Quiz. Quatre panneaux de retable

Quiz du week-end. Quatre panneaux appartenant au même retable : épisodes de l’enfance et de la passion du Christ.

Trois questions. Où se trouve aujourd’hui ce retable ? Qui en est l’auteur ? A quel épisode de la vie du Christ chaque panneau fait-il allusion ?

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, B. Photos, B. Quiz

Université. Macron dessine l’avenir

News Tank a publié hier un dossier de 28 pages, Les universités françaises dessinent leur avenir. Il se pourrait qu’Emmanuel Macron dessine cet avenir – et en particulier celui du regroupement des établissements – par ordonnance (lire en note finale le billet d’EducPros).

Il faut dire en effet que la politique de regroupements à marche forcée, instaurée par la loi ESR de juillet 2013 et aboutissant à des COMUE monstrueuses, a pitoyablement échoué (depuis 2009 : 303 chroniques du blog sur les regroupements).

Le combat du blog depuis 2009 : une quinzaine d’universités de recherche, dédiées aux seuls deuxième et troisième cycles et obtenues par fusion, et « en même temps » plusieurs centaines d’Instituts d’Enseignement Supérieur, dédiés aux seuls premiers cycles en 3 ans. Ces IES seraient des établissements juridiquement nouveaux, autonomes mais associés non aux lycées (les classes supérieures des lycées seraient intégrées dans les IES), mais aux universités de recherche.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Rome. Santa Maria della Pace

« Santa-Maria della Pace est une petite église mais aussi une des œuvres majeures du baroque à Rome. Elle se situe dans le Rione Ponte, proche de la Place Navone. Elle fut construite sur le site d’une chapelle dédiée à saint André Aquaricariis (Saint-André-des-Porteurs-d’Eau). Sa construction fut décidée en 1482 par le pape Sixte IV, après le saignement miraculeux en ce lieu d’une icône de la vierge. Elle est attribuée à Baccio Pontelli ». Source des citations : Rome Roma, Culture & Voyage (cette source résume la chronique de Wikipédia en italien).

Album de 35 photos (mai 2017).

« Raphaël y a peint une partie des célèbres fresques des Sibylles et des Prophètes. La Chapelle Chigi comporte de remarquables fresques de la Renaissance de Baldassarre Peruzzi. Au XVIIe siècle, Pietro da Cortona a ajouté la façade baroque, entre deux ailes concaves, simulant une scène de théâtre. Y sont mêlés deux ordres stylistiques. Elle est précédée par un portique semi-circulaire soutenu par des colonnes toscanes appariées ».

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire moderne, B. Photos, D. Italie, E. Arts Lettres Langues

Réussir ensemble… sans les ATER ?

Cinquième chronique en deux jours sur la gestion de recrutements d’enseignants-chercheurs (professeurs, maîtres de conférences, ou ATER) ou de chercheurs en Franche-Comté, en Ile-de France, en Pays-de-Loire, en Lorraine.

La crise financière subie par les établissements accentue-t-elle les conflits entre disciplines ou au sein des disciplines ? Le gel de nombreux emplois fait-il progresser le localisme dans le recrutement ? Une incroyable complexité pour composer et faire fonctionner les comités de sélection va-t-elle aboutir à une multiplication des contentieux et à la paralysie des recrutements ? La gouvernance par la confiance serait-elle en train d’abandonner l’Alma Mater ? Faut-il craindre l’avènement d’une sorte de barbarie ?

Université de Franche-Comté : Réussir ensemble… sans les ATER ? Lettre ouverte du 20 juin 2017, signée par une cinquantaine de responsables enseignants et administratifs.

« Dans sa profession de foi de mars 2016, lors des élections pour le CA de notre université qui allait le conduire à un second mandat à la tête de notre université, le président Jacques Bahi vantait les mérites de sa précédente mandature au cours de laquelle l’UFC avait « montré qu’elle était capable d’anticiper ». Ces belles qualités, celles du président-gestionnaire, se sont-elles dissipées dans les brumes de la chaleur du printemps ? Où sont passés les « efforts fondés sur une vision politique et stratégique anticipant l’avenir », ainsi que la « maîtrise des problématiques budgétaires » ? Certainement pas dans la gestion de la campagne ATER 2017.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Bourgogne Franche-Comté

Lorraine : recrutements invalidés !

Décidément, il s’en passe des choses dans les recrutements d’enseignants-chercheurs et de chercheurs : quatrième chronique en deux jours.

