Démocratie à la sauce CPU

L’assemblée plénière de la Conférence des présidents d’université (CPU) élira son bureau (1 président et 2 vice-présidents) et ses présidents de commission, le 16 décembre 2018.

La CPU est une Association 1901. Ses statuts n’obligent pas la pluralité de candidatures (comme en 2016, une seule liste de candidats pour le bureau), la diffusion d’une profession de foi. Ils n’obligent pas non plus le vote et la diffusion d’un rapport d’activité, d’un rapport financier et pourtant Gilles Roussel, président sortant, est candidat à sa propre succession. A vrai dire, il préfère cacher son bilan sous le tapis : toutes les chroniques d’Histoires d’universités sur Gilles Roussel.

Peut-on parler d’un fonctionnement démocratique de la CPU quand les quelques indications de programme ne sont pas diffusées sur son site, mais sur des médias privés selon un tarif d’abonnement non public ? Ci-dessous la page d’accueil du 10 décembre 2018.

Cliquer sur les images pour les agrandir

C’est sur deux médias privés, qu’est tweetée l’annonce de la candidature du trio pour le bureau.

Que pensent les deux candidats à une vice-présidence de la démocratie et de la présence d’une liste unique pour le bureau (source News Tank Higher Education) ?

  • Olivier Laboux. On peut se dire que dans le débat démocratique, il est bien d’avoir plusieurs listes. Mais il faut le prendre aussi comme une reconnaissance du travail accompli par Gilles Roussel et l’équipe sortante et une lisibilité que notre ticket à trois peut représenter la pluralité des avis de la CPU. Je le vois comme une marque de confiance dans notre capacité à porter un message commun dans notre diversité.
  • Christine Gangloff-Ziegler. Un équilibre à construire. Porter les idées qui sont la synthèse de positions au sein d’une assemblée n’exclut pas des expressions propres dans nos établissements avec nos casquettes de présidents, ni des expressions au sein de réseaux. La présidente de l’université de Haute-Alsace précise toutefois qu’elle démissionnera de la présidence de l’Auref, ne pouvant pas porter cette double casquette.

A vrai dire, depuis que la CPU n’est plus présidée par le ministre de tutelle, les débats au sein de la CPU se concluent par des consensus mous ou ne se concluent pas par une position commune ou par une position majoritaire. Chacun fait ce qu’il veut chez lui, dans son université autonome.

Depuis 2009, 236 chroniques du blog sur la CPU

Tel serait le cas pour les frais d’inscription qui seraient demandés aux étudiants étrangers extra-communautaires. Chronique du blog : Frais d’inscription : la pagaille

1 commentaire

Classé dans C. Bourgogne Franche-Comté, C. Ile-de-France, C. Pays de Loire, E. Mobilité internationale

Une réponse à “Démocratie à la sauce CPU

  1. Cette liste unique est bien le reflet de la vie universitaire française, ou a tout le moins dans ses présidences, à la fois successives mais aussi en termes d’équipe et de Conseils.
    A quoi servent plusieurs listes quand in fine les membres des équipes et des Conseils font et disent « comme le chef »! Soit disant « pour le bien, pour la réputation … » de l’Université!!
    Depuis 1996, j’ai fait des signalements et 4 présidents (TRANNOY, ESPERET, GESSON et JEAN) de l’Université de Poitiers n’ont :
    – ni traité les dossiers en interne (ou plutôt comme ils savaient qu’il y avait des choses bizarres mettant en cause profs « respectables et élus » )
    – ni fait les signalements comme le prévoit la Loi (art 40 du CPP) ce qui est un délit!
    Ces 4 affaires ont eu des conséquences financières graves et qui ont été comme l’a dit un ancien vice pdt de l’UP qui a confirmé mes dires « des comportements délictueux).
    GESSON a reçu cette lettre de confirmation en 2011 et JEAN l’a eu dès 2012, et malgré l’aide de leurs conseillers juridiques et aussi la connaissance des faits par les équipes et les Conseils (d’orientation politiques diverses!) … tout a été gardé sous le manteau car « la femme de César ne peut pas être soupçonnée » et ici ce sont des profs (qui ont manqué à leur devoirs) et des élus (qui ont violé la loi : détachement et emploi illégal d’une élue régionale et personnel de l’UP!) qui sont depuis 22 ans protégés!
    Et chaque fois, c’est vers moi que se sont tournées les fourches caudines des responsables de l’UP : tribunal stalinien pour indignité … parce que j’avais signalé des « dysfonctionnements » (NB ce tribunal a été reconnu illégitime par JEAN alors qu’il y participait et les irrégularités aussi!!).

