Archives de Catégorie: C. Bretagne Normandie

SUP. Penser la pédagogie d’après

Comprendre les phases du confinement dans le supérieur pour préparer l’après, 21 mai 2020 par Jean-Marie Gilliot URL: https://www.innovation-pedagogique….

Depuis le début du confinement, les choses évoluent finalement très vite. Même si le fait de rester confiné chez soi semble rendre le temps particulièrement long, nous constatons qu’un changement rapide est en cours, et qu’il va se prolonger largement après cette « courte » période. Si dans un premier temps la communauté du supérieur s ‘est mobilisée pour gérer l’urgence, les sujets apparus dernièrement nous démontrent que « l’école d’après » reste à être définie aussi dans le supérieur.

Phase 1 : « l’urgence de la continuité pédagogique »

Mi mars, en quelques jours il a fallu passer d’un enseignement présentiel (mais aussi souvent déjà hybride, puisque souvent le numérique permet a minima de communiquer et partager des supports de cours) à un enseignement à distance. Il a donc fallu jongler entre outils existants, qui couvraient certains besoins et trouver des solutions pour compléter. Si certains s’inquiétaient de n’utiliser que des solutions « officielles », beaucoup de solutions alternatives ont été explorées, discutées, et retenues. Discord a ainsi fait une entrée remarquée dans les solutions intéressantes, car permettant de soutenir le travail en petits groupes.

Le passage du présentiel à la distance a posé comme question centrale l’organisation des séances synchrones (cours en amphi, TD, TP). Les établissements ont eu recours à des systèmes de visio, dans lesquels Zoom a pris une place importante. Plusieurs débats en ont découlé :

  • Techniques – est ce que les outils tiennent la charge, permettent l’interactivité ? La réponse est que oui globalement, si les infrastructures sont suffisantes. Dit autrement, il a souvent fallu passer par des solutions externes aux établissements pour cette raison. Et pour l’interactivité, beaucoup de solutions actuelles permettent de créer des petits groupes facilement.
  • Éthiques et sécurité – un large débat a eu lieu autour des failles de sécurité et des fuites de données liées à Zoom. Cet outil a de fait géré une crise de croissance exponentielle, qui démontre d’une part la capacité des solutions informatiques modernes a changer d’échelle, mais les limites des solutions proposées par des startups. Le débat est classique, avec toujours les mêmes arguments entre cloud, logiciel libre et directions des systèmes d’information, mais il ne trouve toujours pas d’issue satisfaisante ;
  • Pédagogiques – la distance met en avant le temps limité pendant lequel quelqu’un peut écouter de manière efficace, et les problèmes d’agenda. Il a fallu apprendre à limiter la durée des amphis, pour aller à l’essentiel, trouver des moyens pour renforcer les interactions, privilégier le travail en petits groupes. L’enregistrement de la séance est devenue indispensable pour les absents. L’absence n’est plus une faute, mais due à des causes multiples (techniques, obligation extérieure, décalage horaire, …). Beaucoup de choses ont été testées, et de nombreuses leçons en ont été retirées, sur lesquelles il va falloir capitaliser.

Bref, cette remise en question soudaine, imposée mais légitime, a permis de se reposer beaucoup de questions sur nos pratiques, a généré énormément de travail, mais permet de dessiner de nouvelles perspectives.

Lire la suite…

Commentaires fermés sur SUP. Penser la pédagogie d’après

Classé dans AA. Universités et COVID 19, C. Bretagne Normandie

Le travail étudiant en confinement

Le travail étudiant en période de confinement, Elsa Martin et Simon Paye, Université de Lorraine, UFR SHS Nancy, département de sociologie, avril 2020, 22 pages.

Extraits du rapport. « Ce compte-rendu d’enquête vient s’ajouter à ceux déjà publiés par des collègues des universités de Grenoble, de Nanterre, de Dauphine, de Paris 8, ainsi que de Rennes 2.

