Archives de Tag: Elections

Rennes Université : la désunion

Rennes Université (projet UNIR) : la désunion institutionnalisée. En conclusion de cette chronique : les deux tentatives de regroupement d’établissements, au niveau de la Bretagne (en 2007), puis au niveau de la Bretagne et des Pays de Loire (en 2016) !

David Alis, né le 7 mars 1968, professeur de sciences de gestion, est réélu, en juin 2020, président de l’Université de Rennes 1. pour la mandature 2020-2024. Le président sortant a été réélu au premier tour de scrutin à la majorité absolue des voix (il a recueilli 23 voix, Yvan Lagadeuc 5 voix et 7 administrateurs se sont abstenus).

Entre 2008 et 2016, David Alis a été premier vice-président et vice-président du conseil d’administration de Rennes 1, en charge des ressources humaines depuis 2012. Chronique d’Histoires d’universités relative à la situation financière (1 mars 2017) : Rennes 1 : encore des efforts !

Si le projet UNIR (Université de Rennes) voit le jour en janvier 2023, si David Alis en est élu président et s’il est réélu 4 ans plus tard, il aura alors occupé les plus hautes fonctions administratives dans l’université de Rennes pendant une durée cumulée de 23 ans. En 2031, il aura 63 ans, bénéficiera d’une année sabbatique et pourra partir en retraite.

La loi française permet à un enseignant-chercheur de ne plus l’être durant la seconde partie de sa vie active. Faut-il changer la loi pour ne plus avoir de présidents, élus à l’âge de 40 ans, et qui sont désireux et décidés à l’être à vie ? Ma réponse est : OUI !

Les statuts du projet UNIR n’ont pas encore été votés. Certains Conseils d’administration des établissements, parties prenantes d’UNIR, vont peut-être entrer en résistance. La prétention d’UNIR de réunir sept établissements ne résiste pas aux faits : UNIR institutionnalise la désunion.  

Mercredi 19 janvier 2022, les deux universités et les cinq grandes écoles rennaises ont annoncé la création de l’Université de Rennes, un établissement public expérimental (EPE) qui verra le jour le 1er janvier 2023.

  • l’Université de Rennes 1 se transforme en EPE, ses composantes de formation et de recherche ainsi que ses services deviennent ceux de l’Université de Rennes,
  • l’École nationale supérieure de chimie de Rennes, l’ENS Rennes et Sciences Po Rennes se positionnent comme établissements-composantes au sein de l’EPE et conserveront à ce titre leur personnalité morale et juridique.

A quoi correspond le statut d’établissement-composante ?

  • l’Université Rennes 2, moteur pour l’interdisciplinarité sur le site, souhaite devenir université associée,
  • l’INSA Rennes opte pour le positionnement d’établissement associé,
  • l’EHESP envisage de devenir établissement-composante ou établissement associé de l’EPE et se positionnera d’ici la fin du premier trimestre.

Pour comprendre le constat de la désunion, il faut lire deux dossiers, disponibles sur le site de Rennes 1 : le modèle rennais et le dossier de presse qui l’accompagne.

La désunion, c’est la juxtaposition de cinq types d’établissements. Rennes 1 est seule à demander le statut d’établissement public expérimental (EPE), l’université de Rennes 2 n’étant qu’associée (c’est-à-dire sans aucune obligation réelle). L’échec de la fusion entre les deux universités va donc être gravé dans le marbre de la loi. 14 ans de retard pour UNIR ; les trois universités de Strasbourg n‘ont-elles pas fusionné au début de 2009 ?

Poster un commentaire

Classé dans AA. Universités : billets d'humeur, C. Bretagne Normandie, C. Ile-de-France, E. Droit et Sciences politiques, E. Economie Gestion, E. Ingénierie, Architecture

Université de Paris, bureaucratie ++

Suite de la chronique sur le changement de nom de l’Université de Paris : Université de Paris Quartier Latin. La sommation du Conseil d’État et la polémique qui s’en est suivie n’auraient pas dû exister.

Le problème n’est pas tant celui de la dissémination du nom de Paris dans les titres des universités que celui de la complexification pitoyable du tissu universitaire en région francilienne. Subsiste une première strate historique : celle des trois formes de regroupement de la loi Fioraso : fusion, communauté d’établissements (COMUE), association. Se dessine une seconde strate, celle de la création en 2018 d’Établissements Publics Expérimentaux.

L’université de Paris est un EPE. Une histoire pas drôle de gouvernement par les bureaux.

