Archives de Tag: Evaluations

La culture du parangonnage [sic]

La prise en compte des classements internationaux dans les politiques de site, rapport d’inspection, mai 2017, 181 pages. Onze préconisations (page 10 et 11).

Préconisation 1. Le ministère doit expliciter sa position vis-à-vis des classements internationaux et l’intégrer dans le dialogue contractuel.

Le dialogue stratégique contractuel ? Celui-ci n’a plus aucun sens, ne sert plus à rien

  • Un établissement n’est concerné que tous les 5 ans
  • Les crédits affectés au contrat ne constitue plus qu’une goutte d’eau dans le budget global
  • Les équipes de recherche de l’établissement ne peuvent plus être comparées entre elles car la notation A, B et C a été supprimée
  • L’offre de formation n’est plus habilitée diplôme par diplôme, mais elle est accréditée globalement.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Shanghai 2017 : RAS

Classement de Shanghaï 2017 : tous les résultats.

RAS : Rien à signaler, sauf la bonne progression de l’École normale supérieure de Paris, rue d’Ulm.

Classement effectué par le Monde

Lire la suite

4 Commentaires

Classé dans E. Mobilité internationale

Évaluer : autosatisfecit du HCERES

Hcéres (Haut Conseil de l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur). Toutes les chroniques précédentes sur le Hcéres.

Le Hcéres vient de publier son Rapport d’activité 2016 (44 pages). Sur la première page, deux slogans : Partenaire de progrès ; Hcéres, évaluation et qualité. La mise en page du rapport est avenante ; on l’imagine sur papier glacé, comme dans les entreprises du CAC 40. Visiblement, le Hcéres a soigné sa communication !

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Bourgogne Franche-Comté

La réussite au BTS selon 5 facteurs

Suite de la chronique BTS, une attractivité en baisse ?

La réussite au BTS selon cinq facteurs : le sexe, le type de bac obtenu, la spécialité choisie (production ou services), le mode de formation (sous statut scolaire, en alternance, en formation continue, à distance, en individuel), le lycée d’appartenance. L’album de 8 photos jointes fournit les sources statistiques pour mesurer l’influence de chacun de ces facteurs.

En 2015, 179.611 élèves ont été présents aux examens du brevet de technicien supérieur (dont 13.900 pour obtenir un BTS agricole). 133.143 ont obtenu le diplôme (taux de succès : 74,1%), dont 10.917 un BTS agricole (taux de succès : 78,5%). Indicateur 8.16. Le BTS : présentation générale.

Les jeunes femmes ont été aussi nombreuses que les jeunes hommes à passer le BTS. Leur taux de succès a été supérieur (75,3% contre 70,8%), et cela dans presque toutes les spécialités y compris celles de la production.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

SUP. 25 établissements en déficit

Cour des Comptes, Mission interministérielle Recherche et enseignement supérieur, Note d’analyse de l’exécution budgétaire 2016 (pages 48 à 50). Enseignement supérieur et Recherche : le bilan du quinquennat s’alourdit. Je ne regrette donc pas mes colères, mes critiques de la saison 3 du blog.

Contrôle budgétaire des opérateurs de l’État. Grille d’alerte : six universités en situation très dégradée, 9 universités en situation dégradée, soit 15 universités en tout.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Établissements passés aux RCE (Responsabilités et Compétences Élargies) et en déficit : 25 établissements en 2015 soit 16 de plus qu’en 2014 (17 universités sont concernées).

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Non classé

SUP. Moins d’enseignants qu’en 2011

En 2011, il y avait 91 257 enseignants dans l’enseignement supérieur. En 2016, il n’y en a plus que 89 957, soit 1300 de moins. Cette diminution est révélée par les très officiels Repères et Références Statistiques 2017 (indicateur 9.15 retraçant l’évolution des effectifs depuis 1992).

François Hollande et ses ministres ou secrétaires d’État n’avaient-ils pas promis une hausse de 5 000 emplois en 5 ans, soit 1000 par an (enseignants et personnels techniques et administratifs).

Cliquer sur l’image pour l’agrandir le tableau ou cliquer ici

En fait, la diminution globale observée de 2011 à 2016 cache des évolutions différenciées selon les catégories d’enseignants :

  • Le nombre de professeurs a faiblement augmenté : 20 929 en 2011, 21 183 en 2016 (+ 254).
  • Même chose pour le nombre de maîtres de conférences : 38 883 en 2011, 39 000 en 2016 (+ 117).
  • Hausse un peu plus forte pour le nombre de professeurs du secondaire enseignant dans le supérieur : 12 891 en 2011, 13 317 en 2016 (+426).
  • La chute des effectifs globaux est essentiellement due à une forte baisse du nombre d’ATER, de doctorants contractuels et de personnels temporaires de santé : 18 554 en 2011, 16 457 en 2016 (- 2097). Ce sont donc essentiellement les doctorants en fin de thèse ou les jeunes docteurs qui en ont pris « plein pot ».