A Nancy, le conseil de formation de l’Université de Lorraine a indiqué que des possibilités d’examen à distance sont bien réelles et opérationnelles. Il appartient à chacun d’adapter l’évaluation au regard des possibilités offertes.

Nous souhaitions avant tout vérifier s’il était possible pour tous les étudiants de poursuivre leurs études à distance et sans interaction en présentiel avec leurs enseignants et leurs camarades de promotion. Sont abordés ici les aspects matériels de la question du travail à distance, ce qui constitue à nos yeux une des bases essentielles pour l’appréhender sereinement.

Quelques résultats de l’enquête.

  • 89 étudiants sur 299 n’ont pas répondu au sondage. Les problèmes identifiés dans ce compte-rendu, calculés sur les seuls répondants au sondage, sont sans doute sous-estimés
  • Seuls 17,6% des répondants déclarent avoir une connexion stable, rapide et illimitée
  • Près de la moitié (44,8%) disent rencontrer des problèmes de connexion sur une ou deux des dimensions (stabilité, rapidité et quantité illimitée)
  • Plus d’un tiers des répondants (37,6%) n’ont pas de connexion individuelle ou, s’ils en ont une, cumulent les trois problèmes de connexion (instabilité, lenteur et limitation)

Les décisions relatives au maintien des évaluations du deuxième semestre ou du calendrier universitaire ne peuvent faire l’économie des faits qui sont ici exposés.

Il convient pour finir de rappeler que ce sondage sur les conditions matérielles de travail à distance n’a traité que des dimensions techniques du problème. En ce sens, nous n’abordons ici que la partie visible de l’iceberg.

 La dégradation des conditions d’études et de travail liée à l’assignation à domicile provient également de la détérioration des conditions de vie (économiques, sociales, psychologiques) et de l’atomisation des enseignants et des étudiants ».

Commentaires fermés sur Le travail étudiant en confinement

Classé dans AA. Universités et COVID 19, C. Bretagne Normandie, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Ile-de-France, C. Rhône-Alpes Auvergne, E. Sciences humaines et sociales

Organisation des examens à distance

Suite de la chronique Les universités abandonnées. Dans cette libre opinion, je critiquais l’absence de communication de la Ministre Frédérique Vidal et du Président de la CPU, Gilles Roussel, sur l’organisation des examens du semestre 2 de l’année universitaire 2019-2020.

Sur les sites du MESRI et de la CPU, l’Ordonnance n°2020-351 du 27 mars 2020 relative à l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de covid-19 devrait figurer en page d’accueil.

Sur cette même page d’accueil, pourrait figurer un lien vers un arrêté d’application de l’ordonnance. Celui du président de l’université de Bretagne Sud est un exemple détaillé à prendre en compte (page 2 de cette chronique). Il n’empêche : cette arrêté local a donné lieu à un échange de courriels entre une enseignante de l’université et le sénateur en charge du suivi de l’ordonnance, échange portant sur le calendrier des épreuves (page 3 de cette chronique).

Page 1. Chapitre Ier de l’Ordonnance, Article 2. Accès aux formations de l’enseignement supérieur et délivrance des diplômes de l’enseignement supérieur.

  • « Nonobstant toute disposition législative ou réglementaire contraire, les autorités compétentes pour la détermination des modalités d’accès aux formations de l’enseignement supérieur dispensées par les établissements relevant des livres IV et VII du code de l’éducation ainsi que pour la détermination des modalités de délivrance des diplômes de l’enseignement supérieur, y compris le baccalauréat, peuvent apporter à ces modalités les adaptations nécessaires à leur mise en œuvre.
  • S’agissant des épreuves des examens ou concours, ces adaptations peuvent porter, dans le respect du principe d’égalité de traitement des candidats, sur leur nature, leur nombre, leur contenu, leur coefficient ou leurs conditions d’organisation, qui peut notamment s’effectuer de manière dématérialisée.
  • Les adaptations apportées en application du présent article sont portées à la connaissance des candidats par tout moyen dans un délai qui ne peut être inférieur à deux semaines avant le début des épreuves« .