Université de Paris. Le décret fondateur du 20 mars 2019 crée une pléthore de structures qui constituent un écheveau organisationnel inextricable, entraînant des coûts de coordination élevés, une centralisation des décisions dans les équipes de direction et les services centraux. L’université de Paris, une bureaucratie galopante… en excellente santé. Un établissement expérimental pour arriver à un résultat confondant. Tout ça pour ça !

Le décret et son annexe statutaire sont très longs pour ne pas dire bavards. Croyant pouvoir anticiper toutes les facettes de la réalité universitaire, le décret fait rentrer les détails de l’organisation dans un processus centralisateur. Ce faisant, il commet une analyse organisationnelle erronée : les détails fixés en amont de l’existence de l’université bloquent d’emblée les expérimentations qu’elle voudrait tenter pour prendre en compte telle ou telle évolution de son environnement. Il est d’ailleurs paradoxal d’avoir glissé l’Établissement Public Expérimental dans une loi sur la Société de confiance ; l’effet produit est l’inverse de celui recherché : les détails institutionnalisent une Société de méfiance.

Pire : des soi-disant détails, cachés sous le tapis, ont un effet dévastateur quand leur contenu est révélé. Ainsi en va-t-il de l’affaire du « charnier » de Descartes révélée en particulier par Le Monde. « Frédéric Dardel, l’ex-président de l’université de 2011 à 2019, a été mis en examen, le 4 juin, du chef d’atteinte à l’intégrité d’un cadavre portant sur les conditions de conservation et de mise à disposition des corps au sein du Centre du don des corps (CDC). Situé rue des Saints-Pères, dans le 6arrondissement de la capitale, le CDC est le plus grand centre anatomique de France, fondé en 1953 et rattaché à l’université de Paris (Descartes)« . Le CDC n’est évidemment pas mentionné dans le décret statutaire.

L’évolution des universités vers une centralisation et une présidentialisation renforcée de leur gouvernance n’est pas nouvelle. Nous l’avions observée en France et en Italie lors de notre recherche sur les Présidents français et les Rettori italiens, il y a près de 20 ans (article en  ligne : Pierre Dubois, Stefano Boffo, La faiblesse de l’instance législative dans les universités. Le cas de la France et de l’Italie, Revue Internationale des Sciences Administratives, Vol 71 (1), mars 2005, pp. 35-54).

Attention : lire la suite en cliquant sur les pages 2, 3, ou 4.

Commentaires fermés sur Université de Paris, bureaucratie ++

Classé dans Non classé

Valérie, ne me quitte pas !!!

Blog Histoire d’universités, 13 novembre 2010.

Oui, chères lectrices et chers lecteurs, cette chronique date bien du 13 novembre 2010. J’ai un vif plaisir à la republier.

Valérie, ne me quitte pas !

Remaniement ministériel, selon France Inter, hier matin. Parmi les ministres mutants et/ou promus : Valérie Pécresse serait nommée dans un ministère régalien, la Justice. Luc Chatel verrait son ministère de l’Education nationale étendu à la Recherche et à l’Enseignement supérieur. Ce sont deux très mauvaises nouvelles.

Ne me quitte pas, Valérie. Reste à l’enseignement supérieur et à la recherche ! N’as-tu pas compris que le ministère de la Justice ne peut servir ton ambition politique. Rachida Dati s’y est cassé les dents et a dû s’exiler comme député européen… à Strasbourg. Michèle Alliot-Marie n’est pas parvenue à se servir de sa garde des sceaux pour se hisser sur une marche plus haute, Matignon. Une troisième femme à la Justice ! Féminisation de la fonction : signe d’une dévalorisation, d’une perte de prestige !

Ne me quitte pas, Valérie. Tout peut s’oublier. Oublie mes poissons d’avril. Oublie mes impertinences, mes moqueries et mes critiques. Oh, quand même, si tu restes… : n’oublie pas de peaufiner tes arguments pour faire passer la dévolution du patrimoine auprès des universités ! Ce que tu as répondu à André Schneider le 10 novembre 2010 à l’Assemblée nationale ferait se gausser un agent immobilier débutant : les universités « pourront vendre des locaux vétustes, louer leurs amphis au secteur privé, récupérer le loyer acquitté pour l’implantation des antennes de téléphonie sur leurs toits. Bref, elles auront tout le bénéfice de la nouvelle autonomie immobilière ».

