Archives mensuelles : octobre 2013

L'agrégation du SUP est obsolète

Suite à la chronique Supprimer l’agrégation du Supérieur en droit, sciences politiques, économie et gestion, François Vatin, professeur de sociologie à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense, a écrit, pour le blog, cette chronique. Il y développe six arguments contre cette agrégation. Ce concours est obsolète. L’échec au concours désavoue des professionnels reconnus. L’agrégation construit des frontières épistémologiques arbitraires. Elle crée des inégalités dans les carrières universitaires. Le concours national a des effets pervers pour les dynamiques locales d’enseignement et de recherche. L’agrégation autorise une uniformisation théorique, voire idéologique, dangereuse. Lire le texte.

Ce concours est obsolète. L’agrégation de l’enseignement supérieur a été instituée au XIXe siècle, alors que, pour toutes les autres disciplines (sciences et lettres), le recrutement universitaire s’appuyait sur l’agrégation du secondaire. Ce n’est plus systématiquement le cas du fait de l’apparition de disciplines qui ne disposent, ni d’agrégation de l’enseignement secondaire, ni d’agrégation de l’enseignement supérieur. Ce qui a motivé la création d’une agrégation de l’enseignement supérieur est donc obsolète.

L’échec au concours désavoue des professionnels reconnus. La création de corps d’enseignants-chercheurs titulaires non-professeurs (maîtres-assistants, puis maîtres de conférences) a rendu le concours d’agrégation psychiquement destructeur, puisqu’il revient à dire aux recalés qu’ils n’ont pas les compétences pour assurer les fonctions pour lesquelles ils ont été recrutés et titularisés et qu’ils exercent parfois depuis de nombreuses années. Le concours d’agrégation, où est exigée une connaissance encyclopédique de la discipline et pour lequel l’épreuve de la « leçon » joue un rôle majeur, n’avait de sens que quand il avait une fonction de titularisation. Les assistants contractuels devenaient professeurs s’ils réussissaient l’agrégation ou quittaient les fonctions universitaires…

5 Commentaires

Classé dans C. Ile-de-France, E. Droit et Sciences politiques

Le décret statutaire est contesté

Neuf organisations nationales représentant les enseignants-chercheurs contestent tout ou partie de la réforme du décret statutaire. Elles démontrent que le décret à venir n’est pas qu’un lissage des textes en vigueur. La loi Fioraso du 22 juillet 2013 met, progressivement mais sûrement, le feu aux poudres. Tous les décrets de cette loi bavarde et inutile sont en chantier en même temps : une pléthore de textes réglementaires vont voir le jour, dans un contexte de crise financière aggravée dans les universités.

Réformes multiples : celle de l’imposition des regroupements et des contras de site, celle de la gouvernance (création du Sénat académique), celle des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation, celle du modèle de financement (le SYMPA pas sympa), celle des nomenclatures des formations de licence et de master, celle de l’université numérique, celle de la multiplication des voies pour devenir professeur dans les disciplines à agrégation du supérieur, celle de la perpétuation de l’AERES sous un autre nom, et celle du décret statutaire des enseignants-chercheurs, sans compter les réformes que j’oublie.

Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans Non classé

Montpellier 3 et son 1% artistique

Université de Montpelllier 3 Paul Valéry, 8 octobre 2013. Yves Chaimbault, directeur général des services, me fait visiter le campus, fondé dans les années 60. Au cours de nos déambulations, nous parlons « retraite ». L’ancien secrétaire général de Lille 1 (je l’y ai rencontré, dans les années 90, lors de mes premières recherches sur les universités) part en effet en retraite en fin d’année, avec des projets plein la tête. Photo : Yves, le long du Mur cyclopéen.

P1010643

Le campus est magnifique. Les étudiants cheminent dans les allées ou discutent assis sur les bancs ou sur les pelouses. Le temps est beau et chaud. Les œuvres du 1% artistique nombreuses. Album de 45 photos (8 octobre). Ministère de la culture et de la communication, Le campus de la faculté des Lettres et Sciences humaines de Montpellier, une création architecturale artistique des années 1960, Patrimoine du 20ème siècle, 2012.

Anne Fraïsse, présidente de l’université, aime son campus et en est fière. Elle le décrit ainsi dans la préface à l’ouvrage. Au premier rang des atouts du campus Paul-Valéry, se trouve son projet architectural original et très réussi, fruit d’une réflexion philosophique basée sur un urbanisme résolument moderne produit par l’équipe Egger-Jaulmes et Deshons.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Occitanie (Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon)

G. Fioraso : "virez les vieux !"

Quatre jours après l’Assemblée plénière de la Conférence des présidents d’université (La CPU passe à l’offensive), Geneviève Fioraso a envoyé une lettre à son Cher ami Jean-Loup, président de l’université de Paris 13 Nord. : Dotation d’État de votre établissement pour 2014. Cette lettre, datée du 21 octobre, a été diffusée le lendemain à l’ensemble des personnels de Paris 13 par le Chef de cabinet du président.

