 photos (novembre 2019). Sources :

  • Le projet d’une réserve visitable et d’un espace d’interprétation pour les dessins d’architecture médiévaux de la cathédrale de Strasbourg.
  • Anonyme, Dessins, cathédrale de Strasbourg, musée de l’œuvre Notre-Dame, Fondation de l’œuvre Notre-Dame. Éditions des Musées de Strasbourg, 2014.
  • Dessins Cathédrale de Strasbourg, vidéo de France Info, 2’12″.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Dessins d’architecture médiévaux

Classé dans AB. Art médiéval et moderne, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Ingénierie

Diderot contre la Sorbonne

1752, une année horribilis pour Denis Diderot (39 ans) et pour Jean-Martin de Prades (32 ans).

Diderot et d’Alembert ont publié les deux premiers volumes de l’Encyclopédie en 1751. Mais le 7 février 1752, Louis XV en fait interdire la vente, l’achat et la détention.

Jean-Martin de Prades connaît l’Encyclopédie ; il en est un des contributeurs : article Certitude. Pour aller plus loin : Jean Haechler et Françoise Jouffroy-Gauja, L’article CERTITUDE de l’Encyclopédie commenté par un souscripteur anonyme, Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie.

Fin 1751, Prades, prêtre, soutient en Sorbonne la quatrième thèse nécessaire pour l’obtention du doctorat en théologie. Le jury lui décerne ce titre à l’unanimité. Retournement de situation : de janvier à mai 1752, la thèse est condamnée par la Sorbonne, le Parlement, l’archevêque de Paris et plusieurs évêques, et enfin par le Pape. Pour éviter la prison, Prades doit partir en exil.

Issue à peine croyable pour Diderot (cf infra, point 4). Il contre la Sorbonne, complétant la défense de Prades, démontrant aux théologiens que les argumentations du condamné produits dans sa thèse sont tout à fait orthodoxes. Il joue des contradictions entre les différents courants religieux (les conservateurs de la Sorbonne, les Jansénistes, les Jésuites), attaquant le plus faible du moment. Mettre de l’huile sur le feu lui réussit.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Diderot contre la Sorbonne

Classé dans AF. Histoire 16-17èmes siècles, AG. Histoire 18ème siècle, C. Ile-de-France, E. Sciences humaines et sociales

Denis Diderot, 30 ans en 1743

1713-1784. Denis Diderot, « né à Langres et mort à Paris, est un écrivain, philosophe et encyclopédiste français des Lumières, à la fois romancier, dramaturge, conteur, essayiste, dialoguiste, critique d’art, critique littéraire et traducteur ». Sources des citations de cette chronique : Wikipédia, Pierre Lepape, Diderot, Grandes Biographies Flammarion, 1991, 443 pages.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

1713. Denis Diderot naît à Langres, dans une famille bourgeoise. Son père Didier Diderot (1675-1759), maître coutelier, était réputé pour ses instruments chirurgicaux, scalpels et lancettes notamment. Sa mère Angélique Vigneron (1677-1748) était la fille d’un maître tanneur.

Diderot était l’aîné d’une fratrie dont chaque membre tint un rôle important dans la vie de l’écrivain. Didier-Pierre (1722-1787) embrassera la carrière ecclésiastique et sera chanoine de la cathédrale de Langres. Les relations entre les deux frères seront toujours conflictuelles.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans AG. Histoire 18ème siècle, C. Ile-de-France, E. Arts Lettres Langues, E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales

Alsace. Surprises du patrimoine écrit

Les surprises du patrimoine écrit alsacien, jusqu’au 20 novembre 2019.

Bibliothèque Humaniste de Sélestat. Exposition qui invite à découvrir une sélection d’ouvrages et d’objets précieux et originaux des 16ème 18ème  et 19ème  siècles, conservés habituellement à l’abri des regards, dans les réserves des bibliothèques et des archives d’Alsace.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Commentaires fermés sur Alsace. Surprises du patrimoine écrit

Classé dans AH. Histoire 19-20èmes siècles, BA. Photos, D. Allemagne, E. Sciences

Faut-il quitter les réseaux sociaux ?

Faut-il quitter les réseaux sociaux ? Talk Sapiens, Tribune n°7.

Ma réponse est « Oui ». Pourquoi j’ai supprimé mon compte Twitter, le 17 octobre 2019 à 18 heures.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Petit geste contre le réchauffement climatique. Les « clouds » dévorent de l’énergie en étant obligés de climatiser à mort (cf. deux Data Centers à Strasbourg sur le site du Magasin Vauban historique). Mais cette décision personnelle ne serait efficace que si elle était imitée par des centaines de millions de Twittos. Il n’est pas encore interdit de rêver !

Il y a donc d’autres raisons. Je veux récupérer deux heures par jour pour faire des choses moins paresseuses que celle de parcourir les réseaux et d’y intervenir. Bref, être un retraité plus actif dans la vie réelle.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Faut-il quitter les réseaux sociaux ?

Classé dans Non classé