Expo BNU. L’Eldorado et ses cartes

Exposition à la BNU Strasbourg (jusqu’au 20 octobre 2019), Hors du monde : la carte et l’imaginaire.

Chronique 4/6. L’Eldorado et ses cartes. Le livre de Walter Raleigh (1596), les cartes de Thomas Harriot, Levinus Hulsius, Willem Jansz Blaeu, Justus Danckerts.

Cliquer sur les images pour les agrandir

1.Explorer. Notice BNU. « Un roi couvert de poussière d’or : le rituel d’intronisation des Chibchas marque l’esprit des premiers voyageurs en Amérique. Le mythe se répand d’un pays à la richesse prodigieuse, l’Eldorado. Introuvable, sinon sur les cartes, le lac Parime et la ville fabuleuse de Manoa attisent l’appétit des aventuriers et les débats des savants ».

Notice BNU. « Le mythe de l’Eldorado naît vers 1540, diffusé notamment grâce à Caspar de Carvajal (1504-1584). Le missionnaire relate l’expédition menée en Amazonie par Francisco de Orellana et à laquelle il a participé ».

2. Walter Raleigh, « dans son livre the Discovery of Guiana (1596), apporte au mythe de l’Eldorado une contribution majeure : la carte, qui met la légende à portée de main ».

« Le 6 février 1595, Sir Walter Raleigh (1554-1618, officier, explorateur et poète britannique) quitte l’Angleterre à la tête d’une flotte affrétée à ses frais. Sa destination : la colonie espagnole de Trinidad, où il arrive deux mois plus tard, puis de là, espère-t-il, la mythique « Guyane », dont les premiers explorateurs espagnols avaient fait miroiter les richesses intactes ; son objectif : explorer les rives de l’Orénoque, découvrir les ressources aurifères du pays et surtout pénétrer le pays jusqu’à la mystérieuse et richissime cité inca de Manoa, l’Eldorado, qui, selon les informations qu’il a pu collecter, se niche au plus profond de la forêt amazonienne, au cœur du Venezuela actuel. C’est cette expédition, qui fut un échec (Raleigh revint bredouille, sans or et sans avoir localisé l’Eldorado, qu’il relate dans un texte publié en 1596″.

  • The Discoverie of the Large, Rich, and Bewtiful Empyre of Guiana, with a Relation of the Great and Golden Citie of Manoa (which the Spanyards call El Dorado) and the Provinces of Emeria, Arromaia, Amapaia, and other Countries, with their Rivers Adjoyning

« Le récit de Raleigh rencontre un succès éditorial inespéré : après avoir connu trois éditions successives à Londres, il est inclus dans la collection de récits de voyages éditée par Hakluyt dès l’édition de 1599 et connaît en l’espace de cinq ans une traduction hollandaise, quatre éditions allemandes et deux traductions latines ».

3. La carte de Thomas Harriot, utilisée par Paul Vidal de la Blache (1845-1918), géographe français. La rivière Vincent Pinzon : étude sur la cartographie de la Guyane, Paris, Félix Alcan, 1902.

Notice BNU. « Cet ouvrage de La Blache reproduit la carte dessinée par Thomas Harriot (1560-1621) et publiée dans son livrepar Walter Raleigh en 1596. L’Eldorado est niché dans une région encore inexplorée, entre l’Amazone et l’Orénoque. Harriot donne au lac Parime la forme singulière d’un mille-pattes. A gauche, la cité légendaire de Manoa est mentionnée ».

4. La carte de Levinus Hulsius. Notice BNU. « Walter Raleigh utilise en 1612 la carte de l’Amérique australe par Levinus Hulsius (1599) dans une des rééditions de son livre. Elle situe le lac Parime et la ville de Manoa sur l’équateur. Le lac est dessiné avec deux exutoires vers l’océan, contrairement à la représentation la plus courante. Une confusion géographique mentionne les Andes près du lac.

  • L’illustration de la carte mêle l’humain et l’animal, le réalisme et le légendaire, le zoologique et la fabuleux.

  • Au sud du lac Parime, on remarque les evvaipanomas, acéphales au visage sur la poitrine ».

5. La carte de Willem Jansz Blaeu (1571-1638). Guiana sive Amazonum regio (vers 1635).

6. La carte de Justus Danckerts (1635-1701), Novissima et accuratissima totlus Americae descriptio (1680).

7. L’Eldorado a-t-il existé ? Bartolomé Bennassar, L’Histoire, mensuel 322, juillet-août 2007, texte intégral en ligne.

  • « L’expression est devenue un nom courant. Mais el Dorado , le pays de l’or, a d’abord été localisé dans le continent américain, si riche en or et en argent. La chasse au trésor y a souvent tourné au désastre »...

Commentaires fermés sur Expo BNU. L’Eldorado et ses cartes

Classé dans A. Histoire moderne, B. Photos, E. Mobilité internationale, E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales

Les commentaires sont fermés.