Ne me quitte pas, Valérie. Tu es une femme énergique, sans cesse sur le terrain. Tu connais tous les responsables du Sup. Tu as une capacité de travail à revendre. Et tu communiques, et tu communiques encore, et plus encore qu’encore. Luc Chatel, lui, t’oubliera, et tout de suite. Il jettera aux oubliettes ton idée qui pourrait s’avérer révolutionnaire : créer des Pôles universitaires de proximité dans toutes les villes moyennes. Toi, tu vises l’intérêt général. Luc, lui, n’aura de cesse que de créer, à Chaumont, un IUT de plein exercice, voire un centre universitaire d’excellence avec des internats éponymes.

Ne me quitte pas, Valérie. Oublier le temps des malentendus. « Oublier ces heures qui tuaient parfois à coups de pourquoi ». Reste au MESR, Valérie. Après 3 ans de LRU, de Plan Licence et Campus, de Labex et d’Investissements d’avenir, tu mérites de contempler la belle récolte dont tu as semé les grains dans les universités. « Il est, paraît-il, des terres brûlées donnant plus de blé qu’un meilleur avril ».

Ne me quitte pas, Valérie. Tu n’as pas peur, j’espère ! Ne fuis pas tes responsabilités. C’est dans les deux années qui viennent que tu vas savoir si les financements « exceptionnels » que tu as mobilisés pour les universités se sont réellement transformés en espèces sonnantes et trébuchantes ou s’ils n’étaient que beaucoup de vent et paroles, paroles et paroles. Sois patiente, Valérie, attends encore, moins de deux ans sur la montagne Sainte-Geneviève, il y a pire comme endroit. Attends le spectacle. Il va peut-être y avoir du sang : elles ne seront pas belles les universités fracassées sur le mur d’un GVT mal calculé ; elles broieront du noir celles qui comptaient sur les RCE pour développer une politique indemnitaire plus favorable au personnel. « Ne me quitte pas. Et quand vient le soir, pour qu’un ciel flamboiele rouge et le noir ne s’épousent-ils pas » . 

Ne me quitte pas. Évite le gaspillage d’argent public, les coûts inutiles qu’entraîneraient ton départ à la Justice et l’absorption de ton ministère par Luc Chatel. Tu connais les coûts de communication qui résulteraient de cette fusion : relooker les sites, changer les chartes graphiques et les logos, faire réimprimer tous les documents… Tu as déjà connu les coûts de coordination entraînés par la séparation de deux ministères. N’oublie pas les difficultés que tu as eues avec Xavier Darcos pour couper en deux l’administration centrale de l’Educ.

Coûts de communication et de coordination. Inerties et paralysies. Pertes de temps. Angoisses des personnels de la Centrale. Ne nous quitte pas : « on a vu souvent rejaillir le feu d’un ancien volcan qu’on croyait trop vieux ». Crois-y ! Garde le MESR, Valérie !

2 Commentaires

Classé dans C. Ile-de-France, E. Droit et Sciences politiques

Le bureau de la CPU. Tristesse !

Communiqué de presse. Le 17 décembre 2020, l’assemblée générale de la Conférence des Présidents d’Université (CPU) a élu les trois membres de son bureau. Ils étaient les seuls candidats et ont été élus avec 90% des voix (ne sont pas indiqués le nombre d’électeurs inscrits, d’exprimés, le mode de scrutin – en présentiel, à distance, par correspondance). Liste unique et score à la soviétique : bonjour tristesse !

La profession de foi, en annexe du communiqué d’hier, me rend en effet fort triste, triste bien sûr à cause de la fermeture inédite des universités pendant deux confinements successifs. Elle ne comprend aucune proposition d’avenir, aucune innovation qui prendrait en compte les premières leçons de la pandémie. Résumé : « les défis auxquels sont confrontées les universités aujourd’hui sont majeurs. Le nouveau Bureau en a listé les principaux : des urgences liées à la crise sanitaire, en direction principalement des étudiants, et dont les effets se feront sentir sur toute l’Université ; l’insuffisante autonomie des universités françaises et leur retard de financement ; la nécessité de redonner à l’Université la place qu’elle mérite dans la société et sur la scène internationale ; son rôle actuel et à venir dans les territoires ; l’importance d’un dialogue exigeant avec l’État ; la nécessité pour la CPU, d’être l’interlocutrice des agences, conseils nationaux et des établissements qui interviennent dans les différentes missions portées par l’Université et celle de représenter les universités et de relayer leur parole auprès d’autres institutions ou organisations nationales ou internationales« .