Commentaires fermés sur Organisation des examens à distance

Classé dans AA. Universités et COVID 19, C. Bretagne Normandie

UBS. Un/e président/e le 27/3 ?

Les élections aux conseils centraux de l’Université Bretagne Sud (Vannes, Lorient) ont eu lieu les 10 et 11 mars 2020 : rien n’est apparemment joué pour l’élection du/de la président/e. Deux candidats : égalité de sièges obtenus au CA dans les collèges enseignants (6 à 6).

Le scrutin présidentiel était prévu le 27 mars 2020. L’université étant fermée, on peut raisonnablement penser qu’il sera soit reporté après la période de confinement qui touche tout le pays, soit après mise en place d’un scrutin à distance pour les membres du Conseil d’administration.

Jean Peeters, le président sortant, ne peut se représenter pour un 3ème mandat. Son équipe présidentielle actuelle. Deux candidats briguent son fauteuil. Virginie Dupont (cf. chronique d’hier : Bretagne Sud. V. Dupont 2012, 2020) et Frédéric Bedel.

Bibliothèque universitaire

Bibliothèque universitaire, Vannes. Photo de Pierre Dubois (août 2012)

8 janvier 2020. Ouest France Morbihan. Virginie Dupont candidate à la présidence de l’Université de Bretagne Sud

Virginie Dupont, vice-présidente de l’université de Bretagne sud, mène la première et, pour l’instant unique liste, en vue des élections à l’université. Le vote aura lieu les 10 et 11 mars 2020. Dix mille étudiants et 900 salariés vont voter…

Actuelle vice-présidente, la Vannetaise Virginie Dupont entend bien être celle-là. À la tête de la liste Ensemble construisons l’avenir, la professeure de chimie de 54 ans exprime la volonté  de conforter ce qui fait la force de l’UBS : la réussite de ses étudiants, quelles que soient les filières. Pour y contribuer, l’UBS devra  rayonner  davantage, notamment au niveau européen, et le fait  d’intégrer les classements thématiques des universités devrait faire reconnaître l’excellence des formations...

7 février 2020, Le Télégramme. Frédéric Bedel candidat à la présidence de l’UBS

1 commentaire

Classé dans C. Bretagne Normandie

UBS. Gestion des cours à distance

Université Bretagne Sud : gestion des cours à distance

Pour commencer, vous trouverez les bases pour gérer un espace cours à distance sur la plateforme pédagogique Moodle : se connecter, ouvrir un espace de cours, déposer des ressources / activités, gérer son espace.

Pour aller plus loin, ce guide “mettre des ressources numériques d’enseignement à disposition des étudiants“ présente de manière plus globale les possibles en matière d’enseignement à distance.

SONY DSC

Enfin, vous trouverez plus de ressources d’aides sur l’espace “assistance et documentation” dédié comme un guide rapide sur la mise en place de l’activité “Test” pour la création de questionnaires variés ou l’activité “Devoir” pour la remise de travaux.

Commentaires fermés sur UBS. Gestion des cours à distance

Classé dans AA. Universités et COVID 19, C. Bretagne Normandie

Bretagne Sud. V. Dupont 2012, 2020

Les élections aux conseils centraux de l’Université Bretagne Sud (Vannes, Lorient) ont eu lieu les 10 et 11 mars 2020 : rien n’est joué pour l’élection du/de la président/e (chronique à suivre demain).

Présidence de l’université à Vannes. 16 photos de Pierre Dubois, août 2012

Le scrutin présidentiel était prévu le 27 mars 2020. L’université étant fermée, on peut raisonnablement penser qu’il sera soit reporté après la période de confinement qui touche tout le pays, soit après mise en place d’un scrutin à distance pour les membres du Conseil d’administration.

Calendrier des élections de 2020

Virginie Dupont est candidate à la succession du président Jean Peeters. C’est l’occasion de revenir sur sa trajectoire professionnelle, ses 40 années d’activité à l’UBS.