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Micmac budgétaire pour le 3ème PIA

Le Programme des Investissements d’Avenir a un impact certain : celui de renforcer les inégalités régionales en matière de financement de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Ce n’est pas un de ses moindres défauts !

Y avait-il urgence à pérenniser, avant les élections présidentielle et législatives de 2017, le PIA ? Le Commissariat général à l’investissement a poussé à cette prise de décision (… sans doute, en partie, pour maintenir un certain nombre de chaises musicales directoriales).

La Cour des Comptes s’émeut de ce calendrier dans son rapport sur l’exécution du budget de la MIRES pour 2016 : « alors que la Cour a souligné les risques associés à la pérennisation et la multiplication des PIA, le Gouvernement a annoncé le lancement d’un troisième PIA d’un montant de 10 Md€ (conseil des ministres du 22 juin 2016). Ce nouveau programme a été ouvert en loi de finances initiale pour 2017 sous la forme d’une mission PIA 3 composée de trois programmes »

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Arrêter le suivi de carrière

« Suivi de carrière »: il n’est pas appliqué partout… La bonne décision, c’est de ne l’appliquer nulle part ! Communiqué de SUPAUTONOME-FO et du SNPREES-FO (20 mai 2017).

Le « suivi de carrière », première étape d’un contrôle hiérarchique et bureaucratique des carrières des universitaires se poursuit pour les établissements de la vague C, même si devant les multiples réactions le Ministère a réduit la portée du dispositif. La clôture de l’application destinée à servir de support au « suivi de carrière » a été repoussée du 20 au 27 avril 2017 avec de multiples pressions exercées dans les établissements concernés pour « racoler » au maximum ceux qui auraient oublié la procédure et éviter un fiasco. Mais de nombreux collègues ont choisi de traiter cette procédure par le mépris et de ne pas contribuer à leur propre mise sous tutelle par le Ministère et les chefs d’établissements.

Dans ce contexte, la CPU poursuit son offensive en faveur du « suivi de carrière ». Méconnaissant le statut particulier des universitaires et les spécificités, fondées sur les libertés académiques, qui s’attachent à celui-ci, la CPU dans son communiqué du 20 mars 2017 appelle à la désignation d’une autre instance d’évaluation et indique à mots couverts que les chefs d’établissements sont prêts à assumer le suivi de carrière, ce qui accentuerait encore le clientélisme et remettrait en cause à terme le caractère national de nos statuts.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Yvon Berland et le classement QS

Ma chronique du 9 mars 2017 – Classement QS des universités – a donné lieu à un commentaire d’Hervé Boismery. Yvon Berland, président d’Aix-Marseille Université, répond à Hervé Boismery dans un courriel qu’il m’a envoyé aujourd’hui.

Hervé Boismery. « Un classement de ce type n’a évidemment qu’une valeur relative. Néanmoins, apparaissent d’une manière significative les reculs de certaines universités françaises, notamment les Tours de Babel issues des méga-fusions du début de la décennie 2010. Le cas le plus probant est probablement celui d’Aix-Marseille Université, « la plus grande université de France » et peut-être aussi d’Europe (?).

Ainsi, entre 2015 et 2017, dans le classement afférent à la rubrique « Life Sciences and Medicine », cet établissement est passé du rang 183 au rang 224, et cela en seulement deux ans. Dans le domaine de la Médecine, domaine où Marseille bénéficiait jadis d’une renommée mondiale, AMU se situe désormais à un niveau modeste, loin derrière non seulement des universités européennes, mais aussi, ce qui est surprenant, loin derrière des universités de pays émergents. Ainsi, l’Université de Chulanlongkorn de Thaïlande obtient un ranking nettement meilleur qu’Aix-Marseille en matière médicale.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. PACA Corse, E. Médecine Pharmacie

Circulaire et arrêté bavards

Une circulaire et un arrêté bavards comme seuls des technocrates peuvent inutilement en pondre sans vergogne. Qui va lire ces textes prétentieux ? Les titulaires de la fonction de psychologue de l’éducation nationale vont-ils être évalués sur chacun des points ? Quand et par qui ? Ne peut-on faire enfin confiance aux étudiant(e)s qui auront obtenu le diplôme bac+5 ? Ce mode prescriptif de gestion est obsolète ; les technocrates du mammouth ne le savent-ils pas encore ?

« Le corps des psychologues de l’éducation nationale a été créé par le décret n° 2017-120 du 1er février 2017 portant dispositions statutaires relatives aux psychologues de l’éducation nationale. Leurs missions sont définies à l’article 3 de ce décret ».

« L’arrêté du 26-4-2017 fixe la liste des connaissances et des compétences professionnelles que les psychologues de l’éducation nationale doivent maîtriser pour l’exercice de leur métier. Elle est précisée en annexe du présent arrêté, en fonction de leur spécialité.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans E. Sciences humaines et sociales