L’idée de tenir des Assises sur l’avenir de l’enseignement supérieur – une idée qui ne mange pourtant pas de pain – n’est pas venue à l’esprit du bureau nouvellement élu. Est-ce étonnant ? En fin de mandat à la CPU, dans deux ans, les trois présidents auront été aux manettes de leur université depuis plus de 10 ans. Se sont-ils fait élire au bureau de la CPU parce qu’ils s’ennuyaient dans l’exercice de leurs responsabilités locales ? Ou pour envisager une nomination comme Recteur d’académie (chronique du 7 février 2020 : Sale temps pour les Recteurs), ou comme Inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche (IGESR), voire une carrière politique ? Chronique du 16 mars 2020 : Municipales : échec de 8 ex-présidents ?

Quant à penser l’avenir en terme d’Instituts d’Enseignement Supérieur dédiés au 1er cycle et d’une quinzaine d’universités de recherche dédiées au Master et au Doctorat, j’imagine que l’idée ne mobilisera pas les pensées des 3 membres du nouveau bureau. Chronique du 6 janvier 2012 : les IES en 20 propositions. 216 chroniques du blog sur les IES depuis 2009.

1 commentaire

Classé dans C. Bretagne Normandie, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes), Non classé

Lionel Larré, un nouveau président

Communiqué de l’université. Ce mercredi 20 mai 2020, Lionel Larré a été élu président de l’Université Bordeaux Montaigne à l’issue du 1er tour de scrutin. Il succède à Hélène Vélasco-Graciet, présidente depuis 2016 qui ne se représentait pas. Lionel Larré prend immédiatement ses fonctions, son mandat est de 4 ans.

  • La large victoire de Lionel Larré était pronostiquée dans la chronique du blog du 6 mai 2020, Qui présidera Bordeaux Montaigne ?
  • Les élus étudiants (5 sur 6) et les personnalités extérieures élues (4 sur 4) ont fait l’élection du président. Il y a là un problème de gouvernance dans les universités : 11 des 22 voix recueillies par Lionel Larré émanent d’administrateurs ne faisant pas partie des personnels de l’université ; Patrick Baudry n’en a recueilli que 2.
  • Nicolas Champ (MCF d’Histoire contemporaine) a été élu VP du Conseil d’Administration. Sa thèse. Religion et territoire. L’espace public entre présence confessionnelle et sécularisation dans la France du XIXe siècle. Le cas de la Charente-Inférieure (1801-1914).

« Les représentants des personnels et représentants des étudiants élus en février 2020, ainsi que les personnalités extérieures désignées en mars 2020 qui composent le nouveau Conseil d‘administration de l’université (36 membres) ont élu ce 20 mai 2020 le président de l’Université Bordeaux Montaigne.

Étaient candidats à cette élection

  • Lionel Larré, professeur de civilisation américaine, directeur de l’UFR Langues et civilisations
  • Patrick Baudry, sociologue, professeur en sciences de l’information et de la communication, directeur de la MSHA

Les votes

  • 22 voix pour Lionel Larré
  • 11 voix pour Patrick Baudry
  • 3 votes blancs »

Qui est Lionel Larré ? Quelle est la profession de foi de la liste qui a soutenu sa candidature à la présidence ?

Lire la suite…

Commentaires fermés sur Lionel Larré, un nouveau président

Classé dans C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes)

Univ. Nantes. O. Laboux toujours là !

14 mai 2020. Mediacités Nantes. Olivier Laboux, président depuis 2012, joue les prolongations à la tête de l’Université de Nantes.

« L’un part, l’autre reste… Destins divergents pour les deux duettistes de l’enseignement supérieur nantais, un temps partenaire dans le projet I‑Site. Alors qu’Arnaud Poitou, l’ancien patron de Centrale a quitté, il y a peu, les murs de l’école d’ingénieurs ; Olivier Laboux, président depuis 2012, s’incruste dans ceux de l’Université. Le 31 mars, son second mandat présidentiel était pourtant arrivé à son terme »…

Pourquoi Olivier Laboux est-il encore là ? Parce que le processus électoral engagé le 14 février 2020 n’est pas allé à son terme. Élections aux conseils centraux de l’université de Nantes. Pas de vainqueur

« Quatre listes se partageaient les 20 postes du conseil d’administration réservés aux personnels. Cinq pour la liste « Université demain » soutenue par Carine Bernault, actuellement dans l’équipe du président Olivier Laboux, deux pour la liste intersyndicale « Ensemble pour le service public d’enseignement supérieur et de recherche » (FSU, CFDT, FO, CGT) pour le collège A (enseignants-chercheurs). Pour le collège B (enseignants, chercheurs et enseignants-chercheurs), c’est l’inverse. Les deux listes en fait, sont au coude à coude : 921 voix sur 2 233 pour « Université demain », 861 pour la liste intersyndicale.