En 2012, Virginie Dupont (profil sur Linkedin) a été candidate à la présidence de l’Université de Bretagne Sud (Vannes-Lorient), sans être élue au CA et sans être soutenue par une liste. Elle a échoué mais est devenue vice-présidente du CA, sous la présidence de Jean Peeters. Elle l’est restée lorsque celui-ci a été réélu en 2016

V. Dupont. 30 années de trajectoire professionnelle à l’UBS

  • 1990-1993. Université de Bretagne Sud (UBS), ENSIC, Thèse de doctorat Chimie Physique
  • 1994-2008. UBS, Maître de conférences en chimie, LBCM Sciences
  • 2006-2012. UBS, Doyenne de la Faculté des Sciences et Sciences de l’Ingénieur
  • 2012. UBS. Candidate à la présidence de l’université.
  • 2012-2020. UBS, Vice-présidente du Conseil d’Administration, en charge du budget, des ressources humaines et du patrimoine
  • 2016-2019. UBL. Université Bretagne Loire, Vice présidente Cohésion
  • 2017 (à partir de). Présidente de l’Association Nationale des Vice-Présidents du Conseil d’Administration des universités (ANVPCA).
  • 2018. UBS. Professeure des Universités
  • 2020. UBS. Candidate à la présidence de l’université, pour la seconde fois

2017. 5ème colloque de l’ANVPCA à l’université du Havre. Virginie Dupont est présidente de l’Association. Bilan de l’impact de cette Association ?

Chroniques d’Histoires d’universités sur les élections des Conseils et de la présidence en 2012 et 2016.

Commentaires fermés sur Bretagne Sud. V. Dupont 2012, 2020

Classé dans BA. Photos, C. Bretagne Normandie

Brest. M. Gallou sera réélu Président

Ouest France, Maville, 12 mars 2020. Présidence de l’Université de Bretagne Occidentale (UBO) : Fabrice Huret jette l’éponge

Communiqué. Fabrice Huret, candidat à la présidence de l’UBO, retire finalement sa candidature. Il s’en explique dans un communiqué, détaillant que le positionnement des personnes nouvellement élues permettait de dégager une majorité en faveur du projet par Mathieu Gallou, son adversaire dans cette élection. Le collectif Notre Université – Notre Avenir en prend acte, poursuit-il. J’annonce à titre personnel que je ne déposerai pas ma candidature à la présidence de l’UBO.

Pourquoi ce retrait de candidature alors que Fabrice Huret commentait à chaud les résultats des élections des conseils centraux (du CA en particulier) des 11 et 12 février 2020, disant : Rien n’est joué !

Rien n’est plus détestable que ce communiqué. Pour s’en convaincre, il faut relire la profession de foi des listes Fabrice Huret

La profession de foi énonce 4 principes essentiels d’une réelle politique démocratique : la transparence, l’équité, l’anticipation et la responsabilité.

Le communiqué de Fabrice Huret est aux antipodes de ces 4 principes

  • La transparence et l’anticipation ? Aucunement, il s’agit d’opacité d’imprévision ! Il aurait fallu un mois à Fabrice Huret pour se rendre compte du « positionnement des personnes nouvellement élues permettant de dégager une majorité en faveur du projet Matthieu Gallou ». Quelles personnes nouvellement élues ? Une majorité fondée sur quoi, sur quel projets 2020-2024 des listes Gallou ? Ne pas prendre les gens pour des débiles.
  • L’équité et la responsabilité ? Aucunement. Quand on se présente aux électeurs, quand on a presque obtenu autant de voix que son adversaire, on va jusqu’au bout. On respecte ses électeurs : il semblerait même que ses soutiens aient été mis devant le fait accompli du retrait de candidature.