Cette lettre est insupportable à deux titres. Elle n’a pas été envoyée à Jean-Loup Salzmann, président de la CPU, mais au cher Jean-Loup, président de Paris 13. La Ministre a pris soin de la signer elle-même, à l’encre bleue. Tous les autres présidents de la CPU auront raison de se révolter contre ce privilège accordé à un seul d’entre eux. Une inégalité de traitement de la part d’une ministre socialiste, affichée sur la place publique de la Toile, cela fait désordre. Il faut non seulement exfiltrer le soldat Salzmann, mais également le caporal Fioraso. Une faute politique aussi sotte est en effet inexcusable !

Les mesures envisagées par la Ministre pour le budget 2014 courent durant deux pages. Elles sont techniques et précises. Sans doute, Geneviève Fioraso ne se rend-elle pas compte de ce qu’elle a écrit sur l’impact du glissement vieillesse technicité (GVT) (page 3). Elle reconnait certes l’impact néfaste d’un GVT positif sur la masse salariale des établissements ; elle rejette certes sur ses prédécesseurs la responsabilité de sa non-prise en compte au moment du passage aux RCE.

Lire la suite

9 Commentaires

Classé dans C. Ile-de-France

Bouvard et Pécuchet font un MOOC

27 octobre 2013. Blog La France byzantine, sur une idée de Frédéric Nef. Signalement par une lectrice fidèle du blog, sous le titre « de qui se moocque-t-on ? »

La saison avait été pluvieuse comme jamais en pays normand, et Bouvard et Pécuchet avaient passé l’automne au coin du feu à l’abri. La moindre sortie occasionnait des rhumes, et l’humidité suintait dans la maison dès qu’on s’éloignait de la cuisinière ou de la cheminée. Si on poussait au dehors, on revenait trempé. Pécuchet pourtant ne négligeait jamais d’aller chercher le journal chez le postillon, et il avait à chaque fois l’occasion de voir dans l’échoppe des citoyens absorbés par des écrans, soit d’i-phone, soit de tablettes lumineuses. Dès qu’il vit cela, il fut révulsé et revint à  Chavignolles en colère !

« Ces gens ont toute la journée le nez fourré dans des écrans ! Ils n’ouvraient déjà pas de livres, et à présent les voilà en train de browser et de surfer toute la sainte journée ! C’est la ruine de la culture ! La ruine des Humanités ! Qu’aurait-on dit si Érasme, Rabelais, Voltaire, même Rousseau, avaient eu le nez tout le temps sur des écrans ! Que serait notre culture aujourd’hui ! Rousseau aurait-il pu faire ses promenades, penché sans cesse sur son i-phone, Voltaire aurait-il pu à Ferney accepter que ses hôtes s’absorbassent, en pleine conversation civilisée, dans la lecture d’un mobile, comme on le vit récemment faire à Monsieur de Sarkozy sous le nez même du Saint Père Benoît XVI dans Saint Jean de Latran ?

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé

Un pôle pré-ENA à Strasbourg

25 octobre 2013, Strasbourg. Photos du chantier au cœur de l’Hôpital civil médiéval : construction d’un bâtiment de 8.391 m² pour deux pôles de formation et de recherche, le PAPS, pôle d’administration publique de Strasbourg, et le PCPI, pôle de compétence en propriété intellectuelle. Le PAPS accueillera trois Instituts, l’Institut d’études politiques (IEP), l’Institut de préparation à l’administration générale (IPAG), l’Institut des hautes études européennes (IHEE). Trois Instituts strasbourgeois, une sorte de Pôle pré-ENA.

Album 1 : 40 photos (le projet expliqué aux passants par des panneaux à la lisière du chantier). Album 2 : 35 photos (l ‘état du chantier en cours). Photo ci-dessous : le bâtiment des 2 pôles se situe sur l’emplacement de la Médicale A, construite en 1901 et démolie en 2012.

P1020917

Ce chantier est important pour l’université de Strasbourg, université unifiée depuis le 1er  janvier 2009. Le défi : gagner en visibilité et en attractivité en sciences de l’administration publique  (avec l’atout de la proximité de l’ENA), et en compétences en propriété intellectuelle (partenariat direct avec l’Institut national de la propriété intellectuelle, INPI co-financeur de l’investissement immobilier).