Pour le collège des personnels administratifs, techniques et de service, ces deux listes remportent chacune deux sièges. L’Unsa Éducation et le SNPTES, un siège chacun. Le taux de participation se situe entre 53 et 65 %.

Le futur président, ou présidente, sera élu en mars par le conseil d’administration »

  • Enjeu de ces élections : rebondir après la Fusion mort-née de Nantes Université (chronique du 18 octobre 2019). Le Conseil d’administration de l’École centrale de Nantes avait rejeté, par un vote de 17 voix contre, 12 voix pour, et 1 abstention, les statuts de Nantes Université. La majorité absolue des 31 membres en exercice, soit 16 voix, était requise. Pas de Nantes Université en janvier 2020 !

La fermeture de l’université suite à la pandémie Covid-19 et au confinement du pays qu’elle a entraîné a eu raison des élections universitaires en cours. L’élection présidentielle par le conseil d’administration de l’université de Nantes n’a pu avoir lieu.

Il était logique qu’elle soit reportée par arrêté. Celui-ci est daté du 26 mars 2020

Commentaires fermés sur Univ. Nantes. O. Laboux toujours là !

Classé dans C. Centre Val de Loire

Bordeaux, printemps sans président

Deuxième chronique du 6 mai 2020 sur l’université de Bordeaux Montaigne.

Après l’élection des quatre représentants extérieurs le 9 mars 2020, le conseil d’administration de Bordeaux Montaigne, en formation complète (36 membres), devait élire le président de l’université, le 25 mars (chronique précédente : Qui présidera l’université Bordeaux Montaigne ?). En raison de la fermeture de l’université et du confinement, le recteur d’académie avait autorisé un vote électronique.

Les trois candidats à la présidence, réunis par Hélène Velasco-Graciet, présidente sortante non candidate à sa succession, ont préféré reporter l’élection. Hélène Velasco a été nommée Administrateur provisoire de l’université.

L’histoire se répète donc à Bordeaux Montaigne. En 2020, un printemps sans président. En 2012, un été sans président. En 2020 et en 2012, c’est la/le président/e sortant/e, qui s’était engagé/e à ne faire qu’un seul mandat, qui a été obligé/e de prolonger celui-ci parce qu’un successeur n’a pu être élu.

L’élection du président est programmée désormais le 20 mai 2020, après le dé-confinement.

Message du 26 mars 2020

Commentaires fermés sur Bordeaux, printemps sans président

Classé dans C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes)

Qui présidera Bordeaux Montaigne ?

Trois chroniques de ce 6 mai 2020 sur l’université Bordeaux-Montaigne

Rappel des résultats des élections aux conseils centraux de l’université de Bordeaux Montaigne (11 et 12 février 2020). Chronique du blog : Deux gagnants ? L’élection du président, par le Conseil d’administration en formation complète (36 membres) devait avoir lieu le 25 mars. Suite à la crise sanitaire, elle a été reportée, un administrateur provisoire a été nommé par le Recteur (chronique à suivre)

Courriel reçu le 10 mars 2020. Source : un universitaire de Bordeaux Montaigne commente les résultats et prévoit l’élection de Lionel Larré à la présidence.

« Hier se sont déroulées les élections des quatre représentants extérieurs. Elles ont été favorables à Lionel Larré, qui s’oppose depuis le début de la campagne à l’équipe sortante.

Quelques chiffres : Lionel Larré disposait chez les enseignants de huit élus (6+2), Patrick Baudry de sept (1+6), Laurent Coste de un.

Les étudiants ont massivement suivi Lionel Larré : les quatre élus d’une association (rattachée à la FAGE), un élu de l’UNEF ont voté pour lui. Un élu d’extrême gauche a refusé de voter pour qui que ce soit. 5 voix pour Lionel Larré : les étudiants feront l’élection du président.

Les BIATSS n’avaient pas donné d’indication sur leur vote à l’exception de l’UNSA qui, avant les élections, avaient annoncé qu’ils voteraient Lionel Larré (2 élus). La CGT (1) la FSU (1) ont voté à coup sûr Patrick Baudry, le SGEN (1 élu) sans doute aussi. L’élu dont la liste s’était rattachée à celle de Laurent Coste a voté une fois pour un extérieur présenté par la CGC (qui n’a obtenu que deux voix), trois autres fois pour ceux présentés par Patrick Baudry.