Commentaires fermés sur Brest. M. Gallou sera réélu Président

Classé dans C. Bretagne Normandie

Municipales 2020. 7 ex-présidents

Suite de la chronique Municipales de 2014. 3 ex-présidents, 2 maires

Sept  ex-présidents d’université voudraient être maire ou adjoint au maire d’une grande ville ou d’une ville moyenne. Ils posent pour la première fois leur candidature : 1. Yvon Berland, 2. Pascal Olivard, 3. Alain Beretz, 4. Richard Lioger, 5. Luc Hittinger, 6. Jean-Emile Gombert, 7. Patrick Lévy.

1.Yvon Berland. 8 décembre 2019. Chronique Marseille. Berland, candidat LREM. Le 1 Janvier 2020, Yvon Berland aura 68 ans. Il aura présidé une université durant 15 ans et demi : un record ! Quatre mandats consécutifs de président : près de 8 ans à la tête de l’université de la Méditerranée, 8 ans à la tête d’Aix-Marseille Université (fusion des trois universités existantes). Le  9 décembre 2919, il est officiellement désigné comme candidat de la LREM à la mairie de Marseille (cf. trois articles de presse en seconde partie de chronique).

Photo d’avril 2010 par Pierre Dubois. Bureau du président de l’université de la Méditerranée

12 février 2020. Un ex-président sans distinction. Yvon Berland, candidat à la Mairie de Marseille a le soutien de la LREM. La liste qu’il conduit n’est pas en bonne position dans les sondages. Il n’évite pas les dérapages verbaux. Article de Benoît Gille, MarsActu Journal local d’investigation, Je vais te mettre la tête dans le cul : Yvon Berland dérape et menace un journaliste

2. Pascal Olivard, 5 février 2020. Chronique Brest. Carrière de Pascal Olivard, candidat à la mairie de Brest (son site de campagne). Né en 1966, il est ancien président de l’Université de Bretagne Occidentale (2007-2016), ancien président de l’Université Européenne de Bretagne (2012-2016), ancien président de la COMUE Université de Bretagne-Loire (2016-2019), ancien candidat à la direction de l’IFREMER (en 2018). Il est aujourd’hui candidat à la mairie de Brest pour le mandat 2020-2026.

Dans son CV pour la candidature à la mairie de Brest, il ne parle pas de l’échec de l’Université Bretagne Loire. La liste qu’il présente aux électeurs (Brest, imaginons demain) n’a pas le soutien d’un parti politique national. Il se définit comme un Centriste ouvert : « je n’ai jamais voulu exprimer publiquement mes opinions politiques : il me fallait en effet travailler avec des gouvernements de droite comme de gauche. Aujourd’hui, les choses sont différentes et je peux me revendiquer pleinement comme centriste ouvert. Des figures comme Simone Weil, Robert Badinter, ou encore Jacques Delors constituent pour moi des références ».

3. Alain Beretz, 65 ans, a été l’un des acteurs de la fusion des trois universités strasbourgeoises, fondées au début des années 1970. Il a été élu président de l’université fusionnée pour deux mandats (décembre 2008 – décembre 2012 – septembre 2016).

Le 15 septembre 2016, il est nommé directeur général de la recherche et de l’innovation et a de ce fait quitté la présidence quelques mois avant la fin de son mandat. Depuis cette date, il enchaîne des missions courtes, mission et voyages sur la création d’universités européennes, administrations provisoires de composante au sein de l’UNISTRA.

28 janvier 2020. Philippe Dossmann, L‘Alsace, Les 50 premiers membres de la liste conduite par Alain Fontanel. Alain Beretz figure en 3e position de cette liste.

« Le premier adjoint (socialiste) de la mandature sortante, a présenté les 50 premiers membres de sa liste aux élections municipales de Strasbourg. Parmi ceux-ci, figurent notamment 80% de nouveaux venus en politique, des personnalités éminentes de la société civile, mais aussi des personnes issues de cinq groupes politiques (LaREM, Agir, La Coopérative, MoDEM et PRSL).

Pour agrandir l’image, cliquer ici

Ci-dessous. Ce qu’Alain Beretz dit qu’il va impulser dans son rôle d’adjoint (de 1er adjoint ?) si la liste Fontanel gagne le 22 mars. Mais la victoire est encore loin d’être acquise !