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Droit et Sciences politiques

Miscellaneous du 25 octobre

Dans cette période cruciale pour l’avenir de l’Université de France, des lecteurs du blog, élus dans les conseils d’université ou de composantes, responsables de la communication, syndicats et associations de personnels ou d’étudiants, souhaitent que je répercute en ligne des informations, des motions, des communiqués, des témoignages, des publications. Merci à eux pour leur confiance. Morceaux choisis du 25 octobre 2013.

Clôture des Doctoriales 2013 de l’université de Strasbourg. Thématique : stimuler les projets professionnels et les perspectives de carrières des doctorants. Au cours de la semaine, les doctorants ont conduit et monté un projet innovant en temps limité ; le 25, ils en ont présenté les résultats devant un jury d’experts. Des prix ont été décernés.

Suite de J’ai mal aux regroupements : le cas de la Lorraine. Lettre du président du Conseil de l’ENSGSI au CA  : … La déception est aujourd’hui immense car l’université qui a été mise en place est vécue par celles et ceux qui y œuvrent comme un système bureaucratique à la fois peu respectueux des spécificités et privé de vision stratégique claire.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Europe (autres), E. Sciences humaines et sociales

Le haras, le biocluster, le sommelier

25 octobre 2013, l’envie d’aller photographier les Haras de Strasbourg après leur restauration et reconversion. L’hôtel et la brasserie ont été ouverts mi-octobre 2013. Le biocluster de l’Institut de Recherche contre le Cancer de l’Appareil Digestif (IRCAD) est encore en travaux. Lire également l’article des DNA du 26 octobre : Les Haras en selle. Histoire des Haras et de leur restauration dans la seconde partie de la chronique.

P1030011

La curiosité de jeter un coup d’œil dans le restaurant (photos) et la chance d’une rencontre, Maxime et Josselin. Le premier est le directeur (à droite sur la photo) et le second, l’un des deux maîtres d’hôtel, faisant fonction également de sommelier.

P1030046

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire moderne, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Il faut exfiltrer le soldat Salzmann !

25 octobre 2013. Libre opinion de Laurent Carraro (directeur général de l’École nationale supérieure d’arts et métiers, ENSAM) dans le Monde M Idées : Jean-Loup Salzmann, arrêtez de dénigrer les grandes écoles !

Dans un article paru dans le supplément « Universités & grandes écoles » du Monde en date du 17 octobre 2013, le président de la Conférence des présidents d’Université, Jean-Loup Salzmann, juge opportun d’adresser une attaque en règle en direction des grandes écoles.

Outre la légèreté d’un propos pour le moins approximatif et calomnieux, la méthode est choquante et doit interroger tous les citoyens sur l’état actuel de leur enseignement supérieur. Nous avons l’impérieuse obligation de nous ressaisir et de cesser de prendre en otages des générations entières d’étudiants dans des querelles stériles de lutte de pouvoir. Quelle crédibilité peut-on aujourd’hui nous accorder quand les seules avancées que nous pouvons proposer à la société française se résument à des stigmatisations permanentes entre deux clans et des réformes de structures bureaucratiques sans impact dans la vie quotidienne des jeunes que nous formons ? Sans parler du fait, qu’une fois encore, les déclarations faites par un « camp » sont faites par des acteurs qui ignorent tout de l’autre et se fondent sur des idées reçues très éloignées de la réalité. Lire la suite dans M Idées.

Lire la suite

8 Commentaires

Classé dans Non classé

La CPU décidée au combat !

25 octobre 2013 : la motion de synthèse, dont le principe avait été décidé à l’assemblée plénière du 17 octobre, est en ligne. J’ai mal aux regroupements d’établissements ; aujourd’hui, j’ai du bonheur à lire et à relire ce texte offensif de la CPU, ses six exigences de bon sens.

Au lendemain des déclarations de Geneviève Fioraso devant la Commission élargie de l’Assemblée nationale sur le budget 2014 de l’ESR, la CPU démontre qu’elle ne se laisse pas enfumer par les propos de la Ministre. Assez de paroles ! Des actes et des moyens pour permettre aux universités publiques de remplir dignement et efficacement les missions fixées par la loi !

La CPU est décidée au combat. Toutes et tous attendent maintenant d’elle qu’elle en définisse les formes et les étapes, qu’elle éclaire le MESR sur les moyens financiers à mobiliser. Hier, bien des propos contradictoires ont été échangés sur les milliards du Crédit Impôt Recherche : c’est la piste à suivre pour trouver les sous (chronique à suivre) !

Les parlementaires de la majorité doivent lire en urgence la motion de synthèse de la CPU : si des engagements précis et sérieux ne sont pas pris par le MESR et le gouvernement, ils doivent oser voter contre le budget de l’ESR !

2 Commentaires

Classé dans Non classé