Courriel reçu ce 22 juin 2017 : « pratiques honteuses à l’université de Lorraine, aboutissant à sacrifier l’avenir de deux jeunes pour de sombres jeux de pouvoir. Ces pratiques  doivent être connues du plus grand nombre ». Université de Lorraine. Recrutement de deux maîtres de conférences en droit privé. Lieu d’exercice de la fonction : Faculté de Droit, Économie, Administration à Metz.

Photo de 2010. Cliquer pour agrandir

Le comité de sélection, présidé par Sophie Hocquet-Berg, se réunit, examine les  dossiers, auditionne une vingtaine de candidats, délibère et opère un classement pour chacun des deux postes. Pour le premier, la décision est prise à l’unanimité des voix des 8 présents. Pour le second, elle est prise à la majorité (7 voix contre une).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

CNRS. A propos des déclassements

A propos des déclassements en section 40 du CNRS Politique, Pouvoir, Organisation : suite de la chronique Cachez ce concours que je ne saurais voir

Motion du comité de rédaction des Actes de la recherche en sciences sociales. Celui-ci témoigne de son entière solidarité à l’égard des candidats sociologues, qui ont été éliminés par le jury d’admission de l’InSH, ainsi qu’à l’égard des membres la section 36 du comité national, dont le classement a été très largement piétiné (concours CR2 36/04).

La décision du jury d’admission a des allures de sanction à l’encontre d’une discipline, et elle n’est pas sans évoquer une haine de la sociologie, vieille passion française, que les mots d’ordre dont la direction de l’InSHS aime se réclamer (innovation, internationalisation, avenir, foi dans la science) ne parviennent pas à dissimuler.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Avignon. Clément VII et les rotuli

Troisième chronique sur les papes en Avignon, leurs relations avec l’université éponyme. 1. Le pape Boniface VIII fonde l’université d’Avignon en 1303. 2. Le pape Urbain V et la contestation étudiante (1367). 3. Clément VII (antipape de 1378 à 1394) et les rotuli (note 1 : les deux Clément VII).

Les rotuli de suppliques ne sont pas chose nouvelle sous Clément VII. Anne-Marie Hayez (note 2) a analysé ceux présentés à Urbain V en 1362-1363 : 5908 suppliques dans 339 rotuli et 5026 suppliques isolées. « La plupart des suppliques étaient d’ordre bénéficial. Celles regroupées dans les rouleaux de parchemin ou de papier avaient une certain unité : étudiants appartenant à une même université, personnages dont la demande était appuyée par un même puissant protecteur, qu’il fût laïque ou ecclésiastique… Des demandes relativement modestes portent soit sur des expectatives de bénéfices à la collation d’un évêque ou d’un évêque et de son chapitre, soit sur des expectatives de prébendes. Or si Urbain V ne modifie que deux fois sur sept le collateur dans le premier cas, quitte à préciser parfois que le bénéfice ne sera pas dans une cathédrale, pour les prébendes il change trois fois sur cinq le lieu demandé et écarte résolument ses familiers des chapitres cathédraux, les dirigent vers des églises collégiales de bien moindre importance ou de bénéfices non désignés ».

Jacques Verger mentionne les suppliques adressées à Clément VII, en 1378 et 1379 lors de son installation à Avignon, et en 1393-1394 à la fin de son pontificat (note 3). « Les premiers contiennent 866 noms dont ceux de 7 professeurs de droit ou d’arts libéraux. Le nombre de quémandeurs est presque multiplié par deux dans les rotuli de 1393-1394 : 1581 noms dont 19 professeurs« .

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, C. PACA Corse, E. Droit et Sciences politiques, E. Mobilité internationale, E. Sciences humaines et sociales

Cachez ce concours que je ne …

Suite de la chronique Comité de sélection et localisme. Courriel sans titre, reçu ce 22 juin 2017. Je lui ai donné le titre suivant : CNRS : cachez ce concours que je ne saurais voir.