Commentaires fermés sur Municipales 2020. 7 ex-présidents

Classé dans C. Bretagne Normandie, C. Ile-de-France, C. PACA Corse

Brest UBO. Faites vos jeux !

Élection des conseils centraux de l’université de Brest (UBO), 11 et 12 février 2020. PV officiel des résultats. Deux commentaires. Taux de participation à peine supérieur à 50% dans le collège B des enseignants et dans le collège des BIATTS. Écarts très faibles de nombre de voix entre les différentes listes. Rien n’est joué pour l’élection du président.

Résultats fournis par Fabrice Huret, tète de liste de Notre université, notre Avenir, sous forme d’un tableau synthétique.

Qui sera président ? Difficile voire impossible de pronostiquer le vainqueur de l’élection à venir. Les listes Gallou ont  gagné dans les deux collèges enseignants et totalisent 9 sièges. Fabrice Huret annonce 7 sièges dont deux dans le collège des BIATSS. Il faudra totaliser 19 voix pour être élu par le CA.

Pour être élu président, il faudra obtenir la majorité absolue chez les 36 administrateurs, soit 19 votes. Bouge ton Campus (Fage, 4 sièges dans le collège des usagers) et les 8 personnalités extérieures feront l’élection.

Candidatures, programmes, professions de foi dans la chronique Brest. Le président Gallou veut rempiler.

Listes en présence : 2 listes en présence dans le collège A (professeurs et assimilés), 3 listes dans le collège B (maîtres de conférences et autres enseignants), 3 listes dans le collège des BIATSS.

Liste 1. Demain l’UBO avec Matthieu Gallou, candidat à sa réélection à la présidence

  • Projet 2020 2024. Profession de foi illisible car présentée en très petits caractères.
  • Personnalisation du projet. Matthieu Gallou s’exprime par l’intermédiaire de courtes vidéos. C’est étonnant car il n’est pas un orateur particulièrement brillant.

Le président s’exprime sur tout : il est le seul à signer les papiers dits d’actualités : raisonnable report de l’entrée en vigueur de la réforme des INSPE. Réunion Dialogue stratégique au Rectorat. Le GIP numérique de Bretagne. Kezaco ?

Liste 2. Notre Université, Notre avenir : les engagements, la profession de foi. Fabrice Huret, candidat à la présidence.

« Osons le changement ! Partageons demain ! Notre collectif porte une valeur essentielle, la défense d’un service public de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Notre objectif est de faire vivre l’UBO avec tous ses acteurs, personnels et étudiant-e-s, dans toutes ses missions, par une vraie politique démocratique, Notre méthode s’appuiera sur un dialogue régulier, bienveillant fondé sur la proximité et une confiance mutuelle.

Pour y parvenir, notre action se réglera sur des principes majeurs : la transparence, l’équité, l’anticipation et la responsabilité,

Dans la Presse.

Commentaires fermés sur Brest UBO. Faites vos jeux !

Classé dans C. Bretagne Normandie

Un somptueux livre d’escrime (1570)

Joachim Meyer, bourgeois de la ville de Strasbourg de 1561 à 1571, a profité de sa présence pour y faire imprimer en 1570 un somptueux livre d’escrime : Gründtliche Beschreibung der Kunst des Fechtens. Son contenu s’inscrit dans une vieille tradition allemande, mais la renouvelle de fond en comble à une époque où pourtant l’escrime italienne commence déjà à porter son influence un peu partout en Europe de l’ouest.

La qualité de son travail était telle que son ouvrage a été cité par des maîtres italiens ou espagnols dans le courant du XVIIe siècle.

A l’occasion des 450 ans de cette parution, deux événements sont programmés consécutivement à Strasbourg :

Commentaires fermés sur Un somptueux livre d’escrime (1570)

Classé dans AF. Histoire 16-17èmes siècles, C. Bretagne Normandie