    Et le plus beau est à venir : JEAN a déposé plainte contre moi pour diffamation et injures or il n’y a jamais eu de diffamation!!! Il a perdu au civil et au Pénal. Au civil il a fallu aller en Cassation car « par 2 fois les juges de Poitiers ont violé la Loi en ne respectant pas les textes »!!!
    Et même avec la cassation au civil, et une plainte identique nulle au pénal, avec aussi une plainte caduque car consignation non payée … il a continué, avec le Procureur, de me poursuivre et bien entendu j’ai gagné !
    Mais au total cette procédure « nulle » m’a coûté 4 mois de ma retraite et comme il restait au nom de « la réputation de l’UP il a fait perdre 25 à 30.000€ de frais!
    Et aucun des membres ou des groupes opposants ou respectueux des droits des Conseils n’a pipé mot! A la fois pour la procédure mensongère et pour les dépenses engagées … sans aucun espoir de gagner!

    Rapport avec M. ROUSSEL et les autres candidats, mais aussi les divers présidents des Universités, organismes, COMUE et autres : ils ont reçu le dossier et personne n’a même daigné me demander des explications ! ou plutôt le dossier est trop clair :
    – depuis 1996 il y a eu de la part des signalements qui ne sont pas des inventions,
    – 4 présidents ont couvert ces irrégularités et commis eux-même un délit en ne faisant pas de signalement, ou à tout le moins en ne traitant pas les affaires en interne. A noter que je n’ai jamais été trainé devant une Commission de Discipline car les faits sont exacts et il aurait fallu les « déballer » en commission ce qui aurait fait désordre!!
    – mais aussi depuis 2002, tous les Conseils ont été avisés et … personne n’a bronché!

    J’ai demandé au pdt de l’Université de Toulon de me recevoir : pas de réponse!
    J’ai écrit à M. Emmanuel ROUX, président de la Commission d’Ethique de la CPU et pas de réponse à mes courriers et à ma demande d’aller le rencontrer.

    Voilà comment l’autisme des « responsables » conduit à la situation actuelle envers les élus!!

    Enfin dernier volet, celui de l’autonomie des universités.
    Lorsqu’il y a signalement et que le pdt de l’université ne fait pas son boulot et n’assume pas les responsabilités qu’il a choisi d’assumer , c’est au Recteur de faire le boulot et cela est clairement dit dans le Code de l’Education Nationale ». or plusieurs Recteurs de Poitiers, avertis, et ayant les dossiers et les pièces, m’ont répondu « je ne peux rien faire au nom du respect de l’autonomie de l’Université ». et pourtant tout Recteur est Chancelier des Universités! Comme d’habitude, on a un titre et on n’assume pas les responsabilités qui vont avec … et tout cela par « copinage entre élus et élites ». Idem pour plusieurs ministres.
    Une seule Ministre, Mme ROYAL a eu le dossier en 2000. J’ai eu 2 entrevues avec ses conseillers et elle est intervenue. L’UP a accepté le traitement des pbs techniques. L’UP avait radié de la recherche officielle 8 membres du dpt de géographie car … ils ne respectaient pas des profs, responsables de labo qui avaient des comportements non conformes aux règles. Finalement, une équipe « spéciale » a été créée.
    par contre, pour le traitement des affaires, une médiation avait été proposée, via un prof, ancien de Poitiers et conseiller au Ministère. L’UP (ESPERET à l’époque) a refusé pour cause « respect de l’autonomie de l’Université » sic!!! eh oui, un droit qui est aussi un devoir, une responsabilité se transforme …. en protection des auteurs d’irrégularités.
    Savez vous ce que m’a dit un ancien Doyen de l’UFR SHA, jean-Michel PASSERAULT, à propos de l’une des affaires « tu sais jean-sylvain, il y a des règles, mais il y a aussi des personnalités et des susceptibilités qu’il faut ménager »! Oui, vous avez bien lu! en France on est égaux mais il y en a qui sont plus égaux que les autres!!!

    Pour plus de détail, voir mes autres posts et mes pages :
    transparence sur la vie universitaire, ici, sur le site Histoires d’universités et sur ma page Facebook transparence sur la vie universitaire à Poitiers.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.