SUP. Vacataires payés sous le SMIC

Depuis le 1er janvier 2019, les vacations d’enseignement du supérieur sont payées 17 centimes sous le SMIC (communiqué de la Confédération des Jeunes Chercheurs, 23 mai 2019).

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Lire la suite du Communiqué…

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

ParcourSup. Un état très incomplet

Le tableau de bord ParcoursSup est bien trop succinct. Il ne permet aucune analyse sérieuse de la situation des candidats.

Il ne distingue en effet que deux catégories de candidats : candidats lycéens et candidats en réorientation ou scolarisés à l’étranger

  • un minimum aurait été de distinguer la situation des lycéens selon leur filière de baccalauréat : bac général, bac technologique, bac professionnel.

Tableau de bord du 24 mai

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

CPU. L’autonomie du n’importe quoi

La conférence des présidents d’université (CPU) joue avec le feu en proposant une autonomie complète de chacune des universités

Heureusement, la CPU n’a plus aucune influence sur le gouvernement : ses propositions ne seront jamais retenues. D’ailleurs, elle se fait harakiri : chacun pour soi et pour faire n’importe quoi. Il s’agit là d’une trahison de ses statuts et d’une déclaration de guerre aux représentants des personnels, au niveau national et dans chacun des établissements

La CPU pour une approche proactive de l’autonomie, communiqué du 21 mai 2019.

« La question de l’autonomie des universités, à laquelle la CPU a consacré son colloque annuel 2019, revêt aujourd’hui une importance considérable, elle correspond à la nécessité de repenser dès maintenant l’identité et le rôle des universités françaises dans le monde et la société d’aujourd’hui. Parmi les nombreuses mesures nécessaires pour une autonomie véritable, la CPU en identifie cinq à ses yeux essentielles.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé

École de la confiance : étape 1

Jean-Michel Blanquer est en première ligne du projet de loi « Pour une école de la confiance ». Je dirais même qu’il s’est projeté de son plein gré en 1ère ligne, à ses risques et périls.

Son avenir de ministre ?

  • un franc succès (un vote positif au delà de la majorité d’En Marche) lui permettrait de faire de l’ombre au Premier Ministre
  • un vote final acquis laborieusement, après trop de péripéties, lui coûterait sa peau de ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse.

Étape 1. Une histoire qui commence bien.

5 décembre 2018. Le projet de loi (190 pages) est déposé à l’Assemblée nationale. Succès pour le ministre : le texte fera l’objet d’une procédure accélérée.

  • exposé des motifs, pages 3 à 11. Huit pages pour annoncer quoi ? Deux changements seulement et encore ! 1. Age de la scolarité obligatoire. L’obligation d’instruction pour tous les enfants de France dès l’âge de trois ans. Mais. L’abaissement de l’âge de l’instruction obligatoire ne remet pas en cause la liberté d’enseignementLe droit d’instruction dispensée en famille doit néanmoins s’exercer dans un cadre commun. 2. Formation des professeurs. Le pré-recrutement comme levier d’attractivité du métier de professeur… Transformation des ESPE en Instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation. Cette petite loi, car il faut bien l’appeler ainsi, concerne essentiellement l’organisation et les structures, la hiérarchisation des responsabilités (organisation des rectorats), le contrôle et l’évaluation des établissements et des élèves, la centralisation, l’encadrement plus serré des expérimentations, le recours à procédure des ordonnances. Ne manque même pas le cavalier législatif : l’article 16 concerne la gouvernance des universités. Paradoxalement, le ton est celui de la défiance et non celui de la confiance.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

ParcourSup : risquer le surbooking ?

Université Paris Est Marne la Vallée, 20 mai 2019. Communiqué de la Commission d’examen des dossiers d’entrée en L1 Physique Chimie (PC) et Sciences pour l’ingénieur (SPI IFSA). L’année de cette L1 est entièrement commune.

Ci-dessous. Le communiqué, puis quelques questions Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Orléans. L’université, partie civile ?

Suite de la chronique : Orléans. L’ex-président Touré sera jugé

Communiqué de presse de la Fédération syndicale unifiée (14 mai 2919). Procès Touré : l’université d’Orléans doit se porter partie civile

Lire la suite du communiqué…

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Impact budgétaire de la loi ORE

Cour des Comptes. Mission Recherche et Enseignement supérieur, note d’analyse de l’exécution budgétaire 2018, 169 pages.