Introduction du texte. « Dans le contexte de contestation généralisée et de demandes d’explications, je voudrais éclairer une bizarrerie relative à la disparition la semaine dernière de la liste des admissibles du concours DR2-section 40 du site du CNRS et l’absence de la liste des candidats admis, alors que le jury d’admission s’était pourtant réuni (depuis, une liste d’admissibles a été remise sur le site). La section 40 « s’interroge » et « s’inquiète » des déclassements en section 36, mais elle aurait pu d’abord informer les collègues de ce qui s’est passé en section 40, vu le caractère inédit du déroulement du concours DR2 cette année. Car nous sommes tous attachés à l’indépendance des comités et des jurys et nous suspectons à juste titre les interventions de la hiérarchie du CNRS. Nous y voyons la collégialité et le critère scientifique qui seuls doivent prévaloir défiés par l’arbitraire. Mais il faut bien se l’avouer, il est des cas où c’est le jury d’admissibilité qui pose problème et où la hiérarchie du CNRS cherche par tous les moyens à le couvrir…

Le texte de 3 pages dans sa totalité.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé

Comité de sélection et localisme

Qualité de la Science Française, Communiqué sur le recrutement par les pairs des universitaires et des chercheurs du CNRS, 19 juin 2017.

« Le recrutement par les pairs des universitaires et des chercheurs est une condition de la qualité de la production et de la transmission des savoirs. Il est aussi une garantie de l’égalité des chances dont doivent pouvoir bénéficier tous les candidats aux concours de l’enseignement supérieur et de la recherche. Seule la collégialité scientifique qui s’exprime à travers les comités et les jurys prévus par les dispositions juridiques régissant le recrutement universitaire et des organismes de recherche peut assurer la nécessaire expertise disciplinaire, sans laquelle toute décision peut paraître arbitraire.

QSF n’a cessé de rappeler que l’évaluation qui est associée au recrutement d’un universitaire ou d’un chercheur est sans doute plus importante que les appréciations qui peuvent avoir lieu tout au long de la carrière. C’est souvent de cette première évaluation que dépendent la qualité, l’attractivité et le rayonnement d’une université ou d’un organisme de recherche.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France, E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales

Rome. San Stefano in Rotondo

16ème balade dans Rome (les 15 précédentes) : San Stefano in Rotondo sur la colline du Celio. Source et citations : Wikipédia.

Album de 32 photos.

Cliquer sur les images pour les agrandir

« Les fouilles, de 1969 à 1975, ont révélé que San Stefano in Rotondo n’a jamais été reconverti à partir d’un temple païen, mais a toujours été une église, érigée sous Constantin Ier, dans la première moitié du IVe siècle.

L’édifice a été consacré par le pape Simplice entre 468 et 483 à saint Étienne, martyr dont le corps avait été retrouvé quelques décennies auparavant en Terre sainte et transporté à Rome. L’église a été la première de Rome à avoir un plan circulaire, inspiré de l’église du Saint-Sépulcre, à Jérusalem.

À l’origine, l’église avait trois déambulatoires concentriques flanqués de 22 colonnes ioniques, qui entouraient le centre de l’espace circulaire surmonté d’un tambour de 22 m de haut. Les colonnes ont été empruntées à des monuments antiques. Les chapiteaux décorés de croix portent un coussinet au-dessus de l’abaque, marque de l’influence orientale dans l’art romain.

En 1130, Innocent II ajouta trois arcs transversaux pour soutenir le dôme.

Le plan d’origine, d’un diamètre total de 65 mètres, coupait les quatre bras d’une croix grecque. Au XVe siècle, le cercle extérieur et trois bras de la croix furent détruits. Le diamètre est aujourd’hui de 40 mètres.

En 1454, le pape Nicolas V avait confié les ruines de l’église à la garde des Pères Paulins, seul ordre catholique fondé par les Hongrois. C’est la raison pour laquelle Saint-Étienne-le-Rond est devenu plus tard l’église non officielle des Hongrois à Rome..

En 1579, les jésuites hongrois prirent la suite des pères paulins. Le Collegium Hungaricum, établi par István Arator cette année-là en cette église, fusionna rapidement avec le Collegium Germanicum en 1580, devenant ainsi le Collegium Germanicum et Hungaricum, parce que très peu d’étudiants hongrois pouvaient se rendre à Rome, depuis que les Turcs occupaient le royaume de Hongrie.

Les murs de l’église sont décorés de nombreuses fresques, notamment celles de Niccolò Circignani (Niccolò Pomarancio) et Antonio Tempesta représentant 34 scènes de protomartyrs, commandées par Grégoire XIII, au XVIe siècle. Toutes les peintures comportent une inscription relatant la scène représentée, avec le nom de l’empereur qui a ordonné l’exécution, ainsi que des citations de la Bible. Les peintures sont un peu morbides, et les représentations très naturalistes des tortures et exécutions (bouillis, écartelés, concassés, etc.) ne peuvent qu’inspirer l’horreur.

Autres images de San Stefano in Rotondo.

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, B. Photos, D. Italie