Université de Strasbourg, 1880-1930

Strasbourg, Laboratoire d’Europe, 1880-1930 (les chroniques précédentes). L’histoire de l’Université et de la Bibliothèque impériales est présente dans cinq volets de cet ensemble monumental d’expositions. A l’église Saint-Paul (la Neustadt), à la BNUS (Néogothique), au Musée de zoologie, au Musée historique, sur les grilles du Palais impérial. 109 photos en 5 albums.

1.Université impériale et Bibliothèque universitaire : exposition sur la Neustadt (album de 29 photos), photos sur les grilles du Palais impérial (album de 19 photos), instruments scientifiques dans une vitrine du Musée historique (album de 24 photos).

Plan de masse du projet de campus (1877), photos de l’Observatoire (1877-1881), dessins de la façade du palais et de décors en fresques (1878-1884) par l’architecte Otto Warth, photos de la Bibliothèque (aujourd’hui BNUS) en 1888 et 1903, photos du Palais universitaire en 1894 et 1897, modèles réduits des deux statues de la façade (Argentina et Germania) par deux sculpteurs contemporains (2013).

Cliquer sur les photos pour les agrandir

L’Observatoire astronomique (source de la citation : sept bâtiments du campus historique dans la Neustadt, classés au patrimoine mondial de l’Unesco). « Premier chantier de l’Université impériale, l’Observatoire a été conçu par l’architecte Hermann Eggert de 1877 à 1881 en concertation étroite avec les scientifiques pour imaginer des bâtiments répondant au mieux aux besoins fonctionnels de chaque discipline. Rompant avec la conception traditionnelle d’un bâtiment unique pour l’ensemble des activités, la disposition originale de l’Observatoire de Strasbourg s’inspire de l’observatoire russe de Poulkovo. Il s’articule autour de trois bâtiments distincts –la grande coupole, le bâtiment méridien et la maison du directeur – séparant ainsi les espaces d’observation de ceux de vie et de services. Derrière les élégantes façades de style néo-Renaissance, tout a été conçu pour garantir la stabilité des observations, du système de fondation à celui des ouvertures des coupoles en passant par la structure des piliers des instruments ».

Le Palais universitaire. « Il a été conçu par l’architecte Otto Warth de 1879 à 1884. Sa structure, dont le style et le décor sont inspirés par la Renaissance italienne, s’inscrit dans la filiation des grands édifices d’enseignement de l’aire germanique, tels la Technische Hochschule de Berlin : le plan symétrique en T inversé fait la part belle aux espaces de circulation en particulier la cour couverte – Aula – qui, par sa monumentalité, constitue le dispositif le plus marquant au cœur de l’édifice. Le décor extérieur fait référence au savoir mais aussi au prestige de l’Allemagne, à l’image des statues des savants sur les pavillons d’angle. Initialement dénommé bâtiment collégial, le Palais universitaire constituait le pôle majeur de la nouvelle université impériale. Il était destiné à abriter les services administratifs ainsi que les mathématiques, la philosophie, la théologie protestante, l’archéologie, l’histoire et l’histoire de l’art ».

2. Institut et musée zoologique (album de 9 photos). « Il est l’œuvre de l’architecte Otto Warth de 1890 à 1893. Edifié lors de la seconde phase de travaux de l’université impériale, sur la parcelle longeant l’actuelle rue de l’Université au sud, le bâtiment abrite les activités d’enseignement et de recherche au rez-de-chaussée, et celles du musée aux trois étages supérieurs. Musée et institut sont néanmoins nettement séparés, chacun disposant d’une entrée indépendante. La fonctionnalité des espaces se traduit non seulement dans la distribution mais aussi dans l’équipement : outre les salles de cours et de travail, l’institut disposait à l’origine de terrariums, d’aquariums et d’un étang installé dans le jardin pour la faune aquatique.

Quant au musée, on y pénètre par un escalier monumental orné de peintures murales réalisées par Anton Seder. Les collections présentées, pour certaines sans grande modification depuis l’installation du musée, ont pour origine le cabinet d’histoire naturelle constitué au XVIIIe siècle par Jean Hermann. Elles ont par la suite été développées par les directeurs successifs du musée, lors de dons, achats et échanges, pour aboutir à un fonds de plus de 1 500 000 spécimens ».

3. Instruments scientifiques dans une des vitrines du Musée historique de Strasbourg (album de 24 photos) : théodolite répétiteur (1879), polarimètre (2ème moitié du 19ème siècle)…

4. Symboles gothiques de l’université impériale à la fin du 19ème, dans l’exposition de la BNUS (album de 28 photos) : collier du recteur, album photographique des professeurs, livre d’or. Instants d’émotion : édition originale des rois thaumaturges de Marc Bloch, avec l’hommage de l’auteur…

Poster un commentaire

Classé dans B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne, E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie, E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales, F. 19ème et 20ème siècles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s