Blanquer se trompe de cibles

Nouveau lycée professionnel, une nouvelle voie vers l’excellence. « La transformation de la voie professionnelle, indispensable pour permettre une meilleure insertion des jeunes sur le marché du travail, est une priorité de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. Le lycée professionnel se transforme donc pour former les talents aux métiers de demain et offrir aux élèves un tremplin vers une insertion dans la vie active ou vers des poursuites d’études réussies ».

Nul n’est obligé de prendre pour argent comptant la communication institutionnelle du Ministre. Ainsi, la seconde partie de la chronique donne-t-elle la parole critique aux organisations syndicales !

1.Jean-Michel Blanquer se trompe de cibles

Le Ministre ferait bien de méditer et de prendre en compte les données de la Note d’information de janvier 2019, Les bacheliers 2014, entrés dans l’enseignement supérieur : où en sont-ils la troisième année ?

  • pourquoi ne dit-il pas que le taux de réussite en bac pro devrait être le même qu’en bac général et technologique ? Pourquoi un taux d’échec plus important ?
  • pourquoi ne dit-il pas que l’objectif prioritaire du bac pro est l’insertion professionnelle réussie plutôt que la poursuite d’études après le bac ?
  • pourquoi ne dit-il pas que la moitié des bacheliers professionnels qui entrent en section de technicien supérieur échouent à obtenir le BTS ?
  • pourquoi ne dit-il pas que les bacheliers professionnels ont un droit inaliénable à poursuivre des études supérieures, mais pas d’abord en formation initiale ?
  • pourquoi ne dit-il pas que les bacheliers professionnels, qui choisiraient d’entrer immédiatement sur le marché du travail, bénéficieraient, sous condition d’avoir acquis une expérience professionnelle d’au moins trois ans, d’un droit prioritaire d’accès à la formation continue, de l’exonération des droits d’inscription durant toutes leurs études, du financement intégral d’une validation des acquis de l’expérience.

Pourquoi Jean-Michel Blanquer ne comprend-il pas que, pour mettre en œuvre et réussir les 12 défis ci-dessous, il faut revenir à un baccalauréat professionnel en 4 ans, situation existant avant la présidence de Nicolas Sarkozy ?

  • Des campus d’excellence ancrés dans les territoires
  • Un appel à projet PIA3 doté de 50M d’euros en faveur de la voie professionnelle
  • De l’apprentissage dans tous les lycées professionnels
  • Le développement des formations tournées vers les métiers d’avenir
  • La transformation progressive et accompagnée des filières peu insérantes
  • Un partenariat renouvelé avec les entreprises pour favoriser l’insertion des jeunes
  • Un CAP en 1, 2 ou 3 ans en fonction du profil et des besoins de l’élève
  • Les taux d’insertion de chaque formation rendus publics pour éclairer le choix des familles
  • Une 2nde professionnelle organisée par familles de métiers, pour un parcours plus progressif et plus lisible
  • Des enseignements généraux contextualisés et mieux articulés avec les enseignements professionnels grâce à de la co-intervention de professeurs
  • En classe terminale, le choix offert entre un module insertion professionnelle et un module poursuite d’étude pour préparer l’avenir
  • Réalisation d’un chef-d’œuvre présenté au baccalauréat professionnel

2. Ce qu’en pensent les  7 syndicats des personnels qui ont obtenu les meilleurs scores aux élections professionnelles de décembre 2018

SNES-FSU. Lycée professionnel : une réforme disruptive !

Enseignants UNSA. Réforme voie pro : les chantiers de cette année

Force Ouvrière. Réforme de l’enseignement professionnel : de la qualification à la compétence

SGEN-CFDT. La réforme de la voie professionnelle, un danger grave et imminent ?

CGT. L’intersyndicale engagée contre la réforme de la voie pro du lycée

SNALC, SNE. La transformation du lycée professionnel est en marche

Sud Education. La réforme Blanquer de la voie professionnelle va aggraver nos conditions de travail, supprimer des postes dans toutes les disciplines et entraver la réussite des jeunes !

Pour aller plus loin. Depuis 2009, toutes les chroniques d’Histoires d’universités sur le baccalauréat professionnel, les bacheliers professionnels.

1 commentaire

Classé dans Non classé

Une réponse à “Blanquer se trompe de cibles

  1. Pingback: Revue de presse du 10/02/2019 – Alternative