Les appartements du Palais Rohan

Musée des Arts décoratifs de Strasbourg, au rez-de-chaussée du Palais Rohan, dans les appartements des princes-évêques de Rohan reconstitués dans un état proche de l’aspect qu’ils présentaient  au 18ème siècle, avant les bombardements intervenus en 1870 et 1944.

Suite des deux chroniques : Armand-Gaston de Rohan, prince-évêque, et Robert de Cotte, architecte du Roi ; Le palais Rohan en 46 photos.

Deux Diaporamas. 1 : 48 photos. 2 : 39 photos.

Source 1. Le Palais Rohan, citations de l’article de Wikipédia.

La salle du Synode « réunit en réalité deux salles jumelles, la Salle des gardes et la Salle à manger séparées par des arcades. Les deux vases à couvercle, en porcelaine de Chine à décor bleu et blanc, datent de la fin de l’époque Ming, soit du milieu du XVIIe siècle, et témoignent, parmi d’autres œuvres présentées, du goût du cardinal pour les arts d’Extrême-Orient ».

Cliquer sur les images pour les agrandir

Le Salon des évêques « joue le rôle de seconde antichambre avant la chambre du roi. Dans les boiseries blanc et or assez simples étaient enchâssés les portraits des sept prédécesseurs du cardinal et le sien propre. Seul celui-ci a été conservé, les autres ont été détruits en 1773 et furent remplacés plus tard par des allégories dues à Joseph Melling. Le palais ayant été transformé en hôtel de ville et le salon des évêques en salle des séances du conseil municipal, elles incarnent six vertus civiques : La Prudence, La Paix, L’Immortalité, La Concorde, Le Zèle et La Félicité publique. Pour les uns, les couleurs froides et le dessin très sobre marquent l’évolution du peintre – élève de Boucher – vers un style néo-classique, alors que d’autres jugent ces œuvres « fades ». Contrairement aux tableaux, les huit bustes d’empereurs romains – des copies du XVIIe siècle – ont conservé leur emplacement d’origine voulu par le cardinal ».

La chambre du Roi. Connue sous le nom de chambre du Dais sous l’Ancien Régime, c’est une pièce de prestige dont la fonction s’inspire directement de l’étiquette en usage au château de Versailles : servir de cadre à la cérémonie du lever et du coucher du prince. Elle se distingue par ses boiseries en chêne sculpté, peint et doré, et son plafond en stuc de style rocaille. Dans le fond de la pièce, l’alcôve royale fait face aux trois fenêtres donnant sur l’Ill.

« Elle est encadrée par des colonnes cannelées peintes en faux marbre, surmontées de chapiteaux corinthiens et reliées par une balustrade blanc et or. Trois tapisseries faisant partie de L’Histoire de Constantin – une suite de huit tapisseries d’après des cartons de Rubens présentes dans l’ensemble des grands appartements – ornent le fond de l’alcôve. Acquises par le cardinal de Rohan en 1738, elles sont issues des ateliers parisiens du Faubourg Saint-Marcel. Les tableaux des trumeaux d’entre-fenêtres sont des originaux de Pierre-Ignace Parrocel, un peintre issu d’une grande famille d’artistes avignonnais que le cardinal ramena en 1740 de Rome où le jeune homme se formait. Ces œuvres représentent Jésus et la Samaritaine et La Tentation du Christ« .

La Bibliothèque. « Quatre autres tapisseries illustrant la vie de Constantin représentent Le Mariage de Constantin, L’Apparition du Chrisme, Sainte Hélène et la Vraie Croix et Le Baptême de Constantin6. Deux portraits de monarque en costume de sacre – Louis XIV et Louis XV se font face. Ce sont des copies d’œuvres de Hyacinthe Rigaud, réalisées par Pierre Legendre. Le buste est celui du cardinal de Rohan, exécuté par Edmé Bouchardon en 1730″.

Garde-Robe du Prince Évêque

Antichambre du Prince-Évêque, devenue petite salle à manger du couple impérial.

Source 2. Bibliothèque des cardinaux du palais Rohan, citations de l’article du Magazine Pro-antic.

Commentaires fermés sur Les appartements du Palais Rohan

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AI. Art médiéval et moderne, BA. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales

Les commentaires sont fermés.