2.2. Programmes 150 et 231. L’impact de la loi orientation et réussite des étudiants (ORE) (pages 64 à 66)

Commentaire de la Cour : « La mise en œuvre du Plan étudiant n’est pas achevée, son impact précis sur la trajectoire financière reste encore à préciser »

Principales mesures de la loi n° 2018-166 Orientation et réussite des étudiants (ORE) du 8 mars 2018 :

  • Nouvelles modalités d’accès au 1er cycle (parcoursup)
  • Extension de l’accès prioritaire des meilleurs bacheliers
  • Un observatoire de l’insertion professionnelle dans chaque université
  • Suppression du régime de sécurité sociale au profit d’un régime d’ayants droit autonomes au régime de protection de leurs parents
  • Instauration de la contribution vie étudiante et de campus (CVEC)
  • Année de césure
  • Organisation de la première année d’accès aux études de santé (PACES).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

ParcourSup BTS : le pire est arrivé

Dans ma chronique du 14 mai : ParcourSup : « en attente de BTS », j’ai écrit en conclusion

  • ParcourSup a des conséquences négatives sur le climat dans les classes préparant au bac pro. Dès que le conseil de classe a donné son avis (la plupart du temps, il est favorable à une poursuite d’études en BTS), il est difficile de faire travailler les élèves : l’absentéisme se développe ainsi que l’impossibilité d’organiser des interrogations sur table, des travaux à la maison… Dans les académies aux vacances de printemps tardives, le 3ème trimestre n’existe plus.
  • Le moral n’est pas non plus au beau parmi les professeurs de Bac Pro et de BTS. Si la pression institutionnelle se renforce encore (« toujours plus de bacheliers professionnels en STS » et « moins de bacheliers généraux et technologiques »), le niveau global ne pourra que baisser davantage. Quel sens donner à son travail d’enseignant si la transmission des connaissances ne peut aboutir !
  • Le pire est probablement devant nous.

Le pire est arrivé bien plus tôt que je ne le croyais.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Orléans. L’ex-président sera jugé

GuyaWeb, 15 mai 2019, L’ex-recteur de Guyane, Youssoufi Touré, sera jugé pour détournement de fonds publics et favoritisme

« L’ information fait les gros titres de la presse hexagonale mais n’a pas jusqu’ici été reprise en Guyane. L’ex-recteur de l’académie de Guyane Youssoufi Touré, dont le passage éclair (2016-2017) avait été souligné sur Guyaweb, sera jugé le 31 octobre prochain pour détournement de fonds publics et favoritisme à l’époque (2009-2016) où il présidait l’université d’Orléans

Youssoufi Touré, photographié dans son bureau (mai 2012)

Le départ précipité de Guyane du recteur Youssoufi Touré coïncidait avec les révélations de Libération sur sa gestion présumée catastrophique de l’Université d’Orléans, laissant, selon le quotidien parisien, une ardoise estimée à 15 millions d’euros et plongeant l’Université dans une crise sans précédent.

« Je vais enfin pouvoir défendre mon honneur (Youssoufi Touré, dans La République du Centre).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, C. Centre Val de Loire

Le grand bazar de l’orientation

Information des élèves et des étudiants en vue de leur orientation : c’est le grand bazar ! Des changements sont opérés, mais sans aucune coordination. Un vrai désastre ! A terme, une gabegie importante d’argent public.

Un exemple présenté en deux temps. Temps 1 :

  • décret du 28 avril 2019 (BO du 9 mai) : expérimentation de la mise à disposition des régions de fonctionnaires et d’agents exerçant dans les services et les établissements relevant du ministre chargé de l’éducation nationale pour leur mission d’information des élèves et des étudiants.
  • Traduit en clair : des fonctionnaires de l’ONISEP vont être transférés dans les régions (fonction publique territoriale).
  • Encore plus clair : le gouvernement actuel affaiblit les régions ; il faut donc leur donner une sucette de temps en temps pour leur faire croire qu’elles ont plus de moyens pour plus de compétences. Chronique du 19 avril 2019 : Orientation : cartes redistribuées.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)