Les quatre extérieurs institutionnels semblent s’être partagés à part égale, sans que l’on puisse être certains du sens de leur vote. La rumeur ambiante veut que le CNRS et le Conseil Régional aient voté pour les candidats de Patrick Baudry, la mairie de Bordeaux et Bordeaux Métropole pour ceux de Lionel Larré.

En tout cas, la configuration du CA tel que complétée hier donne des résultats très nets : une élection dès le premier tour pour Lionel Larré.

L’affaire n’est pas complètement jouée mais il faudrait de bien curieux retournements pour que le résultat final (prévu le 25 mars, hors coronavirus) s’inverse.

Commentaires fermés sur Qui présidera Bordeaux Montaigne ?

Classé dans C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes)

Gustave Eiffel, université de papier

Suite des chroniques du :

Créée officiellement le 1 janvier 2020, l’université Gustave Eiffel n’existera que sur le papier, tant que les sites Web des deux établissements, objets de la fusion (Paris-Est Marne-la-Vallée et IFSTTAR), ne seront pas fermés. Trois sites pour un seul établissement, c’est deux de trop.

La nouvelle université fait état, sur son site, de trois organigrammes, mais ceux-ci n’ont aucune valeur juridique (cf; page 2 de cette chronique).

La gouvernance prévue par les statuts – législatif et exécutif – n’est en effet pas encore en place ; elle devait l’être avant le 30 juin 2020 mais la fermeture de la pseudo-université jusqu’en septembre ne permettra pas l’élection de 15 des 35 membres du conseil d’administration avant l‘automne. Pas de chance pour cette université fantôme ; la pandémie Covid-19 la fait naître sous de mauvais auspices. Et ce en dépit de la formidable énergie humaine qui a été déployée, largement en vain.

En page 1 de cette chronique, je reviens sur le décret fondateur du 13 décembre 2019, et en particulier sur les dispositions transitoires et finales, sur la composition du Conseil d’administration.

Historiquement, les statuts de Gustave Eiffel ouvrent une ère nouvelle, celle de la suppression de la collégialité universitaire, celle d’une gouvernance composée très minoritairement d’élus de l’établissement et en particulier d’élus enseignants.

Article 8. Composition du conseil d’administration

Le conseil d’administration est composé de 35 membres, dont au moins la moitié dispose d’une expérience dans le milieu académique :
1° Le président.
Quinze élus disposant chacun d’un suppléant :
– cinq représentants des professeurs d’université, directeurs de recherche et assimilés au sens de l’article 11 des présents statuts ;
– cinq représentants des autres enseignants, maitres de conférences, chargés de recherche et assimilés au sens de l’article 11 des présents statuts ;
– trois représentants des autres personnels ;
– deux représentants des usagers.

Les 10 représentants des enseignants sont moins nombreux que les 11 membres de droit, représentants de ministères, de collectivités territoriales, de grands organismes, d’instances économiques (chapitre 2 du décret, article 8)

Les enseignants ne seront plus en position de gouverner l’établissement.

Commentaires fermés sur Gustave Eiffel, université de papier

Classé dans C. Ile-de-France

Député LREM confiné dans le Sud

Actualisation de la chronique du 4 avril 2020, L’ex-président de l’université de Metz se confine dans le Sud

Le député La République en Marche de la Moselle Richard Lioger vit son confinement dans sa résidence secondaire du sud de la France. Un choix qui pose question dans sa ville, à Metz, article de Nicolas Zaugra, Lorraine Actu, 10 avril 2020.

L’information a fait le tour de la ville de Metz (Moselle) en un rien de temps. Un député de la majorité présidentielle, sèchement battu dès le premier tour des municipales de mars à Metz, vit le confinement dans sa résidence secondaire et ça ne passe pas vraiment.

Selon nos informations, Richard Lioger, élu en 2017 dans la 3e circonscription de la Moselle, a migré vers le sud de la France à près de 800 kilomètres de son fief électoral pour vivre son confinement. Un choix qui interroge dans le parti et qui révolte habitants et collègues élus locaux. 

Le parlementaire a donc quitté sa circonscription. Impossible de dire toutefois s’il est parti juste avant l’annonce présidentielle d’Emmanuel Macron à la télévision le 16 mars 2020 au sujet du confinement ou peu après. Le député refuse de s’étendre sur son départ. 

Commentaires fermés sur Député LREM confiné dans le Sud

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)