St-Paul, un tétramorphe protestant ?

Suite des chroniques sur les expositions de Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930. Église Saint-Paul, exposition sur la Neustadt, celle-ci étant désormais inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Album de 25 photos.

L’église Saint-Paul « est édifiée entre 1892 et 1897, dans le cadre de l’aménagement de la Neustadt, par l’architecte Louis Müller (1842-1898), sur le modèle de l’église Sainte-Élisabeth de Marbourg, en Hesse« .

Avant de visiter l’exposition et suite à un de mes cours d’auditeur libre sur l’art médiéval, je regarde d’abord en l’air : comment s’organise le voûtement néo-gothique ?

Cliquer sur les images pour les agrandir

Et quelle n’est pas ma surprise ! Sur la voûte à la croisée du transept, les symboles des quatre évangélistes : le lion de Marc, le taureau de Luc, l’aigle de Jean, l’ange de Mathieu. Je les recherche dans toutes les églises que je visite : le record observé est de quatre tétramorphes dans la cathédrale Notre-Dame de Saint-Paul-Trois-Châteaux dans la Drome provençale (album de 44 photos).

Poursuite de la visite et je découvre un autre tétramorphe : les symboles servent cette fois de socle pour les quatre évangélistes, ornant les parois de la chaire.

Ma visite est finie. Je me dirige vers la sortie, levant une nouvelle fois les yeux vers le haut. Cerise sur le gâteau : aux quatre coins de la voûte du porche, les portraits peints en buste de quatre des plus grands artisans de la Réforme : Martin Luther, Jean Calvin, Ulrich Zwingli, Philippe Melanchthon. Un tétramorphe protestant ?

Suite de la présentation de l’église Saint-Paul sur Wikipédia.

« Elle se dresse à la pointe sud de l’île Sainte-Hélène, à l’embranchement de l’Ill et de l’Aar. Le site est choisi afin de permettre une perspective en point de fuite sur l’Ill depuis la vieille ville, ainsi qu’une perspective conjointe avec la flèche de la cathédrale Notre-Dame depuis la place Sébastien Brant, centre des nouveaux quartiers allemands.

Destinée à l’origine à la garnison allemande de religion protestante stationnée à Strasbourg sous le Deuxième Reich, l’église présente un nombre très important de portes sur tout son pourtour : 16 soit autant que le nombre d’unités de la garnison de Strasbourg à cette époque. Ces portes devaient permettre l’accès des soldats, selon leur grade, pour gagner les places leur étant attribuées.

Pouvant accueillir près de 3 000 fidèles, l’édifice s’apparente à une église-halle à plan central en croix grecque. La nef est donc raccourcie afin de répondre aux exigences du culte protestant et des tribunes sont installées au-dessus des nefs collatérales ».

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire moderne, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), F. 19ème et 20ème siècles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s